Après la sécession des élites, la disparition politique du Peuple

Discrètement mais sûrement, nous sommes en train de passer à l’idée d’un peuple souverain à celui d’un peuple encadré et surveillé par des élites plus ou moins bienveillantes, ce qui finit de détruire l’esprit du gouvernement représentatif.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après la sécession des élites, la disparition politique du Peuple

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 20 janvier 2018
- A +

Par Frédéric Mas.

Dans son dernier essai intitulé La guerre des intelligences, Laurent Alexandre exprime plus que des réserves à l’endroit du revenu universel. Alors que nous entrons dans l’âge de l’Intelligence Artificielle, qui va bouleverser nos vies, nos économies et nos systèmes politiques, cette mesure, présentée le plus souvent comme progressiste, revient surtout à ménager les intérêts des élites :

Un revenu universel permanent pourrait devenir cauchemardesque s’il endort les citoyens dépassés par l’Intelligence artificielle, au lieu de conduire l’État à moderniser le système éducatif. Il faut augmenter la complémentarité avec l’intelligence artificielle. (…) L’horrible réalité est que le tabou du Qi traduit moins la honte d’un peuple qui se sent dépassé que le désir inconscient et inavouable des élites intellectuelles de garder le monopole de l’intelligence, qui les différencie de la masse. Ce qui est politiquement et moralement inacceptable. Le RU serait une façon commode de confiner ladite masse dans le calme et l’apathie, laissant les meneurs du monde dans la quiétude douillette de l’entre-soi1.

Pour Laurent Alexandre, le revenu universel est une sorte de transaction entre le peuple et les élites, de la sécurité contre du pouvoir, mais au détriment du peuple qui, n’ayant pas toutes les informations en main, se fait gentiment et discrètement sortir de l’histoire, laissant aux experts, aux politiciens et aux managers – au sens qu’en donnait James Burnham – le soin de s’occuper de l’activité de gouverner et de bénéficier en priorité du gâteau de la nouvelle économie.

Réguler les comportements

Cet engouement pour le revenu universel n’est qu’un exemple parmi tant d’autres. Depuis l’élection de Donald Trump, par exemple, les gouvernements et certaines entreprises de pointe se sont lancés dans la chasse aux fake news, ce qui, au-delà de la question portant sur la qualité des informations qui circulent sur internet, procède de la même manière : il convient de réguler le comportement d’un peuple qui devient de plus en plus incontrôlable. Comme pour le revenu universel, la chasse au fake news apparaît plus comme une manière paternaliste de contenir et de domestiquer les populations que de chercher à les élever, ou, plus simplement, à les laisser vivre.

Ce qui est en train de se jouer ici est une révolution silencieuse dont les effets sur le gouvernement représentatif sont tout bonnement désastreux. Il s’agit de la disparition programmée du peuple comme sujet politique, ce qui peut apparaître comme problématique en démocratie, mais aussi plus largement pour l’esprit du libéralisme politique.

La démocratie ou le peuple devenu majeur

Bien entendu, la place du peuple au sein de l’activité de gouvernement moderne ne va pas de soi. Montesquieu, qui faisait reposer le gouvernement démocratique sur la vertu, estimait que la démocratie appartenait au passé, celui de l’Antiquité grecque et romaine. Il faut attendre l’invention de la république américaine pour que certains théoriciens estiment possible la synthèse entre représentation politique et démocratie, c’est-à-dire l’auto-gouvernement populaire.

C’est sans doute la grande leçon du Fédéraliste, ce recueil d’articles écrit pour promouvoir la constitution américaine de 1787. Pour Paul Eidelberg, les fondateurs du régime américain instituèrent la république américaine, mais pensaient encore dans les catégories du régime mixte de la philosophie politique classique : le pouvoir était donc partagé entre les élites, ou l’aristocratie naturelle, et le peuple.

L’intrusion du peuple dans l’histoire politique française s’est faite plus chaotiquement. De l’embrasement de la révolution française en passant par l’histoire du mouvement ouvrier jusqu’à ce que la république consacre la volonté générale comme l’un de ses éléments constitutifs essentiel, il a fallu plus d’un siècle et demi pour en stabiliser l’assise et la légitimité.

Le despotisme démocratique

Le peuple n’a jamais fait consensus comme objet politique : les définitions varient, y compris parmi ses plus fervents défenseurs, au point que certains l’ont déclaré introuvable. Il peut en effet tour à tour désigner les classes modestes, les individus une fois représentés par un gouvernement institué ou encore l’ensemble des citoyens en tant qu’ils participent effectivement à la vie de la cité.

Les libéraux se sont aussi bien gardés d’idolâtrer un peuple synonyme de principe politique unique. Non seulement le peuple et ses représentants ne sont pas la même chose et n’incarnent pas les mêmes intérêts, mais la pression populaire peut mettre en danger les droits fondamentaux de l’individu, qu’il faut à tout prix préserver du suffrage.

Plus encore, l’exigence d’égalité dont est porteur le peuple est potentiellement porteuse d’un despotisme de type nouveau, comme l’a bien vu Tocqueville, qui tend à remettre le pouvoir entre les mains de quelques-uns au nom de l’efficacité.

Malgré les dangers du populisme et les limites de l’idée de peuple en théorie politique, avec le peuple pourraient disparaître deux notions centrales au sein de la tradition libérale.

Deux atteintes à la liberté

La première porte sur l’idée, qui remonte au Second traité du gouvernement civil de John Locke, de consentement aux institutions, et plus généralement de responsabilité des gouvernants devant les gouvernés. Le peuple, avec l’évolution de la société, devient aux yeux des gouvernants eux-mêmes de moins en moins légitimes à juger de leur action, et des contraintes que la complexité du monde fait peser sur la décision publique.

La transformation des démocraties en gouvernances plus ou moins globales va dans ce sens : le peuple est prié d’approuver les réformes qui se succèdent, et toute réaction critique jugée populiste se traduit par des mesures de rétorsion en matière de liberté publique. On passe de la démocratie à une expertocratie qui ne prend plus en compte la source de son expertise.

La seconde idée porte sur le gouvernement de Soi. Comme l’a montré l’historien et philosophe Michael Oakeshott, la modernité a donné naissance à plusieurs traditions morales, dont celle centrale pour le libéralisme et la démocratie, de l’individualité. L’autonomie morale de l’individu, depuis la fin du Moyen-Âge, est le corollaire de l’autonomie politique, le droit de regard et de contrôle sur les lois auxquelles nous nous soumettons. L’idéal républicain visait jusqu’à présent à faire converger cet idéal d’autonomie individuelle et le gouvernement du peuple. Avec la tendance des élites à la sécession, cette autonomie morale et politique pourrait redevenir le privilège de quelques-uns, et l’hétéronomie, le destin du reste de l’Humanité.

Cela nous permet de revenir à l’esprit du revenu universel pour Laurent Alexandre. Pour une partie de nos élites, l’avenir de l’Humanité ressemble à un épisode de The Expanse, où la Terre est dirigée par une élite de bureaucrates éclairés, mais où 80% de la planète ressemble à un bidonville qu’il s’agit essentiellement d’encadrer et de contenir. C’est pourquoi, aujourd’hui plus que jamais, la liberté qui constitue notre patrimoine européen commun se doit d’être défendue.

  1. Laurent Alexandre, La guerre des intelligences, Lattès, 2017, p. 145.
Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Le démocratie libérale doit se mériter, avec un niveau intellectuel et culturel du peuple en progression constante. C’est l’inverse qui s’est produit, par la volonté des élites et le consentement constant du peuple. Il ne reste plus à chacun de nous qu’à nous démener pour faire partie des « happy few » et nous protéger du peuple… et des soi-disant élites.

    • « C’est l’inverse qui s’est produit, par la volonté des élites et le consentement constant du peuple. « :
      On peut clairement se poser des question du type « oeuf ou la poule » sur ce sujet.

      Et tout à fait d’accord avec vous sur « démener pour faire partie des « happy few » et nous protéger du peuple »
      passé la prime jeunesse où on a des reves de reconquête democratique, des visions de « gentils et de mechants » monolithiques et bien identifiés », on comprend avec le temps que le peuple ne vaut pas bien plus chair que ses élites …

  • Cet article réveille en nous le mal sournois qui nous entoure. La paralysie qui a annihilé une majorité de français pour donner un quitus au ptremier venu
    L’intérêt général a disparu et nos gouvernants gouvernent dans des directions de plus en plus imprévisibles, mais surs d’euxm car ayant un mandat
    L’avenir est sombre

  • C’était pas mieux avant. Les 30 glorieuses sont une « glorieuse tyrannie » ou l’état décide de tout et ou la démocratie ne signifie rien

  • Interessant, et il y a surement du vrai la-dedans. Cependant je ne suis pas certain que des mesures comme le revenu universelle aurait pour consequence la disparition politique du peuple.

    Pour prendre un exemple, le progressisme a certes ete initie par des elites, des penseurs, des ecrivains,.. Mais aujourd’hui il est pousse par une armee de SJW totalement issue du peuple. Les elites sont completement depasse par ce mouvement de la base qui fait du progressisme un totalitarisme de moins en moins mou (que ce soit pour l’anti racisme, le feminisme, le mouvement « vegan »,…). Les elites regardent ca d’un oeil bienveillant, les journalistes relaient les points de vue avec complaisance (pour le moment), mais en realite ils sont depasses. Il est meme possible que ce nouveau combat contre les « fake news » soit autant pour lutter contre le populisme et les ennemis du progressisme que contre cette popularisation du progressisme qui est en train de leur echapper.
    Et ce mouvement de la base est le fruit de l’oisivete et du confort de la population (des concepts comme la « micro-agression » ne peuvent venir que de personnes n’ayant jamais subie une vraie agression, n’ayant jamais du se battre pour quoique ce soit dans la vie, et donc naturellement se decouvrant victime de bourreaux imaginaires).
    Si cette analyse est juste, alors le revenu universel, en offrant toujours plus d’oisivete et de confort, pourrait renforcer ces armees d’oisifs et mener a renverser les structures de controle actuelle.

    • Naufrage, votre analyse est intéressante. J’y mettrais un bémol si vous permettez. Des micro agressions continuelles finissent par créer un effet de saturation qui confine à la vraie agression. J’ai connu les deux et ce sont les micro agressions en tous genres qui font que je suis en train de quitter Paris que j’ai pourtant adoré.

  • Ne perdons pas espoir. Les zadistes, par exemple, arrivent fort bien à faire peuple contre l’élite au pouvoir.

    • Contre une autre partie du peuple: ceux qui sont opposés à la poursuite de l’exploitation de Nantes-Atlantique à cause de ses nuisances et voient dans NDDL la solution à leur problème. Mais qui n’useront pas de moyens illégaux.

      • « ceux qui sont opposés à la poursuite de l’exploitation de Nantes-Atlantique à cause de ses nuisances » sont du côté du manche, au mieux comme alibi, au pire comme déclencheurs …
        Ils ne méritent pas plus le nom de peuple que les courtisans du Roi à la cour de Versailles.
        Le peuple, c’est ceux sans qui et contre qui se font les lois.

  • Je ne partage pas le pessimisme de l’auteur sur le revenu universel. On peut certes le voir comme l’équivalent actuel du « panem et circenses » destiné à abrutir le peuple pour le museler.
    On peut aussi considérer, qu’à partir du moment où le peuple n’aura plus le souci quotidien de chercher pitance pour se remplir la panse, son esprit pourra se tourner vers des préoccupations plus nobles, comme la culture, la philosophie, la maîtrise de son destin, voire le questionnement légitime sur l’utilité réelle des dirigeants politiques.
    « L’oisiveté est la mère de la philosophie » – Thomas Hobbes

  • A propos du discours que vous proposez d’écouter (Laurent Alexandre sur l’intelligence artificielle) : tout cela est bien sympathique. Mais ne fonctionne plus sans électricité, ooops. A la prochaine grosse panne (terrorisme, tremblement de terre.. ) les êtres intelligents seront ceux capable de purifier l’eau par leurs propres moyens, et de survivre aux attaques de leurs congénères.

  • Ce serait très risqué en France de pratiquer du jour au lendemain un modèle similaire ou proche de la Suisse ça doit se faire progressivement comme l’ apprentissage d’ un métier il faudrait bien 2 générations pour une démo directe à la française .
    C’est la grande faute de De Gaulle de ne pas avoir lancé ce chantier ambitieux en conséquence les communistes et socialos s’ en sont emparés pour preuve dans son ouvrage G Marchais  » le défi démocratique ce mot revient une bonne centaine de fois idem G Seguy dans  » le mai de la cgt  » .

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
François Mitterrand
2
Sauvegarder cet article

La vie politique française n’oppose plus la droite et la gauche. Emmanuel Macron se réclame « en même temps » de la droite et de la gauche. Il innove ainsi du point du vue du jeu politicien, mais certainement pas du point du vue de l’histoire politique. Il y aura toujours des progressistes et des conservateurs.

Pourquoi alors ne sont-ils plus regroupés en deux camps se réclamant de deux visions différentes de l’avenir ? Pourquoi trois pôles, le centrisme, la droite radicale et la gauche radicale se partagent-ils désormais l’essentiel d... Poursuivre la lecture

Par François Facchini. 

De nombreux événements font craindre un démantèlement des démocraties libérales et une multiplication des régimes autoritaires dans le monde. Le succès des partis populistes serait une première raison de craindre un tel processus. Le Mouvement des cinq étoiles en Italie, Podemos en Espagne, les Démocrates suédois en Suède, l'élection de Donald Trump aux États-Unis seraient autant d'événements qui remettraient en cause les fondements des démocraties libérales occidentales.

L’arrivée au pouvoir de Viktor Or... Poursuivre la lecture

Dans l’histoire constitutionnelle et politique de la France des temps modernes, l’un des principaux invariants réside dans l’affirmation progressive mais répétée de l’indivisibilité de son organisation institutionnelle ; de la monarchie encore balbutiante aux Conventionnels jacobins, celle-ci a traversé les âges et les régimes politiques, au point d’articuler le corps social autour de ce principe unitaire fondateur.

À mesure que le XXIe siècle approchait, le tissu social français se fractura. À grands coups de dénonciation de séparatis... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles