Le vapotage n’encourage pas le tabagisme

Une étude publiée dans Addictive Behaviors ne démontre pas que la vape est le mode d’entrée dans le tabagisme, alors que l’on voudrait nous faire croire que de voir vapoter va donner envie de fumer du tabac.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le vapotage n’encourage pas le tabagisme

Publié le 30 novembre 2017
- A +

Par Philippe Arvers.
Un article de The Conversation

La cigarette électronique – ou vapoteur personnel (VP) – risque-t-elle de devenir une étape d’initiation pour les jeunes, avant le passage à la cigarette classique ? À vrai dire, le public ciblé est plutôt constitué de fumeurs de tabac qui veulent arrêter. Il y a donc essentiellement des ex-fumeurs et des vapo-fumeurs qui vapotent, cherchant une porte de sortie du tabagisme… Quant aux jeunes, la vente dans les boutiques en France est interdite aux mineurs, et si certains l’expérimentent (recherche de sensation, recherche de nouveauté), peu continuent à vapoter occasionnellement ou régulièrement.

Une étude américaine vient d’être publiée en avril 2017, effectuée en 2014 auprès de 3 657 étudiants (âge moyen : 18,5 ans). Ils ont à nouveau été interrogés en 2015 sur leur statut de fumeur ou vapoteur (non-fumeur, vapoteur, fumeur de tabac, ou vapo-fumeur). Même si les effectifs sont faibles, 153 étudiants déclarent en 2014 vapoter (et ne pas fumer de tabac).

Un an plus tard, parmi eux, près d’1 sur 4 ne vapote plus (et ne fume pas) et 8 (5,2 %) ne vapotent plus et fument du tabac. Près d’1 sur 2 continue à vapoter (46,4 %) et près d’1 sur 4 vapote et fume du tabac.

Cette étude a ses limites en termes d’effectifs, et on ne dispose que d’un suivi à court terme, sur une année. Il faut mettre en place des enquêtes longitudinales avec des effectifs de départ importants, en raison du taux d’attrition (sujets perdus de vue) au fur et à mesure des années de passation du questionnaire.

Une étude pilotée par le docteur Ivan Berlin est d’ailleurs en cours à l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : il va recruter 700 fumeurs âgés de plus de 18 ans, et ils seront répartis en quatre groupes : des comprimés (de varénicline, médicament indiqué dans le sevrage tabagique, remboursé par la sécurité sociale ou un placebo) et une cigarette électronique (avec 12mg/ml de nicotine ou 0 mg/ml). L’objectif sera de comparer le nombre d’arrêts du tabac dans chacun des groupes.

« La vape ringardise le tabac »

En tout cas, l’étude publiée dans Addictive Behaviors ne démontre pas que la vape est le mode d’entrée dans le tabagisme, alors que l’on voudrait nous faire croire que de voir vapoter va donner envie de fumer du tabac et renormalise ainsi l’image du tabagisme. D’ailleurs, parmi les jeunes qui vapotent, combien auraient commencé le tabac de toute façon, ou plus tôt ?

Dans ce cas, la toxicité du tabac est certaine, et un fumeur sur deux en mourra dans le futur. Alors que les modèles de deuxième et de troisième génération de cigarette électronique, fabriqués et distribués en France, respectent des normes Afnor établies en 2016 qui garantissent des produits sûrs pour les utilisateurs. La nicotine peut être présente avec des dosages maximums à 19,99 mg/ml. Elle peut aussi en être absente.

« Quand on interroge ces collégiens et lycéens, on s’aperçoit que la vape ringardise le tabac », a souligné le Pr Bertrand Dautzenberg lors du Premier sommet de la vape, tenu à Paris en 2016. Avant, a-t-il souligné, le tabac n’avait pas de concurrent. La vape, qui plus est, est un concurrent moins nocif.


The ConversationLes data visualisations de cet article ont été réalisées par Marie Simon.

Philippe Arvers, Médecin addictologue et tabacologue, Université Grenoble Alpes

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Le vapotage=porte d’entrée dans la tabagisme, a en France, une seule origine : Marisol Touraine, ou son entourage [les mauvaises langues prétendent que Touraine était liée à l’industrie du patch, mais passons].
    La politique française en matière de santé est hélas héritée de ce bon vieil hygiénisme sécuritaire, qui considère qu’il ne peut y avoir de sortie du tabac par un produit qui ressemble et qui porte le même nom que la cigarette. Pour sortir du tabac, pour ces gens-là, il faut de la volonté, de la souffrance et de l’abnégation. L’affaire ne peut pas être ludique. Ce serait trop beau.
    Pourtant dès le début, de hautes et pragmatiques voix de la médécine, avaient certifiées que le vapotage était bien, globalement, le moyen le plus efficace de sortir du tabagisme. Que le risque inverse était sinon nul, très faible.
    C’est donc heureux que, étude statistique après étude statistique, cela soit confirmé.
    De fait, aujourd’hui, le vapotage bénéficie d’une réglementation plus souple que le tabagisme.

    • Bonjour jean
      Pour une fois vous ne dîtes pas de bêtise, ce qui prouve qu’une montre peut donner l’heure exacte, même si elle est arrêtée :).

      • Merci infiniment. Je me sens bien évidemment obligé de vous retourner le compliment : pour une fois, vous savez faire preuve de lucidité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut Molinari

En dixième position dans le classement annuel des États moralisateurs de l’UE, la France multiplie les interdits sur le tabac, l’alimentation et l’alcool.

L’Institut économique Molinari publie la troisième édition[1. Cette étude a été réalisée par Christopher Snowdon. Christopher est Directeur de la division économie des modes de vie à l’Institute of Economic Affairs à Londres. Il est spécialiste des questions réglementaires liées aux modes de vie. Son travail a été réalisé en partenariat avec p... Poursuivre la lecture

cigarette électronique
0
Sauvegarder cet article

Par Guy Bentley[1. Guy Bentley est directeur de la liberté des consommateurs à la Reason Foundation, un think tank à but non lucratif défendant la liberté de pensée et le libre marché.]. Un article de Reason

L'absence de combustion est la raison principale du succès des cigarettes électroniques, dispositif qui réduit les méfaits du tabac.

Cigarette électronique VS cigarette

Bien qu'elle crée une dépendance, ce n'est pas la nicotine qui est responsable des maladies liées au tabagisme, mais le processus de combustion du tabac et d... Poursuivre la lecture

Par Jacob Sullum, depuis les États-Unis.

Les déclarations publiques du Centre pour la prévention et le contrôle des maladies (CDC) ont une vue alarmiste sur l’e-cigarette, les décrivant comme une menace pour la jeunesse américaine, qui, prétendument, se mettrait à fumer de nouveau en masse après avoir essayé le vapotage et être devenu accro à la nicotine. Mais les données de la CDC nous racontent une histoire différente.

Chute du tabagisme chez les ados

Ce mois-ci, la CDC a publié les derniers résultats de son Étude nationale su... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles