Idée reçue : les Paradise Papers, ce n’est pas illégal mais immoral ?

Les Paradise Papers révélés par Le Monde sont qualifiés d’affaires « immorales ». Juger l’optimisation fiscale sur le plan de la morale relève de la pure hypocrisie.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Pierre Moscovici en 2012 2 (Crédits Mathieu Delmestre-Parti socialiste, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Idée reçue : les Paradise Papers, ce n’est pas illégal mais immoral ?

Publié le 12 novembre 2017
- A +

Par Eddie Willers.

Dimanche dernier, après les Panama Papers, le journal Le Monde présentait une nouvelle série de révélations sur le thème des paradis fiscaux : les Paradise Papers. Beaucoup de choses ont été dites cette semaine sur ce sujet, et malheureusement avec souvent très peu de recul. Tentons de prendre le temps de le faire ici.

Un élément capital distinguait ces révélations des précédentes révélations du Monde : elles montraient que certaines personnes ou institutions avaient recours à de l’optimisation fiscale. Nous n’étions donc pas face à des individus qui se soustrayaient à la loi comme dans les révélations de fraude fiscale précédentes.

Absence totale de respect de la vie privée

Toutes les analyses qui sont tirées de ces Paradise Papers se positionnent donc au niveau de la morale et non de la loi. Et force est de constater que de nombreux commentateurs en manquent cruellement.

Un premier élément me dérange fondamentalement dans ces révélations : l’absence totale de respect de la propriété privée.

La vie de centaines de personnes est étalée en place publique alors que rien de ce qu’elles font ne mérite d’être condamné par un tribunal. Il existe une espèce de voyeurisme malsain qui me dérange profondément.

L’optimisation fiscale sous l’angle de la morale ?

Deuxièmement et c’est le tort des analyses fondées sur la morale, tout ce que nous avons entendu sur les plateaux télé cette semaine reposait sur un point : des personnes ne paient pas l’impôt qu’elles “devraient” payer. Nous manquons donc de ressources pour financer les hôpitaux, les écoles et la police. Le spot publicitaire d’Oxfam où nous voyons des individus cagoulés braquer un hôpital est symptomatique de ces analyses à l’emporte-pièce.

Qu’est-ce que le terme “devraient payer” veut dire ? Les journalistes du Monde qui bénéficient de la niche fiscale dédiée aux journalistes (déduction de 7650€ en plus de l’abattement des 10% sur les allocations pour frais d’emploi) ne “devraient-ils” pas payer plus d’impôts ?

Les entreprises qui bénéficient du Crédit Impôt Recherche devraient payer davantage d’impôts, celles dans les DOM-TOM aussi. Les couples paient moins d’impôts lorsqu’ils sont mariés que lorsqu’ils restent simples concubins. Par ailleurs, avoir des enfants ne constitue-t-il pas finalement un mécanisme d’optimisation fiscale ?

La liste est infinie. Ainsi, juger l’optimisation fiscale sur le plan de la morale relève de la pure hypocrisie. La palme d’or de la semaine revient certainement à Pierre Moscovici, lequel, en deux tweets expliquait son effroi en découvrant les révélations des Paradise Papers. En tant que Commissaire aux Affaires Économiques et Financières, ne pas avoir connaissance des mécanismes d’optimisation fiscale relève de l’incompétence crasse.

D’autre part en tant que fonctionnaire international, il est bon de le rappeler, Pierre Moscovici n’est pas imposable sur ses revenus en France. Merci pour votre indignation, Pierre, mais repassez un autre jour.

Paradise papers : optimisation n’est pas fraude

Certains diront que ce sont les montants qui choquent. Le faire, oui, mais ce qui dérange c’est l’institutionnalisation de ces procédures. Ce dont il faut se rendre compte c’est qu’optimiser sa fiscalité coûte : en conseils, en avocats, en temps. Et ces sommes augmentent avec les montants que l’on souhaite placer au taux de fiscalité le plus attrayant. On ne le fait donc pas forcément de gaîté de cœur et l’on préférerait parfois simplement payer ce qui est dû, ce serait plus simple.

Rappelons qu’ici nous nous plaçons dans le cas de l’optimisation, et non de la fraude. Nous ne cherchons absolument pas à cacher de l’argent indûment gagné.

Si des personnes ont recours à ces mécanismes c’est qu’elles jugent que le jeu en vaut la chandelle et qu’elles préfèrent que leur argent soit utilisé autrement que par l’État. Les discours larmoyants que j’entends comme « c’est l’hôpital que vous assassinez par vos actes »  me mettent hors de moi.

Et si on regardait comment vit notre pays ?

Je pense que chacun serait ravi de payer des impôts si ceux-ci servaient uniquement à payer des infirmières et des policiers. Malheureusement, ils financent également les expositions de Jeff Koons à Versailles, des Jeux Olympiques en 2024, et la centaine de comités Théodule que compte notre pays. C’est le financement de ces dépenses somptuaires qui oblige la France à faire payer à ses contribuables des impôts bien plus élevés que ses voisins.

Il n’y a rien d’étonnant à constater que la France est le pays le mieux représenté des Paradise Papers ; rien d’étonnant non plus à voir des entrepreneurs fuir la France. En revanche, il est surprenant que les politiques ne parviennent toujours pas à en tirer les bonnes conclusions : “ce sont eux les méchants, nous sommes les gentils, continuons à presser le citron”.

Ces révélations pourraient servir de détonateur dans les mentalités, mais trop de Français sont encore empreints d’une jalousie stupide pour en tirer les conclusions qui s’imposent : notre pays vit au-dessus de ses moyens et continue de creuser sa tombe économique.

Sur le web

Voir les commentaires (46)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (46)
  • « Je pense que chacun serait ravi de payer des impôts si ceux-ci servaient uniquement à payer des infirmières et des policiers.  »

    MAIS NON ! Pas du tout. Jamais.

    • @ Zer
      J’ai travaillé plus de 15 en France, sans être Français. Je connaissais l’habitude de bonne éducation « Vieille France » de ne parler, à table ni de politique, ni de religion, ni d’argent! Mais en fait, je constate que beaucoup de Français sont des obsédés du pognon! (et que les façons « vieille France » étaient sans doute plutôt hypocrites!).

      Il en va de même aujourd’hui où ce sont les comblés par le pouvoirs (courtisans?), commissaire européen, journalistes ou politiciens, qui donnent les leçons de morale, au nom des grands principes de l’éthique politique … qu’ils sont les premiers à ne pas appliquer dans leur cas personnel ou ils se rengorgent de croire que c’est « essentiel ».

      C’est à mourir de rire!

      Né dans un pays pragmatique, où les commerçants étaient sévèrement taxés car, à priori, coupables de faire du « noir », ce qui n’était pas tout à fait faux et qui arrangeait tout le monde, j’ai « émigré » dans un autre où l’état, central ou local, mérite bien ma quote part imposée, payée sans aigreur d’estomac, sans jalousie, sans velléités que d’autres soient plus taxés, sans haine xénophobe!

      Lorsqu’un collègue (Français), fraichement élu dans un conseil municipal, m’a proposé de m’aider à obtenir la nationalité française, j’ai eu franchement du mal à m’empêcher de lui pouffer de rire au nez!

      L’hôpital public n’est, en général (il y a plusieurs vraies exceptions brillantes) pas un modèle de bonne gestion! Mais qu’on économise dans le versant administratif plutôt que dans les soins aux hospitalisés, n’est pas une exigence extravagante!
      Que de façon générale, on sacrifie les scribes sur des papiers que personne ne lira plus jamais n’empêchera personne de vivre.
      Que l’état ne vous épie plus dans votre moindre dépense ou votre déplacement par autoroute ou …par vote smartphone, cela ne vous chagrinera pas!

      Le Principe de A.Laffer vaut en politique aussi: un pouvoir qui s’occupe de tout, ne règle, pour finir, rien du tout!

  • C’est un peu court, jeune homme : rappelez-vous que chacun doit contribuer à hauteur de ses moyens….

    • La contribution est sensée être librement consentie. De plus, chacun est sensé pouvoir vérifier à quoi elle sert. Un système immoral (et le vol des faibles, fut-ils riches, par les forts en est un) ne peut donner lieu à aucune justification morale.

    • ce qui bien sur ne veut rien dire…expliquez donc un peu…

    • A condition qu’en retour cet argent ne soit ni gaspillé, ni détourné pour payer une sinécure à Mme Ségolène Royal.

  • C’est bien la gestion désastreuse des finances de notre pays qui entraine cette optimisation fiscale par les plus riches . Même certaines contributions sont illégales et doivent être remboursées , Pierre . Voilà le vrai sujet

    • Un fonctionnaire a le devoir de désobéir quand il reçoit un ordre illégal de sa hiérarchie sauf curieusement quand il s’agit du pognon gratuit des autres.

  • est ce que l’on peut considérer le travail non déclaré comme optimisation fiscale ? quand bien même c’est interdit ? aprés tout on peut ne pas être en accord avec ce que fait le gouvernement de cet argent prélevé en charges , taxes …..

    • non, justement, le principe de l’optimisation fiscale, c’est de profiter de la loi (qui est faite par les politiques, au nom du peuple paraît-il) pour réduire son imposition. Le travail non déclaré est illégal, il n’entre pas dans cette catégorie.

  • Punaise, va falloir encore attendre des plombes avant que l’on recommence à comprendre le véritable sens des mots « moral », « légal » et « légitime ». Par exemple, et sans pétition de principe, protéger son bien (ici, d’une autorité aux pouvoirs et appétits illimités) obtenu en toute légalité est légitime et donc moral.

  • Chercher à protéger légalement sa propriété face à la spoliation que nous impose l’Etat me semble être une attitude normale.

  • C’est à la suite des attentats du 13 novembre que le gouvernement socialiste a remis au gout du jour des cours de morale à l’école, mais cela n’a jamais été le cas après la fraude fiscale de notre ministre du budget CAHUZAC, donc acte

  • Tout le monde fraude ou optimise un peu à un moment ou un autre. C’est humain et permet de mette (beaucoup) d’huile dans les rouages.

    Que les gens productifs (qui sont désormais minoritaires) deviennent obsédés par la pression fiscale et les moyens d’y échapper, cela signifie que la coupe des prélèvements est pleine et le contrat social rompu.

    Aurons nous le courage de nous unir et de dire « ça suffit » aux politiques et à nos concitoyens majoritaires qui nous spolient depuis si longtemps ?
    Non, et c’est cela le plus grave! Nous méritons en fait de nous faire plumer.

    • @hank « Nous méritons en fait de nous faire plumer. » Ne généralisez pas svp et vous , que faites vous à votre niveau ?

      • @ Val
        Je suppose: en bon « libéral » cultivant la liberté de l’individu, il fait sans doute de la « self defense », en trichant comme des millions d’autres soit légalement comme un privilégié (journaliste) ou un optimisé fiscal soit en trichant, avec un risque!

    • @Hank.R

      « Tout le monde fraude ou optimise un peu à un moment ou un autre.  » absolument faux : la grande majorité des contribuables n’ont aucun moyen de frauder ou d’optimiser : la grande majorité du budget de l’Etat provient de la TVA, des contributions sociales patronales et des impôts locaux. 75% de l’impôt sur le revenu est payé par 10% des contribuables. Donc globalement 90% n’ont absolument aucun moyen de frauder ou d’optimiser, ils laissent juste un peu plus de la moitié de leur production à l’Etat de façon « invisible » parce que prélevée avant qu’ils n’en voient la couleur.

      C’est pour cela que cette discussion sur l' »impôt » est complètement biaisée, parce qu’en pointant du doigt les « optimiseurs », l’Etat utilise en fait la dialectique de la lutte des classes.

      • 90% n’ont absolument aucun moyen de frauder ou d’optimiser

        Vous prenez les gens pour des abrutis. Arrêter de faire des heures supplémentaires, commander/faire ses courses (pour les frontaliers) à l’étranger, etc.. il y a des dizaines de moyens d’échapper aux colons de l’Etat.

  • Ce qui est clairement immoral, c’est la façon dont l’Etat dilapide et gaspille l’argent des autres sans aucune pudeur et en plus en faisant la morale.

  • on peut aussi évoquer la manière frauduleuse avec laquelle ont été obtenues ces informations.

  • Ce qui est immoral c’est d’avoir institué et accepté le vol comme principe de gouvernement, ce qui est la définition la plus large du socialisme. Dès l’instant où on admet que certains ont le droit de voler les autres (leur prendre le fruit de leur travail sans leur consentement), on rentre dans un système immoral à l’intérieur duquel il n’est plus possible de juger quoi que soit à l’aulne d’aucune morale.
    Se posent en effet les questions suivantes :
    1) Qui a le droit de voler qui ? (Qui seront les exploiteurs et qui seront les victimes ?)
    2) Au nom de quels principes ? La prémisse étant immorale, ils ne peuvent être eux-mêmes qu’immoraux, absurdes, contradictoires.
    3) Que faire du butin ?
    Quelques conséquences du socialisme :
    1) Les victimes cherchent par n’importe quel moyen à échapper à la prédation (ce qui est l’objet de la polémique en cours), ce qui provoque un appauvrissement généralisé, d’autant plus important que le degré de socialisme (spoliation) est élevé.
    2) Le partage du butin donne lieu à une lutte âpre entre tous ceux qui pensent pouvoir en bénéficier. Faut-il en donner plus aux infirmières, aux policiers (puisqu’il en est question ici), aux médecins, à ceux qui construisent les hôpitaux et les commissariats, aux juges, à ceux qui construisent, entretiennent et équipent les tribunaux, aux transports (et lesquels ?), au logement dit « social » … ou aux commissaires européens, politiciens, journalistes, syndicalistes… dont le rôle est de défendre le système dont ils vivent ? Comme il n’y a aucun moyen rationnel de le déterminer (comme le fait le marché), le partage se fait selon la loi du plus fort, selon la capacité de nuisance ou d’influence des différents protagonistes. Une grosse part ira nécessairement à ceux dont le rôle est de défendre le système, sans lesquels tout s’effondrerait. Confier les services parmi les plus indispensables à la population (justice, transport, santé, éducation, charité…) entre les mains des exploiteurs est une très mauvaise idée (pour une fois, je ne suis pas d’accord, sur ce point, avec le jeune et talentueux Eddie Willer). Ce que Pierre Moscovici, les journalistes du Monde et autres font semblant d’ignorer, c’est que leurs propres avantages sont ça en moins pour l’hôpital ou la police. Ils préfèrent faire croire à la population qu’il existe encore un gisement de taxation supplémentaire infini dans lequel il suffirait de puiser, alors que ce gisement se rétrécit au fur et à mesure que la prédation augmente.
    Enfin, et bien que ce soit « hors sujet », augmenter les « crédits » (part du butin) aux « services publics » n’a jamais permis d’en améliorer la qualité. Dès l’instant qu’un service est financé par la contrainte, il ne peut être amélioré d’aucune façon. Au contraire, il se dégrade.

    • Bonjour Guy,

      C’est tellement vrai, d’ou la fiction du « consentement à l’impôt » ou du « contrat social »
      Je n’ai jamais vu sur mes déclarations d’impôts (2035, 2042, et autres cerfa) une case:
      « Consentez-vous à l’impôt: _si réponse non, signez et vous êtes solde de tout compte ».

      Sans rire il pourrait tout au moins faire un référendum annuel pour valider le budget (comprendre, impôts).

  • « Centaines de comités Théodule », dites-vous ? C’est évidemment davantage au niveau de l’Etat, et sans compter les 22 ex-Régions – et/ou les nouvelles -, et les 101 Départements et leurs excroissances, pour multiplier ce chiffre ! J’aimerais que la Cour des Comptes fasse le grand total de toutes les subventions à toutes les « associations 1901 », soi-disant sans but lucratif !

  • Idée reçue ?
    Une idée reçue = raccourci où la réflexion prend le pas sur l’émotion, ou = idée répandue et répétée avec ou sans justification .
    Les PP sont simplement des preuves d’une idée!

    Preuves désagréables, inconfortables, comme une vision publiée sur « des lieux d »aisance » de l’entre soi _de_ riches et puissants, mais pas une idée reçue.

    Le sens grisâtre de la responsabilité fiscale et civique est l’ un des aspect mis à jour par ces PP dans l’abus de ces montages.
    Le comportement de certaines multinationales est encore plus instructif, et pourrait les mettre définitivement hors la loi.
    Certains actes s’apparentent à du terrorisme en col blanc, contournant les lois, asservissant des hommes, spoliant les intérêts du grand nombre pour leur seul profit.

    Si vous voyagez, vous savez que ces PP sont plus encore impactant en Allemagne, en Hollande et en Suisse. Chancelier, banques, industriels, artistes, sont cités. Les tribunaux Allemands et Suisses n’hésitent pas à rouvrir certains dossiers de succession, des montages d’affaires et des déclarations fiscales anciennes.

    Légalité grise ou préjudice à l’encontre de l’Humanité?

    Il faut dire que 10 ans après une crise qui nous a tous mis à contribution pour sauver des banques, et qui a jeté un voile sur la probité d’une classe sociale, on aurait pu espérer qu »elle apprenne ce qu’est une ‘idée reçue » nauséabonde !

    • @Bago
      1) « Les PP sont simplement des preuves d’une idée!… »
      Non, cette « révélation » ne prouve rien quant au caractère moral ou immoral de chercher à échapper à la prédation fiscale, point sur lequel porte ce débat d’idées. Pour y répondre, il faut :
      a) définir ce qu’est la morale
      b) définir ce qui est moral et ce qui est immoral
      c) réfléchir pour déterminer si le comportement étudié est conforme à la définition précédente.
      2) « Le sens grisâtre de la responsabilité fiscale et civique est l’ un des aspect mis à jour par ces PP dans l’abus de ces montages… »
      Quel est le « sens de la responsabilité fiscale et civique » des hommes politiques et autres profiteurs qui vivent du système tout en s’autorisant dénoncer ceux qui tentent d’échapper à leur prédation ?
      3) « Le comportement de certaines multinationales est encore plus instructif, et pourrait les mettre définitivement hors la loi. »
      Les partisans de la prédation fiscale sont effectivement hors la loi juste, celle qui dit que personne n’a le droit de voler personne.
      4) « Certains actes s’apparentent à du terrorisme en col blanc, contournant les lois, asservissant des hommes, spoliant les intérêts du grand nombre pour leur seul profit. »
      C’est exactement ce que font les hommes de l’État. Si vous êtes contre la spoliation, vous êtes contre l’État, donc contre l’impôt, donc vous répondez qu’il est effectivement « moral » de chercher à y échapper.
      5) « Légalité grise ou préjudice à l’encontre de l’Humanité? »
      Les plus grands préjudices à l’encontre de l’humanité ont toujours été perpétrés par des gens ayant réussi à mettre la main sur un État et plus les principes gouvernant cet État ont été socialistes, plus les préjudices ont été immenses.
      6) Il faut dire que 10 ans après une crise qui nous a tous mis à contribution pour sauver des banques, et qui a jeté un voile sur la probité d’une classe sociale, on aurait pu espérer qu »elle apprenne ce qu’est une ‘idée reçue » nauséabonde !
      A votre avis, d’où vient l’expansion de la « finance » ? Quelle est la « classe sociale » qui en vit et en profite ?

      • Merci de votre contribution, mais restez SVP dans (mes)les clous!
        Je ne défend à aucun moment la pression fiscale (française entre autre)
        ni la gabegie des gouvernements européens (français surtout).

        Mon inquiétude est autre: à notre époque, la valeur qui est donnée à un homme (comme à une structure), se mesure « exclusivement » à sa capacité à mobiliser un avocat et à accumuler des biens.
        En d’autres terme, » je peux tout faire, si j’ai un bon avocat ».
        Ceci est pratiqué et défendu au plus hauts niveaux!
        Or la morale ne se discute pas lorsqu’elle est partagée par un groupe, régulant des actions en fonction d’une conception de la vie ensemble.

        Dans le long terme que cette vision de notre société ne peut amener que des troubles: comment attendre d’un citoyen lambda un comportement normal (normes et lois), si les exemples, les entreprises, les élites et les dirigeants ne sont pas soumis aux lois? Ou seulement au travers de leur cabinets d’avocats.
        Qui devient l’asocial ( je ne parle pas de socialisme mais de comportement humains)?

    • du terrorisme en col blanc? vraisemblablement du fait des « morts » innocents causés par le « moins d’argent public »… eh ben…
      ça me rappelle le coup d’état social…
      Seul des collectivistes pensent comme ça..

    • Un riche investit ou dépense son argent..l’etat investit n’importe comment et dépensent n’importe comment parce que ce n’est pas lui qui GAGNE cet argent.

    • @Bago
      Bonsoir,
      Les entreprises en France sont taxées en moyenne à 68%. Je trouve moral et normal qu’elles profitent des structures légales pour en payer moins et pour optimiser les 32% qu’il leur reste. Qui, avec ce rapport 68/32, asservit « des hommes, spoliant les intérêts du grand nombre pour leur seul profit. » ?
      L' »entre soi des riches »
      Avec notre sytème fiscal et la pression qu’il exerce, il est difficile d’arriver à être « riche ». et d’être « à l’aise ».
      La crise d’il y a 10 ans est dûe au gouvernement américain. Les gouvernements socialistes n’ont rien retenu. Celle qui nous claquera au nez, peu importe quand, sera dûe à notre belle élite de l’E.N.A.

      • Trop d’Etat et trop de taxes en général , trop d’ENA et trop de socialisme, on est OK sur ces points.

        Et qui , à votre avis, conseil nos politiques sur la fiscalité?
        Ce n’est pas un domaine à part!
        Les inspecteurs des impôts lambda n’ont pas accès à certains dossiers fiscaux, ils sont réservés à certains « responsables spéciaux », très souvent Enarques, supposent un traitement particulier et restent à divulgation restreinte ou nulle.

        La crise des banques européenne est due à leur sottise et paresse à rechercher les pommes pourries que leur proposait les banques US. Et c’est vrai que ça recommence (de + belle).

    • Il ne faudrait pas mélanger domaine personnel et entreprise. Une entreprise n’a pas d’état d’âme. Elle respecte la loi grâce aux avocats.
      Quand à rouvrir un dossier de succession, c’est du délire, parce que comment allez vous condamner le mort? Vous pouvez condamner les héritiers pour n’avoir pas déclaré leurs millions ou les produits au fisc. Ce n’est pas pareil. PP peut être une source pour le fisc, rien d’autre.

  • j’aimerai voir la tronche des journaliste si on leur suprimer leur niche fiscale sur l’impôt de revenu !!! voir Suppression de sudventions de la presse..
    En plus le Monde donne des leçons de morale…!!! ..

  • optimisation fiscale….si ce n’est pas le but c’est la conséquence naturelle même de la fiscalité…

  • L’optimisation fiscale est largement utilisée pas seulement par les multinationales mais par les simples citoyens. Quand les gens utilisent les niches fiscales, qu’ils modifient leurs comportements pour avoir des exonérations fiscales, ils pratiquent de l’optimisation fiscale. Pas besoin d’avoir des avocats fiscalistes

    Il faut regarder les choses de manière plus large. Ce qui se passe dans le domaine fiscal avec l’optimisation fiscal existe partout où il y a une réglementation. Les entreprises qui ont les moyens de se payer de bons avocats (multinationales) contournent ces réglementations grâce à leurs avocats et utilisent ces réglementations à leurs avantages. La réglementation avantage systématiquement les multinationales aux PME car elles ont les moyens de se payer des avocats.
    Il a clairement une différence entre ceux qui peuvent échapper aux réglementations parce qu’ils ont les moyens et ceux qui subissent de plein fouet ses réglementations parce qu’ils n’ont pas les moyens de se payer des avocats.
    Je ne parle même pas du fait que les multinationales ont les moyens de faire du lobbying sur les politiciens pour que les réglementations les avantagent.
    La réglementation tends à fausser la concurrence en donnant un avantage aux multinationales.
    C’est pour cela qu’il faut une réglementation simple pas trop complexe et surtout ne pas trop réglementer. En Europe (et encore plus en France), on a la manie de tout réglementer. Cela en devient risible.

    Personnellement, je suis pour réformer le système fiscal en le simplifiant et en mettant des impôts bas de tel sorte que l’optimisation fiscal serait grandement réduit mais je doute que ces réformes seront mises en place un jour. Alors, à partir du moment où on vit dans e système actuel, je ne vois pas en quoi il est immoral de vouloir payer moins d’impôts surtout si on ne fait que respecter la loi. C’est même plutôt naturelle. Moi aussi, si j’étais riche ou si je dirigeais une multinationale, je pratiquerais l’optimisation fiscal. Il est même naturel pour une entreprise qui a les moyens de pratiquer l’optimisation fiscal de le faire. Une entreprise est là pour être efficace, pour être rentable.
    Ce qui me gêne profondément dans l’optimisation fiscal c’est que c’est injuste vis à vis de ceux qui n’ont pas les moyens de le pratiquer. Cela fausse la concurrence entre les multinationales qui ont les moyens de le faire et les PME n’ayant pas moyen de le pratiquer. Cependant, pour moi, le responsable de la situation c’est l’Etat c’est lui qui en complexifiant le système fiscal permet des failles dans le système. Il est normal que ceux ayant les moyens profitent de ces failles.
    Ce que je trouve assez drôle c’est que ceux qui s’insurgent le plus contre l’optimisation fiscal (les gauchistes) sont aussi ceux qui sont pour une politique causant cette optimisation càd qu’ils veulent tjs plus d’impôts et tjs plus complexifier le système fiscal. Il y a un problème de logique.
    D’ailleurs, il est aussi marrant de voir que les gauchistes refusent de mettre en place certains outils très utiles pour lutter contre la criminalité en col blanc. A savoir, ils refusent la transaction pénale pourtant très utile pour lutter contre cette criminalité. http://www.lopinion.fr/edition/economie/transaction-penale-recul-coupable-gouvernement-dans-lutte-anti-99769?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_content=content&utm_campaign=cm
    Ce qu’ils ne se rendent pas compte, c’est que la criminalité financière (et de manière plus large, l’atteinte au bien) n’est jamais puni dans les faits par de la prison sauf si récidive (en tout cas en Belgique mas je doute que cela soit fort différent en France). Un criminel en col blanc prendra de la prison avec sursis (à condition qu’il soit condamné car étant donné la complexité de ses affaires, les criminels en col blanc s’en sortent soit grâce au délai de prescription soit du délai raisonnable).
    Alors, autant frapper là où cela fait mal à savoir le portefeuille.

  • On s’apercoit que plus un pays est socialiste plus il y a d’économie souterraine. Le dirigisme économique a pour conséquences de pousser les gens dans l’économie souterraine. D’ailleurs, souvent les pays socialistes ont besoin de l’économie souterraine pour vivre. Un merveilleux exemple: le Venezuela. Ce pays est aujourd’hui au bord de l’effondrement. Pourtant, sans le marché noir, la situation serait bien pire.
    Pour l’évasion fiscale c’est le même principe. Plus il y a de matraquage fiscal, plus il y a d’évasion fiscal. Et aussi paradoxal que cela puisse paraitre l’évasion fiscal permets justement aux pays pratiquant le matraquage fiscal de vivre.C’est ce que j’ai expliqué plus haut dans mon commentaire sur les paradis fiscaux. Une bonne partie des entreprises délocaliseraient le travail hors de France s’ils devaient payer le taux normal d’impôt. Et cela va plus: certaines entreprises seraient dans une situation financière très difficile si elles ne faisaient pas d’évasion fiscal, elles devraient engager moins de personnes voire licencier ou carrément fermer. Que ferait un secteur comme l’horeca sans le travail au noir ? Il y aurait énormément de faillites sans cela.
    Quand un riche fait de l’évasion fiscal, ce n’est pas de l’argent perdu. En général, il ne laisse pas cet argent sur un compte en banque. Il faut arrêter avec le mythe les riches sont l’oncle picsou. Le riche va utilisé cet argent soit en l’investissant soit en consommant. Autrement dit, cet argent fera tourner l’économie malgré que le riche ait fait de l’évasion fiscal.
    Quand l’état vous prends 80 % de ce que vous gagnez, vous aurez beaucoup plus facilement tendance à frauder le fisc que si l’état vous prends 20 %.
    La fraude fiscale permet à certains secteurs économiques (je pense à l’horeca) de survivre dans les pays fortement imposées (comme la Belgique ou la France). Dans certains secteurs d’activité, s’il n’y avait pas la fraude fiscale, la plupart des entreprises du secteur feraient faillite. Ce qui veut dire que les travailleurs seront au chômage ce qui coûtera de l’argent à l’état.
    Les gauchistes ne savent pas faire la différence entre un coût et un manque à gagner. Les assistés coûtent à l’état, là où l’évasion fiscale est un manque à gagner. La différence morale entre quelqu’un vivant de l’assistanat et quelqu’un pratiquant l’évasion fiscale. C’est que l’assisté vit de l’argent des autres. Il ne vit pas de son argent mais de celui d’autrui. Ceux qui profitent du système social généreux ne sont ni plus ni moins que des voleurs. Ils volent l’argent des autres. Et croyez moi les profiteurs professionnels qui profite abusivement du système, il y en a pas mal (comme par hasard, ce sont toujours les mêmes. Je n’en dirai pas plus pour ne pas être traité de raciste). A noter que je ne dis pas que tous les gens vivant de l’aide sociale sont des profiteurs. Certains ont des raisons valables d’être dans cette situation. De plus, il y a toute une catégorie de personnes vivant de l’assistanat à cause du système. L’état les pousse à être des assistés. Voir un excellent témoignage sur le sujet: https://www.contrepoints.org/2017/04/26/287719-cest-letat-pousse-a-lassistanat
    Les parasites vivant au crochet de l’état ne sont pas spécialement les personnes les plus vulnérables. Typiquement les politiciens et une partie des fonctionnaires (je ne dis pas tous les fonctionnaires). par exemple, en France, il n’est pas rare que les logements sociaux soient attribués selon des critères politiques (on donne un logement social à tel proche du maire).
    La personne faisant l’évasion fiscale ne vole personne. A moins d’être fasciste et de considérer que l’individu n’est rien face à l’état et que ce que produit l’individu revient à l’état.
    L’impôt n’est rien d’autre qu’une forme de racket. (Je reconnais la nécessité de l’impôt mais pas la moralité). Qu’y a t il d’immoral à échapper à l’impôt ? Surtout quand on voit le matraquage fiscal dans ce pays. L’individu fraudant le fisc ne vole personne, il garde juste ce qu’il a légitiment gagner pour lui au lieu de le donner au fisc. De plus, quand quelqu’un fait de l’évasion fiscale (que ce soit de la fraude ou de l’optimisation), il n’échappe jamais complètement à l’impôt (compris dans le sens large). Il payera toujours différentes impôts et taxes à l’état. Par exemple, quand il achètera quelque chose, il paiera la TVA. Il paiera une taxe habitation……

    Le socialisme est basé sur le vol des richessses. Rien d’étonnant que les socialistes en profitent pour s’en mettre dans la poche. Soi disant les socialistes volent les riches ( riches pour les socialistes ça comprends aussi les classes moyennes ce qu’ils évitent soigneusement de dire) pour redonner aux pauvres. Le problème de cette logique c’est que l’on détruit les richesses. On incite les gens à ne pas s’enrichir, on transforme les pauvres en assistés au lieu de les inciter à devenir plus riches. Et puis taxer les riches n’est jamais suffisant alors on taxe les classes moyennes. Au final c’est elles qui payent le plus. Lors de ce vol des richessses les socialistes ont la fâcheuse habitude à se servir au passage. Redistribuer les richesses n’est qu’un euphémisme pour dire voler les richesses pour financer ses électeurs et se servir au passage.

  • Il y a beaucoup de fantasmes autour de l’optimisation fiscale alors que tous les contribuables sont susceptibles d’y recourir ; notamment lorsqu’ils bénéficient de l’une des centaines de niches fiscale.
    La « récupération » de la prétendue fraude fiscale ne réglerait en rien les problèmes français .
    https://www.linkedin.com/pulse/sur-quels-fondements-limp%C3%B4t-est-il-l%C3%A9gitime-pierre-tarissi/
    Le mythe du trésor caché: https://web.archive.org/web/20171117223539if_/https://pbs.twimg.com/media/DOSQ3fJXkAAONU8.jpg:large
    Thread sur les Paradise Papers: https://threadreaderapp.com/thread/927791175423152128
    Autre thread sur le sujet: https://threadreaderapp.com/thread/927573699808677889

  • La France est numéro un dans le classement des enfers fiscaux établi par
    Forbes Asia: https://web.archive.org/web/20171117225020/https://pbs.twimg.com/media/DOL_pxxX0AILdQc.jpg:large
    La France au lieu de critiquer les paradis fiscaux ferait bien de se poser des questions sur sa fiscalité

  • Comme dit Virginie Pradel:
    La moralité fiscale est une notion à géométrie variable : ceux qui ne paient pas ou peu d’impôts trouvent cela immoral de vouloir en payer moins, tandis que ceux qui en paient beaucoup trouvent cela parfaitement moral

  • La fraude est à l’impôt ce que l’ombre est à l’homme » disait très justement le président Pompidou. La seule chose qui peut empêcher un contribuable de frauder est le sentiment de payer le « juste » impôt qu’il doit à la collectivité pour les services qu’elle lui rend. Or, difficile d’avoir cette impression en France vu la nullité des services publics et le matraquage fiscal.
    Trop de diversité sape les fondements de la solidarité: https://www.franceculture.fr/emissions/le-tour-du-monde-des-idees/trop-de-diversite-sape-les-fondements-de-la-solidarite
    https://scholar.harvard.edu/files/alesina/files/423__0332-alesina11.pdf
    Marrant des études montrent que les gens sont moins enclins à vouloir payer des impôts et à avoir un important état providence dans les sociétés multiculturelles que dans les sociétés homogènes. La gauche n’est pas très cohérente en prônant une immigration massive

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
0
Sauvegarder cet article

Par Pascal Salin et Philippe Lacoude.

Première partie de la série ici Seconde partie de la série ici Troisième partie de la série ici Quatrième partie de la série ici Cinquième partie de la série ici Sixième partie de la série ici Septième partie de la série ici Huitième partie de la série ici

Comme nous l’avons vu précédemment, les impôts directs sur le capital (tels l’IGF, l’ISF, l’IFI ou les droits de succession) ne pourraient avoir un impact positif sur la croissance économique à long terme que dans la mesure où l’usage qui ... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Un second rapport du Comité d’évaluation des réformes de la fiscalité du capital a été publié ce 8 octobre pour poursuivre l’analyse des réformes engagées notamment au titre de la transformation de l’ISF en IFI et de l’instauration du Prélèvement forfaitaire unique et libératoire de 30 % -le PFU- sur les revenus du capital mobilier. Ce Comité conclut globalement, et avec prudence bien sûr, que trop d’impôt sur le capital peut aussi tuer le capital et coûter à l’État.

La baisse d... Poursuivre la lecture

Par Jean-Philippe Delsol. Un article de l'Iref-Europe

Cet article a été publié en mai 2018.

Certes, la politique fiscale du gouvernement est plus qu’ambiguë. Plus d’une dizaine de nouvelles taxes et les coûts de mise en œuvre de la retenue à la source renchérissent la charge que supportent les contribuables. L’exonération partielle de la taxe d’habitation relève de l’arbitraire fiscal. Bien sûr, les déclarations fiscales sont toujours plus complexes et ceux qui déclarent l’IFI ne le démentiront pas.

Mais l’annonce par Emm... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles