Le TASS de Vienne inciterait-il à ne pas se conformer au code de la Sécurité sociale ?

La TASS de Vienne vient de montrer que l’obligation d’affiliation au système de la Sécurité sociale ne nuit en rien à la liberté de s’affilier à tout autre régime de son choix qui serait plus protecteur.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Victory by M+MD (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le TASS de Vienne inciterait-il à ne pas se conformer au code de la Sécurité sociale ?

Publié le 15 janvier 2018
- A +

Par Laurent C.

Il est parfois des jugements qui peuvent sembler empreint de schizophrénie comme celui du TASS de Vienne ce 20 décembre 2017.

À l’occasion du refus de prendre en compte une Question Prioritaire de Constitutionnalité, le Tribunal confirme dans la même phrase que l’obligation d’affiliation (au système français de la Sécurité sociale) ne nuit en rien à la liberté de s’affilier et cotiser à tout autre régime de son choix qui serait plus protecteur avantageux !

Extrait du jugement :

En effet, le système français de la Sécurité sociale, en ce qu’il a vocation à assurer une protection sociale à chaque personne travaillant ou résidant en France de façon stable et régulière, satisfait au respect du principe de la solidarité nationale et ne peut valablement être présenté comme un outil d’oppression étant relevé, en outre, que cette obligation d’affiliation ne nuit en rien à la liberté de XXXXX de s’affilier et cotiser à tout autre régime de son choix qu’il estimerait plus protecteur et plus avantageux. (Source du jugement)

S’il est constant que le TASS rappelle l’obligation d’affiliation au système français de Sécurité sociale, il est en revanche étonnant qu’il l’accompagne d’une liberté de choix d’un régime qui serait plus protecteur et avantageux.

D’ailleurs, au pays de l’égalité et de la solidarité, comment pourrait-il exister des régimes de Sécurité sociale plus protecteurs et plus avantageux que d’autres ? 

Plus grave, cette affirmation va à l’encontre de l’article L613-1  du Code de la Sécurité sociale (dans sa version en vigueur jusqu’au 30/12/2017) qui indique très précisément l’ensemble des situations professionnelles imposant l’obligation d’affiliation au RSI.

En affirmant  qu’il y aurait une liberté de choix de son régime, le Tribunal inciterait-il les assujettis à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de la Sécurité sociale ?

Rappelons que ce délit est dûment réprimé par l’Article L114-18 du CSS modifié par LOI n°2014-1554 du 22 décembre 2014 – art. 90.

Toute personne qui, par quelque moyen que ce soit, incite les assujettis à refuser de se conformer aux prescriptions de la législation de Sécurité sociale, et notamment de s’affilier à un organisme de sécurité sociale ou de payer les cotisations et contributions dues, est punie d’un emprisonnement de deux ans et d’une amende de 30 000 € ou de l’une de ces deux peines seulement.

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si je comprends bien, le TASS considère qu’on est libre de souscrire un contrat d’assurance maladie si cela nous chante… du moment qu’on continue à payer en plus les cotisations à la sécu. En d’autres termes, payez, c’est tout ce qu’on vous demande.

  • Le Tribunal confirme que l on peut multiplier les assurances …
    Un grand « bravo » à tous les gogos qui voulaient la mort du RSI , c’était tellement simple de ne pas les payer! Maintenant il va falloir trouver de nouvelles failles dans le nouveau système qui sera remis à niveau !
    Félicitations !

  • Vous n’avez pas pigé Laurent: Le tribunal dit juste que vous avez le droit de payer une seconde fois si ça vous chante. Ils nient l’évidence de la coercition avec une ritournelle sur la solidarité nationale (AKA solidarité à la pointe du fusil), et expliquent ensuite que vous avez le droit de prendre une assurance doublon tant que vous vous soumettez financièrement au diktat communiste de la sécu.

  • Certains ont-ils envie de faire sauter le monopole de la sécu !!! Macron, nous cacherait-il ceci ! Chiche !
    Merci Laurent pour l’info. JFD

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Parmi les quatre thèmes proposés par Emmanuel Macron pour le Grand débat national nous voudrions évoquer un certain nombre de problèmes qui nous paraissent particulièrement importants et qui se trouvent concerner les deux premiers thèmes (fiscalité et organisation de l'État).

Le débat sur la fiscalité est à l'ordre du jour et l'on peut d'ailleurs considérer comme positif qu'il y ait une prise de conscience des excès de la fiscalité française et de ses effets destructeurs. Comme on le sait bien, la France bat – malheureusement – un reco... Poursuivre la lecture

sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Charles Prats
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Sicard.

On apprend par le journal Libération que le magistrat Charles Prats est placé sous enquête administrative par notre ministre de la Justice, Éric Dupond-Moretti, en raison des révélations contenues dans son dernier livre sur l’importance faramineuse des fraudes sociales dans le pays : en effet, il les évalue à pas moins de 52 milliards d’euros par an.

On comprend que cela dérange nos responsables politiques, d’autant qu’il s’agit de fraudes imputables pour une bonne part à des ressortissants étrangers ou issus ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles