Ebola, une épidémie de bêtise

L’épidémie n’est pas contrôlée. Reste à savoir pourquoi les malades continuent à s’accumuler.

Par Stéphane Montabert.

Ebola credits european commission DG (cc)

Selon le dernier bilan de l’OMS, Ebola a fait 887 victimes à la date du 1er août – morts « confirmés », « suspects » ou « probables ». Il s’agit de la plus grave épidémie provoquée par cette maladie depuis qu’elle a été répertoriée, frappant essentiellement dans trois pays, la Guinée, le Libéria et la Sierra Leone. L’épidémie n’est pas contrôlée. Reste à savoir pourquoi les malades continuent à s’accumuler.

L’épidémie a débuté fin mars. Les premières victimes furent naturellement difficiles à diagnostiquer ; les familles furent infectées, éventuellement après la mort de leur proche puisque les cadavres restent contagieux ; l’accès aux soins est en général déficient dans les zones rurales de ces pays pauvres.

Mais alors que le temps passait et que la présence d’Ebola devenait indiscutable, le nombre de nouvelles victimes ne cessa pourtant d’augmenter – 160 victimes début mai, 227 début juin, 380 début juillet et 887 en ce début du mois d’août. Pour une maladie dont la période d’incubation varie entre 2 et 21 jours et qui tue son hôte dans environ 60% des cas, l’augmentation continue du nombre d’infectés a de quoi surprendre.

Un des premiers facteurs a trait à l’extrême virulence du virus et à l’environnement sanitaire lui-même. Nous en avons un aperçu à travers un article de l’agence Reuters indiquant incidemment que plus de 100 travailleurs de la santé – portant quotidiennement des combinaisons intégrales régulièrement désinfectées – ont eux-mêmes contracté la maladie. La formation du personnel médical semble moins en cause que la qualité du matériel.

Les infections au sein du corps médical et de leurs infortunées familles ne suffisent pourtant toujours pas à expliquer la croissance continue de l’épidémie. Il faut bien aller chercher l’explication du côté culturel de cette région de l’Afrique. Si bien des habitants suivent scrupuleusement les instructions sanitaires – avec un degré de zèle confinant à la panique – d’autres refusent de s’y soumettre avec les conséquences que l’on imagine, contées par Marc Poncin, coordinateur d’urgence en Guinée pour Médecins Sans Frontières, dans les colonnes du New York Times :

Ils ne nous font pas confiance. Nous n’arrivons pas à freiner l’épidémie. [Le virus Ébola] a de quoi affoler les villageois. «Les gens disent que quand le médecin vous examine, ils vous emmènent à l’hôpital et on ne vous reverra plus jamais», explique une jeune commerçante au quotidien américain. Un sentiment de terreur a repris le dessus et les villages se protègent des aides externes. Les communautés locales pensent que les médecins venus de l’extérieur ramènent le virus avec eux, ou veulent exterminer les malades. Ils voient leurs amis et leurs familles pénétrer sous les tentes de MSF, mais rares sont ceux qui en ressortent. (…)

Nous ne voulons pas d’eux ! s’exclame le chef du village de Wabengou en Guinée (..). Nous n’acceptons pas leur présence. C’est eux qui transportent le virus dans nos maisons ! La crise a atteint un tel point que les corps des malades sont cachés, et ceux des morts sont volés pour pouvoir les enterrer proprement selon les traditions. Pour cela, il faut laver les cadavres à la main, ce qui met les familles en risque d’être infectées à leur tour.

Selon Don Epstein, porte-parole de l’OMS, les gens sont terrifiés et il faudra plusieurs mois avant que l’organisation ne soit en mesure de reprendre la situation complètement en main. Reste à savoir de quelle manière elle compte s’y atteler.

Afin de juguler le problème de proches prenant d’assaut les zones de soin pour récupérer les malades de leurs propres familles – et accessoirement se condamner à mort par contagion – la Sierra Leone a carrément décidé de déployer des soldats devant les hôpitaux. On pourrait saluer la décision, mais le président Ernest Bai Koroma ne s’est pas arrêté là :

[Le président] a décrété le 1er août l’état d’urgence pour une période de 60 à 90 jours, annonçant une batterie de mesures strictes, dont le placement en quarantaine des foyers d’Ebola, l’escorte des travailleurs sanitaires par la police et l’armée, et des perquisitions pour repérer les malades présumés.

Des malades arrachés de force à leur foyer par des soldats ? Porteront-ils seulement des gants en latex pour le faire ? On imagine les effets d’une bagarre face à une maladie qui se transmet par simple contact…Nous avons donc un aperçu du prochain corps social affecté par la maladie en Sierra Leone, les forces armées.

Ebola est un terrible fléau mais sa dangerosité vient aussi du substrat culturel sur lequel l’infection se développe. Ignorance, paranoïa, haine de l’Occident et théories du complot contribuent elles aussi aux ravages de la maladie. Voilà sans doute pourquoi, après de longs mois, l’épidémie continue de se répandre.


Sur le web


Avertissement de modération : Les commentaires à caractère xénophobe, raciste ou antisémite ne sont pas tolérés sur Contrepoints et déclencheront des bannissements.