Les marchés publics, points noirs de la vie des entreprises

Les marchés publics empoisonnent-ils la vie des entreprises ? C’est ce qui transparaît du rapport du médiateur des entreprises, qui vient d’être publié officiellement.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Partenariat - Entreprise - Personnel (image libre de droits)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Les marchés publics, points noirs de la vie des entreprises

Publié le 19 décembre 2017
- A +

Par Éric Verhaeghe.

Le rapport du médiateur des entreprises, Pierre Pelouzet, donne des premiers chiffres sur ses interventions dans les conflits commerciaux. Même si on regrettera la discrétion du rapport sur ces conflits, les quelques chiffres délivrés replacent les difficultés rencontrées par les acteurs privés dans leur réalité.

93% des interventions du médiateur pour des PME et des TPE

Premier point : le médiateur intervient essentiellement pour des PME et des TPE qui se trouvent en difficulté dans des relations avec d’autres entreprises. 93% des interventions sont faites à la demande de ces entreprises.

Ce chiffre illustre le désarroi des petits entrepreneurs dans leurs relations avec leurs partenaires. On épinglera ici tout particulièrement les relations de sous-traitance avec les grandes entreprises et les délais de paiement des géants du capitalisme français qui peuvent étouffer certains de leurs petits fournisseurs.

Deux tiers des interventions concernent les marchés publics

Autre chiffre significatif, qui parlera à beaucoup d’entrepreneurs : près de 32% des saisines sont relatives à une difficulté liée à l’exécution d’un marché public. On retrouve ici les problèmes que posent les délais de paiement des administrations, qui sont une vraie menace pour la trésorerie des entreprises.

On regrettera ici que le médiateur ne précise pas les chiffres sur la nature des problèmes liés à l’exécution des marchés publics. Les entrepreneurs seraient en droit d’attendre un peu plus de détails sur les dysfonctionnements des administrations qui obligent à saisir le médiateur.

On rappellera ici que l’urgence dans la « simplification » des relations avec les entreprises doit impérativement englober le respect des dispositions contractuelles dans l’exécution des marchés publics.

Sur le web

Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • 32% arrondis à 2/3 … Surprenant ! D’autant plus que sur le blog original c’est bien 1/3 qui est utilisé….

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
7
Sauvegarder cet article

Le service des douanes vient de faire connaître le résultat de notre commerce extérieur pour 2023 : à nouveau un solde négatif important de 99,6 milliards d’euros. Certes, c’est mieux que l’année précédente où le déficit avait été supérieur à cause de l’envolée des prix de l’énergie causée par la guerre en Ukraine, mais le solde est négatif, une fois de plus.

La balance du commerce extérieur français est donc régulièrement déficitaire depuis 2005, c'est-à-dire depuis maintenant une vingtaine d’années. Ce solde négatif a plutôt tendance... Poursuivre la lecture

Les auteurs : Miruna Radu-Lefebvre est Professeur en Entrepreneuriat à Audencia. Raina Homai est Research Analyst à Audencia.

 

Au travers des interactions entre entreprise et territoire, un ancrage se construit dans le temps. Celui-ci apparaît particulièrement fort pour les entreprises familiales qui restent sur le même territoire pendant des années, parfois des générations. Le territoire donne une certaine couleur à l’identité d’une entreprise comme à l’identité des individus qui la composent. L’ancrage territorial s’expr... Poursuivre la lecture

Dans son discours sur l'état de l'Union, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a annoncé qu'elle allait "présenter les premières propositions législatives visant à réduire de 25% les obligations de déclaration au niveau européen".

Il s'agit d'une annonce bienvenue, et c'est la première fois que la Commission européenne parle à nouveau d'une "meilleure réglementation" depuis que ce programme n'a pas réussi à se concrétiser après avoir été promu par le commissaire européen néerlandais Frans Timmermans au cours ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles