Management : la malédiction du talent

Comment vaincre la malédiction du talent, et se sortir de ce gentil comportement de « suiveur exceptionnel » en entreprise ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Management : la malédiction du talent

Publié le 2 décembre 2017
- A +

Par Gilles Martin.

Ce sont des individus que l’on reconnaît facilement : on dit d’eux qu’ils sont bons, bons managers, bons experts, bons consultants. Ce qui leur vaut ces louanges : ils exécutent à la perfection ce que l’on attend d’eux. Ils ont travaillé dur parfois pour acquérir les qualités qui les ont rendus spéciaux au début, et ainsi être à la hauteur des attentes des autres.

Donc, tout va bien, non ?

Le conformisme dangereux

Et bien, non, si l’on en croit Jennifer Petriglieri et Gianpiero Pietriglieri, profs à l’INSEAD, qui parlent dans le dernier numéro de la version française de HBR, de « la malédiction du talent ».

Le problème, tel que l’ont observé les auteurs, c’est que ces qualités qui ont rendu spéciaux et talentueux ces bons élèves ont tendance à être enterrées. Ils deviennent tellement conformes qu’ils finissent par se comporter « comme tout le monde », et peuvent alors se mettre à exécuter machinalement leur travail, sans challenge, ou à chercher une sortie de secours, et donc quitter le job.

De fait, ces personnes se sentent piégées par les attentes des autres et obsédées de démontrer qu’elles sont méritantes. Résultat : elles finissent par se conformer platement à l’idéal d’excellence que portent les responsables de leur organisation, et perdent ainsi toute trace de singularité. Ces « bons managers » sont ainsi ce que les auteurs appellent des « suiveurs exceptionnels ».

Encourager les comportements déviants

Les entreprises portent aussi une part de responsabilité dans le développement de ces « suiveurs exceptionnels ».

Les entreprises qui voient ces « suiveurs » proliférer sont celles qui encouragent cette conformité fade, les pensées peu inclines au risque, et un comportement un peu guindé, qui la ramène pas. Car accepter les comportements déviants, et même les encourager, sans les réprimer, cela demande d’abord du courage, et ce n’est pas toujours la qualité première des dirigeants.

Alors, pour ces managers devenus ainsi victimes de la malédiction du talent, et « suiveurs exceptionnels », y-a-t-il moyen de s’en sortir ?

Comment s’en sortir ?

Trois étapes, selon les auteurs.

  1. Possédez votre talent, ne soyez pas possédé par lui : le développement ne consiste pas à acquérir une somme finie de compétences qui constitueraient la « performance », la course étant alors de courir pour acquérir au plus vite ces compétences une par une, mais de considérer que le processus d’apprentissage est infini, et que chaque palier est le début d’un autre. C’est pourquoi, quel que soit son « talent », il y a toujours à apprendre. Il n’est donc pas recommandé de se plier systématiquement aux exigences des autres (ni forcément d’être un rebelle permanent), mais d’être attentifs aux besoins des autres, et à ses propres besoins.
  2. Amenez votre personnalité tout entière au travail, et pas seulement le meilleur de votre personnalité : car la créativité et l’originalité vont aussi naître de l’angoisse, de la ténacité, des émotions. Cacher ses émotions pour être conforme nous rend… conforme.
  3. Accordez de l’importance au présent : donner de l’importance au présent, c’est considérer chaque instant comme une destination, et non une étape de la course à la performance, à la carrière. C’est en savourant chaque présent que le futur parait se dérouler avec moins de douleur. Les pressions, les doutes, ne sont pas des mauvais moments à passer mais font partie de l’apprentissage, et plus on avance dans l’art de diriger, soi-même et les autres, plus il y en aura. Ce qui compte, là encore, c’est le courage.

Prêts pour vaincre la malédiction du talent, et se sortir de ce gentil comportement de « suiveur exceptionnel » ? Suivez le guide : le guide, c’est vous.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous vivons une époque de très grande incertitude, où nombre de prédictions et de croyances fortement ancrées ont été brutalement démenties par les faits, notamment depuis les trois dernières années. Et pourtant nous continuons à faire des prédictions. Cela semble rationnel : nous voulons nous protéger contre les mauvaises surprises et nous préparer au pire.

Mais cette préparation au pire a un coût important.

Le pétrole et le gaz naturel dont nous dépendons pour 75 % de notre énergie s’épuisent. La production mondiale de pétrole... Poursuivre la lecture

Par Alain Goetzman

Il convient de rester prudent et mesuré quand on établit des parallèles entre stratégie militaire et stratégie d’entreprise. Heureusement, les enjeux ne sont pas de même nature et la vie des hommes ne doit jamais être mise en danger sur les champs de bataille économique.

Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management.

Un certain nombre de principes, vieux comme le monde, continuent de pré... Poursuivre la lecture

Saras Sarasvathy, à l’origine de la théorie entrepreneuriale de l’effectuation, vient de recevoir le prestigieux prix suédois « Global Award for Entrepreneurship Research ».

Organisé depuis 1996 par la Swedish Foundation for Small Business Research (FSF) et la Swedish Agency for Economic and Regional Growth, le prix récompense les chercheurs ayant apporté une contribution majeure à la recherche en entrepreneuriat. Elle rejoint ainsi de grands chercheurs comme Sidney Winter, Shaker Zahra, Kathleen Eisenhardt, Scott Shane, Israel Kirzner... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles