La probabilité d’un krach boursier augmente

La Fed vient de réaffirmer qu’elle raréfierait le crédit. Les probabilités de krach augmentent.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La probabilité d’un krach boursier augmente

Publié le 8 octobre 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Aujourd’hui, nous allons parler de choses ennuyeuses, sérieuses et ridicules : Janet Yellen, la Fed et sa prétention à contrôler l’économie, le chômage, l’inflation.

La présidente de la Fed a tenu des propos « faucons » la semaine dernière. Dans le jargon financier, un « faucon » est partisan de taux plus élevés (on crée moins de crédit) tandis qu’une « colombe » est partisane de taux moins élevés (on crée plus de crédit).

La teneur des propos de Janet Yellen était étrangement humble alors que d’habitude la Fed prétend savoir tout sur tout.

Il serait imprudent de ne pas intervenir avant que l’inflation soit revenue à 2%. […]

Mes collègues et moi-même avons peut-être méjugé la force du marché du travail, le degré de consistance entre les attentes d’inflation à long terme et nos objectifs d’inflation, ou même les forces fondamentales guidant l’inflation.

Je suis désolée de vous imposer la lecture de ces phrases indigestes. Mais la qualité de la matière première dont je pars est pitoyable et la langue de bois française est encore plus lourde que la langue de bois anglo-saxonne…

It would be imprudent to keep monetary policy on hold until inflation is back to 2 percent. […]

My colleagues and I may have misjudged the strength of the labor market, the degree to which longer-run inflation expectations are consistent with our inflation objective, or even the fundamental forces driving inflation.

Imaginez le commandant de bord de votre avion vous disant :

Il est imprudent de prolonger ce vol jusqu’à la destination prévue.

L’équipage et moi-même avons peut-être mal interprété les informations des instruments de bord, qui d’ailleurs ne sont pas adaptés à ces vols commerciaux.

Pas rassurant, n’est-ce pas ? Vous vous penchez peut-être pour tâter sous votre siège la présence du gilet de sauvetage promis dans le cas où le crash se produirait en mer.

Pourtant, les marchés, eux, n’ont pas été terrifiés.

La Fed avoue qu’elle ne comprend rien, que ses statistiques sont bidons et qu’elle ne sait pas ce qui fait naître l’inflation, mais M. le Marché s’en fiche !

Pourtant, M. le Marché sait que les valorisations actuelles sont soufflées par les taux bas, comme le souligne Bill Bonner :

La Fed a créé 3 600 Mds$ d’argent frais… qu’elle a injecté sur les marchés financiers pour acheter des obligations. En abaissant les taux d’intérêt… en grugeant les épargnants… et en permettant à des sociétés comme Toys « R » Us, et beaucoup d’autres, d’emprunter démesurément… Cet argent a provoqué le marché haussier à Wall Street et multiplié par trois les performances du Dow Jones.

Remonter les taux produira donc l’effet inverse. Moins d’argent (de crédit) ? Krach en vue !

Quel sang-froid, quel héroïsme ! À moins que… M. le Marché aurait-il un parachute que nous n’avons pas, nous qui n’avons droit qu’au gilet de sauvetage au cas (improbable) où nous survivrions au crash ?

Oui, bien sûr !

Le Marché achète toujours car il sait – on lui a promis – qu’il trouverait toujours preneur lorsqu’il serait vendeur. Il saura le moment où il faudra appuyer sur le bouton « vendre » et alors il trouvera quelqu’un à un très bon prix.

Toujours.

C’est pour cela que les banques centrales existent. M. le Marché vendra à sa banque centrale qui lui fournira « de la liquidité ». Cette option de vente, les spécialistes l’appellent le « put Greenspan ».

Mais vous, cher lecteur, vous n’avez pas ce parachute magique. Vous ne croquez pas des petits fours à l’Eurogroupe, à Jacksonville ou à Davos aux côtés des banquiers centraux.

Vous, vous savez aussi que les valorisations sont excessives selon tous les critères habituels de mesure. Les obligations sont à un plus haut de 5 000 ans. Oui, 5 000 ans que les taux d’intérêt n’avaient pas été si bas.

Que fait le gérant de votre assurance-vie ? Saura-t-il appuyer sur le bouton à temps ?

Le parachute du pauvre, l’assurance qui vous permettra de protéger une partie de votre patrimoine financier contre la débâcle qui s’annonce, c’est l’or.

Chose bizarre et curieuse, globalement, les banques centrales en achètent depuis 2008 alors qu’elles étaient vendeuses depuis 1966.

Voilà qui donne à réfléchir…

Pour plus d’informations, c’est ici.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • le parachute du pauvre c’est l’or…….et le parachute du trés pauvre c’est le fer ……celui ousqu’on enferme de la nourriture dedans……

    • @ véra
      Il y a aussi « la pierre et la terre », le bitcoin et autre monnaie virtuelle, les actions non côtées de votre propre société, et un jeu avec les options d’achat ou de vente « put & call » à terme, à utiliser au bon moment. (Il vaut mieux vendre une action à son plus haut très inhabituel avant qu’elle chute, quitte à la racheter après!).

      Il y a peu de chance qu’un krach (boursier ou bancaire) ne provoque aucune vente d’or.

  • « Le parachute c’est l’or »
    Sauf que le moment venu, comme l’a déjà démontré Roosevelt, l’Etat saura très bien le confisquer, où qu’il se trouve.

    • Il suffit de soumettre l’or à la TVA et il perdra toute sa valeur monétaire.

      • @ GN
        Si la France taxe, l’or n’a pas de patrie et gardera évidemment sa valeur … à l’étranger, comme vos riches et leurs fortunes (les classes moyennes possèdent rarement des lingots!).

    • D’autant qu’avec l’or, contrairement à l’immobilier (location), aux actions (dividendes), à l’assurance vie (rendement du fonds euro), on ne peut gagner que sur la plus-value…

  • Tiens, revoilà la fausse Cassandre de l’économie, qui estime qu’en dehors de l’or, il n’y a point de salut ! Cette dame, si l’on avait écouté il y a quelques années, il y a longtemps qu’on aurait bazardé assurance-vie (krach obligataire annoncé) et immobilier (forcément surévalué) pour mettre tout son pognon en actions et en or.
    Il est possible que l’avenir lui donne raison, mais depuis le temps qu’elle annonce LA Katastrophe pour demain, pas après-demain, mais demain, elle a un peu perdu en crédibilité…

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
9
Sauvegarder cet article

Le vendredi, c’est poisson et la morue en est un excellent qu’on peut par exemple déguster en brandade. Sans rapport aucun, signalons qu’Anne Hidalgo fait actuellement parler d’elle alors que la ville dont elle a la charge serait en très fâcheuse posture budgétaire.

Il est vrai que la situation économique du pays et l’inflation galopante finissent par toucher tout le monde, même la Ville des Lumières. Ajoutons-y une petite guerre à l’Est, un méchant covid qui a nettement pénalisé les activités touristiques et voilà la capitale français... Poursuivre la lecture

6
Sauvegarder cet article

Anne Hidalgo avait promis de ne pas augmenter les impôts à Paris. C’était pour rire.

Elle a décidé de taper les Parisiens au portefeuille par surprise au moment qui fait le plus mal. L’inflation galopante a déjà commencé à rogner leur pouvoir d’achat et leur épargne. Une récession dure pointe le bout de son nez. Joli contexte pour accroître brutalement la pression fiscale de 570 millions supplémentaires. Au groupe Changer Paris, nous avions prévenu les Parisiens qu’Anne Hidalgo entrainait la mairie sur une trajectoire financièrement in... Poursuivre la lecture

Liz Truss
3
Sauvegarder cet article

Le mois de Liz Truss en tant que Premier ministre britannique a été plutôt mouvementé, c'est le moins que l'on puisse dire. Après l'annonce par son gouvernement d'une série de réductions d'impôts et de plans de dépenses assez farfelus pour faire face à la crise énergétique, financés en grande partie par un endettement supplémentaire, la panique s'est emparée des marchés, les taux d'intérêt sur les obligations d'État britanniques à long terme ont fortement augmenté et même les fonds de pension ont été mis en danger et contraints de vendre des ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles