L’Afrique de l’ouest connaît son moment libéral

Alors que les militants en faveur de la liberté sociale et économique sont de plus en plus influents dans le dialogue local, une question doit être posée : est-ce le moment libéral de l’Afrique de l’ouest ?

Par Jilian Keenan.
Un article de Reason.com

En décembre 2017, après 10 ans de retard, le président sénégalais Macky Sall a finalement ouvert le tout nouvel aéroport de Dakar devant une foule agitant des affiches de son visage. Avec un coût d’environ 600 millions de dollars et une superficie 5 fois supérieure à celle de l’ancien aéroport, rien dans ce projet n’était petit.

Les présidents du Gabon, de la Gambie et de la Guinée ont rejoint Macky Sall pour l’inauguration, affirmant leur rêve : l’espoir que l’aéroport international de Blaise Diagne devienne un pôle de transport régional qui renforcera les économies locales et symbolisera le brillant futur de l’Afrique de l’ouest.

En fin de compte, l’inauguration de l’aéroport a bien symbolisé le changement de l’environnement politique ouest-africain, mais pas comme les politiciens l’avaient prévu.

Un nouvel aéroport a besoin d’une nouvelle compagnie aérienne, alors le gouvernement sénégalais en a créé une aussi : Air Sénégal, la nouvelle compagnie d’État va remplacer la précédente, Sénégal Airline, fermée en 2016, laquelle a remplacé Air Senegal international, fermé en 2009.

Tout le monde espérait que Air Sénégal réussirait là où les autres ont échoué. Le ministre de l’Aviation Maimouna Ndoye Seck a insisté sur le fait qu’une compagnie nationale était une nécessité. Des représentants de l’État voulaient que cette compagnie s’approprie l’honneur de faire décoller le premier vol commercial de l’aéroport.

Mais ce ne fut pas le cas. Air Sénégal n’a pas pu obtenir dans les délais tous les permis nécessaires pour le lancement, qui fut seulement symbolique. C’est donc Transair qui a eu l’honneur d’opérer le premier vol commercial, une compagnie aérienne privée locale. Et accablée par la gravité et le fardeau de la paperasse à finir, la compagnie d’État assistait depuis le plancher des vaches au décollage de la compagnie privée.

Entrez dans l’Africapitalisme

Durant des décennies, l’Afrique de l’ouest fut une terre inhospitalière pour le libéralisme. Pour Léopold Sédar Senghor, premier président du Sénégal, le socialisme était un système naturel pour la région :

L’histoire sociale de l’Afrique de vie tribale en communauté ne rend pas seulement le socialisme naturel pour l’Afrique, mais rend aussi obsolète toute idée de lutte des classes.

Au côté de Kwame Nkrumah et de Modibo Keita du Mali, Senghor a créé un modèle de gouvernance ouest africain dans lequel le développement social serait guidé par un secteur public très large. Inspiré par cette vision (et une aide financière considérable de la part de l’URSS), la participation de l’État dans l’économie locale fut poussée à l’extrême : au Ghana, par exemple, Nkrumah a nationalisé toutes les compagnies étrangères, imposé un contrôle des prix, collectivisé l’agriculture et  établi des industries d’État dans tous les domaines, depuis la transformation du cacao jusqu’à l’industrie pharmaceutique, en passant par la métallurgie.

Mais George Ayittey, une économiste du Ghana estimant que “l’Afrique est pauvre parce qu’elle n’est pas libre”, affirme que les compagnies et la libre entreprise ont de profondes, bien que mal comprises, racines sur le continent. Visitez n’importe quel marché et cela devient facile à voir : l’Afrique est un nid d’entrepreneurs.

“On peut être solidaire ou social sans être socialiste” écrit-il dans Defeating dictator : fighting tyranny in Africa and Around the World. Dans les sociétés paysannes, les moyens de production appartenaient au clan, qui se comporte comme une personne morale. Cependant, le clan n’est pas le gouvernement tribal ; il est une entité indépendante, et les moyens de production sont donc privés.

Il décrit l’histoire des expériences socialistes de l’Afrique de l’ouest en réaction au colonialisme. Après tout, pour Lénine, le colonialisme était l’étape ultime du capitalisme ; il est donc cohérent que les lecteurs de Lénine ayant survécu au colonialisme rejettent ses racines économiques. Mais ce rejet, et l’héritage du pillage du colonialisme, ont débouché sur un paradoxe : au tournant du 21ème siècle, l’Afrique est le continent le plus riche en termes de ressources naturelles, mais le plus pauvre en termes de développement socio-économique et de croissance.

Mais après des décennies de réglementations gouvernementales très lourdes, quelque chose de nouveau est en train de se produire à travers l’Afrique de l’ouest. La privatisation, la déréglementation et le capitalisme de marché, accompagnés d’un scepticisme grandissant envers l’État, gagnent du terrain.

Ayittey nous prévient que définir ce mouvement comme libéral, en tant que principe idéologique ayant du sens aux États-Unis, ne pourrait pas nécessairement être traduit en Afrique ; il note que, par exemple, le terme conservateur possède un sens différent en Russie et aux États-Unis.

Mais il admet que l’Afrique de l’ouest éprouve un “dégoût ou une répulsion grandissants contre les leaders politiques et le gouvernement”. Il y a urgence à affronter ces challenges économiques et sociaux avec de l’esprit d’entreprise, plutôt qu’avec de la charité ou de l’interventionnisme.

“C’est un éloignement assez drastique de l’ancien modèle de gouvernement centralisé gérant les industries de base” écrit Elumelu dans son manifeste Africapitalism : the path to economic prosperity and social wealth“C’est cela le coeur de l’Afriquapitalisme : de l’investissement sur le long terme qui crée de la prospérité économique (un objectif commercial), aussi bien que la richesse sociale”.

L’Afrique de l’ouest n’est certainement pas une utopie de liberté socio-économique débridée. Les thèses anti-gouvernementales prospèrent en grande partie parce que les chefs politiques de la région ont ancré leur autoritarisme sur leurs citoyens depuis trop longtemps. Les mois derniers, le gouvernement francophone du Cameroun a effectué une violente répression à l’encontre des sécessionnistes anglophones.

Au Sénégal, l’activiste franco-béninois Kemi Seba fut arrêté et déporté après avoir mis le feu à un billet de banque pour protester contre le Franc CFA toujours utilisé par 8 pays d’Afrique de l’ouest. En novembre 2017, le gouvernement Mauritanien a approuvé un amendement au Code pénal punissant de mort la “diffamation envers Dieu, le prophète Muhammad, les livres saints, les anges ou les prophètes».

Les droits LGBT sont néfastes, en théorie et en pratique. Dans le rapport de 2017 sur la liberté économique du Cato institute, presque toutes les nations d’Afrique de l’ouest étaient placées dans la catégorie les moins libres. Il serait naïf de prétendre que les activistes de la région ne sont pas aux débuts d’une longue et difficile lutte.

Malgré leur ténacité, les gouvernements autoritaires se meurent en Afrique de l’ouest. En 2014, quand le président Burkinabé Blaise Compaoré essaya d’amender la constitution pour étendre son mandat déjà long de 27 années, des manifestants ont riposté par une série de révoltes qui l’ont finalement obligé à dissoudre le gouvernement et s’exiler en Côte d’Ivoire.

Au Togo, des manifestants anti-gouvernement se jettent dans la rue dans une tentative de renversement de  la dynastie Gnassingbé, qui a maintenu son contrôle sur le pays depuis plus de 5 décennies en terrorisant les contestataires manifestant contre la corruption. Avec la chute du gouvernement de Yahya Jammeh en Gambie en 2017, les 16 pays d’Afrique de l’ouest ont désormais des gouvernements démocratiques. En novembre, la Gambie a même eu sa première chaîne de télévision privée.

Ce mouvement s’est développé au-delà de la chute de dynasties politiques autoritaires. En 2016, l’union Africaine a lancé un passeport commun qui garantira un accès sans visa dans tous les pays membres avant 2020.

Une action que les activistes libéraux régionaux, comme Oluwafemi Ogunjobi de African Student for Liberty, désignent comme “un pas décisif vers la croissance économique avec le libre mouvement des populations, biens et services». 

D’autres déréglementations économiques ont aussi déclenché de l’enthousiasme : après que le gouvernement Nigérien ait privatisé les industries des télécoms en 1999, le secteur a explosé, créant plus de 6 000 emplois et un boost de 6.97 billions de nairas au PIB (soit une hausse de 8.68%). Quand le Sénégal a démantelé son monopole sur le ciment, les prix ont été réduits d’un tiers.

“Nous sommes en train de témoigner du début d’un révolution intellectuelle majeure” dit Ayittey. “Par le passé, les gens n’avaient pas envie de se plaindre et acceptaient toute excuse que le gouvernement leur donnait. Plus maintenant».

Les changements sont à portée de main en Afrique de l’ouest. Et alors que les militants en faveur de la liberté sociale et économique sont de plus en plus influents dans le dialogue local, une question qui doit être posée : est-ce le moment libéral de l’Afrique de l’ouest ?

Réduire les dégâts

En novembre 2009, la carcasse calcinée d’un Boeing 727 fut découverte dans le désert aride au nord du Mali. L’enquête a conclu que l’avion avait été utilisé par des contrebandiers pour transporter de la drogue venant du Venezuela, puis incendié après le déchargement de la cargaison afin de détruire les preuves.

Des indices de navigations transatlantiques de drogues ont aussi été enregistrés en Guinée et en Sierra Leone : un rappel des années 70 et 80 quand des contrebandiers faisaient circuler de la drogue entre la Colombie et la frontière des États-Unis. Aujourd’hui, la valeur annuelle de la cocaïne transitant à travers l’Afrique de l’ouest est estimée à 1,25 milliard, bien davantage que le budget de beaucoup d’États de la région.

L’Afrique de l’ouest n’est pas seulement un centre de transports ; la capacité de production de la région est grandissante. Des centres de production de drogues de synthèses ont émergé en Côte D’Ivoire, Guinée et Nigeria ; selon un rapport du International narcotic control board, 10 laboratoires de méthamphétamines ont été  démantelés au Nigeria entre 2011 et 2015, et des produits de synthèse de drogues saisis au Sénégal.

Ainsi, pour mesurer le changement de politique de l’État, les mesures anti-drogues sont un bon critère.

Pendant des décennies, les politiques anti-drogues ont privilégié la criminalisation, avec de faibles, voire même contre-productifs résultats. Les lois sont sévères : au Ghana, l’usage de drogues mène directement à une incarcération de 5 ans minimum.

La possession et le trafic ne sont pas différenciés et mènent à une peine minimum de 10 ans d’incarcération. La prohibition a entraîné des risques sanitaires, épidémie de VIH, augmentation de l’hépatite C, et a mis la pression sur un système judiciaire déjà surchargé. Cela limite aussi les options économiques pour les fermiers Ghanéens, dont le travail produit 21% du PIB national ; en 2016, un fermier fut condamné à une peine impressionnante de 15 ans de prison pour avoir récolté du cannabis.

Mais le vent tourne. En 2014, un rapport de la commision ouest Africaine des drogues a conclu : “Nous pensons que la consommation et la possession de drogues pour un usage personnel ne devraient pas être criminalisées. L’expérience montre que la criminalisation des drogues empire les problèmes sociaux et de santé, met une pression énorme sur le système judiciaire et incite à la corruption”.

Ces recommandations se traduisent en politique. Le Ghana est sur le point de devenir le premier pays à décriminaliser l’usage et la possession personnelle de toutes les drogues, et plusieurs autres pays hésitent à suivre cette direction.

« Vous seriez impressionné par la manière dont l’opinion de la population a changé à propos du besoin de décriminaliser les drogues » dit Maria-Goretti Loglo, une avocate Ghanéene consultante pour L’International drug policy consortium. “Nous avons compris que les méthodes que nous avons utilisées encore et encore n’ont pas aidé à résoudre le problème”.

Loglo admet que le premier jet de la loi sur la drogue était très mauvais. « Il cherchait à augmenter les punitions avec l’idée que, quand vous punissez sévèrement les gens, ils restent éloignés des drogues ». Mais quand des organisations de la société civile, telle que la West African Drug Policy Network, sont intervenues, elles ont été capables de convaincre les législateurs que la décriminalisation sauverait des vies.

Les détails de la législation sont encore débattus, mais de manière assez remarquable, tous les partis politiques tombent d’accord sur le fait que la nouvelle loi va mettre fin à l’emprisonnement pour consommation et possession.

Selon Loglo, qui a participé au développement des recommandations pour la nouvelle politique, les primo-délinquants recevront un avertissement. Les récidivistes risquent une amende de 100 unités de pénalités ou 267 dollars, bien que certains souhaiteraient voir ce montant divisé par deux. Ceux ayant été arrêtés une troisième fois seront orientés vers des soins.

“Nous avons fait face à beaucoup de résistance au début” nous dis Loglo. “Mais maintenant vous seriez impressionné : la majorité du parlement le soutient. Oui, il y a toujours 1 ou 2 législateurs qui sentent que c’est un problème moral pour lequel les gens doivent être punis, mais ils sont la minorité”.

La politique ghanéene a provoqué enthousiasme et optimisme chez les partisans de la réduction des risques. “Ce sera grand”, nous dit Niamh Eastwood, directeur exécutif de Release, une organisation londonienne qui se concentre sur les politiques anti-drogues. “Ce sera bénéfique économiquement, mais c’est aussi traiter la population avec la dignité qu’elle mérite. C’est révolutionnaire pour l’Afrique de l’ouest”.

La position du Ghana sur cette question est déjà en train d’influencer d’autres pays de la région. William Ebiti, le spécialiste du Nigéria pour le West African Drug Policy network, évoque une loi durcissant les punitions pour la possession de drogues qui a été suspendue.

À la place, il lui a été demandé de faciliter les discussions entre représentants du gouvernement, leader traditionaliste, organisations internationales dans le Nigéria du nord afin d’examiner la décriminalisation et des options de réduction des dégâts.

Students for Sensible Drug Policy, un réseau international qui ne condamne, ni n’approuve l’usage de drogues mais fait campagne pour les droits des individus de prendre leur propre décision sur leur santé et bien-être, dispose d’antennes en Sierra Leone, en Gambie, au Libéria, au Ghana et au Nigéria.

L’activisme qui s’est répandu dans la région se concrétise : des parties prenantes impliquées dans la législation Ghanéene, par exemple, se sont récemment réunies à Monrovia pour échanger sur leurs recherches, et avec le Président Libérien.

“Le Libéria est prêt à discuter des changements pouvant être apportés», nous confie Loglo, qui déplore le grand nombre de toxicomanes issus de la longue guerre civile du pays, principalement d’anciens soldats rebelles. “Nous avons rencontré le ministre de la Justice, disposé à amender les lois afin de donner une chance à ces communautés”.

Loglo ajoute que le Bénin et la Guinée discutent aussi à propos de réformes de leurs politiques anti-drogues. Le premier centre de soins de la région pour les toxicomanes, qui permet également aux toxicomanes de consommer sans peur de répercussion légale, a ouvert en décembre 2014 à Dakar, Sénégal. Il a connu un tel succès que l’on propose d’en ouvrir un autre à Mbour ; d’autres sont construits à Cabo Verde et en Côte d’Ivoire.

“C’est un tournant pour l’Afrique de l’ouest”, nous dit Loglo. “Les gouvernements commencent à écouter la société civile, et c’est un pas en avant. Les gouvernements ne peuvent tous faire. »

Privatisation de l’éducation

Si un système éducatif est prêt pour le changement, c’est celui du Libéria. Pendant la guerre civile qui a déchiré le pays durant 14 ans, des bandes de soldats rebelles ont saccagé les écoles, forçant environ 80% d’entre elles à fermer leurs portes. Puis l’épidémie d’Ebola est venue aggraver la situation : les quelques écoles qui avaient survécu à la guerre ont dû fermer pendant sept mois alors que le pays était aux prises d’une crise de santé publique.

Aujourd’hui, les effets de l’histoire du Libéria sur son système éducatif sont évidents et dévastateurs. Moins de 60% des enfants libériens en âge d’aller à l’école sont effectivement scolarisés, un des taux nets de scolarisation les plus faibles du monde. Même parmi ceux qui sont inscrits, le tableau est sombre : moins d’une femme adulte sur cinq qui a fini l’école primaire dans le pays peut lire une seule phrase. En 2013, environ 25 000 diplômés du secondaire ont passé l’examen d’entrée à l’Université du Libéria. Tous ont échoué.

Désespérée, et à la recherche de solutions, la Présidente Ellen Sirleaf a nommé George Werner, ancien enseignant, au poste de ministre de l’Éducation en 2015. Il devait faire face à une mission de taille. Doté d’un budget de 44 millions de dollars seulement, il devait redonner vie au système éducatif libérien.

Werner a agi rapidement et de façon spectaculaire. En septembre 2016, il annonce une expérience avec l’enseignement primaire privé. Le projet, appelé Partenariat pour les écoles au Libéria (PSL), a confié la gestion de 93 écoles à 8 entreprises privées, comprenant des prestataires à but lucratif et des organisations caritatives.

Environ un quart de ces écoles, 25 au total, est géré par Bridge International Academies, un organisme d’enseignement à but lucratif américain parfois surnommé le « Uber de l’éducation ». Avec plus de 100 000 enfants inscrits dans ses écoles en Inde, au Kenya, en Ouganda et au Nigéria, et avec des investisseurs de premier plan comme Chan Zuckerberg et Bill Gates, il s’agit d’un des plus grands fournisseurs d’éducation à faible coût au monde.

Les 68 écoles restantes ont été réparties entre 7 autres organisations dans le cadre d’un appel d’offres. La proposition audacieuse de Werner a été largement citée comme le projet de privatisation le plus important et le plus ambitieux de l’histoire récente de l’Afrique. « Notre défi pour réparer l’éducation est gigantesque », a-t-il dit à l’époque. « Les écoles du partenariat nous offrent une occasion sans précédent d’affronter et de réparer autant de morceaux cassés que possible. »

Les données suggèrent que l’effort a fonctionné. Un essai de contrôle aléatoire indépendant du Center for Global Development a révélé qu’après 1 an, les résultats positifs aux tests ont augmenté de 60% dans les écoles publiques gérées par des entrepreneurs privés.

Les élèves profitant de l’expérience de gestion privée avaient également un meilleur accès aux fournitures scolaires : ils étaient 19% à avoir des manuels, 18% à utiliser de la craie dans leur classe et 10% à posséder des stylos et des crayons.

Même lorsque les résultats n’étaient pas particulièrement positifs dans l’un ou l’autre système – une vérification aléatoire a révélé que seulement 68% des enseignants de la PSL fréquentaient physiquement l’école, (comparé à 54% des enseignants du gouvernement ), les chiffres des programmes privés semblaient meilleurs.

Grâce à ces statistiques, le programme de la PSL a doublé pour inclure 202 écoles pour la deuxième année. Shannon May, co-fondatrice de Bridge International Academies, a annoncé que « le monde entier était à l’affût de la possibilité de transformer le système éducatif libérien. Et la réponse est Oui. »

Mais dès le début, le projet a souffert de controverses. Kishore Singh, rapporteur spécial de l’ONU sur le droit à l’éducation, a estimé l’expérience « totalement inacceptable » et « une violation flagrante des obligations du Libéria ». À plus de 25 millions de dollars sur trois ans, compte non tenu des coûts de l’expansion prévue, les critiques se demandaient si PSL en valait la peine. Il y a eu des anecdotes inquiétantes : selon un rapport, après qu’une école de Bridge PSL n’a pu honorer une promesse de repas fournis aux élèves, les plus pauvres d’entre eux ont tout simplement abandonné.

Même les améliorations des résultats aux tests ont suscité des débats. Steven Klees, professeur de politique éducative internationale à l’Université du Maryland, jugeant que la PSL représente la « McDonaldisation de l’éducation », soutient que lorsque les résultats pré-test des étudiants et d’autres facteurs sont pris en considération, l’amélioration des résultats des étudiants passe de 60 à 35-45%. C’est encore une amélioration, mais Klees ne pense pas que ce soit dû au plan de privatisation : 

« Pour moi, cela n’a rien à voir avec la privatisation. Les écoles de la PSL avaient des classes plus petites, davantage de temps d’instruction, des enseignants mieux formés et n’avaient pas à suivre le programme d’études de l’école primaire – tout ce que vous pouviez facilement faire dans les écoles publiques. Compte tenu de cette différence de ressources, je suis vraiment surpris que les résultats au test de la PSL aient si peu augmenté. »

Les aspects économiques du plan ont également soulevé des questions : le ministère de l’Éducation du Libéria (MOE) dépense déjà 50 dollars annuels pour chaque élève du système, dont la plus grosse part est consacrée aux salaires des enseignants.

Dans le cadre de l’expérience de privatisation, cela n’a pas changé : les étudiants inscrits et non-inscrits à la PSL continuent de recevoir cette base de référence de 50 dollars du ministère, pour la durée du projet pilote de trois ans.

Mais le MOE, pour vérifier les réalisations de ces dépenses supplémentaires, combinées à la gestion privée, a recueilli 50 dollars de plus par étudiant et par année auprès d’organismes philanthropiques et d’autres donateurs. (Il a également libéré des fonds en purgeant plus de 6 000 « enseignants fantômes », des enseignants n’ayant jamais existé, mais probablement ajoutés au système pour générer des salaires qui remplissaient les poches des fonctionnaires corrompus).

De plus, les 8 fournisseurs privés d’accès à la PSL étaient libres de recueillir des fonds supplémentaires s’ils le souhaitaient. Au final, le fournisseur privé qui a produit les statistiques les plus impressionnantes en matière d’amélioration des étudiants, Bridge International Academies, avait dépensé 373 dollars par étudiant au cours de sa première année d’exploitation, sans compter les coûts de démarrage. Les partisans du système sont prompts à souligner que ces fonds supplémentaires n’ont rien coûté, ni au gouvernement, ni aux parents libériens.

Mais d’autres prétendent que les bonnes notes – et leur prix élevé – ne sont pas viables à long terme. Klees a cité l’exemple d’Edison Schools, un entrepreneur privé à but lucratif qui n’a déclaré qu’un seul trimestre rentable alors qu’il était coté en bourse. Pour survivre, les Edison Schools ont finalement été forcées de s’éloigner de la gestion scolaire et de se tourner vers des services supplémentaires, tels que les tests et le tutorat.

Alors que la PSL entre dans sa deuxième année, les professionnels de l’éducation en Afrique de l’Ouest et dans le monde entier observent le Libéria – et l’intérêt pour les options privées visant à combler les déficits régionaux en matière d’éducation se répand.

En octobre 2017, un an après le lancement de PSL, la Bourse nigériane a offert une école Bridge International Academies au gouvernement de l’État de Borno, l’un des 3 les plus touchés par Boko Haram. Au Ghana, 5,6 millions de cedis (environ 1,25 million de dollars US) de prêts de microfinance ont été versés à 584 écoles privées à bas prix ; le programme touche près de 140 000 enfants et affiche un taux de remboursement des prêts de 92%.

Pendant ce temps, en Sierra Leone, Rising Academy Network (un autre organisme d’enseignement à but lucratif) a démarré avec une école en 2014, mais a rapidement pris de l’expansion pour inclure 2 000 élèves à tous les niveaux scolaires du pays.

Rising Academy, qui gère également 29 écoles au Libéria par le biais de la PSL, est d’abord apparu en Afrique de l’Ouest comme une réponse purement privée aux besoins, plutôt qu’à l’invitation d’un gouvernement. Comme d’autres initiatives d’éducation privées à faible coût, elle a suscité la controverse.

Les frais de scolarité dans les écoles de l’entreprise en Sierra Leone s’élèvent à 140 dollars par an – un prix élevé dans un pays où, selon une estimation de la Banque mondiale, le revenu national brut par habitant est de 340 dollars. (Cela signifie que 72 % de la population vit avec moins de 1 dollar par jour.)

« Nos parents sont des résidents moyens de Freetown », affirme Christina PioCosta-Lahue, directrice générale de Rising Academy Network. « Ce ne sont pas que des élites. » Elle a souligné que les frais de scolarité peuvent être payés en plusieurs versements et intègrent tout : uniformes, cahiers d’exercices, tout ce dont les étudiants ont besoin. Néanmoins, ces frais de scolarité n’incluent pas le déjeuner scolaire.

L’option relativement coûteuse semble toutefois donner des résultats. Une évaluation triennale de l’impact des écoles de la Rising Academy en Sierra Leone effectuée par le psychologue scolaire d’Oxford David Johnson a révélé que les élèves du secteur privé avaient fait deux à trois fois plus de progrès en lecture et en mathématiques que leurs pairs dans les écoles publiques.

Et les partisans des options d’éducation privée dans la région insistent sur le fait que même les parents désespérément pauvres veulent ce que tous les autres parents veulent : les options d’éducation les plus efficaces pour leurs enfants.

« Les gens qui réagissent négativement à l’idée ne connaissent pas bien ce contexte, voire pas du tout », selon PioCosta-Lahue. « La situation que nous avons trouvée dans les écoles [gouvernementales] était vraiment désastreuse – inimaginable pour quelqu’un à Washington. Quel parent veut envoyer son enfant dans une école où l’enseignant est analphabète ? »

Changer les mentalités

En Afrique de l’Ouest, l’entreprise commence par le sol. Selon le Forum économique mondial, environ 70% des habitants du continent dépendent de l’agriculture pour leur subsistance. Mais les gouvernements régionaux ont du mal à accroître le potentiel économique de leurs agriculteurs ; souvent, ils n’ont même pas su ou ne voulaient même pas les laisser libres. Au Sénégal, par exemple, le bétail est le capital principal de 30% des citoyens, mais le lait en poudre importé est taxé à 7%, alors que les taxes imposées sur le lait local s’élèvent à 30%.

Aucune conversation sur le présent, et l’avenir, de la liberté socio-économique en Afrique de l’Ouest ne peut ignorer les terres agricoles de la région ; et c’est pourquoi il n’est pas surprenant que la prochaine génération de militants libéraux d’Afrique de l’Ouest soit apparue sur une ferme avicole.

À 24 ans, Olumayowa Okediran venait d’obtenir son diplôme universitaire. Comme d’autres diplômés nigérians, il a intégré le National Youth Service Corps, une année de service national obligatoire qui permet de travailler dans tout le pays. Okediran a été envoyé à Fasola, un petit village, pour travailler sur une ferme avicole. C’était sympa de s’occuper des poulets. Mais l’économie de l’entreprise le rendait grincheux.

« C’était très improductif », dit-il. « Je n’arrêtais pas de me demander pourquoi la ferme n’avait pas été vendue à un investisseur privé pour la gérer. Ils faisaient d’énormes pertes, c’était insoutenable et c’était du gaspillage. »

Frustré par l’inefficacité qu’il constatait la journée, Okediran a profité de ses nuits pour fantasmer sur les façons d’étendre le projet qu’il avait lancé pendant ses études collégiales – un petit groupe appelé l’African Liberty Students Association (ALSO) – à un public plus large. « J’étais en esclavage pour le gouvernement », dit Okediran en riant. « Mais j’ai passé tout ce temps à préparer le terrain pour quelque chose de grand. » En 2013, il avait négocié une alliance entre ALSO et l’association américaine Students for Liberty.

Aujourd’hui, l’enfant de cette union – African Students for Liberty – compte plus de 6 000 contacts dans 22 pays du continent. C’est le plus grand groupe libéral d’Afrique.

Au fur et à mesure que l’élan se poursuit, tout le monde est d’accord : les conversations sur la liberté dans la région doivent être centrées sur les voix et les récits africains. Comme le dit George Ayittey,« le salut de l’Afrique réside dans le fait qu’elle s’appuie sur ses propres institutions autochtones, et non sur la copie de systèmes étrangers ».

Okediran est d’accord. Selon lui, l’un des premiers défis que devait relever le groupe pour défendre ses intérêts était de surmonter l’idée qu’il se contente de faire du prosélytisme pour les théories occidentales. « Je suis accusé d’être un larbin de l’Occident », dit-il. « Ils disent : Oh, tu es venu avec ton néocolonialisme, tu veux nous coloniser à nouveau.' »

Pour contrer ce phénomène, African Students for Liberty a cessé de distribuer du matériel d’auteurs occidentaux et a commencé à partager une collection d’essais d’auteurs du continent. Intitulé Voices for Africa, il comprend des essais tels que An African Intellectual’s View on Libertarianism et Debunking the Myths of Free Enterprise in Africa. La tactique fonctionne.

« C’est un point de basculement», dit Okediran. « De plus en plus de jeunes avancent avec leurs idées de liberté, aujourd’hui plus que jamais. Qu’ils s’identifient ou non comme libéraux, leurs choix – les arguments qu’ils mettent en ligne – reflètent des idéaux libéraux. Les jeunes qui croient maintenant en ces idées vont devenir journalistes, hommes d’affaires, décideurs politiques. Et quand nous serons au pouvoir, les systèmes de croyances que nous construisons commenceront à jouer dans les politiques. »

Ça a déjà commencé. Récemment, Okediran est retourné dans sa vieille ferme avicole, curieux, dit-il, de voir si les exploitants avaient appris des erreurs du passé.

Elle était en cours de privatisation.

Sur le web