LR : Wauquiez n’apportera rien à la cause libérale

Les Républicains, Laurent Wauquiez en tête, seront-ils en avance sur ce temps ? Peuvent-ils entendre le message des libéraux ? Pour l’instant, se borner à réunir la droite n’a pas vraiment de sens.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

LR : Wauquiez n’apportera rien à la cause libérale

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 17 octobre 2017
- A +

Par Jacques Garello.

Laurent Wauquiez sera sans doute élu à la tête des Républicains en décembre. Il est cependant l’objet de nombreuses critiques au sein de son parti parce qu’il se situe trop à droite, ce qui ne plaît ni aux centristes juppéistes ni aux sarkoziens gaullistes.

Si l’on raisonne classiquement en termes politiques et électoraux Wauquiez n’a pas tort de chercher à rassembler les brebis qui s’étaient perdues au Front National. Il ne fait aucun doute en effet qu’une large partie de l’électorat de Marine Le Pen est venue de la droite la plus conservatrice, qui a enfin découvert qu’on l’a bernée en introduisant le loup Philippot dans la bergerie, et que les attaques de la présidente elle-même contre la mondialisation, la finance, le grand capital et l’Europe ressemblaient étrangement à ceux de Mélenchon, aux immigrés près.

La droite est étatiste

Si l’on raisonne en termes doctrinaux et prospectifs, Wauquiez n’apportera rien à la cause libérale. La droite française n’a signifié à cette heure que l’étatisme le plus poussé, dans la tradition bonapartiste, légitimiste et gaulliste, et cet État fort est devenu socialiste quand il s’est mué en État providence depuis 1945.

Laurent Wauquiez a toujours pris soin de marquer son attachement au modèle social français. Une fois de plus rappelons que les progrès du collectivisme en France n’ont pas été l’apanage de la gauche, mais tout autant de la droite.

Il arrivera bien un temps où les Français se rendront enfin à la réalité : refuser les politiques socialistes de droite comme de gauche, et ouvrir la voie libérale, la seule qui soit à la fois adaptée à la mondialisation économique et à l’éthique de liberté et de dignité de la personne humaine.

Les Républicains, Laurent Wauquiez en tête, seront-ils en avance sur ce temps ? Peuvent-ils entendre le message des libéraux ? Pour l’instant, se borner à réunir la droite n’a pas vraiment de sens.

Sur le web

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • Eh bien je peux dire que ça faisait quelques mois voire presque une année que j’attendais ce discours. Ça a été long mais il ne fallait pas désespérer, les évidences finissent toujours par sortir !

  • Nous autres libéraux ne représentons rien électoralement et cela ne changera jamais dans notre pays, qui se vautre dans la jalousie sociale chaque jour un peu plus. Nous devons donc défendre nos existences par d’autres voies, en utilisant notre pouvoir de nuisance à l’instar des syndicats d’employés du public.

  • La droite libérale a disparu à la création de l’UMP, phagocytée par les Colbertistes du RPR. Il n’y a plus aucune sensibilité politique libérale dans le pays, les dernières élections présidentielles l’on bien montré.

  • Attendons pour voir. L. Wauquiez doit dans un premier temps rassembler la droite sur les questions sociétales et identitaires.C’est le premier socle. Deuxième socle indispensable, sur le plan économique il ne pourra réussir qu’en ayant une ligne clairement libérale. Renforcer les missions régaliennes de l’État. Revoir le périmètre d’intervention de l’État et rendre au secteur marchand tout ce qui peut-être fait par le privé. Il y a de quoi faire.Supprimer le statut de fonctionnaires (comme Suède, Canada etc.). Donner le chèque scolaire pour permettre de choisir le meilleur établissement pour les enfants, etc. Si ces deux bases ne sont pas mises en œuvre la droite est condamnée à disparaître.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L’association entre droite et catholicisme est une sorte de lieu commun de l’histoire politique française. Depuis la Révolution française, en particulier à gauche, il est assez facile de confondre en un seul ennemi à abattre la réaction d’Ancien Régime, le pouvoir de l’Église catholique et la critique des privilèges sociaux et économique que cette « sainte » alliance protégerait contre le progrès social et la longue marche vers l’émancipation proposée par les diverses chapelles progressistes, qu’elles soient républicaines, socialistes ou comm... Poursuivre la lecture

photo d'Eric Ciotti
6
Sauvegarder cet article

À droite on suit le chef. C’est comme ça. Ça a toujours été comme ça.

Et quand le chef dit une bêtise, on répète la même bêtise. Quand le chef fonce droit dans le mur, on fonce tous droit dans le mur.

Bon, ne soyons pas trop dur. Le ralliement des Républicains au projet de la majorité sur le sujet des retraites n’est peut-être pas encore l’achat de billets de dernière minute pour la traversée inaugurale du Titanic ou l’enrôlement dans la légion le jour du dernier parachutage sur Diên Biên Phu, mais c’est quand même a minima une ... Poursuivre la lecture

Eric Ciotti
1
Sauvegarder cet article

Par Olivier Guyottot.

 

Éric Ciotti, président nouvellement élu du parti Les Républicains (LR) aura peu de temps pour savourer ce succès. Les défis qui l’attendent semblent nombreux et compliqués. Alors que plusieurs défections ont suivi l’annonce de sa victoire face à Bruno Retailleau avec 53,7 % des voix, le principal challenge sera sans doute de stopper le mouvement de déclin du parti entamé depuis l’élection d’Emmanuel Macron à la tête de l’État en 2017. L’enjeu est d’éviter à terme sa disparition.

Les recherches... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles