Conflits de gouvernance : les politiques énergétiques

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Eoliennes By: Jerome Bon - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Conflits de gouvernance : les politiques énergétiques

Publié le 28 octobre 2017
- A +

Par François Gauchenot.

Pour les entreprises comme pour les pays, la bonne santé dépend en grande partie de la qualité de deux « arts » : la gestion et la gouvernance.

Les facteurs externes de marché ou de géopolitique sont peu contrôlables, mais l’art de la bonne gestion et surtout de la bonne gouvernance est de savoir les analyser et d’anticiper leurs variations pour les prendre en compte à temps, et au minimum de réagir pour ne pas se retrouver comme un bouchon ballotté par les vagues et les courants.

Élargir l’horizon par la gouvernance

La gouvernance se distingue de la gestion par l’élargissement de l’horizon embrassé. Il y a d’abord l’horizon du temps, puisque la gouvernance se préoccupe non du court terme mais de l’intemporel, en mettant en place des structures permanentes adéquates de fonctionnement et de contrôle, et du long terme, en décidant des mesures d’investissement et d’orientation qui apporteront pérennité et prospérité future.

Il y a ensuite les horizons géographique et sectoriel : les organes de gouvernance doivent prendre du champ pour envisager d’autres territoires de jeu et d’autres types d’activité. Certaines grandes sociétés internationales très anciennes sont connues pour avoir changé plusieurs fois de « core business » dans leur longue existence.

Ces élargissements d’horizons créent pour les dirigeants des difficultés importantes de compréhension et des conflits potentiels d’objectifs dont on voit de beaux exemples dans la gouvernance énergétique de nombreux pays.

Des thèmes complexes à traiter

La gouvernance du développement énergétique d’un pays, du plus petit au plus grand, doit traiter des thèmes suivants, extraordinairement complexes :

  • Amélioration de l’efficacité énergétique, la plus belle source d’énergie étant celle des économies de consommation,
  • Maîtrise du risque de pénurie énergétique, par la diversification des sources et l’organisation des redondances,
  • Maîtrise des coûts d’investissement, incluant les investissements d’infrastructure et de réseau, mais aussi les investissements permettant de pallier l’intermittence de certaines sources (photovoltaïque et éolien), et les coûts de démantèlement en fin de vie.
  • Maîtrise des coûts (y compris sociaux) de l’arrêt prématuré de filières existantes (exemple du nucléaire en Allemagne),
  • Maîtrise des coûts de production, y compris les coûts cachés des ventes à perte en phase de surproduction d’électricité et les surcoûts d’achat de compléments en cas d’insuffisance de production aux moments de plus forte demande,
  • Gestion du risque d’augmentation des prix d’achat par type de ressource,
  • Maîtrise de l’activité de R&D qui permettra de rendre de nouvelles technologies accessibles et rentables, par exemple pour le stockage d’électricité en quantité, ou d’améliorer les technologies en service, par exemple pour réduire la pollution des centrales au charbon ou renforcer la sécurité nucléaire,
  • Obtention et négociation des financements nécessaires, en étant vigilant sur les contreparties économiques ou politiques qui peuvent être liées à ces financements,
  • Le cas échéant sécurisation des subventions et des tarifs préférentiels négociés internationalement,
  • Maîtrise des risques d’accidents majeurs,
  • Contrôle des pollutions locales (microparticules, SOx et NOx),

–    Maîtrise des autres impacts environnementaux locaux (sur l’agriculture, l’habitat, le tourisme, etc.).

–    Effets d’entraînement sur certains secteurs économiques, par exemple développement de l’industrie locale des panneaux photovoltaïques.

(liste non exhaustive)

Des principes supranationaux

Notons que l’objectif de réduire l’émission de CO2, gaz sans effet polluant local, ne peut être pris en compte dans la gouvernance énergétique d’un pays que pour des raisons supranationales liées en particulier à d’éventuelles décisions tarifaires ou fiscales internationales.

De même, donner la priorité au solaire et à l’éolien ne sera un acte de gouvernance locale que si cette décision peut être justifiée par l’analyse multipoints évoquée ci-dessus.

Présenter cette priorité comme un principe de base sans la justifier par une analyse objective, c’est accepter que la gouvernance énergétique d’un pays soit dictée par des décisions de principe supranationales. Dans la forme, c’est un conflit d’horizon de compétence, sur le fond c’est un abandon de souveraineté, qui peut être le résultat d’accords internationaux.

3 exemples de gouvernance énergétique

Trois exemples illustrent la grande difficulté de cette gouvernance énergétique :

  • La Grande Bretagne1

Persuadé que les prix du pétrole, du gaz et du charbon allaient continuer de croître, et que le solaire et l’éolien allaient vers des coûts réduits, le gouvernement britannique a décidé d’aller au-delà des 8% de réduction de CO² du protocole de Kyoto pour l’Europe, avec un objectif de réduction de 12,5%, et Tony Blair prit l’engagement de porter en 2020 la part des renouvelables à 15% dans le mix énergétique de la Grande Bretagne.

Une des conséquences de cette croissance rapide des sources intermittentes a été de faire apparaître un risque d’insuffisance de production en heures de pointe, que le gouvernement pallie en incitant les industriels à réduire leur consommation ou à basculer sur leurs propres générateurs à ces périodes.

En outre, l’arrivée aléatoire massive sur le réseau de KWh subventionnés à coût marginal nul perturbe le marché des sources non subventionnées, qui de ce fait n’attirent plus les investisseurs.

Or sur la période 2013-2015, la Grande Bretagne a accéléré sa croissance de capacité en renouvelables intermittents, en l’augmentant encore de 9 GW. Conclusion : le risque de panne de réseau reste à maîtriser dans la durée, et le coût du KWh pour les ménages (déjà 0,218€ en 2015 – source Eurostat) est probablement appelé à rejoindre ceux de l’Espagne (0,237€) et de l’Allemagne (0,295€), les champions de l’intermittence.

Le conflit de gouvernance à l’œuvre ici semble être double : conflit entre dirigisme d’état et fonctionnement de marché, et conflit d’horizon de compétence avec l’Union Européenne. Le Brexit, si Brexit il y a, pourra là aussi rebattre les cartes.

  • L’Allemagne2

La décision majeure a été de mettre un terme programmé à la production d’électricité nucléaire, par souci écologique. Cette décision de gouvernance nationale contrarie la volonté supranationale de réduire les émissions de CO², laissant comme seule possibilité de conciliation un développement massif des énergies solaire et éolienne intermittentes.

Le résultat est selon l’expression consacrée « mitigé » : après 5 ans de cette politique énergétique, l’Allemagne reste un des pays les plus gros émetteurs de CO² par habitant du fait du maintien des centrales à charbon ou lignite pour pallier l’intermittence du solaire et de l’éolien. Les perturbations apportées au réseau par cette intermittence font craindre les pannes et imposent de nouveaux investissements majeurs en infrastructures.

Alors que le projet allemand de bâtir une industrie mondiale de solaire photovoltaïque a été purement et simplement anéanti par l’agressivité chinoise sur ce secteur, l’Allemagne est aujourd’hui contrainte d’afficher le plus haut prix européen au KWh, sans solution pour pouvoir absorber une proportion d’intermittence supérieure sans risque majeur.

Le conflit de gouvernance se situe ici entre la gouvernance de l’horizon écologique (nucléaire local et CO² mondial), et celle de l’horizon économique visant la sécurité de l’approvisionnement à un coût supportable.

  • La Chine3

Dans un contexte de forte croissance de la consommation (4% par an), la gouvernance énergétique chinoise apparaît plutôt performante et indépendante de contraintes supranationales.

Si le thermique fossile constitue encore 70% de la production électrique, de vieilles centrales au charbon ont été remplacées par des centrales supercritiques qui réduisent considérablement les NOx et SOx rejetés, et le gaz monte en puissance par rapport au charbon, toujours dominant.

Quant à la diversification : l’hydroélectrique est intelligemment monté à 19% dans le mix électrique chinois, le nucléaire a légèrement cru à 3%, et les intermittents éolien et solaire sont à 4%, ce qui reste au dessous d’une proportion perturbatrice pour les réseaux.

La Chine a accepté de se faire le chantre des recommandations de la COP21, ce qui favorise ses exportations de composants éoliens et photovoltaïques, tout en étant affranchie des restrictions de nouvelles centrales thermiques imposées au reste du monde.

Mieux : comme la Banque Mondiale et l’Europe ne veulent plus ni garantir ni financer les centrales thermiques, la Chine compense en déployant dans le monde son Silk Road Fund et la AIIB, et elle participe à la NDB BRICS, pour occuper les places vides.

Il reste à vérifier que cette gouvernance permettra dans un avenir assez proche aux habitants de Pékin et de Shanghai de respirer un air moins sale, mais on peut dire globalement que cette gouvernance énergétique semble pertinente et équilibrée.

La conclusion s’impose : tous les pays sont loin de faire jeu égal en matière de gouvernance énergétique, et la Banque Mondiale ne donne pas l’exemple, qui vient d’être accusée dans un rapport4 de s’être détournée de sa mission essentielle de lutte contre la pauvreté pour sacrifier à l’objectif contradictoire de promotion des énergies renouvelables. Conflit patent de gouvernance, cette fois au niveau le plus global.

 

  1.  cf « How to run a country : energy policy and the return of the state ; Reform Research Trust, Nov 2014 (Rupert Darwall) »
  2.  cf « Transition énergétique allemande : la fin des ambitions ?; France Stratégie, Août 2017 (Etienne Beeker) »
  3.  cf « Le Mythe des énergies renouvelables (Rémy Prud’Homme) Editions de l’Artilleur »
  4.  Cf « Global Warming Policy Foundation, report N° 27)
Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • bof faut il une politique énergétique.? si oui pourquoi?

    • Si, justement, et on voit que l’Allemagne joue cavalier seul dans ce domaine (entre autres) au détriment de ses voisins.https://www.lesechos.fr/industrie-services/energie-environnement/030783936083-lallemagne-confrontee-a-son-echec-en-matiere-de-lutte-contre-le-co2-2125204.php

      • cavalier seul oui il faut donc une politique énergétique car les autres en ont une…? mouais… navré mais la mise en place d’un politique suppose l’existence d’un but politique.. je vous une forme de contradiction entre les durées de retour sur investissement et la durée des mandats politiques .
        pour faire un parallèle la maire de paris met en place un politique maintenant pour un objectif en 2020…

        • Effectivement. C’est du chacun pour soi, pour ses intérêts.

          • oui et non, la collaboration ça existe..si les interets sont partagés ce qui arrive aussi… que chacun défende ses interets conduit au moins à une situation ou on arrive à un compromis…je vois l’alternative qui est d’imaginer de défendre l’intérêt commun mais interet commun qui serait quoi de mieux ??? A chaque fois qu’une decision est prise pour l’intérêt commun elle va contre mes interets réels, c’est quand même curieux serai-je hors du « commun »? ou ne serai-je- pas capable de voir mon propre interet? quelle est donc cette communauté dont je dois défendre les interets?
             » faites vous stériliser il en va de l’avenir de nos enfants… »

  • Comme d’autres, le secteur énergétique n’a pas besoin d’un état qui s’immisce à outrance et qui de surcroît est un acteur protecteur des ses propres intérêts. Une libération totale est nécessaire pour faire émerger l’innovation et offre des produits qui correspondent aux besoins des clients. L’état devrait se contenter de fixer quelques règles qui garantissent la sécurité de la population.

  • je regarde avec attention la météo dans un journai qui compare celle d’aujourdhui et celle de 30 et 50 ans en arrière il n’y a pas beaucoup de difference voir même qu’il y a 50 ans il faisait plus chaud….quand a etre affirmatif sur le climat ..prudence….
    c’est comme les accident de la route en France..la circulation a augmenté il y a plus de vehicules qui circulent et n »oublions pas que la France est le carrefour de l’Eurooe du transport ..
    les regles sur l’écologie changent constament ..les taxes ,redevances..ce qui est bon aujourd’hui ne l’est pas demain…c’est un marché juteux …le mot écologie devient unsurpotable = Fric…et d’autres s’enrichissent??donnent des leçons. ..faite ce que je dis mais ne regarder pas ce que je fait…

  • Pour suivre les directives de la Commision européenne, les politiques climat-énergie de nombre de pays européens (Allemagne, Danemark, Grande Bretagne, Espagne, France, …) privilégient le déploiement inconsidéré des EnR intermittentes (et aux faibles facteurs de charge), ce qui nécessite en support permanent des centrales thermiques, qui sont par nature émettrices de CO2, et cela fait déraper le prix du kWh, alors que la Commission a confondu moyens et objectifs. Si l’on veut réduire les émissions de CO2, alors seuls le nucléaire et l’hydraulique ont un bilan carbone vertueux, ce qui n’est pas le cas des EnR intermittentes et non pilotables. Si maintenant il s’avère que le CO2 n’a aucun effet mesurable sur la température, ce qui est à présent quasiment certain, la sensibilité climatique diminuant au fil des publications scientifiques (elle est à présent de +0,6°C) et tendant rapidement vers zéro (ce qui explique pourquoi, au cours des 600 Ma précédentes, dont le taux moyen de CO2 atmosphérique fut de 2000 ppm, il n’y a eu aucun réchauffement cataclysmique et irréversible), alors pourquoi ne pas utiliser, outre l’hydraulique, des centrales pilotables : nucléaire génération III puis génération IV, centrales à gaz, centrales à charbon supercritiques, et cesser cette absurdité des EnR intermittentes et non pilotables ?

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Philippe Silberzahn.

L’éviction du PDG de Danone, Emmanuel Faber, a fait couler beaucoup d’encre et chacun y est allé de son explication.

Ce qu’on a beaucoup entendu est qu’elle marquait le triomphe du court-termisme financier sur la vision de long terme et l’engagement sociétal. L’histoire serait celle d’un PDG engagé dans une démarche de changement du monde mis à bas par de sinistres financiers qui ne voient pas plus loin que le bout de leur lorgnette financière dans leur recherche effrénée de profit.

Le bien contre... Poursuivre la lecture

Par Armand Paquereau.

Les critères de sélection des 150 membres de la Convention Citoyenne par tirage au sort, parité hommes-femmes, origines sociales, catégories socio-professionnelles ne semblent pas avoir pris en compte la formation ou la capacité de chacun en matière de gestion économique ou écologique.

Il n’est donc pas étonnant que les propositions qui en ressortent, formatées par des encadrants ou des intervenants dont la neutralité n’a pas été garantie, présentent des incohérences, voire des impossibilités matérielles o... Poursuivre la lecture

Par Michel Gay.

Depuis 20 ans, en France et en Europe, une folle politique de l’énergie conduit à un insupportable gaspillage financier dans les énergies dites « renouvelables ».

Une politique schizophrène

Cette politique contradictoire veut « en même temps » diminuer les émissions de CO2 en supprimant les moyens qui n’en émettent pas (le nucléaire) et en développant ceux qui en émettront indirectement (éoliennes et panneaux solaires) par l’intermédiaire des centrales à gaz et à charbon (comme en Allemagne).

Elle veut aug... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles