Wargame en entreprise : pour quoi faire ?

Le wargame est un outil puissant pour mettre en évidence les opportunités et challenges qui se présentent aux dirigeants de l’entreprise qui l’utilisent

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Wargame en entreprise : pour quoi faire ?

Publié le 26 septembre 2017
- A +

Par Gilles Martin.

On peut considérer la stratégie, pour l’entreprise et ses dirigeants, comme la recherche des meilleurs moyens pour l’organisation de se relier à son environnement. C’est pourquoi cette notion d’environnement interroge toujours, et n’est pas facile à décrire.

Les tenants de l’approche Scenario Planning, dont j’ai déjà parlé ICI et ICI y voient un enjeu pour apprendre le futur, et se mouvoir dans un contexte incertain. Il est ainsi fait une distinction importante entre l’environnement transactionnel, celui directement lié à l’entreprise (ses fournisseurs, ses clients, ses employés, ses concurrents, ses investisseurs, les régulateurs, les lobbies), et cet environnement plus large appelé l’environnement contextuel ( la macroéconomie, la géopolitique, la démographie,..).

Le rôle de l’environnement contextuel

Cet environnement contextuel, c’est celui sur lequel les organisations, individuellement, ont peu ou pas d’influence. Alors que leurs offres ont des relations avec tous les acteurs de l’environnement transactionnel, et peuvent donc l’influencer à des degrés plus ou moins larges.

En fait, cette distinction entre environnement transactionnel et environnement contextuel n’est pas aussi fermée. Dans le premier, chaque acteur peut avoir une influence sur d’autres acteurs identifiés, mais pas un total contrôle de l’ensemble des acteurs de cet environnement.

Le champ de bataille

En fait les influences se répercutent d’une interaction à l’autre entre tous les acteurs de l’environnement. C’est ainsi que l’on appelle cet environnement le champ de bataille.

Et pour le simuler on peut même considérer que ce champ de bataille est un lieu où les interactions, les compétitions, les alliances, se jouent entre les acteurs pour construire les scénarios et dynamiques de marché qui vont directement s’inscrire dans l’environnement contextuel. Et ainsi les mouvements et interactions entre firmes vont repousser la frontière entre environnement transactionnel et environnement contextuel.

Pour prendre cette hauteur, et simuler ces interactions entre acteurs, et l’impact sur l’environnement, une approche est celle qui consiste à jouer à un war game.

Le wargame va ainsi permettre, en simulant les comportements de chaque acteur du champ de bataille, ainsi que leurs mouvements et décisions, que chacun puisse réagir dans l’environnement transactionnel, et de quelle façon il peut réagir aux mouvements et aléas de l’environnement contextuel.

En faisant varier les aléas et les mouvements de l’environnement contextuel, on construit ainsi des scénarios dynamiques qui sont autant de chemins vers le futur, et peuvent même avoir valeur prédictive, si les mouvements et réactions des acteurs sont bien anticipés.

C’est donc un outil puissant pour mettre en évidence les opportunités et challenges qui se présentent aux dirigeants de l’entreprise qui l’utilisent : quelles dynamiques de marché et quelles interactions peuvent se mettre en place et surprendre les adversaires, selon les scénarios pour l’environnement contextuel ?

Pour en savoir plus et trouver les bonnes méthodes pour concevoir et tirer le meilleur bénéfice de ce type de démarche : ICI

À nous de jouer !

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Robby Soave. Un article de Reason

 

L'année dernière, la comédie originale de Dave Chappelle, The Closer, a suscité l'ire de la communauté des activistes transgenres, et Netflix est devenu la cible de protestations. Ted Sarandos, co-PDG du géant du streaming, a d'abord défendu le droit de Chappelle à créer des comédies offensantes, mais il est revenu quelque peu sur ses commentaires dans le but d'apaiser "un groupe d'employés qui ressentaient certainement de la douleur et de la souffrance."

Il était donc diffic... Poursuivre la lecture

Lorsqu’on pose la question, la réponse semble évidente : le dirigeant définit la vision et celle-ci est ensuite mise en œuvre par l’organisation. Le problème est que derrière la logique apparente se cache un modèle mental aux conséquences catastrophiques.

« Le Président fixe le cap et déploie sa vision avec volontarisme et énergie. Je suis là pour rendre possible ce qui est souhaitable : ce n’est pas à lui de s’occuper de la tuyauterie »

C’est ainsi qu’Alexis Kohler, secrétaire général de l’Élysée, définissait son rôle dans un e... Poursuivre la lecture

Cette parole biblique vaut aussi pour les affaires et leur développement. Quand avez-vous demandé, pour la dernière fois, un satisfecit écrit à l’un de vos clients, une remontée d’information sur la qualité de vos prestations ou la possibilité de renégocier les termes d’un accord pénalisant pour vous ?

Trop souvent, on patine, tout simplement parce qu’on ne s’impose pas le pensum de demander. Interrogez ceux qui réussissent brillamment. Ils ont élevé la demande au rang d’art. Ils savent quand et comment poser la bonne question pour avo... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles