Des employeurs de moins en moins libres

Pourquoi la liberté de manoeuvre accordée au particulier est-elle refusée à l’employeur, alors que celui-ci contribue déjà à l’assurance-chômage la plus généreuse qui soit au monde ?

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Bound by Domiriel (CC BY-NC 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Des employeurs de moins en moins libres

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 3 septembre 2017
- A +

Par Xavier Fontanet.

Que diriez-vous si, après avoir décidé de changer de marque de voiture, vous receviez la lettre d’un tribunal vous demandant de justifier votre choix ? Cette lettre vous expliquerait que votre geste demande une justification en raison de la perturbation que vous créez chez votre ancien fournisseur.

Vous devriez réexpliquer que vous voulez changer parce que vos enfants, étant devenus adultes, ont quitté votre foyer et que, de ce fait, une voiture plus petite vous convient mieux.

Votre décision serait contestée par le juge, qui vous rappellerait que vous avez une bonne situation et vous proposerait de régler le contentieux contre un chèque de 10 000 euros. Ce chèque, préciserait-il, permettra à l’État de compenser les dommages causés à votre ancien fournisseur par votre changement soudain.

Que diriez-vous si, le jour où vous annoncez à votre employeur que vous le quittez pour un autre job, celui-ci vous disait : «  Cher monsieur, depuis que nous travaillons ensemble, je vous ai formé et cela a représenté un coût pour moi. Je vous demande de me régler cette facture de 15 000 euros, qui représente les frais de que j’ai investi sur vous pendant dix ans. J’en ai besoin pour former la personne qui vous remplacera. »

Dans ces deux cas, vous seriez indigné et vous auriez raison. C’est rogner votre liberté, cela réduit votre pouvoir d’achat, et conduit directement la société au collectivisme.

Soit ! Mais alors, pourquoi la liberté de manœuvre accordée au particulier est-elle refusée à l’employeur, alors que celui-ci contribue déjà à l’assurance chômage la plus généreuse qui soit au monde ?

Ne nous cachons pas derrière notre petit doigt, cette dissymétrie est au cœur des discussions sur le Code du travail. Rappelons que, dans tous les pays où il n’y a pas de chômage, l’employeur n’a pas à justifier sa décision (c’est écrit noir sur blanc dans certains Codes du travail). Il doit simplement payer une indemnité préétablie, calculée sur la base du salaire et du temps passé par l’employé dans l’entreprise.

Article initialement publié sur Les Échos.

Sur le web

Voir les commentaires (6)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (6)
  • vous oubliez qu’en France , tout est possible….même les plus vastes conneries pondu par des gens qui n’ont jamais rien crée de leur vie….

  • l employeur finance les indemnités chômage ET LA CAF!!!

  • Le remboursement de la formation existe déjà, entre autres avec des pilotes d’avion bénéficiant d’une formation sur le nouveau « Dreamliner » de Boeing et qui ne respecteraient pas le délai fixé après formation, au service de la compagnie aérienne. Et cela me semble logique!

  • Sympathique et original petit article! Je me souviens qu’un collègue entrepreneur de Pennsylvanie avait viré sa secrétaire tire au flanc et surchargée de pathologies auto-infligées à 16h45 un vendredi, avec 15 minutes de préavis. Elle a retrouvé un travail la semaine suivante (c’est cela qui m’étonne le plus!)

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
la France
0
Sauvegarder cet article

Par Claude Robert.

Il est des symboles qui ne s’inventent pas et qui résument à eux seuls l’univers burlesque (façon de parler) dans lequel nous vivons.

Tel est le cas de ce croisement de la rue de Rivoli à Paris qui « comporte quatre sens interdits pour autant de voies ». Une fois engagé dans la rue qui y mène et qui est en sens unique, il est « impossible d’échapper à une amende », en atteste l’amusante vidéo postée sur le site BFMTV.

https://www.youtube.com/watch?v=Bh45gJeCyuQ

Ainsi est devenue la France : un p... Poursuivre la lecture

Par Adnan Valibhay.

En plus de devoir supporter les cours à distance, en plus de devoir subir les confinements et couvre-feu successifs, les étudiants se retrouvent, pour les plus précaires d’entre eux à devoir faire les poubelles pour se nourrir.

Une réalité alarmante : la précarité de la jeunesse

Quel abominable constat. S’il est certain que la crise actuelle empire la situation des plus démunis, la précarité étudiante constitue une réalité antérieure à la pandémie de covid-19.

En février 2020, le taux de chômage des Fr... Poursuivre la lecture

Par Claude Goudron.

Tout d’abord une petite anecdote. C’était en 2007, Nicolas Sarkozy venait d’être élu et une de ses premières annonces a été : « nous allons dépoussiérer le Code du travail. »

J’ai bien entendu applaudi à cette nouvelle et j’ai patiemment attendu le passage à l’acte. C’est donc en 2008 que ce Code du travail dépoussiéré est arrivé, une experte du droit du travail est venue nous le présenter.

Je lui ai posé une question préalable : « Pouvez-vous aller à la dernière page et nous donner le numéro de celle-... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles