Ce qu’a dit Macron relevait du bon sens

Les salariés, en France, sont intouchables : qu’ils soient au chômage, en recherche d’emploi ou en activité. Proférer à leur encontre un zeste de réserve, une once de désapprobation suffit à vous disqualifier !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Ce qu’a dit Macron relevait du bon sens

Publié le 7 octobre 2017
- A +

Par Philippe Bilger.

Emmanuel Macron l’a dit.

Lors d’une visite en Corrèze, émaillée par des manifestations des salariés de GM&S, le président de la République, s’adressant en aparté au président Rousset, a déclaré : « Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d’aller regarder s’ils ne peuvent pas avoir des postes… » (Le Figaro).

Il paraît que ce propos a été détaché de son contexte mais peu m’importe. Je voudrais le défendre ou au moins tenter de l’expliquer tel qu’il est.

L’opposition évidemment est vent debout et dénonce, comme il était prévisible dans un monde politique pauvre qui ressasse et use toujours des mêmes arguments et des mêmes critiques, l’arrogance et le mépris d’Emmanuel Macron.

Macron face aux procureurs

Il va de soi que ces procureurs de l’instant sont toujours eux-mêmes très délicats dans leur expression mais ils s’excusent vite puisqu’ils ne sont pas président de la République !

Il est vrai aussi que chacun aujourd’hui se sent autorisé à donner des leçons à Emmanuel Macron puisque nous avons même un DSK qui resurgit et qui à son intention énonce qu’il y a des différences entre les « valeurs de droite » et les « valeurs de gauche ». Il est clair que le président de la République n’aurait pas pu deviner tout seul cette fulgurance !

Je perçois cependant ce qui, dans cette saillie énervée d’Emmanuel Macron à Egletons, a pu susciter immédiatement l’incompréhension, la révolte, voire l’indignation. Pas si facile de trouver des postes, au demeurant dans des lieux très éloignés de ses bases naturelles ! Trop commode, pour le responsable de l’État, de si vite trancher en affirmant « qu’il n’y a qu’à » ! (Sud Radio)

Le parler vrai de Macron

Emmanuel Macron a déjà, en d’autres circonstances, montré que si son intelligence était complexe et son verbe généralement châtié, il ne répugnait pas à une sorte de parler vrai, voire de brutalité qui révélait ce que sa personnalité a de direct, d’autoritaire et de sans appel.

Il me semble qu’il a besoin parfois de compenser sa politesse politique et les efforts constants qu’il doit s’imposer pour supporter la bêtise et la démagogie d’autrui par des foucades improvisées et sans fard qui ne sont réprouvées que par l’hypocrisie partisane mais absolument pas par une majorité de citoyens.

Dans cet échange avec le président Rousset, Emmanuel Macron fait preuve d’un bon sens qui probablement, en dépit du socialement et du politiquement correct, a fait plaisir à beaucoup.

Vulgaire sur la forme, juste sur le fond

Les salariés, en France, sont intouchables : qu’ils soient au chômage, en recherche d’emploi ou en activité. Proférer à leur encontre un zeste de réserve, une once de désapprobation suffit à vous disqualifier !

Le président de la République n’en a eu cure et il a ajouté à cette provocation l’admonestation, le poncif, certes dans un style relâché, qu’il y avait mieux à faire « qu’à foutre le bordel ».

Qui de bonne foi pourrait ne pas approuver cette vulgarité dans la forme mais cette justesse dans le fond ? Qui irait, sauf La France Insoumise et la CGT, se féliciter du désordre en le prétendant créateur et créatif ?

Il faut arrêter de tout confondre

Va-t-on reprocher à Emmanuel Macron de dégrader la fonction présidentielle parce que par incidence et sincèrement il a soumis à l’attention publique, par l’entremise d’une écoute indiscrète, un propos clair, net qui dans sa substance n’a rien qui puisse nous rendre honteux de celui qui nous représente ?

Il faut arrêter de tout confondre. La dénaturation en profondeur de l’allure présidentielle, de la tenue officielle – il n’est personne qui puisse sur ce plan lui imputer quoi que ce soit – avec des spontanéités libres, peut-être provocatrices mais nullement choquantes.

Sauf à considérer qu’un président de la République n’a pas, n’a plus droit au bon sens.

Sur le web

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Erreur ! Macron n’a pas été vulgaire, état qualifiant une attitude innée généralement issue d’un défaut d’éducation ou de sensibilité, il a simplement été grossier c’est à dire conscient d’employer des propos délibérément excessifs pour mieux stigmatiser une situation intolérable. Il a eu parfaitement raison.

  • il n’est pas interdit de dire des vérités ; disons que pour certains , il faut presque les dire en les entourant de fleurs…..

  • et nos politiques !!!ils foutent pas le bordel…
    qu’il diminue les dépenses de l’état. ..mais çà,ils ne savent pas faire …par contre augmenter les taxes …

  • Gloire à Macron, blah blah blah ! C’est notre Maître blah blah blah ! Vive Macron notre Guide Bienveillant blah blah blah !

    Et c’est un ancien fonctionnaire, donc pas du tout lié à l’État qui vient nous expliquer comment NOUS les employés du privé devrions comprendre ce qu’a dit Saint Macron. Si ce n’est pas de l’arrogance ça !

    Et elle fait quoi la chose élyséenne pour nous, à part cramer de l’argent publique, augmenter les impôts, laisser les choses tel qu’elles sont (surtout ne rien changer), nous bassiner encore et toujours avec le changement climatique, replacer les momies généralement à des postes sans importance mais terriblement lucratif, faire des micro reformes qui ne scandalisent que les syndicalistes de pacotilles, etc, ad nauseam

    Bref de trucs de socialistes.

  • Il n’y pa pas que les salariés qui soient intouchables. De plus en plus de barbus, de voilées sont, eux aussi devenus des intouchables et, si vous avez le malheur de dire, comme certains auteurs issus de leurs rangs, qu’il n’y pas d’islam modéré, vous vous faites lyncher…pour le moment verbalement.
    Pour le moment.

  • non, il a tort , foutre le bordel n’est pas très clair. Je suppose qu’il parlait des manifestants..
    Il aurait pu dire manifester c’est s’adresser à qui sinon à l’état ( moi aussi je peux manifester pour des trucs) ça ne sert à rien, l’etat ne sait pas gérer l’économie .. et faire suivre cette déclaration par des actes…et pendant ce temps là hulot veut forcer les gens à isoler leur maison….

  • il dit des vérités. il utilise des mots réactifs car c’est insupportable de travailler et de vivre dans un pays qui ne souhaite pas bouger, changer et voir la réalité.

  • Un: arrêtez avec l’intelligence complexe de Macron! Cela ne veut rien dire. Deux: « supporter la bêtise et la démagogie d’autrui », merci pour autrui dont je pense je fais partie. Pour le défendre, vous n’hésitez pas à enfoncer le clou! Trois: « vulgaire sur la forme, juste sur le fond ». Eh bien, pour ma part, c’est le fond qui me choque, la forme convenant à un homme de sa génération dont le propos est honteux, ne vous en déplaise. Qui peut apprécier ce genre de saillie? Non, Macron n’a pas eu raison. Il s’est cabré comme un gamin vexé.

  • Bilger est toujours aussi macronmaniaque !
    Il n’a toujours pas compris, malgré les impôts et taxes nouvelles qui pleuvent sur nos têtes, que son idole est un socialiste bon teint.

  • « Les salariés, en France, sont intouchables : qu’ils soient au chômage, en recherche d’emploi ou en activité »

    Ils sont nettement moins intouchables que les fonctionnaires et surtout les magistrats !!!
    Un peu de décence s’il vous plaît pour ceux qui vous paient !

  • Il est difficile de croire que Macron n’ait pas senti que cette réaction épidermique ne lui attirerait l’inimitié que de gens qui de toute façon votaient contre lui, qu’elle n’éloignerait pas ceux qui le soutenaient et en revanche qu’elle pouvait lui permettre des conquêtes chez les populistes. Et accessoirement, les GM&S n’ont pas trouvé auparavant que Poissy ou Villeroy étaient trop éloignés pour aller y bloquer les usines…

  • E. Macron dégrade la fonction présidentielle, non ce n’est pas accidentel, on ne demande pas au président d’être spontané,mais RESPECTUEUX ce qu’il n’est pas.
    «Beaucoup» de femmes employées dans les abattoirs Gad sont «illettrées»
    « La meilleure façon de se payer un costard c’est de travailler».
    «Je ne cèderait rien aux fainéants, aux cyniques et aux extrêmes»
    «Une gare, c’est un lieu où on croise des gens qui réussissent et des gens qui ne sont rien »Quand les micros sont tendus vers lui il le sait ce n’est pas une surprise, autrement dit il ne faudrait pas que cela se sache.. C’est un homme froid, cynique sans empathie, un donneur de leçons.
    Ces réflexions sont indignes d’un chef d’État.

  • « Les salariés, en France, sont intouchables : qu’ils soient au chômage, en recherche d’emploi ou en activité. »
    Monsieur, pardon, Maître Bilger ne sait pas ce qu’est un salarié : un salarié a une activité salariale dont il perçoit un salaire. Si une personne est en recherche d’emploi, ou au chômage elle n’est pas salariée. Là où il y a un problème, c’est quand une personne est salariée et touche le chômage. Ce qui est mon cas. Avec une meilleure politique sur le travail, je n’aurais pas à attendre avec impatience et angoisse mon A.S.S (150€) pour ne pas finir dans le rouge toutes les fins de mois. On me dira de faire attention à mon argent et que vu que je ne gagne pas assez je ne dois pas gaspiller mon argent, seulement si je ne le dépense pas et que je le garde pour le dépenser plus tard, il me sera fait le reproche de m’enrichir sur le dos des autres.

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
4
Sauvegarder cet article

C’est bien connu, à force de jouer aux apprentis-sorciers, on risque bien d’agir fort imprudemment, au point de se trouver vite dépassé par des événements qu’on n’avait su anticiper. Les péripéties récentes, et celles peut-être à venir – ne le souhaitons pas – pourraient bien donner raison à cet adage.

 

Les dangers de la tambouille politique

Depuis la dissolution de l’Assemblée nationale par le président Macron, nous assistons, médusés, à une surenchère, comme nous ne l’avions jamais vue, de compromis ou compromissions, tr... Poursuivre la lecture

Emmanuel Macron se complaît à brocarder les programmes économiques du Front populaire et du RN pour mieux les disqualifier : « on est chez les fous ». Le président a même déclaré récemment : « ce sont des programmes qui n'ont soit pas d'honnêteté politique, soit qui font porter un très grand danger, pas seulement à l'économie française et à ses taux d'intérêt, mais je crois à nos compatriotes, contribuables, épargnants ».

Une idée largement répandue voudrait qu’Emmanuel Macron serait meilleur pour attirer les investisseurs. Certes, la ... Poursuivre la lecture

« Tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude […] Mais l’incertitude de gagner est proportionnée à la certitude de ce qu’on hasarde. » Pascal, Pensées. En 2017, le président Macron a conquis le pouvoir à la suite d’un pari osé. Dimanche 9 juin 2024, il annonce dissoudre l’Assemblée nationale, alors qu’il n’y était pas obligé. C’est donc bien un pari, mais un pari qui met en cause la nation tout entière. Quand on parie, on ignore si on va gagner, on connaît (ou du moins, on évalue) les coûts associés au gain. Plus le gain e... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles