La campagne électorale à droite ne servira à rien

Que les candidats ne se découragent pas ! Leur activisme peut avoir de l’influence : s’ils engagent leurs contacts avec les électeurs en amont de l’élection (mais l’effet de conviction diminue avec le temps) ou si leur adversaire a des positions impopulaires.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La campagne électorale à droite ne servira à rien

Publié le 14 octobre 2017
- A +

Par Erwan Le Noan.
Un article de Trop Libre

La bataille pour la présidence du parti Les Républicains s’accélère et chacun pressent qu’elle sera gagnée sans qu’un seul combat ne soit livré. À peine peut-on s’attendre à une petite escarmouche, suscitée par l’un des candidats peu connus qui ne manquera pas de charger tête baissée contre le favori, dans l’espoir de créer l’événement et attirer l’intérêt des électeurs.

La droite se prépare donc à rejouer la pièce dans laquelle elle excelle : celle d’un camp qui a fini par se convaincre qu’il est divisé, alors que ses fractures idéologiques sont probablement plus simulées que réelles, alimentées par un conflit d’ego bien tangible. Une fois de plus, les idées vont être relayées à l’arrière-plan.

C’est d’autant plus dommage que la victoire de 2022 se joue dès maintenant. En tout cas, à en croire une recherche américaine récente1, elle ne se jouera pas pendant la campagne, car… les campagnes ne servent à rien !

La campagne sans effet sur les électeurs

Les auteurs ont compilé et réalisé une cinquantaine d’études pour parvenir à leur conclusion sans appel : « Les circonstances dans lesquelles le choix politique des citoyens semble manipulable sont excessivement rares ». Le porte-à-porte, les appels téléphoniques, les tracts ont un effet nul sur le choix des électeurs (ils influencent 1 électeur sur 800) et d’autant plus faible que l’échéance électorale est proche.

Que les candidats ne se découragent pas ! Leur activisme peut avoir de l’influence : s’ils engagent leurs contacts avec les électeurs en amont de l’élection (mais l’effet de conviction diminue avec le temps) ou si leur adversaire a des positions impopulaires.

Les auteurs insistent : leur « argument n’est pas que les campagnes ne servent à rien » ; au contraire, elles peuvent déterminer les critères sur lesquels le choix des électeurs se fera (et sur lesquels ils ont déjà des opinions).

Le contexte non-partisan

Elles influencent aussi la participation, pour mobiliser les électeurs et les conduire à exprimer leur soutien. Enfin, les campagnes ont un effet plus net lorsque les références partisanes sont absentes (par exemple lors des primaires, où l’électeur vote de toute manière pour ses convictions).

En somme, l’étude rappelle que les campagnes ne servent qu’à confirmer ou révéler le choix des électeurs, déjà formé même s’il n’était pas formulé. Cette analyse est intéressante pour réfléchir à la campagne de 2017 et celle de 2022.

La campagne victorieuse d’Emmanuel Macron est intervenue dans un contexte « non-partisan », la gauche ayant disparu et le candidat de la droite, qui défendait des positions peu populaires (sur la sécurité sociale) s’étant disqualifiée moralement. Elle a su également, par le porte-à-porte, mobiliser ses électeurs.

Le candidat, enfin, est parvenu à imposer ses thèmes, proposant aux électeurs de faire un choix pour ou contre le renouvellement de la vie politique. Son talent a été de le leur révéler.

Depuis mai, de nombreux candidats potentiels attendent, tapis dans l’ombre, que LR ou le PS s’effondrent. De toute manière, disent-ils, l’élection d’Emmanuel Macron montre que tout peut se jouer au dernier moment. Ils se trompent. Le travail de conviction est beaucoup plus profond : il commence maintenant. Prise dans ses conflits de personne, la droite semble l’ignorer. Ce qui est inquiétant, c’est que La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon l’a parfaitement saisi.

Sur le web

  1.  Joshua Kalla, David Broockman, The minimal persuasive effect of campaign contact in general elections : evidence from 49 field experiments.
Voir les commentaires (5)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (5)
  • Analyse intéressante, attention 1 iere phrase de l’avant avant dernier paragraphe en doublon.

  • La droite qu’on dit la plus bête du monde ne l’est peut-être pas tant que cela.
    Son problème est qu’elle sait que les vraies solutions pour redresser le pays ne recueilleraient que 5 à 6% des voix, tant le lavage de cerveaux socialiste a été efficace pendant ces 40 dernières années.
    Il suffit de se souvenir que près de 50% des français aux dernières élections ont voté pour se tirer une balle dans le pied.
    La droite hésite donc toujours en se donnant une posture de gauche, tout en tentant, doucement et en faisant le moins de bruit possible à proposer une ou deux solutions valables. Fillon avait été aussi loin que possible dans cette voie.
    On redécouvre une fois de plus que la démocratie est un système qui engendre immanquablement la démagogie, comme le disait déjà Platon il y a 2400 ans.

    • @ Gerald555
      E.Macron a très bien joué, avec un résultat supérieur aux prévisions de 3 mois avant! C’est l’exploit réalisé au moment où les électeurs (peux nombreux) doutaient de la politique (sauf les « cocos » et les « fas »!): soit E.Macron était « un espoir possible », soit une participation au défi contre la tradition moribonde.
      Réformera-t-il l’état? Il n’en prend pas (encore?) le chemin!

      • S’il réformait l’Etat, d’une part il perdrait le peu de soutien qu’il a — son programme étant de réformer un peu et en même temps de ne s’opposer à aucun des avantages particuliers de tous ceux qui vivent aux crochets des autres grâce justement à l’Etat –, et d’autre part, sur quel programme pourrait-il se faire réélire, alors que c’est manifestement son objectif ultime ?

  • Macron lance un vrai défi à la « droite »(quelque soit le parti ou la personnalité) avec son encrage sociale-démocrate et ses coups de menton contre la france insoumise et la CGT….soit vous assumez un virage libérale-identitaire-conservateur, quitte à débuter à 5 %, initialement mais avec une vision historique à long et moyen terme, soit vous ne changer rien sur le fond et alors rejoignez moi ou vous êtes mort ! A droite à part un Robert Ménard personne ne semble le comprendre !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le débat du 21 novembre sur LCI entre les trois candidats à la présidence des Républicains a été fort décevant.

Comme à son habitude, Éric Ciotti a joué la carte de la fermeté en défendant une droite « qui ne s’excuse plus d’être elle-même » ; Bruneau Retailleau s’est fait le partisan d’une droite « fière de ses valeurs avec une ligne claire sur le régalien et l’économie » ; Aurélien Pradié n’a rien trouvé de mieux que de vanter son expérience de maire et de pompier.

Dans son éditorial du journal Le Figaro des 26 et 27 novembre ... Poursuivre la lecture

photo d'Eric Ciotti
0
Sauvegarder cet article

À quelques jours des élections à la présidence des Républicains, le Canard Enchainé cité par Le Figaro accuse « Éric Ciotti [d’avoir] fait travailler la mère de ses enfants dans des conditions penelopesques » et affirme que celle-ci « a occupé jusqu’à trois emplois en même temps. »

 

Des conditions « penelopesques » : Fillon-Ciotti, même combat ?

Dans son édition du mercredi 16 novembre 2022, Le Canard Enchainé, dans un article intitulé « Ciotti a lui aussi sa Pénélope » (en référence à l’affaire Pénélope Fillon qu’il avait... Poursuivre la lecture

Les moyens de dissuasion ne sont utiles que tant que l’on ne s’en sert pas. Le vote d’une motion de censure, c’est l’arme de destruction massive de l’Assemblée nationale. On presse le bouton et boum !

Avec ses 62 députés, l’alliance de la droite conduite par les Républicains a entre ses mains l’épée de Damoclès suspendue au-dessus de la tête du gouvernement d’Élizabeth Borne. Dans l’hypothèse d’une dissolution qui suivrait une éventuelle éjection manu militari de l’exécutif, elle détient également le sort des 577 députés de l’actuelle ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles