Velib’ à Paris : le prestataire charge Hidalgo et la mairie de Paris

Pour Smovengo, le nouveau prestataire des vélib’ à Paris, les graves « insuffisances » des élus représentés par le SAVM doivent entrer en ligne de compte pour comprendre leurs multiples problèmes à l’installation.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Velib’ à Paris : le prestataire charge Hidalgo et la mairie de Paris

Publié le 13 mars 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

Smovengo le nouveau prestataire de service de Vélib’ à Paris a répondu à ses critiques en dénonçant les contre-vérités de son prédécesseur JC Decaux et la mauvaise gestion du dossier par les administratifs, les politiques et les élus du Syndicat Autolib et Vélib Métropole (SAVM).

>>> Lire aussi Anne Hidalgo, la Mairie de mal en pis

Mis en cause pour ses retards d’installation de stations ainsi que des dysfonctionnements logiciels, le consortium Smovengo a publié un communiqué de presse dimanche 11 mars « pour dénoncer les contre-vérités » dont il serait l’objet. Non seulement Smovengo souligne l’attitude de « mauvais perdant » de JC Decaux, qui a multiplié les actions en justice pour retarder le passage du relais, mais toujours selon le consortium : « la gestion administrative du projet par le SAVM a souffert de graves insuffisances. »

L’explication des retards

La gestion du processus de décision aurait manqué de l’efficacité attendue pour un tel projet, donc la technicité ne supportait pas l’amateurisme. Smovengo relève ensuite plusieurs raisons de retard pris par le projet liées à la mauvaise gestion par la SAVM : une contractualisation qui dérape de 3 mois, 6 semaines perdues pour la validation des designs, des cahiers des charges techniques incomplets, un calendrier des charges qui varient de 525 à 700 stations, etc. Rappelons que Catherine Baratti-Elbaz, élue socialiste de Paris, a infligé au délégataire une pénalité de 3 millions d’euros pour non-respect des délais.

Il s’agit d’un nouveau coup dur pour Anne Hidalgo à Paris, déjà sur la sellette pour sa gestion de la propreté de la capitale.

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Quelles que soient les turpitudes des uns et des autres, smoovengo a largement sa part à assumer dans cette histoire :
    . Systeme informatique qui ne reconnait pas les cartes
    . Systeme d’accroche aleatoire, il faut s’y reprendre a plusieurs fois pour décrocher un velo
    . Service client impossible a joindre
    . etc etc …

    Mais il ne faut pas s’inquiéter, personne ne sera viré de nul part vu que c’est le cochon de contribuable qui paye la note.

    A noter qu’Indigo qui semble en très très bonne grace à la mairie de Paris est egalement dans ce coup.

  • Mouais, le prestataire qui charge le client, c’est vieux comme le monde. On croirait relire l’Affaire Louvois …

    Maintenant, il n’y en a sans doute pas l’un pour rattraper l’autre. Mais le problème original est celui-là : « Pourquoi l’Etat (au sens large) fait-il gérer des flottes de vélos ? ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Anne Hidalgo prétend verdir Paris, mais les riverains de la tour Eiffel ont comme un doute. Des dizaines d'arbres centenaires qui jouxtent le monument sont sous la menace d'être abattus par la mairie de Paris pour étendre les services liés à la vénérable vieille dame de fer. Au grand dam des Parisiens qui vivent aux alentours, l'îlot de nature perdu dans l'océan de béton pourrait laisser la place à une "bagagerie", c'est-à-dire des bâtiments essentiellement commerciaux.

Pourquoi faut-il absolument éviter les travau... Poursuivre la lecture

Aussi incroyable cela puisse paraître, Anne Hidalgo et Elon Musk ont un lien. Ténu, mais indiscutable.

Afin de contextualiser, rappelons pour les étourdis qui ne l'auraient pas noté que, suite aux dernières élections, Hidalgo s'est pris une taule absolument mémorable. Ces péripéties passées, elle va à présent pouvoir se consacrer entièrement à la mairie de Paris et aux douze ou treize électeurs qui l'ont placée là en attendant le désastre.

Oui, désastre : le mot n'est pas trop fort puisqu'on sait déjà qu'il y en aura plus d'un p... Poursuivre la lecture

C’est incompréhensible. À dix jours du premier tour de l’élection présidentielle 2022, la campagne électorale ne parviendrait pas à intéresser les Français ! D’après l’institut de sondage Ifop, seulement 56 % d’entre eux ont évoqué le sujet dans leurs conversations de la semaine dernière alors qu’en 2017, ils étaient 80 % à le faire à la même époque ! Ne dirait-on pas que les Français trouvent la campagne mortellement ennuyeuse ?

Alors permettez-moi de m’insurger. C’est trop injuste ! Trop injuste pour nos candidats, trop injuste pour ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles