La démocratie recule dans le monde

L’un des facteurs qui a contribué au recul de la démocratie a été, selon The Economist, le déclin des libertés médiatiques et la réduction de la liberté d’expression, en raison notamment des menaces croissantes de répression gouvernementale.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La démocratie recule dans le monde

Publié le 13 février 2018
- A +

Par Thierry Godefridi.

Selon le dernier indice annuel du magazine The Economist, la démocratie a accusé un recul notable dans le monde au cours de l’année écoulée. Cet indice évalue l’état de la démocratie dans 165 États indépendants et deux territoires et prend en compte cinq catégories principales : le pluralisme et le processus électoral, les libertés civiques, le fonctionnement du gouvernement, la participation politique et la culture politique.

En 2017, l’indice a enregistré sa pire performance depuis 2010 au lendemain de la crise financière et économique mondiale. Aucune région n’améliore son score moyen en 2017 par rapport à 2016.

L’un des facteurs qui a contribué à ce recul de la démocratie dans le monde a été, selon The Economist, le déclin marqué des libertés médiatiques et la réduction de la liberté d’expression, en raison notamment des menaces croissantes de répression gouvernementale. Le rapport sur l’indice de la démocratie de cette année met un accent particulier sur la liberté des médias et comprend un nouvel indice de la liberté des médias et un classement mondial.

Les conclusions de The Economist

Parmi ses principales conclusions, le rapport de The Economist relève :

– Un approfondissement des divisions politiques, sociales et culturelles se manifestant dans de nombreuses démocraties de par le monde ;

– Le fait que l’Asie ait connu le plus grand déclin démocratique de toutes les (sept) régions ;

– Une forte baisse du score de l’Espagne, même si celle-ci conserve son statut de démocratie pleine, cette baisse faisant suite à la gestion par le gouvernement national de la crise en Catalogne ;

– Un podium constitué de pays nordiques (Norvège, Islande, Suède) et la dernière place de la Corée du Nord au classement général.

Les 19 pays considérés par The Economist comme de « pleines démocraties » sont, dans cet ordre, les suivants : Norvège (score général sur 10 : 9,87), Islande (9,58), Suède (9,39), Nouvelle-Zélande (9,26), Danemark (9,22), Irlande (9,15), Canada (9,15), Australie (9,09), Finlande (9,03), Suisse (9,03), Pays-Bas (8,89), Luxembourg (8,81), Allemagne (8,61), Royaume-Uni (8,53), Autriche (8,42), Île Maurice (8,22), Malte (8,15), Uruguay (8,12) et Espagne (8,08).

Les États-Unis (21es, ex-æquo avec l’Italie, 7,98/10), la France (29e, 7,80/10) et la Belgique (32e, 7,78/10) sont rangés par The Economist parmi les « démocraties imparfaites » dont font, entre autres, également partie la Corée du Sud, le Japon, le Cap Vert, le Chili, le Portugal, l’Estonie, Israël ainsi que, plus loin, Singapour, Hong Kong et l’Équateur.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • The Economist est une feuille de choux. Selon newsinenglish.no; COMMENTARY: As two of Norway’s political parties consider major personnel changes, the two most striking features of Norway’s political system may be that individual lawmakers aren’t held personally accountable to voters, and that consent of the governed isn’t required to decide who actually governs, writes journalist and author Solveig Torvik (photo). En Suisse le peuple vote ses impots.

  • En même temps le très improbable progrès du libéralisme supposerait aussi un recul de la démocratie qui converge par construction vers un instrument de dictature de la majorité (tendance dite sociale-démocrate).

    • @mc2
      Bonsoir,
      « En même temps le très improbable progrès du libéralisme supposerait aussi un recul de la démocratie qui converge par construction vers un instrument de dictature de la majorité (tendance dite sociale-démocrate). »
      WHahaha ! et le NSDAP était libéral ! C’te blague !
      Nous sommes en Social-démocratie, et la dictature sournoise en place est celle d’une minorité sur la majorité.

  • avec internet , et certains médias indépendants ( et courageux ) on apprend beaucoup de choses pas très catholiques au sujet de ceux qui nous gouvernent ; ce qui peut engendrer de la part des populations , la masse comme ils disent , des réactions négatives voire violentes ; et ça , ils en ont peur ; et cette peur ils la contre en modifiant la démocratie à leur avantage pour se protéger ;

  • big brother n’aime pas avoir la trouille ou etre contrarié dans ses projets alors il cogne ! et c’est pas fini les amis pour ce qui est d’internet un seul espoir le projet russe mis en place pour cet été !

  • Bref, une démocratie pleine et entière, c’est soit un petit peuple, soit plusieurs petits peuples sur un territoire immense et quasi vide !
    Exemple : la NZ, 5 millions de personnes sur une île dont la superficie est supérieure à celle de la Grande Bretagne !
    Cherchez l’erreur…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Wodka-Gallien[1. Philippe Wodka-Gallien. Institut français d’analyse stratégique. Ancient auditeur de l’IHEDN -47e Session nationale Armement - Économie de défense-. Prix Vauban 2015 pour son livre Essai nucléaire, la force de frappe française au XXIe siècle édité chez Lavauzelle. Auteur du récent ouvrage, La dissuasion nucléaire française en action, dictionnaire d’un récit national aux éditions Deccopman].

Le Monde : « La confrontation nucléaire, un scénario évoqué avec de plus en plus d’insistance en Russie ». Le Figaro ... Poursuivre la lecture

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Les censeurs du monde entier retiennent leur souffle : Elon Musk a suspendu temporairement l’accord de rachat de Twitter, occasionnant une plongée en bourse de la célèbre entreprise à l’oiseau bleu. Avant de l'acquérir, le milliardaire voudrait évaluer le nombre de faux comptes et de spam sur le réseau, que ses administrateurs estiment à environ 5 %.

Elon Musk a bien précisé qu’il avait toujours l’intention de reprendre Twitter pour en faire une véritable zone de libre expression, au grand dam d’une improbable coalition de progressiste... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles