Johnny Hallyday, tombeau de la culture populaire

L’étrange hommage de la France d’en haut à la France d’en bas à travers celui digne d’un maréchal de France du chanteur à succès Johnny Hallyday.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Johnny Hallyday, tombeau de la culture populaire

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 9 décembre 2017
- A +

Par Frédéric Mas.

La mort du chanteur Johnny Hallyday a soulevé une émotion compréhensible chez ses fans et ses amis du show business. Contrairement au portrait un peu grinçant et injuste, mais drôle, dressé par les Fatals Picards dans une de leurs chansons, il n’était pas que « l’idole des jeunes devenus vieux ».

Au contraire, ce qu’il y a de remarquable dans le personnage fut sa capacité à se réinventer au cours d’une carrière de plusieurs décennies, et à trouver un nouveau public à chaque génération, au moins jusqu’au début des années 90. Les observateurs qui remarquent que c’est un peu d’histoire de France vue par les classes populaires qui s’efface n’ont pas totalement tort.

Des yéyés à radio Nostalgie

Il est même facile de retrouver l’esprit de la période yéyé des années 60, celui du strass et du show off des années 70 ou encore celui de la période plus sombre des années 80 dans la discographie du chanteur franco-belge.

Ses refrains sont donc associés à l’univers quotidien de plusieurs générations de Français, depuis les stades pleins à craquer, les salles de l’Olympia, ou plus ordinairement à l’écoute de Radio Nostalgie ou France Bleue.

Seulement, au fil des années, au sein même de la culture populaire, Johnny Hallyday était passé du statut d’idole des jeunes à celui de conservatoire de ses travers un peu ridicules. Des tubes parfois géniaux, d’autres parfois un peu faciles, des paroles et une diction bien à lui, et surtout un imaginaire bling bling construit autour d’une Amérique fantasmée, en carton-pâte et perfectos à franges, ont fait la fortune des humoristes et des imitateurs.

L’hommage unanime des politiques

C’est pour cette dernière raison qu’il est étonnant, voire inquiétant, d’observer toute la classe politique française célébrer le chanteur comme un maréchal soviétique.

En fait, peu de chanteurs populaires ont eu droit non seulement aux honneurs de la ville de Paris, mais aussi à un cortège national sur les Champs-Élysées.

Anne Hidalgo a ainsi déclaré que  la ville de Paris allait rendre hommage à l’artiste en projetant sur la tour Eiffel un message : « Merci Johnny ! ».

De son côté, l’Élysée n’est pas en reste : les pouvoirs publics participent à l’hommage public en s’occupant du cortège funéraire qui traversera les Champs-Élysées pour rejoindre l’Église de la Madeleine. Le Monde précise que quinze cents policiers sont prévus pour encadrer l’événement, et que 500 à 700 bikers devraient suivre le cercueil.

L’hommage de la France d’en haut

Il y a comme une attention démesurée portée par la classe politique à ce triste événement, comme si, à l’occasion de la mort de Johnny, certains voulaient montrer à quel point ils sont attachés à une culture populaire qu’ils ne connaissent plus depuis maintenant des décennies.

En effet, et ce n’est pas faire insulte à Johnny, cela fait maintenant plusieurs décennies que l’idole des jeunes a été détrônée par des plus jeunes, et que son univers ne parle plus qu’à une fraction étroite – mais pas nécessairement infime, loin s’en faut – du petit peuple d’aujourd’hui. La culture populaire vue par les politiciens professionnels est une culture sous cloche, déliée de son rapport immédiat à la réalité vécue par les Français d’aujourd’hui.

L’empressement des politiciens fait un peu figure de génuflexion artificielle de la France d’en haut à une France d’en bas connue uniquement par ouï-dire, par ses aspects les plus folkloriques, et surtout, sans grande intelligence de ses transformations contemporaines.

Maubeuge ou Épinal n’ont jamais été aussi étrangers au petit monde de la classe politique nationale qu’aujourd’hui, mais évoquer rituellement les centres d’intérêt réels ou supposés de la France périphérique donne l’occasion à la gauche et à la droite de se rassurer.

Hypocrisie politique

La première peut mimer l’enracinement populaire qu’elle a perdu depuis bien longtemps et la seconde, comme d’habitude, peut s’imaginer être dans le coup avec 20 ans de retard.

Les deux essaient en tout cas aujourd’hui de faire oublier l’espace d’un instant leur incapacité criminelle à résoudre les problèmes qui se posent aux classes populaires en leur disant : « Hey ! Regardez ! Nous sommes absolument nuls pendant toute l’année mais aujourd’hui, on aime Johnny et on va vous le montrer avec vos impôts ! ».

On peut imaginer que Johnny Hallyday n’en demandait pas tant. En choisissant d’être inhumé à Saint Barthélémy, il savait qu’il allait créer la polémique, un peu à l’image du Général Bigeard qui rêvait qu’à sa mort ses cendres soient répandues sur Dien Bien Phu, pour emmerder à la fois le gouvernement français et le gouvernement vietnamien. Sans doute s’agissait-il de l’ultime pied-de-nez du rebelle à l’autorité politique.

Voir les commentaires (22)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (22)
  • – C’est le rejeton des 30 glorieuses qui a survécu à toutes les modes . Ex yé-yé fortuné qui n’a pas été balayé en 68 après la déferlante anglo-saxonne ; il a su s’accrocher jusqu’au bout. C’est robocop mais il a aussi brulé sa vie par les 2 bouts avant de s’asagir sur le tard, trop tard car trop malade : https://www.francetvinfo.fr/culture/johnny-hallyday/recit-alcool-drogues-vitesse-comment-johnny-hallyday-a-brule-la-vie-par-les-deux-bouts_2503455.html
    Idole des booms populaires plutôt que les rallyes dansants des bourgeois… ses vrais fans viennent du peuple plutôt que de ces politiques condescendants & leurs médias serviles qui vont prendre le train en marche pour ne pas déplaire à leur électorat… mais point trop n’en faut ! Au fond; chacun peut toujours trouver « ce qui l’arrange » dans son répertoire changeant… mais seul les générations posthumes se chargeront du tri.

  • Modération Contrepoints >> Coquille corrigée. Merci !

  • Je pense, comme vous, que Johnny « n’en demandait pas tant » et que ses fans et ceux qui tout simplement aimaient l’homme gentil, sa voix à nulle autre pareille et un grand nombre de ses chansons auraient su lui rendre hommage sans l’aide des politiques.

  • C’est d’un grotesque démentiel. Hier sur le Figaro pas moins de 10 articles sur Johnny! Quand on prétend que les français sont des imbéciles, cela ne va pas arranger notre réputation, déjà pas fameuse, auprès des étrangers. Et tout ça pour une mauvaise copie d’Elvis Presley, dépourvu de voix, ne sachant pas chanter et de plus chantant faux.

    • Tous les peuples et nations ont leur(s) idole(s), je ne pense qu’on nous juge là dessus. De toute façon c’est un phénomène national dont les autres se moquent pas mal et ils ont raison.

      • @ Indivisible
        Bon je n’ai jamais été vraiment « Fan », ça ne m’empêche pas de m’incliner: Sa carrière est une réussite comme il y en a peu, comparable, dans un autre genre, à celle d’un Charles Trenet: une longévité de plus de 60 ans, avec une notoriété générale et « populaire »: pour remplir le Parc des Princes, c’est conseillé évidemment!
        Donc pour le « pro », chapeau et respect!

        Maintenant que les politiciens, président en tête, profitent de l’occasion pour « se rapprocher du peuple », ça n’a rien de toxique!
        Que ce soit démagogique n’a pas d’importance dans l’événement: la manifestation « populaire » sur les Champs est bien plus importante!
        Et donc la dépense de sécurité sera, dans ce cas-ci, bien acceptée!
        La collecte du coût de cet événement a déjà été préalablement largement ponctionnée!

    • Monsieur, vous êtes d’une mauvaise foi évidente. Que vous n’aimiez pas Johnny c’est votre droit mais tant qu’à dire qu’il est dépourvu de voix, qu’il ne sait pas chanter et qu’il chante faux ! Vous ne l’avez probablement jamais écouté sérieusement.

      • Tout a fait d’accord, le commentaire de Virgile est stupide et aveugle (sourd ?). Je ne suis pas un fana de JH mais… dépourvu de voix? c’est une blague! Ne sachant pas chanté? Il avait un registre de tenor et…tiens il aurait du s’essayer au lyric rien que pour le fun…Quand à chanter faux… je pense que ce Virgile n’a aucune oreille !

    • Ce qui est grotesque c’est votre commentaire infondé !

  • Je pense que la « France d’en haut » glorifie Johnny également parce qu’il leur permet de justifier une espèce de victoire sur les USA, comme en témoignent les multiples « Evis Français » que l’on a pu entendre.

    Il y a derrière Johnny et son public une bonne part de chauvinisme et d’arrogance, voir d’antiaméricanisme.

    C’est assez similaire à Trump en fait : en glorifiant Johnny, ils stigmatisent et amalgament l’Amérique des WASP et des « White Trash » qu’ils ne connaissent pas et qu’ils détestent parce qu’elle est blanche, religieuse et sinon libérale, tout du moins profondément opposée à toute forme d’Étatisme centralisateur, de socialisme et de discrimination positive.

    Bref, Johnny est la bonne conscience qui permet de dire que la France n’a pas été colonisée par l’impérialisme américain (et par les autres épouvantails inventés par les gauchistes pendant la guerre Froide).

    N’ayant pu endiguer la vague British (qui des Beatles au Sex Pistols est restée bien gauchiste), Johnny a constitué un rempart contre le rock&roll Américain, musique de blancs (qui font de la bonne musique, mais qui votent mal et qui ne sont pas politiquement correct) dont le symbole est clairement … Elvis.

  • À Virgile, et que pensez-vous du Président Macron et autres qui ne font pas la bénédiction sous prétexte d’être franc maçon. .pourquoi ces gens n’assument pas leurs conviction…De voir ce président du Sénat avachi lors de la cérémonie religieuse..
    personne ne vous a obligé d’écouter et de lire autre chose ….

    • Justement, comme j’étais fan d’Elvis je n’ai jamais admis et écouté cette mauvaise copie. On n’égale pas les rois: Otis Reding, James Brown, Aretha Franklin, etc…

  • Le veau d’or.

    Un « hommage » grandiloquent et croquignolesque (sic). Le symbole du marasme moral et spirituel dans lequel la France est engluée.

    Ce pays est foutu.

    • @ Jack Shit
      Non, bien que ce fut un « événement », il n’y en aura plus trace dans 3 mois!…
      Mais les raisons pour lesquelles « ce pays est foutu », elles seront toujours là: c’est sans rapport!

      • L’idolâtrie n’est que le symptôme (là est le rapport, mon cher). Et oui, la bêtise crasse qui la cause n’aura pas disparue.

  • Là vraiment on a touché le fond du ridicule! Le monde entier doit se moquer de nous. Les USA n’ont pas fait de funérailles nationales à Elvis Presley, qui lui au moins savait chanter et était une vedette mondiale. Tandis que Johnny ne savait pas chanter et faux en plus, ce pourquoi il n’a jamais réussi aux USA où il tenait à se produire.

    • et il réitére le bougre ! Errare humanum est, perseverare diabolicum ! De plus les funerailles n’était pas nationales mais populaires comme pour Piaf ! On se tient au courant au lieu de baver bêtement et on fait l’effort d’écouter même si on est pas fana (comme moi) andouille !!

  • Bonjour,
    C’est sûr, qu’il a bien fait de « Se Renouveler »….
    Souvenez-vous un peu.
    Il a lancé sa carrière en « CASSANT LA GUEULE » à tout un tas de gens à la sortie de ses concerts. Et les « forces de l’ordre » fermaient les yeux.
    Jusqu’au jour où,
    par inadvertance, il a défoncé un enfant trisomique.
    Alors là, les excuses habituelles de ses commanditaires ont commencé à passer beaucoup moins bien…..!!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Jen Maffessanti. Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n'a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l'adaptation d'une série de livres ... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Gérard-Michel Thermeau.

Zatoichi a sans doute été le personnage le plus célèbre enfanté par le cinéma japonais des années 1960. Ce masseur aveugle a été le héros de 26 longs métrages (dont 25 entre 1962 et 1973) et d'une série télé en quatre saisons (1974-1979) comportant pas moins de cent épisodes ! Shintaro Katsu a trouvé là le rôle de sa vie.

Plus récemment, Takeshi Kitano, avec sa double casquette de réalisateur et d'acteur, l'a revu (et corrigé) dans un film qui reste son opus le plus ludique (Zatoichi, 2003). Si l'on a... Poursuivre la lecture

TFBoys
0
Sauvegarder cet article

Par Frédéric Mas.

Pour vous la K-pop, c’est d’abord, musicalement, des tonnes de sucre dispensés par des boys band au look d’ados des années 1990 ? C’est que vous ne connaissez pas encore la Mandopop, et leur star incontestée, TFBoys qui surpasse par sa popularité et sa mièvrerie tout ce que vous avez entendu.

TFBoys, ou The Fighting Boys, ne vous dit sans doute rien, c’est pourtant le groupe pop le plus populaire en Chine. Ses followers se comptent en dizaines de millions sur Weibo, le Twitter chinois. Depuis 2013, date... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles