La Catalogne, une tragédie de la solidarité

La Catalogne met en évidence la faillite de la solidarité, cette charité faite avec l’argent des autres à des fins électoralistes. Une nouvelle « crise de l’euro » se profile-t-elle ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La Catalogne, une tragédie de la solidarité

Publié le 4 octobre 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les Catalans ont voté alors qu’ils n’en avaient pas le droit selon l’État espagnol. Ils ont « mal voté » et voudraient se déclarer indépendants dès cette semaine.

2,26 millions de Catalans ont voté

Soit 40% des 5,4 millions d’électeurs

90% sont pour l’indépendance

760 personnes ont été blessées par la police espagnole qui souhaitait saisir les urnes.

Charles Puigdemont, le président, appelle le Parlement européen à soutenir la Catalogne : « les citoyens catalans ont gagné le droit d’avoir un État indépendant » et souhaite la proclamer le 6 octobre. Le 6 octobre 1934, Lluys Companys, son prédécesseur, avait déclaré l’indépendance de la région. Il fut exécuté par Franco.

L’appel au parlement européen

L’appel de Puigdemont au Parlement européen sera-t-il entendu ? Connaissez-vous votre propre député européen ?

Permettez-moi de répondre Non aux deux questions (ceux qui connaissent vraiment le prénom et le nom de leur député européen et comment le contacter ont le droit de se défouler et de m’envoyer des cyber-tomates pourries).

Le Parlement européen soutient les grands projets, les nobles causes, la paix en Europe, l’amitié des peuples, le bien commun. Tous ces nobles desseins ont besoin de plus en plus de fédéralisme, de transferts d’un pays à l’autre, d’argent des autres. Bref, un gouvernement européen, avec des impôts européens. C’est cela, la direction que souhaite prendre Emmanuel Macron même si les Allemands ne sont pas tout à fait d’accord.

Le soutien de l’Espagne par l’Europe

Les Catalans, au contraire, ne veulent plus payer pour les autres, à commencer par les Espagnols. Dans ces conditions, pourquoi les Catalans voudraient-ils payer pour les Grecs, les Italiens ou même les Français ?

« L’Europe, comme un zombie, soutient l’Espagne », estime Charles Puigdemont.

C’est toute la question de la solidarité et des transferts que les Catalans posent — la charité faite par les politiciens avec « l’argent des autres », celui des contribuables sur lequel ceux-ci n’ont plus aucune prise.

Une question d’argent

La solidarité de proximité est plutôt bien admise. Chacun peut voir concrètement les effets autour de soi de la charité collectiviste. Chacun peut ensuite voter pour plus ou moins de taxes. Chacun peut aller trouver son maire ou son député et manifester son désaccord. Les capacités d’endettement des communes ou des départements sont limitées.

Mais lorsque des gouvernements lointains financent par l’impôt et par la dette des banques véreuses et des gabegies, la minorité qui paie finit par se rebiffer.

Oui, c’est une question d’argent et pour vous en convaincre, voici ce qu’en disait le Financial Times pas plus tard que le 18 septembre : l’indépendance serait une catastrophe pour les banques espagnoles.

La solidarité, c’est-à-dire la charité avec l’argent des autres, bute sur ses limites.

Le clientélisme contre le régalien

Les autres, ceux qui paient, sont de moins en moins nombreux tandis que ceux qui reçoivent quelque chose en échange de rien sont de plus en plus nombreux. Les créances pourries s’entassent.

Tout se tient : un système financier véreux soutient un système politique clientéliste et un pouvoir législatif qui prétend se mêler de tout et a oublié depuis belle lurette que les contributions devaient financer les pouvoirs régaliens.

La démocratie lointaine est une farce. Vous n’irez jamais trouver votre député mondial pour lui dire que la loi mondiale qu’il s’apprête à voter est une bêtise. Votre député mondial ne s’estimera d’ailleurs jamais responsable d’une bêtise mondiale.

La mauvaise gestion peut faire illusion de loin, mais de près ce n’est pas possible.

C’est pour cela que la démocratie lointaine est tellement soutenue par la Parasitocratie. Le principe de subsidiarité, pourtant initialement gravé dans le projet européen, a été enterré depuis bien longtemps :

« La responsabilité d’une action publique, lorsqu’elle est nécessaire, revient à l’entité compétente la plus proche de ceux qui sont directement concernés par cette action. »

Que va-t-il se passer maintenant ?

L’euro plonge contre le dollar.

Si la dette espagnole plonge aussi, M. Mario Draghi va devoir créer toujours plus d’euros pour en soutenir le prix. 60 Mds€ par mois suffiront-ils ? Les créanciers étrangers de l’Europe ne vont-ils pas s’effaroucher ?

Une crise monétaire se profile et la survie de l’euro tel que nous le connaissons aujourd’hui n’est pas du tout garantie.

La bulle des obligations souveraines est bien plus gigantesque que celle du bitcoin et c’est la bulle de la « solidarité ».

Pour plus d’informations et de conseils, c’est ici

 

Voir les commentaires (12)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (12)
  • l’idée m^me de politique économique implique de jouer avec l’argent des autres…et si arrivait une catalogne communiste?

    • Je ne sui spas sur qu’une Catalogne communiste soit réellement différente de ce que nous subissons sois disant d’un président ni de droite ni de gauche. Nos libertés ne sont plus que de lointains souvenirs, et nous continuons à être spoliés de tout nos biens, efforts, travail, libre pensée… Communiste dites vous?

    • Les deux grandes banques catalanes CAIXA et SABADELL vont transférer leur siège social hors de Catalogne de même Je gaz natural voireVolkswagen. La coquille risque d’être vide

  • La minorité qui paie finit par se rebiffer contre la bulle de la « solidarité ». Il serait en effet très intéressant de prendre la mesure de cette « solidar-bubble » qui ne cesse de croître et de s’étendre bien au delà des frontières européennes.

  • Le problème de fond est la dérive de la solidarité à charge de revanche vers une solidarité à sens unique. Aider quelqu’un qui est dans une situation dans laquelle nous pourrions être est assez facilement acceptable. Aider un ensemble à investir (type plan Marshall) pour qu’il puisse ensuite contribuer à la prospérité générale est également compréhensible. En revanche porter à bout de bras des populations (ou des régions) vouées à être perfusées pendant des générations finit par lasser !

  • C’ est extraordinaire de voir comme certains libéraux peuvent se faire piéger par la propagande de gaucho séparatistes anti capitalistes. Parceque ceux qui manifestent detestent tout autant l’ Espagne que le capitalisme………Alors parler d’ argent et de solidarité avec les séparatistes c’ est n’ importe quoi.

    • Exact: l’auteur de ces lignes est aveuglée par son europhobie primaire.
      Elle me fait penser à O.Besancenot qui ne voyait que des défauts à la construction européenne. Le fait ne pas avoir eu de conflit armé entre nation depuis plus de 70 ans n’était qu’accessoire pour lui.

    • Les analystes politiques considèrent que c’est la CUP qui mène la danse Parti anti système

  • Préparons nous à compter les morts ……
    C’est beau la « démocratie » et l’écoute des autres dans cette Europe là

  • – Les « Traités UE » ont été si bien conçus ( à sens unique) dans 1 esprit fédéraliste », qu’ils n’ont aucunement prévu le cas où 1 province de l’UE déciderait de faire sécession vis à vis de son Etat-Nation ; d’après les statuts, elle s’exclut de l’UE ! et qui + est, lorsque cette province veut rester dans l’Union (lol !) elle doit reposer sa candidature. Certains pays comme l’Italie ou la France redoutent la contagion. ==> Juncker est fumasse : çà lui donne double-travail et pour lui ; l’UE n’est pas « 1 auberge espagnole »… Juncker n’a pas digéré le Frexit et avec la sortie de la Catalogne en sus ; trop c’est trop pour lui ! l’UE se décrédibile encore + et finit par ressembler de + en + à 1 théâtre de boulevard.
    **L’art.49 du TFUE ne prévoit que le cas des pays-tiers désirant rentrer dans l’UE : la candidature est examinée par la Commission et fait l’objet d’1 approbation a l’unanimité des Etats du Conseil de l’Europe.
    – Blocage et menace contre ces sécessionnistes comme pendant les » troubles » en Irlande du Nord pendant les années 70 à 90.. où du moins on peut trouver des similitudes bien que ce conflit paraisse moins violent ! Rajoy et le Roi se sont comportés comme des éléphants dans 1 magasin de porcelaine ..
    -On aurait pu très bien ne pas en arriver là . La GB; elle a laissé se tenir le référendum écossais en toute sérénité, ce qui lui a été profitable, puisque les écossais se sont ravisés. Les Tchèques et les Slovaques ont su faire la partition à l’amiable de la Tchécoslovaquie en 1992 juste avant d’ obtenir ensemble l’adhésion à l’UE en 2004.

  • La dette catalane est de 75 milliards
    Pourquoi la banque Sabadell a-t-elle changé son siège social aujourd’hui pour le transférer à Alicante
    Pourquoi dimanche Il y a une manifestation en faveur de l Espagne?
    Je pense que les catalans ont poussé le bouchon un peu loin

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La prolongation du pass sanitaire européen (appelé Certificat COVID numérique de l’UE) a été acceptée par le Parlement européen ce jeudi 23 juin avec une large majorité : 453 pour et 119 contre (avant correction des votes). Il est toutefois possible de savoir comment ont voté les députés sur ce document (pages 44 et 45). Celui-ci est riche en enseignement sur leurs positions individuelles, mais aussi sur le positionnement des partis sur la question sanitaire.

 

Le Rassemblement national, la France Insoumise et François-Xavier ... Poursuivre la lecture

Lors de leur session plénière à Strasbourg le mercredi 8 juin, les eurodéputés se prononcent sur huit des quatorze directives du paquet climatique Fit for 55, qui vise à limiter les émissions de gaz à effet de serre de l'Union européenne de 55 % d'ici 2030 dans le cadre du Green New Deal.

Dans ce deal, l’idéologie se taille la part du lion. Commission et Parlement européens sont désormais les deux principaux vecteurs de l’idéologie écologiste dans le monde — loin devant le plus zélé des États.

Ce que marquent ces directives est ... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles