Gaspillage des médicaments : si on faisait un peu plus attention ?

Les patients ne connaissent plus le prix des médicaments. Le gaspillage est donc devenu courant.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pill Spill by neurOnz(CC BY-SA 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Gaspillage des médicaments : si on faisait un peu plus attention ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 19 novembre 2017
- A +

Par Xavier Fontanet.

De­vant moi, la se­maine der­nière, une per­sonne de­man­dait une consul­ta­tion à ma phar­ma­cienne, la pre­nant pour un mé­de­cin. Celle-ci lui ré­pon­dait po­li­ment, tout en s’im­pa­tien­tant au vu de la queue des clients, qui gran­dis­sait. La per­sonne lui dit : « N’ayez pas peur, je vais vous payer ! » en ten­dant sa carte Vi­tale qu’elle pre­nait pour une carte de cré­dit.

Mon tour ar­rive, la phar­ma­cienne me montre des sacs de mé­di­ca­ments ran­gés dans un coin.

« Re­gar­dez ce qu’on vient de me dé­po­ser, ils sont à peine en­ta­més, il y en a pour des mil­liers d’eu­ros. Avec la carte Vi­tale, les gens ont per­du toute no­tion du coût de la santé. Les dé­fi­cits qui re­montent, est-ce que ça ne vient pas, en par­tie, de là ? »

Elle sort un an­cien Vi­dal.

« Les prix des block­bus­ters (Zo­kor, Aug­men­tin, Pla­vix) ont été di­vi­sés par trois sur dix ans, les gé­né­riques par deux en cinq ans, un gain énorme pour la Sé­cu­ri­té so­ciale… comment peut-elle être en perte ? On ac­cuse les phar­ma­ciens, c’est in­juste et stu­pide. Il y a sû­re­ment du tra­fic avec les pays où les mé­di­ca­ments sont plus chers.

La per­sonne qui est sortie en râ­lant quand vous êtes en­tré, sa carte lui avait été prê­tée. J’ai vou­lu vé­ri­fier, elle ne se sou­ve­nait plus de son pré­nom ! J’ai re­fu­sé de la ser­vir. »

Le tiers payant, c’est une fo­lie, les gens doivent sa­voir qu’une consul­ta­tion don­née par un mé­de­cin a un coût.

Pro­té­ger les gens, soit, il faut aus­si dire que la si­tua­tion fi­nan­cière du pays est ca­tas­tro­phique et que tous doivent faire des ef­forts.

Les Al­le­mands, en 2004, ont fait payer les 25 pre­miers eu­ros de mé­di­ca­ments et ex­pli­qué qu’il était du de­voir de cha­cun de ne pas cher­cher sys­té­ma­ti­que­ment toutes les aides. On est consom­ma­teur, mais aus­si ci­toyen.

Ce ne sont ni les contrôles, ni les sanc­tions qui mar­che­ront. Sans ap­pel à la res­pon­sa­bi­li­té per­son­nelle, on ne s’en ti­re­ra pas !

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Comme tout le monde, je conserve plusieurs boîtes de médicaments entamées, au cas où… , jusqu’à ce quelles soient périmées.
    Si l’ordonnance dit « 3 gélules par jour pendant 7 jours » alors que la boîte contient 30 gélules, fatalement …
    Mais quel serait le prix des médicaments s’ils étaient vendus à l’unité ou, tout au moins, dans des conditionnements plus petits ?

    • Il est difficile de trouver des chiffres, mais apparemment la production représente 10% du coût industriel d’un médicament, et ce coût industriel 67% du prix de vente. En gros si votre boite de 30 coûte 100 euros, une boite de 21 coûterait 98 euros.

      • On m’avais expliqué comment on fabrique les médicaments.
        Une fois que la R&D est terminée, on appelle un ingénieur qui concoit une unique usine chimique chargée de produire le médicament, pour une quantité de une tonne.
        Là on la fait tourner et on la démonte quand on a une tonne de principe actif, que l’on stocque comme il faut.

        Et on en tire les mg pour chaque pilule.
        Il est très rare qu’un médicament nécessite plus d’une tonne, et dans ce cas on produit une usine plus stable das le temps…

        Au final je crois que le cout d’une pilule, c’est un gros cout fixe (recherche, usine), et quelques centimes de fabrications et empaquetage.

        L’idée de vendre les médicament à l’unité est stupide économiquement, et peut être même médicalement car l’embalage français évite pas mal de soucis.

        paradoxalement il vaudrait mieux, comme déjà fait sur certains médicaments nouveaux, que l’état paye un coût fixe pour avoir accès au médicament a un prix marginal, et économise de l’argent avec des patients soignés.

        Le vrais cout du gaspillage de médicament, ce sont des gens malades empoisonnés (un médicament c’est un poison qui soigne plus qu’il n’empoisonne, mais uniquement les gens malades, et s’il est pris a la bonne dose).

        L’autre coût c’est quand on ne prend pas le médicament comme il faudrait, par sous dosage ou parce que son prix est artificiellement trop élevé (on fait payer le coût moyen, pas le coût marginal).

      • A hong kong, c’est les médecins qui vous donne les médicaments de base qui sont inclus dans le prix de la consultation.
        Et le médecin vous donne exactement le nombre de pilules qu’il vous faut dans un petit sac en plastique. Le médecin achète en gros, la boite de pilules doit contenir 1000 pilules.

        Sinon, oui j’ai connu quelqu’un qui partais en vacances au Vietnam, avec sa valise pleines de plaquettes de médicaments, et qui les revendais aux docteurs sur place, il se payait ses vacances comme cela.

      • @ MichelO
        C’est exact! Un médicament c’est un ou plusieurs « principe(s) actif(s) » (la molécule): la comparaison de contenu en poids de principe actif diminue quand le dosage augmente par comprimé et aussi quand le nombre de comprimés augmente, par conditionnement (boîte) : L’hôpital paie évidemment moins cher que vous, d’autant qu’ils fonctionnent souvent avec des centrales d’achat qui négocient de plus grandes quantités, le pharmacien « détaillant » responsable étant celui de l’hôpital.

  • Je vois deux postes de gains majeurs sur le prix des médicaments :
    – ramener les fréquences de prescription à leur moyenne dans les pays développés. En effet, il ne sert à rien de diminuer dans l’absolu la prescription des médicaments, puisque les fabricants devront toujours amortir leurs coûts fixes. En revanche, dans les pays qui prescrivent beaucoup, on amortit plus que sa part de ces coûts fixes, tandis que dans les pays qui prescrivent peu, on bénéficie du bonus payé par les autres.
    – diminuer les coûts fixes des entreprises pharmaceutiques, en visant les 30% de coûts de marketing (promotion auprès des médecins) et les 10% de coûts administratifs (dépôts de dossiers d’autorisations et d’accès à des marchés).
    Ceci n’amoindrit en rien le besoin de faire sentir au patient le coût réel de ses traitements, et sa responsabilité, préalable nécessaire à les réduire.

    • @ Michel0

      Vous êtes marrant!
      « diminuer les coûts fixes des entreprises pharmaceutiques, en visant les 30% de coûts de marketing »
      Depuis quand un pays dit à une multinationale géante ce qu’elle a à faire?

      • Ben ce sont bien les pays qui organisent les conditions de concurrence, la manière dont les médecins se forment et s’informent, les autorisations de mise sur le marché, etc. ! Quand c’était pour les opérateurs téléphoniques (souvenez-vous des millions dépensés dans la guerre des numéros de renseignement téléphoniques), personne ne niait ce rôle d’organisateur public de la concurrence, et on a vu le résultat catastrophique. Les multinationales ne font des bénéfices géants que parce que les Etats les leur offrent sur un plateau.
        Ce qui choque les gens, c’est qu’un Etat s’organise pour permettre aux multinationales d’un domaine de réduire leurs coûts fixes. Il est même bien vu de contribuer à les punir en augmentant leurs coûts fixes, comme si c’était elles et non leurs clients qui payaient en fin de compte l’addition. Politique de Gribouille !

        • @ MichelO
          Ici, au Luxembourg, il y a 4 pays distants (une ville!) de 12 minutes à 1 heure de voiture: dans ces pays, ni le portable (GSM), ni les médicaments (ni les remboursements) ne sont au même prix! Preuve que chaque pays discute les prix plus ou moins habilement avec plus ou moins de conditions connexes honnêtes ou honteuses! La concurrence devient donc plus difficile à définir! Vous rendez-vous compte ce que rapporterait une centrale d’achat européenne internationale de médicaments de 450 millions de consommateurs (hors U.K.)?

  • Je suis pharmacien. Je suis persuadé que délivrer à l’unité ne réduirait que très peu le gaspillage, si le tiers payant intégral et le monopole de la sécurité sociale publique sont maintenus. Les insouciants drogués aux soins gratuits (dont nombreux « CMU ») ne gaspilleraient plus des boîtes de 30 gélules, mais des lots de 30 gélules déconditionnées à l’unité. La belle affaire.

    • @ thibaud g
      Nous avons tous vu ces flacons américains de médicaments « en vrac ». Ma question est pourquoi ce pays n’a-t-il pas adopté les « blisters », de rigueur dans l’U.E.?

  • « Le tiers payant, c’est une fo­lie, les gens doivent sa­voir qu’une consul­ta­tion don­née par un mé­de­cin a un coût. »
    Certes, mais alors que dire des opérations chirurgicales, qui coutent un bras (même sans amputation) et dont personne ne connaît le prix. Tiens qui connaît le prix d’une journée à l’hopital dans une belle chambre blanche.
    On ne sort pas le chéquier à l’hôpital, on ne sort pas le chéquier à la pharmacie. Pourquoi devrait-on le sortir chez le médecin ?
    Ou si on doit le sortir chez le médecin, pourquoi ne pas le sortir aussi à l’hôpital et à la pharmacie ?

  • Pour avoir une idée de ce dont on parle, rappelons que les dépenses de médicaments représentent pour notre système de santé environ 10 % des dépenses et que ce chiffre suit une tendance à la baisse.
    Quand on sait cela, on comprend aisément que tout aussi louables qu’ils sont, les efforts qu’on pourrait faire sur ce poste ne permettront pas d’obtenir des résultats spectaculaires sur l’équilibre de notre système de santé.
    Je me demande si on n’obtiendra pas de bien meilleurs résultats en organisant un peu plus de prévention, ce qui permettrait de tenir à distance pour un temps plus long de nombreuses maladies fort couteuses (diabète, hypertension, maladies cardiovasculaires, cancers…).

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
sécurité sociale
2
Sauvegarder cet article

Récemment, la Cour des comptes a refusé de certifier les comptes de la Sécurité sociale pour des raisons de fiabilité sur le montant de son déficit. Entre autres : un désaccord de près de 10 milliards d'euros sur le déficit du régime général entre 2020 et 2021… mais aussi des erreurs importantes sur le versement des prestations de retraite.

Cela n’aura échappé à personne : en plus d’être une gabegie financière, la Sécurité sociale souffre d’un cruel manque de transparence. Aujourd’hui, le niveau d’étatisation est tel que la France occu... Poursuivre la lecture

Par Alexander Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-troisième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont George Hitchings et Gertrude Elion, les deux scientifiques américains qui ont initié le développement de la conception rationnelle des médicaments.

Jusqu’alors, la méthode classique employée pour les découvrir reposait sur un... Poursuivre la lecture

2
Sauvegarder cet article

Paraphrasons : personne ne sait comment fabriquer un comprimé de Doliprane…

Hier, le grand Milton Friedman prenait l’exemple du crayon jaune, afin d’exposer sa vision du libéralisme.

https://www.youtube.com/watch?v=SDUB4Pw39sg

 

Hélas, je ne dispose ni de son talent, ni de sa vision. Je ne suis qu’un chirurgien de province mais cela m’offre un minime avantage : les inconvénients, je les vis. J’ai même le nez dans les diverses ruptures de stock dont souffrent plus cruellement les patients qui comptent sur un sy... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles