Mazarin l’Italien, d’Olivier Poncet

Une étude historique originale sur le cardinal Mazarin vu d’Italie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Mazarin l’Italien, d’Olivier Poncet

Publié le 20 janvier 2018
- A +

Par Jean-Baptiste Noé.

C’est un livre fort original que vient de publier Olivier Poncet, professeur à l’école des chartes : une étude de Mazarin vue d’Italie. On croyait tout savoir de ce cardinal ministre, mais il reste encore des zones à défricher et à éclairer, notamment ses rapports avec l’Italie, sa patrie de naissance.

Mazarin est un Romain, mais Rome n’est plus dans Rome au XVIIe siècle. Avec 100 000 habitants, la ville est loin derrière Naples, qui en compte 250 000. Les familles se déchirent et l’autorité du pape est toujours en suspens. Mazarin parvient à se glisser dans les réseaux romains pour connaître une réelle ascension sociale, notamment comme diplomate du Saint-Siège.

La France rêve de l’Italie

Depuis le XIVe siècle, l’Italie est la chasse gardée de la France qui rêve de la contrôler. Les Valois ont hérité du royaume de Naples et nombreux sont les rois qui ont fait excursion dans la péninsule afin d’en prendre le contrôle, avec plus ou moins de succès. François 1er y fut défait.

Louis XIII a longtemps combattu dans la vallée de la Valteline pour contrôler l’accès aux cols des Alpes. Ces guerres d’Italie ont duré plusieurs siècles, mais sont de nos jours des oubliées de la mémoire.

Ce livre regroupe une série de conférences données à Rome par Olivier Poncet. L’originalité de l’ouvrage réside dans ce chassé-croisé entre France et Italie, entre goût culturel et affinité politique. À Paris, Mazarin est perçu comme Italien ; à Rome on le voit au service du roi de France. Il se retrouve ainsi entre deux pays. L’ouvrage permet également d’aborder la question de l’Italie au XVIIe siècle, une péninsule bien particulière et différente des siècles antérieurs. Cet ouvrage se lit bien et il apporte d’utiles compléments à la vie du cardinal ministre.

Olivier Poncet, Mazarin l’italien, éditions Taillandier, 2018, 286 pages.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • « Il [Mazarin] ne fut ni doux ni cruel, parce qu’il ne se ressouvenoit ni des bienfaits ni des injures. Il s’aimoit trop, ce qui est le naturel des âmes lâches. »

    Cardinal de Retz, Mémoires

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En janvier 2022 j’attirais l’attention sur la posture pour le moins surprenante adoptée par quelques sénateurs français vis-à-vis des approches du gouvernement chinois durant la crise que nous avons traversée (traversons). Dans un rapport prospectif ils se montraient ostensiblement admiratifs du solutionnisme technologique chinois.

Dans ce même rapport, ils ne manquaient pas de vanter - sans ambages - tous les mérites des méthodes de l’empire du Milieu, sans omettre de valoriser certaines de ses approches les plus coercitives…

S... Poursuivre la lecture

Par Lawrence W. Reed.

 

Un seul pays au monde peut se vanter d'avoir davantage de voitures que d'habitants à l'intérieur de ses frontières - une augmentation stupéfiante de 25 %, selon les statistiques les plus récentes.

Pouvez-vous deviner de quel pays il s'agit ? Je vais vous donner quelques indices supplémentaires...

Le PIB par habitant de cette fascinante enclave est l'un des plus élevés de la planète, presque aussi élevé que celui des États-Unis. Elle prétend, de manière crédible, abriter le plus ancien É... Poursuivre la lecture

Valérie Pécresse
1
Sauvegarder cet article

La campagne de Valérie Pécresse semble piétiner, après que sa victoire au congrès des Républicains a fait remonter sa cote. Mais celle-ci est depuis un peu retombée, elle est maintenant au coude-à-coude avec Marine Le Pen et Éric Zemmour.

Il est évident que la candidature d’Éric Ciotti a été un catalyseur pour LR et les a encouragés à un programme davantage axé sur la sécurité.

Mais il manque à cette campagne une autre priorité : l’économie.

Les choix étranges de LR

Pour des raisons qui restent obscures LR a tout fait pou... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles