Les 8 mesures fiscales révolutionnaires de Donald Trump

Une réforme fiscale poussée par Trump par le Sénat, représentera, après négociation entre les deux chambres, une véritable révolution fiscale après celle de Reagan au début des années 1980.

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Obnubilés par la mode idéologique de l’ « anti-trumpisme », de nombreux journalistes et correspondants ont relayé la fausse information (fake news) de la chaîne ABC sur la possible mise en cause du président Trump par son ancien conseiller à la sécurité et ont fait semblant de ne pas remarquer le vote du Sénat en faveur de la réforme fiscale.

Par la suite, le journaliste d’ABC a été mis à pied (il rejoint d’ailleurs plusieurs autres journalistes pour « fausses informations », y compris certains ayant appartenu à CNN dont un ancien prix Pulitzer…) et il semblerait d’ailleurs que l’enquête s’oriente de plus en plus vers Hillary Clinton

Une révolution fiscale à la Reagan

Mais la réforme fiscale a bel et bien été adoptée par le Sénat et, sauf coup de théâtre, elle représentera, après négociation entre les deux chambres, une véritable révolution fiscale après celle de Reagan au début des années 1980.

Quelles sont les principales caractéristiques de cette réforme (compte tenu du fait qu’il existe encore des différences entre les propositions de la Chambre et celles du Sénat) ?

1. Le taux de l’IS pour toutes les entreprises est baissé de 35 % à 20 %. Cette baisse sera accompagnée par la suppression de plusieurs crédits d’impôts et déductions fiscales afin de simplifier le calcul de l’imposition due par les entreprises.
2. Les tranches de l’impôt sur le revenu seront réduites afin de le rendre plus simple et plus lisible. Les taux applicables passeront de 7 à 4 : 12%, 25%, 35% et 39,6% (selon la Chambre).
3. L’impôt sur les successions est exempté jusqu’à 11 millions de dollars/personne.
4. Le taux d’imposition maximal applicable aux actionnaires de sociétés « transparentes » – pass-through businesses – baissera de 39,6% à 25%, soit de presque 15 points.
5. Suppression de « l’alternative minimum tax », l’impôt minimum qui frappe tous les contribuables censés ne pas être assujettis à un niveau suffisant.
6. Suppression de la taxation des investissements commerciaux.
7. Des dizaines de niches fiscales, surtout au niveau des États, seront supprimées.
8. Le projet sénatorial de loi sur la réduction de l’impôt prévoit aussi l’ouverture d’une petite partie de l’Arctic National Wildlife Refuge (ANWR) pour le forage pétrolier et gazier. Des milliers d’emplois, des milliards de dollars et l’indépendance énergétique de l’Amérique sont à la clef.

Bénéfique pour l’emploi, les entreprises et les classes moyennes

Les discussions continuent dans les commissions et entre les membres des deux chambres. La plupart des spécialistes sont néanmoins d’accord pour reconnaître que cette réforme est surtout bénéfique pour l’emploi, aux entreprises et aux classes moyennes.

On estime à 2 200 dollars la baisse d’impôts pour une famille moyenne.
Cette réforme intervient au moment où les indicateurs économiques sont au plus haut et où, pour la première fois depuis 2007, la hausse du PIB (3.3 % au troisième trimestre) a dépassé les prévisions du Congressional Budget Office. Le Dow Jones a encore battu des records (du jamais vu depuis 75 ans) et le taux de chômage est au plus bas : 4.1 %.

Sur le web