Sécu, médecins, patients : et si la liberté était une bonne solution pour tout le monde ?

Pour réduire la dette de notre système de santé, permettre aux assurés d’être mieux couverts et garantir la qualité des soins et l’indépendance des médecins, la liberté de s’assurer serait la meilleure des solutions.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Visite de la CNAMTS by Force Ouvrière(CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Sécu, médecins, patients : et si la liberté était une bonne solution pour tout le monde ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 15 avril 2018
- A +

Par Jean-François Huet.

Ceux qui ont œuvré dans le domaine de l’information médicale dans le cadre du PMSI1 ont pu noter que les systèmes français et américains à défaut d’être « proches » se ressemblent de plus en plus sur bien des points.

La volonté de subordination des soignants aux assureurs par tous les moyens techniques et financiers possibles étant le principal, même si l’alibi de la solidarité est peu utilisé outre-Atlantique.

L’autre différence est que les Américains refusent massivement d’être assujettis à un système collectivisé mais souhaitent simplement être assurés avec des dispositions contractuelles claires et opposables, ce qui paraît très raisonnable.

En France, dette toxique et boucs émissaires

Ce qui fait que la position de l’État français est intenable et ce qui explique sa politique de santé stupide depuis 50 ans est la déconfiture totale du système d’assurance maladie collectif qui a rendu notre système prétendument solidaire (et-que-le-monde-entier-nous-envie) totalement insolvable en dehors d’un recours permanent à une dette croissante et toxique, que l’immobilisme structurel de nature idéologique aggrave tous les jours.

Parallèlement, il « faut » trouver des « causes » et des « responsables « politiquement plausibles » à cette déroute et cela fait un demi-siècle que les soignants sont désignés comme boucs émissaires avec des techniques de gardes rouges.

Ce sont non seulement les médecins mais aussi tous les captifs de ce système délirant qui sont pris pour des crétins… et en plus cela leur coûte cher. Notre système se caractérise par son caractère ruineux, son action délétère sur l’économie, la dégradation progressive des conditions d’exercice médical et la casse des établissements de soins quel que soit leur secteur.

La Sécu semble inscrite dans l’ADN de la France comme peut l’être une maladie génétique. Le déconventionnement des médecins est la séquence à inclure dans cet ADN pour le modifier.

État assureur = État prescripteur

Les médecins et tous les soignants doivent exercer leur droit de retrait de ce système nuisible, et la seule voie qui leur reste après des décennies de palabres et d’incantations solidaires stériles est le déconventionnement. Notre système d’assurance maladie est ubuesque, les assujettis lui donnent de plus en plus sans empêcher sa dégringolade…

Qu’entend-on quand on dit qu’il faut le remplacer ? En matière d’arguments spécieux, il est difficile de faire mieux que les ratiocinations sur l’exemple américain. La liberté sociale est indissociable de la liberté de soigner et d’être soigné. Les dépenses de santé considérées comme des dépenses publiques amènent forcément l’État assureur à devenir l’État médecin ordonnateur et prescripteur.

Il ne peut pas être arbitre entre les assurés, les assureurs et les prestataires de soins car on ne peut pas être l’arbitre de ses propres conflits d’intérêt. Tout cela éloigne toute perspective de démocratie sanitaire et de paritarisme effectif. Et tant pis pour ceux qui les attendent depuis 70 ans.

  1.   PMSI : informations standardisées permettant de mesurer l’activité des établissements de santé, ayant pour but de réduire les inégalités de ressources entre établissements.
Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • A tous les niveaux de nos sociétés, des « nobles causes » telles que l’égalité, la justice sociale, ou encore la sécurité, se revendiquent sous les formes les plus variées selon le contexte :
    Refus de la sélection dans les facs, syndicalisme dans les entreprises, mais aussi multiplication des réglementations, collectivisation des moyens, constructions de monopoles, lobying, professions réglementées, numerus clausus, protectionnisme, etc …
    Ces « nobles causes » ne sont en fait que des revendications anti-concurrentielles, destinées à protéger des situations personnelles ou catégorielles aux dépens des autres, et en premier lieu des consommateurs qui doivent en supporter tous les coûts induits ainsi que les freins au progrès.
    On ne peut pas critiquer (même à juste titre) les effets délétères du monopole de la sécurité sociale, tout en occultant ceux du numerus clausus des médecins, qui sont de même nature et avec les mêmes conséquences.

  • Enfin un article qui voit juste!! En effet, aucun médecin ne devrait être subordonné à un assureur, qu’il soit public ou privé ! C’est contraire au principes éthiques de ces professions!
    malheureusement, la majorité des gens (en France et ailleurs) vous diront que tant que c’est gratuit, il n’y a pas de problème

    • En matière de santé et d’assurance santé, le niveau d’information des demandeurs (patients, assurés) est faible et bien inférieur à celui des professionnels de santé et des assureurs. Difficile d’imaginer qu’en donnant plus de liberté à ces acteurs , ça puisse fonctionner convenablement !

      • Mais toute relation professionnelle/client présente une asymétrie d’information.. et pourtant quand vous allez chez votre épicier et cela fonctionne plutôt bien.
        Comme tjs on reproche au libéralisme ses défauts (le monde parfait n’existe pas) mais les socialiste oublient de parler des méfaits du collectiviste (la sécu EST collectiviste).
        Imaginez un monde libre où vous pouvez vous assurez avec qui vous voulez. Il y aura des cotés négatifs mais aussi positifs.

    • Le problème est que ce n’est point gratuit !

  • Moi j’ai une question légèrement hors sujet, mais trouvez-vous normal que :
    Quand « ON » va visiter le médecin « ON » règle 25€ à une personne qui a fait 7 ans d’études après le BAC (et, c’est un détail, que la sécu va rembourser en partie)… Et que
    Quand « ON » va chez le coupe tifs (CEP+CAP) « ON » doivent raquer 30 à 40€ ???

    • Il me semble que le parcours de soins est comme l’expérimentation de la limitation de vitesse à 80 km/h : un échec patent sur lequel on ne reviendra pourtant jamais.
      D’un autre côté, si votre coupe-tifs fait une erreur professionnelle, vous le verrez tout de suite et vous irez chez un autre. Si votre médecin traitant fait une erreur professionnelle, vous ne le saurez jamais (mais vous en subirez les conséquences) et de toute façon, vous auriez un mal fou à en changer, il faut bien que cette mauvaise qualité de traitement soit compensée par un tarif réduit.
      Ceci dit, il y a aussi de bons médecins traitants pas encore retraités, et il semblerait qu’ils aient d’autres ressources que les 25 euros ?

    • @ Jean-M64

      N.B.: Les études pour devenir médecin généraliste sont actuellement d’un minimum de 9 années et plus de 7. (la médecine « générale » est devenue une « spécialité » de 3 ans après le « tronc commun » de 6 ans).

      La politique et l’administration (le « pouvoir ») ne pourront « jamais » suivre l’évolution médicale (idem dans d’autres disciplines et secteurs, comme tout ce qui évolue!).
      C’est « intrinsèque »!
      Le pouvoir se base sur des « textes » (la « loi », sans cesse, reprise et modifiée!), l’activité humaine, sur des réalités de plus en plus rapidement mouvantes.
      (En plus, la médecine est basée sur des « vérités statistiques », vraies à X %, comme « dans la vie » (équivalent des exceptions aux lois du pouvoir qui forcément se multiplient. Il existera donc toujours un temps entre réalités et leur prise en compte par la loi! cqfd).

      Dernière remarque: le « marché » de la santé concerne une part de population (les clients- patients) et l’ensemble des « producteurs » (les soignants). Se sont greffés sur ce secteur, un nombre incalculable d’autres professionnels, plus ou moins utiles/indispensables, dont les exigences administratives débiles alourdissant très gravement la complication, la lourdeur et, forcément, le coût des soins!

    • il est cher votre coupe tifs ici pour homme c’est 15 a 18 euros

  • On cotise plein pot pour en finalité n’être remboursé de rien , moralité nous sommes perdants excepté bien évidemment les immigrés, roms et Cie car pour eux tout est gratos !

  • Quand tout est à tout le monde, rien n’est à personne.

  • Une partie du marché de la santé est libre en France : le patient choisit son medecin.
    Dès lors le déconventionné s’il n’est pas meilleur que la moyenne prend le risque de ne pas remplir sa salle d’attente, concurrence oblige…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

C’était une catastrophe annoncée. Le système sanitaire français s’effondre par pans entiers.

L’ensemble des secteurs sont concernés. La ville, la campagne, la médecine prétendument libérale, la médecine hospitalière publique ou privée, les EHPAD, etc.

Ce qui focalise l’attention des médias en ce moment est la fermetures des services d’urgences hospitaliers.

Malgré l’hospitalocentrisme qui a guidé la politique de santé française depuis des décennies, le secteur hospitalier français public est en grande difficulté. Le secte... Poursuivre la lecture

Dans cette première partie d'une série de trois articles, nous allons rappeler les faits.

Une épidémie peu grave

Dans le contexte d’affolement que nous vivons il est indispensable de le rappeler.

Quand est apparu SARS-coV2, nouveau virus qui a donné la Covid-19, l’inquiétude était très forte. L’épidémie s’est vite révélée moins grave qu’on ne le craignait. Depuis, les épidémies suivantes dues à des variants différents ont été de moins en moins graves. L’épidémie à Omicron est moins grave que celle au variant indien, elle-même mo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles