La rentrée du Climathon

La propagande médiatique sur le climat apparaît suffisante pour justifier le retour du Climathon, dont l’édition 2015 avait permis de promouvoir les plus belles pièces de désinformations préparatoires à la COP21.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La rentrée du Climathon

Publié le 7 septembre 2017
- A +

Par Benoît Rittaud.

En France, le matraquage climatique semble entrer dans une nouvelle phase ascendante. Un esprit qui voit le mal partout y repérera une connivence entre le médiatique et le politique, où le premier s’empresse de relayer le message du second (et notamment de celui qui, de l’Élysée, tâche d’utiliser le climat comme un moyen commode de s’acheter une conscience et de montrer ses muscles face au méchant Trump).

Complotisme qu’une telle insinuation, bien sûr, l’étanche séparation entre le monde journalistique et les sphères du pouvoir n’ayant jamais été aussi flagrante qu’aujourd’hui.

Le retour de la propagande

Toujours est-il que cette résurgence de la propagande climatique l’information médiatique écoconsciente sur le climat apparaît suffisante pour justifier le retour du Climathon, dont l’édition 2015 avait permis de promouvoir les plus belles pièces de désinformations préparatoires à la COP21.

Les quelques belles réalisations de 2017 marquent le retour du très haut niveau atteint lors de l’hystérie pré-Accord de Paris, réalisations que l’on doit aussi bien à de nouvelles recrues (Emmanuel Macron, la « Marche des sciences »…) qu’à des compétiteurs chevronnés, dont certains se sont même dotés d’une véritable équipe dédiée à la gagne.

Les conditions du concours

Voici comment se déroulera la nouvelle édition du Climathon.

Le jury du Climathon 2017-2018 désignera un lauréat mensuel, de septembre 2017 à mai 2018 (inclus). Le lauréat de chaque mois sera annoncé au début du mois suivant. Des accessits seront également attribués pour les compétiteurs méritants.

Tout le monde peut proposer un lauréat (ou un accessit), à tout moment. Les critères de sélection sont les mêmes qu’en 2015 : est éligible au Climathon toute réalisation dans le mois en cours disposant d’un certain rayonnement et participant à la communication climatique francophone, écoresponsablement orientée comme il se doit.

Il peut s’agir d’une prise de position, d’une décision politique, d’une œuvre d’art ou de toute autre initiative promouvant le sauvetage de la planète contre le vilain CO2.

Propagande sans limite

Les critères permettant de désigner le vainqueur sont : l’outrance, le n’importe quoi pseudo-scientifique, les rapprochements gratuits (avec le terrorisme, le nazisme…), le ridicule assumé, l’ineptie, le wishful thinking, les menaces contre les climatoréalistes, voire la violence verbale ou, mieux, physique… La liste ne saurait être limitative, tant l’imagination des compétiteurs s’est montrée débridée lors de l’édition 2015, pour ne pas dire sans limite.

Tous les trois mois se tiendra une élection au suffrage universel direct uninominal à un tour pour désigner les champions d’automne, d’hiver et de printemps. Ces trois champions seront départagés en juin 2018 lors d’un ultime vote qui élira le champion de l’année 2017-2018.

Ceux qui souhaitent faire partie du jury sont invités à m’envoyer un mail ayant pour sujet « Équipe Climathon ».

Le mois de septembre est commencé, les compétiteurs sont dans les starting-blocks : comme en 2015, on va rire…

Sur le web

Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
photo de Greta Thunberg au milieu d'une foule
1
Sauvegarder cet article

L’écologisme comme idéologie illibérale avait trouvé son égérie avec Greta Thunberg, mais il semblerait, autant par commodité que par opportunité, que sa rhétorique ait glissé de l’antiscience au scientisme le plus étroit.

Pour Jean-Paul Oury, qui signe un essai au titre évocateur Greta a ressuscité Einstein, c’est désormais au nom du « progrès scientifique » bien compris que les écolos cherchent à imposer leur vision du monde à l’ensemble de la population.

 

La « science » comme idéologie

La « science » dont se récl... Poursuivre la lecture

8
Sauvegarder cet article

Le suicide par écologisme

Il faut que les choses soient claires : l’empreinte carbone qu’il s’agit de réduire, c’est vous ! Et c’est tellement vrai, tellement évident qu’une récente tribune du journal Le Monde revient sur ce qui est maintenant un but affiché de l’écologie de combat, à savoir la réduction active de l’humanité.

Peu importe que les dernières projections raisonnables montrent une réduction naturelle drastique (plus de 50 %) de la population d’ici 2100 ; pour les activistes malthusiens du climat, pas de doute : éliminer rapidement une partie de la p... Poursuivre la lecture

Cet ouvrage est intéressant en ce qu’il analyse les nouvelles tares de notre époque. Celles notamment de la concurrence victimaire et des postures visant à s’afficher comme appartenant à une minorité opprimée. Ou à s’afficher comme un résistant courageux. Ou encore comme faisant partie du camp du Bien face à ceux dont on doit prononcer la condamnation morale pour ce qu’ils sont ou ce qu’ils pensent.

 

L’idéologie dominante

Selon l'auteur, il n’existe pas véritablement de « pensée unique », qui n’est qu’une vue de l’esprit v... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles