Le gouvernement a déserté le champ politique

En 2018, le gouvernement devra maîtriser l’impatience économique. Cela sera d’autant plus difficile que l’absence de message politique est une opportunité pour l’opposition.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by French Embassy in the US(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Le gouvernement a déserté le champ politique

Publié le 9 mars 2018
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

Le Salon de l’agriculture a été l’occasion de mesurer la défiance entre le gouvernement et le « monde rural ». La majorité s’évertue à la contenir et l’opposition à l’aviver, les uns sous-estimant ce que les autres exagèrent. Pour autant, que certains, parmi la « France périphérique », expriment l’impression d’être ignorés du pouvoir est un signal inquiétant.

L’année 2018 s’annonce délicate pour l’exécutif : son élection a suscité un espoir, porté par ses promesses de « révolution », mais les changements attendus produiront des résultats au mieux incrémentaux, ce qui nourrit l’impatience. Cette tension économique est d’autant plus intense que le gouvernement a déserté le champ politique, ouvrant la voie à une opposition populiste.

L’euphorie née de l’élection de 2017 retombe un peu. Alors que les illuminations de la fête faiblissent, l’attention médiatique comprend que de nombreux citoyens n’y ont pas participé – sans y être toujours hostiles.

Ils sont nombreux : s’il a réussi une extraordinaire performance, Emmanuel Macron n’a été élu «que» par 8,7 millions de voix au premier tour et 20,7 au second (sur 60 millions de Français). Il jouit d’une confortable majorité parlementaire, mais le résultat électoral n’a pas complètement transformé la réalité politique : les partis d’opposition sont peu crédibles, mais l’inquiétude identitaire, la peur du déclassement et la crainte d’être rejeté aux marges de la prospérité n’ont pas disparu.

En 2018, le gouvernement devra donc maîtriser l’impatience économique. Cela sera d’autant plus difficile que l’absence de message politique, c’est-à-dire de discours sur le ferment de ce qui fait la cohésion d’une société démocratique, est une opportunité pour l’opposition.

Rationalité technocratique

Parlez crise identitaire, la majorité répond que le gouvernement met en place de nouvelles structures institutionnelles pour l’islam. Évoquez la crise du monde rural, elle promet que Matignon ira trois jours en province. Interrogez-la sur l’angoisse des Français, elle apporte généralement une réponse économique : en faisant baisser le chômage et relançant la croissance, elle se résoudra d’elle-même. On le souhaiterait.

Mais c’est se méprendre : cette évacuation du politique hors du débat public, au profit de l’expertise et de programmes mus par la rationalité technocratique est ce qui a permis le succès de Trump et du Brexit, causé les difficultés d’Angela Merkel et fait chuter les sociaux-démocrates dans toute l’Europe.

Ce risque est d’autant plus émergent que sur le volet économique les résultats sont à la peine (comment pourrait-il en être autrement après dix mois de pouvoir ?). Le chômage ne peut avoir déjà baissé. La fiscalité n’a pas bougé. Et la bataille du pouvoir d’achat est mal engagée. Édouard Philippe avait promis d’en « redonner de manière tangible » ; mais le message n’a pas été parfaitement reçu : en février, la confiance des ménages a chuté (et pour cause, les salaires ont augmenté de façon absolument marginale !).

En 2018, le gouvernement devra donc maîtriser l’impatience économique. Cela sera d’autant plus difficile que l’absence de message politique, c’est-à-dire de discours sur le ferment de ce qui fait la cohésion d’une société démocratique, est une opportunité pour l’opposition. Elle l’a compris : les Républicains s’en saisissent de façon caricaturale, en multipliant les dénonciations sans jamais rien proposer qui semble solide.

Ces constats sont à ce jour des signaux faibles, mais ils ne doivent pas être trop rapidement écartés : les difficultés du gouvernement et le manque de crédibilité de l’opposition préparent d’immenses défis démocratiques qui, ailleurs, ont fait le succès des populistes.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • « Dites nous de quoi vous avez besoin, nous vous dirons comment vous en passer » — Coluche

  • Jusqu’à présent les prédécesseurs ne faisaient que de la politique, cad du vent. Maintrenant que l’impétrant essaie, tant bien que mal (plutôt mal en fait) de faire quelque chose au lieu de pérorer, ce n’est pas le moment de critiquer.

    • A vrai dire, il pérore aussi!

      • @ Mariah
        Un politicien, fût-il président de la république, n’a en effet d’autre fonction que de parler et d’écrire: tout le reste est fait par d’autres!
        Dit comme ça, cela paraît très réducteur mais la réalité de la France demande sans attendre, un coup de barre vers un cap différent de celui des 30 ou 40 dernières années: ça ne plaira sans doute pas mais l’iceberg devant non plus!

  • avons nous un chef d’État !!! j’en doute …il est de passage…le prochain sera de même allé à sciences po vous les verrer droite et gauche
    prêcher leur idéologie. ..pour leur bien être…
    ils doivent choisir leur camp..!!! ce sont (nos futur élites ) pour le résultat que l’on connait. .
    d’avoir mis le pays pratiquement en faillite …la révolution arrivera ..pour remettre les choses à plat …
    c’est la fin d’un système. …

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
Macron présidentielles
3
Sauvegarder cet article

La démocratie n’a pas toutes les vertus qu’on lui prête habituellement ; encore convient-il de la définir avec précision, car « les mots sont traîtres et finissent par désigner des réalités bien différentes de celles qu’on leur avait auparavant assignées » Ainsi des dictatures ont-elles été appelées « républiques démocratiques ».

Au-delà de ces extrêmes la démocratie contemporaine se fourvoie de trois manières.

 

Les dérives de la démocratie

La première consiste à croire, comme le faisait Jean Baechler, que la démocr... Poursuivre la lecture

Le président de la République, le ministre de l’Économie, le ministre de l’Éducation nationale, le ministre des Transports, le ministre de l’Intérieur et sept autres ministres ! Au moment où tout ce que la France compte de socialistes, de communistes, de trotskistes, de staliniens et d’anarchistes déferle sur paris au cri de « Ça va péter ! Ça va péter ! Ça va péter ! », le chef de l’État et onze des ses ministres - dont les plus essentiels à la résolution de cette crise - se lancent dans le tourisme technocratique à Barcelone.

 <... Poursuivre la lecture

Macron sanctions contre la Russie
0
Sauvegarder cet article

La colère n’a pas bonne réputation. Il en est une nouvelle victime mise en évidence par Le Figaro de lundi 9 janvier sous la plume de François-Xavier Bourmaud.

Lui, c’est bien sûr Emmanuel Macron : dans la salle des fêtes de l’Elysée, à l’occasion d’une réception avec les boulangers pour la galette, il a eu un petit moment de colère (pas vraiment une grosse colère quand même) en proférant : « Moi, j’en ai ras le bol des numéros verts dans tous les sens ». Une colère plus dans les mots que dans le ton de la voix qui est resté raisonnabl... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles