Ce que « The Witcher » nous apprend en matière de réputation et de business

« The Witcher » enseigne que la réputation d’un homme d’affaires est d’une importance capitale pour sa réussite.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Screenshot 2022-03-18 at 16-34-27 (4) The Witcher Season 2 Official Trailer Netflix - YouTube

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Ce que « The Witcher » nous apprend en matière de réputation et de business

Publié le 21 mars 2022
- A +

Par Jen Maffessanti.
Un article de la Foundation for Economic Education

 

La saison 2 de The Witcher, une série de fantasy diffusée sur Netflix, a été lancée le 17 décembre 2021 alors que sa première saison a battu des records de contenu en streaming. The Mandalorian sur Disney+ venait tout juste de détrôner Stranger Things en tant que série en ligne la plus demandée, mais The Witcher n’a pas tardé à détrôner The Mandalorian de la première place.

The Witcher, avec Henry Cavill, est l’adaptation d’une série de livres à succès de l’auteur polonais Andrzej Sapkowski, déjà adaptés en une série de jeux vidéo à succès. La série Netflix avait donc déjà une base de fans enthousiastes à exploiter. Cela dit, même les nouveaux venus dans l’histoire l’apprécient énormément.

Les fans de fantasy déçus par la dernière saison de Game of Thrones se sont rués sur la série. GoT est mort. Vive The Witcher. Et les mèmes sont, comme on pouvait s’y attendre, hilarants.

The Witcher

The Witcher

 

Petit Spoiler Alert !

 

The Witcher, entrepreneur indépendant

Mais qu’est-ce qu’un witcher (en français, un sorceleur), au fait ? Dans le monde sombre et dangereux qui nous est présenté, c’est un humain qui a été génétiquement transformé par des produits chimiques et de la magie en quelque chose… d’autre. Ces mutations ont pour effet d’augmenter les sens, la vitesse et la force, d’accélérer la guérison, d’allonger l’espérance de vie et de permettre de lancer des sorts de combat rapides.

Ces attributs rendent les sorceleurs particulièrement aptes à traquer et à tuer les dangereux monstres qui errent dans la nature et menacent les gens ordinaires. Si votre ville a un problème de monstres surnaturels, il vous suffit de rassembler un peu d’argent et d’engager un sorceleur. Les sorceleurs eux-mêmes parcourent le Continent – comme on appelle ce morceau de géographie fictive – à la recherche de contrats de ce type.

En fin de compte, Geralt de Rivia est un homme d’affaires. Il fait le job. Il est payé.

Bref, le sorceleur en question, Geralt de Rivia, est une sorte d’entrepreneur indépendant spécialisé dans un type unique de lutte contre les parasites. Au final, c’est un homme d’affaires. Il fait le job. Il est payé pour. Les deux parties s’en portent mieux.

 

Gestion de la réputation

Apparemment, les sorceleurs font ce genre de travail depuis des siècles, bien que leur nombre diminue. Ainsi, la demande constante de lutte contre les nuisibles monstrueux combinée à la diminution du nombre de ceux qui sont capables de la fournir devrait signifier que les affaires sont bonnes pour Geralt. Malheureusement, Geralt a un petit problème de réputation.

Les sorceleurs ne sont généralement pas très bien vus au départ. Dans le premier épisode, un personnage raconte innocemment à Geralt que selon sa mère les sorceleurs sont d’immondes et dangereux mutants, et autres choses peu flatteuses. La méfiance des gens du peuple pour ce qu’ils ne comprennent pas est déjà un signal contre Geralt, et après un incident sanglant et moralement trouble il se voit attribuer le surnom de « Boucher de Blaviken ». Pas génial pour les affaires.

Alors, que doit faire un sorceleur ? Heureusement pour Geralt, il rencontre dans une taverne un jeune musicien, Jaskier, qui essaie de gagner sa vie en tant que barde. Hélas, les chansons de Jaskier ont besoin d’être améliorées.

« Jaskier : Vous devez avoir une critique pour moi. Trois mots ou moins.
– Geralt : Ils n’existent pas.
– Jaskier : Qu’est-ce qui n’existe pas ?
– Geralt : Les créatures de votre chanson.
– Jaskier : Et comment le sauriez-vous ?
– Geralt : (regard sombre) »

Afin de remédier à la situation, Jaskier décide d’accompagner un Geralt très réticent lors de son prochain contrat pour recueillir l’histoire et en faire une chanson. C’est ce qu’il fait, et la chanson réussit à redorer la réputation de Geralt. On l’appelle encore parfois le Boucher, mais maintenant, tout aussi souvent, on l’appelle The White Wolf, c’est un héros. D’une certaine manière, Jaskier devient le responsable marketing de Geralt.

« Yennifer : Votre rythme cardiaque est incroyablement lent. Vous êtes… un mutant.
– Geralt : Un sorceleur. Geralt de Rivia.
– Yennifer : Le célèbre loup blanc ! »

La relation entre Jaskier et Geralt se poursuit pendant des années et est entièrement symbiotique. Les aventures de Geralt fournissent le contenu dont Jaskier a besoin pour devenir un musicien reconnu, et les chansons de Jaskier mettent en valeur les compétences, les prouesses et l’héroïsme de Geralt auprès des masses. Cela permet aux deux hommes de mieux gagner leur vie à mesure que leur prestige respectif augmente.

 

L’importance de la réputation

Mais d’avoir son hype-man personnel ne suffit pas à Geralt. Dans le troisième épisode, la réputation de tous les sorceleurs est entachée lorsque l’un d’entre eux accepte un travail exigeant un paiement d’avance, pour ensuite s’enfuir sans respecter son engagement. C’est du moins ce que les clients croient, à tort, en fin de compte.

Cette fausse interprétation est un problème pour Geralt. Ses affaires sont mises à mal si les clients croient que l’on ne peut pas faire confiance à sa marque de sorceleur. Pour satisfaire les clients et rétablir la réputation de sa guilde, Geralt accepte le travail avec une forte réduction et reporte le paiement à la fin du travail.

« Mineur : Un autre p***** de sorceleur. Ton espèce nous a déjà escroqués une fois !
– Geralt : Je prendrai le paiement une fois le travail terminé. Et pour un tiers du prix. Ce sont des excuses de ma guilde à la vôtre. »

La réputation d’un homme d’affaires est d’une importance vitale pour sa réussite. Aujourd’hui, nous disposons d’avis sur Yelp, d’évaluations de clients de covoiturage et de listes de classement de produits. Mais ces commodités ne sont en fin de compte qu’une forme numérique du bouche à oreille, une tradition ancestrale qui remonte à, eh bien, toujours.

Si une entreprise, ou un freelance comme Geralt, est considéré comme peu fiable ou ne valant pas le prix, sa capacité à faire des bénéfices commence à s’évaporer. Le client d’abord est et a toujours été une condition essentielle au succès d’une entreprise. Le client n’a peut-être pas toujours raison, mais le client reste toujours le client. S’il n’est pas convaincu que ses besoins et ses désirs peuvent être satisfaits par un fournisseur donné, aucun achat ne sera réalisé.

Cela va à l’encontre du mythe selon lequel le moyen de progresser dans les affaires est de tirer profit des individus.

En fait, les marchés ont tendance à rendre les gens plus consciencieux dans leurs relations les uns avec les autres. L’honnêteté et la confiance sont véritablement essentiels pour une économie fonctionnelle. Du moins, c’est le cas dans les marchés ouverts où la liberté d’association et l’échange volontaire sont respectés. L’introduction de marchés relativement libres dans n’importe quel domaine entraîne une augmentation de ce que nous considérons comme un bon comportement. Un homme d’affaires qui triche, ment, fait des économies ou n’est pas fiable ne pourra pas rester longtemps en activité. De même, les clients qui ne paient pas leurs dettes ne tarderont pas à se rendre compte que personne ne traitera avec eux.

Le père de l’économie, Adam Smith lui-même, a même écrit à ce sujet :

Chaque fois que le commerce est introduit dans un pays, la probité et la ponctualité l’accompagnent toujours… C’est bien plus réductible à l’intérêt personnel, ce principe général qui régit les actions de tout homme, et qui conduit les hommes à agir d’une certaine manière en vue d’un avantage… Un négociant a peur de perdre son prestige, et il observe scrupuleusement chaque engagement. Si une personne fait 20 contrats par jour, elle n’a pas intérêt à imposer sa volonté à ses voisins, car elle serait perdant si elle mentait.

Ce système d’intégrité, de civilité et de confiance imposé par la société est également autorégulé. Tant que les gens sont libres de choisir avec qui ils interagissent et dans quelles conditions, les motivations du profit et de la perte encouragent le bon comportement de chacun.

En raison des incitations naturelles du commerce, Geralt est très scrupuleux. Plus tard dans l’épisode trois, une fois que les détails étonnamment compliqués du travail des mineurs sont révélés, la mage locale, Triss, confronte Geralt sur ses intentions.

« Triss : Tu vas la tuer ?
– Geralt : Je ne veux pas de l’argent des mineurs.
– Triss : Ni du mien, apparemment. »

Ce serait plus facile pour Geralt – et plus lucratif – à court terme s’il faisait simplement ce que les mineurs veulent et qu’il tuait le monstre. Mais la situation est plus nuancée qu’une simple chasse au monstre. Si l’on apprend par la suite que Geralt a tué une créature qu’il aurait pu sauver, ses perspectives d’avenir risquent d’être plus limitées.

Certes, dans The Witcher, les gens du peuple ne jouissent pas d’autant de liberté politique ou d’aussi nombreux droits civils que nous, spectateurs, considérons comme acquis. Leurs vies sont souvent perturbées par des monarques et des nobles avares qui se battent entre eux pour la terre et le pouvoir, et les armées envahissantes de Nilfgaard pratiquent une sorte de stratégie de la terre brûlée qui ne laisse que mort et dévastation dans son sillage.

Malgré tout, la population générale des royaumes du Nord semble largement capable de faire du commerce. Il y a des marchés, des foires, des prix négociés entre acheteurs et vendeurs, et l’espoir généralisé qu’une fois conclus, les contrats seront respectés.

Même si Geralt ne jouit pas d’une grande bienveillance en tant que personne en raison des préjugés et des malentendus, les conditions du commerce lui permettent au moins de gagner un peu sa vie. Sans l’environnement d’une économie de marché qui encourage les participants à traiter relativement pacifiquement les uns avec les autres, les sorceleurs, y compris notre cher Geralt, auraient probablement été éliminés du continent il y a des années.

Je choisirai volontiers de jouer à pile ou face avec qui de droit pour pouvoir continuer à profiter de ce nouveau concept fascinant.

Sur le web

Traduction Justine Colinet pour Contrepoints

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Par Emmanuel Rincón.

Interrogé sur la meilleure façon de lutter contre les monopoles dans sa série de documentaires intitulée Free to Choose, Milton Friedman a eu une réponse ferme : le marché libre. Certains de ses invités avaient d'autres positions et soutenaient que l'intervention de l'État était nécessaire, mais Friedman n'y croyait pas.

L'affaire Netflix a donné raison à Friedman, une fois de plus

Mercredi 20 avril, les actions de Netflix ont connu une chute impressionnante de 36 %. Les communiqués de presse conventionnels ... Poursuivre la lecture

Quel est le critère qui compte le plus pour nous dans un travail ?

On a envie de répondre que c’est la rémunération.

Eh bien, ce n’est le critère numéro un que pour 22 % des employés.

C’est ce qui figure dans l’enquête réalisée par Bain, avec l’institut Dynata, auprès de 20 000 travailleurs dans dix pays (États-Unis, Allemagne, France, Italie, Japon, Chine, Inde, Brésil, Indonésie et Nigeria), et publiée en janvier 2022.

Elle est pleine d’enseignements pour comprendre comment ont changé et sont en train de changer ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles