Quand Québec baisse un impôt… qu’il venait d’augmenter !

La réforme de la fiscalité ayant récemment eu lieu aux États-Unis a fait baisser le taux d’imposition de façon significative, de sorte que le taux américain est maintenant moins élevé que le taux combiné, fédéral et provincial, canadien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Quand Québec baisse un impôt… qu’il venait d’augmenter !

Publié le 14 février 2018
- A +

Par Mathieu Bédard.
Un article de l’Institut économique de Montréal

Le premier ministre Couillard a récemment laissé entendre que le gouvernement plancherait sur une réduction du taux d’imposition des petites entreprises. Ce qui est pourtant passé inaperçu, c’est que ce même taux… vient à peine d’être augmenté pour de nombreuses petites entreprises !

En effet, depuis le 1er janvier 2017, les petites entreprises dont les revenus imposables sont inférieurs à 500 000 $ et dont l’entrepreneur et les salariés ont travaillé moins de 5500 heures au cours de l’année ont vu leur taux d’imposition provincial passer de 8 % à 11,8 %, puis à 11,7 % en 2018, puisqu’elles n’ont plus droit à la déduction pour petites entreprises.

Cette mesure, annoncée durant le budget de 2015, est pratiquement passée sous le radar. Pourtant, il s’agit d’une augmentation considérable. Cela signifie par exemple qu’une petite entreprise qui payait 20 000 $ en impôts provincial se trouve à en payer presque 30 000 $ l’année suivante. Toute une différence !

Une bonne nouvelle

Si le gouvernement baisse de nouveau ce taux, il ne fera qu’emboîter le pas au gouvernement fédéral. En effet, depuis le début de l’année 2018, le taux fédéral s’appliquant aux petites entreprises est passé de 10,5 % à 10 % et, en 2019, il sera encore réduit d’un point de pourcentage pour passer à 9 %.

C’est bien entendu une bonne nouvelle. La fiscalité compte parmi les importants obstacles à l’entrepreneuriat. Toutefois, les deux paliers de gouvernement ne doivent pas perdre de vue la véritable menace en ce qui a trait à l’impôt sur les entreprises : notre taux général, celui qui s’applique aux « grandes » entreprises, n’est maintenant plus concurrentiel.

La réforme de la fiscalité ayant récemment eu lieu aux États-Unis a fait baisser le taux d’imposition de façon significative, de sorte que le taux américain est maintenant moins élevé que le taux combiné, fédéral et provincial, canadien. Les taux d’imposition d’une part et d’autre de notre frontière envoient désormais le message que les investissements sont mieux accueillis aux États-Unis qu’au Canada.

Trudeau déçoit

Malheureusement, le discours de Justin Trudeau à Davos, lors du Forum économique mondial, suggérait que le gouvernement fédéral n’envisageait pas de baisser cet impôt, bien que son ministre des Finances, Bill Morneau, avait auparavant envoyé un autre signal.

Une réduction d’impôt pour les petites entreprises est toujours bonne à prendre, mais l’urgence pour nos gouvernements devrait être de réagir à l’important changement fiscal ayant eu lieu au sud de notre frontière. La maison brûle, notre compétitivité fond comme neige au soleil, et on ne sent toujours pas la prise de conscience chez nos gouvernements de ce risque sérieux qui pèse sur notre économie.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Cousins canadiens, rassurez-vous ! Votre différentiel de compétitivité fiscale avec votre grand voisin reste un ridicule animal microscopique quand on compare à celui du vieux pays avec les siens.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a une première phase dans laquelle on a vu des pans entiers d’industries partir en Asie ou en Inde. L’exemple typique est le textile où les technologies de production ont été mises à disposition du monde entier par des fabricants occidentaux de machines, suisses en l’occurrence.

 

Des machines et des procédés de production

Ils vendaient non seulement les machines, mais aussi les procédés de production. Quand les salaires vont de un à 70 comme c’était le cas entre l’Europe et des pays comme le Bangladesh, un producteur ... Poursuivre la lecture

Le Canada traverse une importante crise de la représentation qui a culminé en février dernier durant la révolte des camionneurs. Si la confiance d’une partie de la population envers la classe politique est chancelante, sa confiance envers les médias traditionnels est en chute libre, la montée dudit « complotisme » étant la plus forte manifestation de cette récente rupture. Au Québec, 50 % des gens croient aujourd’hui que les journalistes cherchent délibérément à les tromper, selon un sondage de la firme Edelman, publié fin mars dernier.

<... Poursuivre la lecture

Si le vote des Français en France concentre logiquement toute l’attention, celui des Français à l’étranger donne des éléments sur la mentalité des expatriés, émigrés voire des binationaux. Un vote qui peut toutefois avoir une certaine importance.

Le vote des Français à l’étranger a représenté 500 000 votes sur 1,4 million d’inscrits (un taux de participation de 35 %). 45 % ont voté pour Macron et 22 % pour Mélenchon, Zemmour faisant 8 % et Le Pen ne représentant que 5 %.

Ces chiffres méritent d’être étudiés de plus près, car ils... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles