Plaidoyer pour les arômes de cigarette électronique

L’interdiction d’un produit utilisé par des millions de consommateurs adultes pourrait provoquer une recrudescence du tabagisme et donner naissance à un marché noir pour les liquides aromatisés illicites.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Vaping vs.smoking by Vaping 360(CC BY 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Plaidoyer pour les arômes de cigarette électronique

Publié le 20 octobre 2019
- A +

Par Guy Bentley1.
Un article de Reason

L’absence de combustion est la raison principale du succès des cigarettes électroniques, dispositif qui réduit les méfaits du tabac.

Cigarette électronique VS cigarette

Bien qu’elle crée une dépendance, ce n’est pas la nicotine qui est responsable des maladies liées au tabagisme, mais le processus de combustion du tabac et d’inhalation de la fumée.

Les cigarettes électroniques autorisées contenant de la nicotine sont connues pour être 95 % plus sûres que les cigarettes combustibles et sont le dispositif le plus populaire que les Américains utilisent pour arrêter de fumer.

Les dernières recherches publiées dans le New England Journal of Medicine (NEJM) montrent que les cigarettes électroniques sont presque deux fois plus efficaces que les thérapies de remplacement de la nicotine (TRN) pour aider les fumeurs à arrêter. L’étude s’appuie sur des années de recherches empiriques montrant des résultats similaires.

Depuis que les cigarettes électroniques ont commencé à gagner en popularité aux États-Unis à partir de 2011, le taux de tabagisme des adultes a diminué à un rythme considérablement accéléré. Après des décennies de déclin constant, le taux de tabagisme chez les adultes s’est stabilisé entre 2004 et 2010 à 20-21 %. Mais, entre 2011 et 2017, le taux de tabagisme chez les adultes a chuté de 19 % à 14 %. Le taux de tabagisme chez les jeunes a chuté encore davantage, passant de 15,8 % en 2011 à 8,1 % en 2018.

Comment les arômes aident les fumeurs à passer à la vape

Les enquêtes et les recherches universitaires montrent invariablement, que contrairement à la croyance populaire, les cigarettes électroniques aux arômes de fruits, de bonbons et de desserts sont les choix les plus populaires chez les vapoteurs adultes. Ces arôme sont maintenant, plus souvent que jamais le premier choix pour les fumeurs qui cherchent à passer au vapotage. De plus en plus d’études montrent que non seulement les arômes autres que le tabac sont les plus populaires chez les vapoteurs adultes, mais aussi qu’ils aident à arrêter de fumer.

Une étude réalisée en 2017 par des chercheurs de la Yale School of Public Health et publiée par le National Bureau of Economic Research analysant l’impact de l’interdiction des arômes de tabac a conclu :

« Comme nous l’avions prédit, l’interdiction des cigarettes électroniques aromatisées pousserait les fumeurs à fumer des cigarettes combustibles, qui se sont révélées être le moyen le plus dangereux d’obtenir de la nicotine. »

Les auteurs ont conclu que l’interdiction des arômes de cigarettes électroniques « réduit l’attrait des cigarettes électroniques pour ceux qui cherchent à cesser de fumer ; les cigarettes électroniques se sont avérées utiles comme dispositif pour que ces personnes arrêtent de fumer, et on constate qu’elles ont une préférence pour les cigarettes électroniques aromatisées ».

Ce jugement est partagé par Michael Siegel, professeur de sciences de la santé communautaire à la Boston University School of Public Health. Il écrit :

« En créant des restrictions à un produit beaucoup plus sain, ces lois forceront simplement les anciens fumeurs à recommencer à fumer la cigarette.

Les législateurs font une énorme faveur non pas à la santé publique, mais à Marlboro, qui aura une aubaine sur le marché des ex-fumeurs puisque toute sa concurrence venant des produits de vapotage et une partie de la concurrence de la marque n°2 (Newport) est éliminée. »

S’il est vrai que les arômes peuvent jouer un rôle dans la tendance qu’ont certains jeunes à vapoter, les recherches disponibles suggèrent que c’est seulement l’un des nombreux facteurs et souvent pas le facteur principal. Les cigares, le tabac à pipe, le tabac sans fumée et les thérapies de remplacement de la nicotine sont disponibles dans une multitude de saveurs sucrées, pourtant leur consommation reste extrêmement faible chez les jeunes.

En 2019, 1,6 % des jeunes Britanniques de 11 à 18 ans utilisaient des cigarettes électroniques plus d’une fois par semaine et plus des trois quarts des jeunes de 11 à 18 ans n’ont jamais essayé les cigarettes électroniques ou n’en sont pas familiers. Et c’est à peu près la même proportion aux États-Unis. L’âge légal pour acheter du tabac au Royaume-Uni est de 18 ans.

Beaucoup craignent que les cigarettes électroniques, depuis qu’elles sont entrées sur le marché américain, puissent servir de « porte d’entrée » au tabagisme conventionnel. Heureusement, ce n’est pas le cas. Malgré l’augmentation inquiétante des taux de consommation de cigarettes chez les jeunes, le tabagisme chez les mineurs n’a cessé de diminuer chaque année depuis que les cigarettes électroniques ont commencé à gagner en popularité. Les plus récentes données de l’Enquête nationale sur la consommation de drogues et la santé montrent que le tabagisme chez les 11-17 ans a chuté à son plus bas niveau jamais enregistré, soit 2,7 % en 2018.

Conséquences imprévues

Un sondage USA Today/Ipsos montre que 59 % des Américains pensent qu’une interdiction du vapotage pousserait les consommateurs vers le marché noir. Un enquête menée par Wells Fargo auprès des revendeurs de tabac montre que plus de 70 % d’entre eux sont d’accord pour dire qu’une interdiction des saveurs de cigarettes électroniques serait un avantage pour les cigarettes combustibles.

L’interdiction peut éliminer l’offre légale d’un produit, mais elle ne peut éliminer la demande. L’interdiction d’un produit utilisé par des millions de consommateurs adultes pourrait provoquer une recrudescence du tabagisme et donner naissance à un marché noir pour les liquides aromatisés illicites. La production et la vente de ces liquides ne seront pas réglementées par la FDA et pourraient nuire aux consommateurs par le biais de produits contaminés et frelatés.

Traduction pour Contrepoints par Phoebe Ann Moses de The Public Health Case for E-Cigarette Flavors.

  1. Guy Bentley est directeur de la liberté des consommateurs à la Reason Foundation, un think tank à but non lucratif défendant la liberté de pensée et le libre marché.
Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Respirer autre chose que de l’air pur est mauvais pour la sante…les aromes ,c’est justement cela qu’il y a dans la fumee de cigarette ..mais si vous dites qu’il est bon de respirer des bombes aerosol pour parfumer la maison…je supppose que vous vous basez sur des etudes sérieuses….

    • La vape est une opération gagnante pour un fumeur qui veut arrêter.
      Pour un non-fumeur qui passerait à la vape, et selon l’état des connaissances actuelles, le risque individuel est faible voire nul.
      Pour reprendre votre analogie, il vaut mieux respirer le produit d’une aérosol pour maison que la fumée de pneus qui brûlent…

      • Pas assez de recul pour connaitre les bienfaits du vapotage,on suppose que c’est moins mauvais que la cigarette mais il y a des problemes aux usa …..

        • Les bienfaits sont clairement établis, la cigarette électronique a permis de diminuer globalement l’usage du tabac.
          Evidemment il ne faut pas y mettre n’importe quoi. Comme il ne faut pas fumer n’importe quoi.
          La position des autorités américaines est stupide de bout en bout. Les liquides pour e-cigarettes n’étaient pas garantis (parce que pas contrôlés) et maintenant presque tout est interdit !

          • On n’a rien etablis du tout ,on suppose , ca devrait mais introduire dans les poumons sous forte concentration ce qui ne devrait pas y etre ,a mon avis ,ca ne diminuera pas le nombre de cancer du poumon

            • J’ai fumé pendant 20 ans. Sur les 5 dernières années, j’étais à 25 cigarettes/jour. Puis je suis passé à la cigarette électronique pendant 9 mois. Diminuant sans aucun souci la dose de nicotine petit à petit (impossible avec une cigarette normal). Pendant ces 9 mois, ma santé s’est améliorée. Plus de glaires matinales (berk, mais les fumeurs souriront en lisant ça). Plus d’haleine de chacal, un goût retrouvé, un meilleur sommeil etc. Dis-je que la cigarette électronique est sans aucun danger ? Non. Dis-je que vapoter c’est bien ? Non. Dis-je que le vapotage est moins mauvais que la cigarette ? oui, mille fois oui. Et c’est une porte de sortie du tabagisme formidable .

  • Et futur consultant aux urgences….

  • Interdire, toujours interdire, pour donner l’impression que le politique sert à quelque chose

  • L’état tient à ses taxes, voyez vous 🙁

  • De toute façon j’ai le sentiment que personne ne nous aide. On nous dit que la clope c’est le mal, quand on trouve quelque chose pour compenser qui marche pas trop mal on nous l’enlève. Si javais pas pu retrouver le gout menthol des cigarettes que je fumais avant, je n’aurais jamais pu arrêter. https://www.kumulusvape.fr/content/253-aromes-eliquide-trump ils ont retrouvé du cannabis huileux dans les vapotes mais le problème vient des arômes, et bien voyons ! Tant qu’on n’est pas touché en France après tout c’est leur problème mais apparemment Buzyn disait sur rtl qu’il n’y aurait pas de restriction ici https://www.rtl.fr/actu/politique/vapotage-pas-de-restriction-supplementaire-pour-les-cigarettes-electroniques-annonce-buzyn-7798360198

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Un article de l'Institut Molinari

En dixième position dans le classement annuel des États moralisateurs de l’UE, la France multiplie les interdits sur le tabac, l’alimentation et l’alcool.

L’Institut économique Molinari publie la troisième édition[1. Cette étude a été réalisée par Christopher Snowdon. Christopher est Directeur de la division économie des modes de vie à l’Institute of Economic Affairs à Londres. Il est spécialiste des questions réglementaires liées aux modes de vie. Son travail a été réalisé en partenariat avec p... Poursuivre la lecture

0
Sauvegarder cet article

Par Philippe Arvers. Un article de The Conversation

La cigarette électronique – ou vapoteur personnel (VP) – risque-t-elle de devenir une étape d’initiation pour les jeunes, avant le passage à la cigarette classique ? À vrai dire, le public ciblé est plutôt constitué de fumeurs de tabac qui veulent arrêter. Il y a donc essentiellement des ex-fumeurs et des vapo-fumeurs qui vapotent, cherchant une porte de sortie du tabagisme… Quant aux jeunes, la vente dans les boutiques en France est interdite aux mineurs, et si certains l’expérimente... Poursuivre la lecture

Par Olivier Duval.

[caption id="attachment_258122" align="aligncenter" width="640"] Les ados fument moins grâce à l'e-cigaretteBy: Vaping360 - CC BY 2.0[/caption]

D'ici 2025, la planète comptera un milliard de fumeurs. C'est l'Organisation mondiale de la santé (OMS) qui le dit. Un véritable fléau, contre lequel toutes les initiatives en matière de réduction des risques, toutes les solutions alternatives au fait de « fumer », doivent être soutenues.

C'est du moins, pense-t-on, le sens commun. Sauf pour cette même OMS dont ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles