De la contre-culture à la culture du contre

Cinquante ans après mai 68, Macron et les élites qui l’entourent, devraient se demander si l’exaltation pavlovienne et narcissique de la contre-culture n’a pas pour conséquence directe la culture du contre.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

De la contre-culture à la culture du contre

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 avril 2018
- A +

Par Valéry Denis.

 

Dieu se rit des hommes qui déplorent les effets dont ils chérissent les causes. Bossuet

La France officielle, Macron en tête, a décidé de commémorer mai 68. Le Centre Pompidou a ouvert le bal auquel se joindront l’Université Paris Nanterre, le Palais de Tokyo, la Cité de l’Architecture, les Archives nationales, la BNF, pour ne citer que les institutions les plus prestigieuses de la culture française. On y exaltera la contre-culture sous toutes ses formes et on y encensera ses acteurs, dans le meilleur des cas quelques figures romantiques devenues des fonctionnaires de la révolution, dans le pire quelques figures sanguinaires devenues les icônes d’une jeunesse souvent inculte.

Il faut dire que notre pays aime la révolution. Celle de 1789 est le moment fondateur d’un pays qui, en dépit des analyses de Tocqueville et de François Furet, considère que tout ce qui l’a précédé est rétrograde, et que tout ce qui en découle, y compris la Terreur, est grand et vertueux. Pour les Français, seule une révolution, voire seule une révolution sanglante, pouvait extirper la Nation des âges obscurs. Cette simplification, celle des vainqueurs écrivant l’histoire, a profondément marqué nos mentalités et nos relations sociales. Pour les Français, l’évolution d’une société n’est envisageable que sur le mode révolutionnaire, c’est-à-dire soudain, brutal, radical, voire violent.

De l’ombre à la lumière

À cela il convient d’ajouter que ce passage mythifié de l’ombre à la lumière se paie de mots. Dédaignant les réalités économiques, sociales ou démographiques, la vulgate révolutionnaire aime les grands mots abstraits : Justice, Progrès, Égalité… S’en réclamer évite de se coltiner la réalité. S’en attribuer le monopole rejette ceux qui émettent quelques réserves dans une barbarie morale. La révolution est devenue une vertu en soi, peu importe ce qu’elle charrie, peu importe la bêtise de son propos, peu importe les génocides qu’elle a entraînés.

Le problème est que ce goût pour la révolution est mortifère. Son exaltation condamne, a priori, toute tentative de réforme même mesurée ; l’emprise de l’idéologie relègue le réel à un rôle second ; le romantisme du grand soir condamne tout un peuple à une adolescence civique.

Les « mouvements sociaux » plus ou moins violents qui agitent le pays (des cheminots aux zadistes, en passant par les étudiants) illustrent ce mal français.
Au mieux, des grévistes qui, faisant fi de la situation de la SNCF, se réfugient derrière un slogan mal défini, « le service public », pour en revendiquer le monopole exclusif. Au pire, une jeunesse, souvent diplômée et issue des classes moyennes, qui, frustrée par la paralysie du pays, considère que son salut passe la confrontation violente, prélude à une nouvelle révolution.

Le paradoxe de la situation est que le gouvernement promeut l’idéologie de la culture révolutionnaire de ses opposants. Macron, digne héritier du gauchisme culturel, a voulu la commémoration de mai 68. Son livre-programme avait pour titre  Révolution ; le voici face à ceux qui veulent la faire.

Cinquante ans après mai 68, Macron et les élites disruptives (néologisme branché destiné à restaurer l’image piteuse de la révolution) et progressistes qui l’entourent, devraient se demander si l’exaltation pavlovienne et narcissique de la contre-culture n’a pas pour conséquence directe la culture du contre.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Cela risque d’être l’arroseur arrosé. L’inaction de Macron qui laisse les gauchistes bloquer les universités, et donc la gangrène se répandre dans d’autres qui les imitent, ajouté à l’extrémisme de la CGT qui refuse une réforme qui ne touche pas les cheminots, le feu peut très bien se propager.

    • @ Virgile
      Pas sûr du tout! Les étudiant exigent maintenant le maintien des examens qui n’auront pas lieu et la garantie que l’année d’étude soit validée d’office!

      Ils rêvent! C’est du délire!

      Non, toutes les universités ne sont pas touchées et « l’Égalité française  » ne permet pas de favoriser des étudiants grévistes sans examen, sans faire de même avec les autres étudiants dans d’autres universités!

      Mais ’68, c’était aussi: « Exigez l’impossible! »

      Un délire, c’est bien! Un remake, c’est ridicule! Tout a changé depuis ’68! (Sauf les gauchistes? Malgré la disparition de l’URSS? Je pouffe!)

      Par contre, tout débat, dans une démocratie, se doit de donner la parole à la minorité! C’est la règle!

  • XXIè siècle, 3è millénaire, bientôt vingt ans qu’on a passé l’an 2000 et des mollusques décérébrés accrochés à leurs systèmes sont prêts à nous redonner du mai 1968 ou du 1789.
    Et ils se veulent des forces de progrès.
    Pauvres hères !

    • @ Gian
      Oui, vous faites bien d’évoquer 1789, mythe français, s’il en est!

      Si 1789 avait appris quelque chose au monde, les suites l’ont clairement détruit! Un voile national pudique couvre ces périodes troubles entre 1789 et 1815!

      De l’exemple « lumineux » à l’humiliation intégrale, je comprends bien le « choix national » (à peine chauvin!).

  • en photo Robespierre et Fouquier-Tinville. Ce qui me rassure c’est qu’ils furent « guillotinés » tous les deux.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un entretien mené par Matthieu Creson pour la la Revue Politique et Parlementaire. 

 

Pascal Salin est économiste, professeur émérite de l’université Paris-Dauphine, et fut président de la société du Mont-Pèlerin de 1994 à 1996.

Parmi les ouvrages qu’il a publiés, citons notamment La Vérité sur la monnaie (Paris, Odile Jacob, 1990), Libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2000), Français, n’ayez pas peur du libéralisme (Paris, Odile Jacob, 2007), Revenir au capitalisme pour éviter les crises (Paris, Odile Jacob, 2010), La T... Poursuivre la lecture

L’âge de la retraite semble avoir beaucoup d’intérêt pour les candidats, il n’en a pratiquement pas pour les retraités actuels et futurs.

Certes l’âge de la retraite est désormais au cœur de la campagne électorale. Dans son allocution de lundi soir le Premier ministre a annoncé non seulement son soutien inconditionnel au candidat Macron (ce qui était surprenant et courageux) mais aussi sa certitude que les tout premiers jours du nouveau président (« reconduit » a-t-il dit avant de corriger pour « réélu ») seraient consacrés à la réform... Poursuivre la lecture

boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles