4 propositions pour une vraie réforme de l’université

Liberté, flexibilité et concurrence sont les caractéristiques de l’université britannique d’aujourd’hui. Pourquoi ne pas suivre son exemple en France ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

4 propositions pour une vraie réforme de l’université

Publié le 16 novembre 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Fin du tirage au sort ? Mais pour faire quoi ? La réforme pour « canaliser l’accès à l’université » est pleine d’ambiguïtés et ne propose pas les mesures dont aurait besoin le système universitaire français.

D’un côté, le bachelier devra avoir le « profil requis » pour entrer à l’université, mais, de l’autre, il gardera le « dernier mot » pour choisir sa filière. Et il n’y a rien dans le projet du gouvernement concernant une vraie sélection à l’entrée.

Car – faut-il encore le rappeler ? – l’accès à l’université est un droit mais pas un dû ! Il ne s’agit pas de l’école primaire mais des études supérieures. Ça se mérite ! D’autant plus que presque 50 % des étudiants ne passent pas la première année de fac !

L’université n’est pas un dû, ça se mérite !

De même, il n’y a rien sur l’autonomie des universités et la concurrence comme c’est le cas dans d’autres pays. Dans le dernier classement QS World University Rankings (2017), la première université française n’est qu’à la…131e place !

Précédée par deux grandes écoles : École normale supérieure (43e) et l’École polytechnique (59e place). Dans le même classement, les Britanniques ont 16 universités parmi les 100 premières et les Américains plus d’une trentaine !

Les propositions du gouvernement sont insuffisantes et complexes

Au Royaume-Uni, les réformes de 2016 proposaient une université britannique encore plus dépendante du marché et moins de l’État. En 2012 déjà, les subventions publiques avaient été pratiquement supprimées et les frais de scolarité multipliés par trois (rappelons que les frais obligatoires ont été introduits dès 1999).

On envisage encore plus de liberté pour la création d’universités privées, même de très petite taille, et qui auraient la possibilité de proposer plusieurs enseignements. Ce pourrait même être des universités spécialisées dans un seul domaine. Liberté, flexibilité et concurrence sont les caractéristiques de l’université britannique d’aujourd’hui.

L’université française ne s’en sortira qu’avec de vraies réformes. Voici quatre propositions qui sont d’ailleurs parfaitement interdépendantes :

1. Réformer le baccalauréat et en faire un vrai examen ce qui permettra une présélection pour l’université.
Aujourd’hui, le baccalauréat est totalement décrédibilisé car il s’agit d’une simple formalité. Environ 90 % des élèves l’obtiennent.

2. Introduire la sélection à l’université grâce à des examens d’entrée.
Vouloir suivre des études supérieures est un choix personnel mais justifié par l’intérêt porté à la filière choisie. Passer un examen pour s’inscrire contribuerait à écarter ceux qui ne veulent faire que de la figuration. Et, comme on l’a vu, ils sont très nombreux en première année de fac… Les universités qui le souhaitent pourraient exiger un examen d’entrée.

3. Rendre l’université payante.
Il est normal et même indiqué de faire payer les études supérieures afin de faire prendre conscience aux jeunes qui se préparent à entrer dans la vie active qu’elles ont un coût. Dans de nombreux pays, il existe aussi un système de bourses au mérite, ou bien des jobs d’étudiants ou des prêts bancaires pour les étudiants. Tout cela responsabilise les étudiants.

4. Libéraliser la collation des grades
Le monopole existe depuis plus de deux siècles. Afin d’encourager la création d’universités privées, on pourrait libéraliser l’enseignement supérieur en changeant l’article L731-14 du Code de l’éducation. Il pourrait être remplacé par l’article suivant : « Les établissements d’enseignement supérieur privés peuvent prendre le titre d’université sous réserve de justifier de la qualité et de la probité de leur enseignement. Les certificats d’études qu’on y juge à propos de décerner peuvent porter le titre de licence, de mastère ou de doctorat. » Cette réforme favoriserait la création de nouvelles universités privées et répondrait au besoin actuel de places à l’université.

Il ne reste qu’à agir.

Sur le web

Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Si le niveau du bac augmente, inutile de créer un examen d’entrée, le premier fera l’affaire.

    L’admission sur dossier est la meilleure des choses. Ce que font les prépas et un certain nombre d’école.
    Cela évite le formatage intellectuel provoqué par les concours.

  • Constat: depuis longtemps (très longtemps), le pays est sauvé par les grandes écoles, très sélectives qui forment les locomotives de la nation (à l’exception de l’ENA). ,S’il n’y avait que les universités, nous serions au niveau de la Grèce.
    Depuis quelques années, l’université s’améliore, lentement, mais est limitée par la qualité des étudiants. d’où la réforme 1, indispensable.

    • @ Mullerache

      Désolé, je ne suis pas d’accord!

      Le Royaume-Uni n’est pas la France et pas le seul système universitaire valable parce que libéral, la France où les libéraux sont loin du pouvoir démocratique, cela n’est pas près d’être imité!

      Et votre dialectique française qui adore le binaire: vrai-faux, noir-blanc, bon-mauvais, sans aucune considération pour ce qui existe déjà, conduit au ridicule.

      En social démocratie, modèle européen unique, assez typique et répandu dans le continent, lui, réellement envié ailleurs, l’état assure une accessibilité à l’enseignement, à ses citoyens, en contrepartie d’une reconnaissance officielle nationale et européenne des certificats et diplômes obtenus dans les écoles et universités.

      Donc les citoyens (y compris les célibataires et couples sans enfants) paient, par leurs impôts, l’enseignement des enfants jusqu’au niveau supérieur, en totalité dans l’enseignement d’état (central ou plus local), en partie, dans l’enseignement privé (qui reste, par exemple, propriétaire du choix de ses biens immobiliers existants ou acquis ou de sa riche bibliothèque), le libre choix, privé ou public, étant laissé aux citoyens-parents ou jeunes adultes, sans influence! Le pays est né en 1830 mais « mon » université date de 1425!

      Quand on a pris l’habitude de la concertation, on sait comment proposer un accord dont aucun partenaire ne se trouvera tout à fait vainqueur ni tout à fait berné; c’est le « compromis »! Et ça fonctionne autrement mieux que l’affrontement entre « les pour et les contre », dans l’efficacité et la compréhension de l’autre!

      C’est comme les 7 couleurs de l’arc en ciel, comme si il n’y avait pas d’autres « nuances » entre ces couleurs: c’est irréaliste, une simple facilité du discours: c’est ce qui arrive quand on donne aux mots et au « verbe », plus de valeur que pour un simple outil d’une communication!

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nous avons déjà eu l’occasion de présenter ici-même deux des romans de Patrice Jean, Tour d’Ivoire et La poursuite de l’idéal, dans lesquels il se montre particulièrement habile à mettre en lumière les travers et dérives de notre époque.

Dans son dernier roman, Rééducation Nationale, il se lâche véritablement, n’hésitant pas à pousser l’histoire jusque dans le farfelu et la caricature, pour le plus grand plaisir du lecteur.

 

Idéalisme et conformisme

Patrice Jean n’a eu aucun mal, on l’imagine, à s’inspirer de ce qu’... Poursuivre la lecture

Alain Aspect, couronné ce mardi Prix Nobel de physique 2022, est en colère.

Il est atterré par l'extension du complotisme dans la population, y compris parmi la communauté scientifique. Interrogé sur France Inter, le physicien a exprimé son inquiétude et il a souligné en s'adressant aux jeunes :

"La science n'est pas l'ennemie des problèmes actuels [...] La science est la solution. Lancez-vous dans la science avec l'objectif de résoudre ces problèmes qui vous intéressent. "

 

"La science est la solution"

Pour ... Poursuivre la lecture

Par Jérémie Bongiovanni.

Historiquement, l’État s’est peu à peu substitué aux communautés et à l’Église pour proposer l’éducation scolaire. Aujourd’hui, celle-ci est principalement organisée par les administrations publiques.

Les critiques à l’encontre du système éducatif actuel se concentrent sur des questions pédagogiques et le niveau général des élèves alors que la question de l’organisation du système en soi, de son financement et du rôle que l’État doit jouer dans la transmission des savoirs n’est pas abordée. Quid d’un cha... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles