Que serait un programme Thatcher pour la France ?

Même en l’absence d’un politique réellement réformateur, rien ne nous empêche de réfléchir à ce que pourrait être un programme Thatcher pour la France.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Thatcher Margaret

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Que serait un programme Thatcher pour la France ?

Publié le 25 août 2017
- A +

Par Pierre Chappaz.

Lorsque Margaret Thatcher est arrivée au pouvoir en Grande-Bretagne en 1979, l’île était en faillite, étouffée par une économie étatisée. Une situation qui rappelle celle de la France en 2013…

La France aurait bien besoin d’une dame de fer. Malheureusement, je ne vois pas de pasionaria de la liberté parmi les dirigeants politiques les plus en vue.

En attendant, rien ne nous empêche de réfléchir à ce que pourrait être un programme Thatcher pour la France. Un programme de réformes économiques courageuses, mais que je souhaiterais plus libéral que celui de Margaret sur le plan politique, grâce à la démocratie directe.

J’ai regroupé les principales réformes en 5 chapitres, en commençant par la libération du travail, si nécessaire pour redonner du pouvoir d’achat aux salariés et lutter contre le chômage.

1/ Libérer le travail

– Augmentation de tous les salaires nets de 50%

Comment est-ce possible ? Les charges sociales prélevées sur les salaires en France atteignent 82% du salaire net, contre 20 à 30% dans les pays occidentaux les plus performants (Suisse, Grande-Bretagne…). En limitant les prélèvements aux cotisations retraite et chômage, et en autorisant pour la santé les assurances privées (comme c’est la règle partout en Europe), il serait possible de rendre près de 50% de pouvoir d’achat aux salariés!

– Suppression du Code du travail

L’hyper-réglementation du travail, illustrée par le très épais Code du travail (3350 pages), est l’une des causes du chômage car il crée un ensemble de contraintes compliquées et anti-économiques pour les entreprises. Irréformable, cette usine à gaz doit être supprimée, pour rétablir la liberté de contrat entre salariés et employeurs, comme elle se pratique dans de nombreux pays. Par exemple en Suisse, pas de code du travail, juste quelques dizaines de pages de règles à respecter.

– Suppression des 35 heures

Les 35 heures ont fait beaucoup de mal à l’économie française, tout le monde le sait, et pourtant aucun parti n’a le courage de remettre en cause cette législation anti-économique. Plutôt que de remonter la limite légale à 39 ou 40 heures, on peut envisager de la supprimer, et de confier aux entreprises et éventuellement aux accords de branche le soin de définir – en accord avec les salariés – les horaires et les conditions de travail les mieux adaptés à chaque activité.

– Suppression du Smic

La France fait partie des pays qui interdisent l’embauche en dessous d’un salaire minimum (à la différence de l’Allemagne, de la Grande-Bretagne, etc.), et de plus le Smic français est plus élevé que partout ailleurs. C’est l’une des raisons majeures du chômage, car beaucoup de personnes, notamment des jeunes, ne sont pas assez qualifiées pour justifier le coût d’une embauche au Smic. Avec la disparition du Smic, les smicards actuels ne souffriraient pas nécessairement, leur salaire pourrait rester inchangé. Mais les chômeurs peu qualifiés auraient une meilleure chance de trouver un emploi, fût-il mal payé, et pourraient progresser par la suite.

– Arrêt des subventions aux syndicats

Les syndicats, patronaux et salariaux n’ont de légitimité que s’ils vivent en toute indépendance des cotisations de leurs adhérents. L’arrêt des subventions et le retour au travail des dizaines de milliers de « permanents », notamment dans les entreprises publiques, serait une mesure éthique.

2/ Révolutionner l’impôt

– Impôt unique de 13%

L’impôt sur le revenu, la myriade de taxes (tva, habitation, télé, disques durs, boissons gazeuses etc., il y a en des centaines), l’impôt sur les plus-values, celui sur la fortune, tous ces impôts pourraient être remplacés par une taxe uniforme de 13% sur tous les revenus. Cela produirait un montant de recettes pour l’État égal au système actuel d’après certains calculs qui doivent être confirmés. Tous les citoyens deviendraient contribuables à partir du moment ou ils ont des revenus, même modestes, ce qui favoriserait le développement d’un esprit civique. Les niches actuellement exemptées, telles que la plus-value sur la vente d’une résidence principale ou d’œuvres d’art, seraient taxées au même taux de 13%. La France, au lieu de faire fuir les entrepreneurs et les investisseurs, les attirerait, ce qui relancerait vigoureusement la croissance.

– Suppression des subventions et niches fiscales

Les subventions et niches fiscales accordées aux entreprises n’ont plus lieu d’être à partir du moment où le niveau des charges sociales et des impôts est réduit. De même pour les particuliers sauf pour les personnes incapables de subvenir à leurs besoins.

3/ Diminuer le coût de l’État

– Suppression de l’ENA.

Je n’ai rien contre les grandes écoles (j’ai fait Centrale), mais je suis fondamentalement opposé à l’idée d’une école qui forme les dirigeants de l’État. Car cela crée une caste qui dispose de la réalité du pouvoir, quelle que soit la couleur du gouvernement. C’est un concept soviétique. L’Ena, il ne faut pas la réformer, comme on en parle régulièrement, il faut purement et simplement la supprimer.

– Suppression des ministères inutiles

On compte 15 ministres dans le gouvernement Merkel, 18 dans le gouvernement Monti, 7 dans le gouvernement suisse… et 37 dans le gouvernement Ayrault. Les 2/3 de ces ministères, qui servent surtout à distribuer des postes et des avantages aux amis politiques, pourraient être supprimés sans grand dommage.

 Diviser par quatre le nombre de députés et sénateurs

Les États-Unis, plus de 300 millions d’habitants, élisent 435 représentants et 100 sénateurs. La France, 60 millions d’habitants, se paye 350 sénateurs et 577 députés ! 50 sénateurs, et 150 députés ne seraient-ils pas suffisants, avec moins d’absentéisme ?

– Fusion des départements et des régions

Tout le monde le reconnait, le millefeuille administratif français coûte trop cher, il faut réduire le nombre d’étages administratifs. Cette mesure avait été partiellement envisagée par Sarkozy, qui a reculé face à la bronca des élus locaux.

– Réduire le nombre de fonctionnaires

La France compte 90 fonctionnaires pour 1000 habitants, l’Allemagne seulement 50. Est-ce que l’administration française fonctionne mieux ? Je ne crois pas. Beaucoup des fonctionnaires français vont partir à la retraite dans les 10 ans à venir, c’est une chance. En ne les remplaçant pas, l’hexagone pourrait se rapprocher du niveau de l’Allemagne en une dizaine d’années.

4/ Limiter l’assistanat

– Indemnités chômage limitées à 1 an et maximum 2500 euros/mois.

Le chômage coûte d’autant plus cher que la France a la durée d’indemnisation la plus longue (2 ans, et 3 ans au-dessus de 50 ans), et le montant d’indemnisation le plus élevé (le maximum est à plus de 6000 euros/mois). Évidemment, ce système n’incite pas à se battre pour retrouver rapidement un emploi. Il faut revenir à un niveau de protection plus raisonnable.

– Attribution du RSA-socle sous conditions

Deux millions de personnes touchent le RSA, certaines avec une activité, la majorité sans aucune activité, en tout cas déclarée. Pour ces personnes il semble juste de conditionner l’attribution du RSA-socle à un travail d’intérêt collectif (par exemple à mi-temps), selon les besoins définis par les mairies.

5/ Libérer le débat public

– Suppression des subventions à la presse

La presse française est sous le contrôle du gouvernement qui lui distribue des aides de manière arbitraire, pour un montant annuel de 1 milliard 200 millions d’euros. Il faut mettre un terme à cette dépendance, la presse deviendra plus libre et devra se réinventer pour retrouver des lecteurs et s’adapter à internet.

– Privatisation des médias publics

À l’époque d’internet, conserver de coûteuses télés et radios publiques n’a que très peu d’intérêt. Ces médias ne se différencient guère des médias privés, si ce n’est par un parti-pris idéologique comme France-Inter et France-Info.

– Referendum d’initiative populaire

Sur le modèle de la Suisse, le referendum d’initiative populaire serait institué. Les Suisses votent sur toutes sortes de sujets 3 ou 4 fois par an, ce qui favorise un bon niveau de conscience politique dans le peuple, qui tranche directement les débats économiques ou de société. Leur système, éprouvé, pourrait être repris tel quel :

  • pour déclencher un referendum contre un projet de loi du gouvernement, la barre serait fixée à 500.000 signatures (c’est 50.000 en Suisse). Cela permettrait d’éviter de mettre la France dans tous ses états à propos de retraites ou de mariage gay. On discute, on vote, et c’est décidé.
  • pour soumettre un projet de loi nouvelle aux électeurs, il faudrait 1 million de signatures (100.000 en Suisse).

J’en suis convaincu, le meilleur moyen de faire évoluer une société, et d’éviter la confiscation du pouvoir par les castes, c’est bien de donner au peuple souverain le droit de légiférer. En France ce droit a été confisqué.

Je défends ces idées libertariennes pour lancer le débat : comment sortir la France de l’impasse ?

Pour ceux qui ne me connaissent pas et qui nourrissent peut-être encore des illusions au sujet du socialisme, je les informe que je viens d’un milieu familial communiste militant. Je connais cette idéologie intimement, la vie m’a appris sa dangerosité, et pas seulement à l’Est. C’est bien elle qui a conduit la France là où elle en est aujourd’hui. L’étatisme a contaminé tous les partis, PS, UMP, gauchistes, FN, qui communient dans la lutte contre un « hyper-libéralisme » fantasmé, tout en continuant de faire grossir l’État et la dette. Je ne me reconnais dans aucun de ces partis.

J’espère qu’un jour une révolution libertarienne fera sortir la France de l’impasse historique dans laquelle elle se trouve. Pour cela il faut des idées… en attendant un jour une dame (ou un homme) de fer qui aura le courage et la capacité de les mettre en œuvre.

Un homme a le droit de travailler comme il veut, de dépenser ce qu’il gagne, de posséder sa propriété, d’avoir l’État pour serviteur et non pour Maître. (Margaret Thatcher)

Cet article a été publié une première fois en 2013.


Voir les commentaires (104)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (104)
  • eux commentaires :

    « Diviser par quatre le nombre de députés et sénateurs »
    Ou alors simplement supprimer le Sénat. Quelle est l’utilité réelle de cette Chambre ?

    « Indemnités chômage limitées à 1 an et maximum 2500 euros/mois »
    Il ne faut pas tomber dans le piège des raisonnements étatistes. Si les indemnités chômage sont envisagées comme un contrat d’assurance dans le cadre duquel la prime d’assurance est fonction du risque de « sinistralité » et de l’indemnité souhaitée par l’assuré, il n’a pas de raison pour limiter administrativement les prestations. Je suggère donc la libéralisation du marché de l’assurance chômage afin que chacun puisse s’assurer en fonction de ses souhaits et de son évaluation du risque et que les compagnies d’assurance puissent aussi établir des primes en fonction des différents profils d’assurés. Cette méthode permettrait d’éliminer les aberrations actuelles comme par exemple le régime des intermittents du spectacle.

    • Très bonne remarque. Il faut savoir garder la tête froide et faire la part des choses entre ce qui ne sert à rien, et ce qui pourrait exister (car d’utilité) et être proposé, pricé, maintenu par le libre marché. La majorité des services publics.

      • 1) Concernant l’impot de 13%, payable par tous sans exception , le taux de 13% semble un peu faible pour espérer des recettes fiscales à la hauteur des besoins du pays.
        Cela étant, un salarié ayant 12 000 € de revenus annuels paierait (avec votre suggestion) 1560 € d’impôt par an, ce qui ne serait que justice et responsabiliserait les individus.
        Car on a remarqué que les gens qui ne payent pas d’impôt sont les plus revendicatifs pour la défense des droits acquis et la demande d’indemnisations et services en tous genres (le fameux argent « gratuit » des autres).

        2.) Concernant l’assurance-chomage je ne suis pas d’accord avec Pagerfi. Il faut limiter à 12 mois l’indemnisation avec un plafond et une cotisation obligatoire pour tous
        Et simplement permettre la souscription d’assurances-chômage complémentaires pour ceux qui veulent s’assurer davantage.

        3) le nombre de signatures de pétitionnaires pour faire voter une loi ne devrait pas être aussi important (1 million c’est trop)

        4) Supprimer l’ENA. Pas d’accord; c’est une école de spécialisation comme une autre. Ce qu’il faut interdire c’est le copinage en sortie de l’ENA.

        • Comme vous le dites, le problème est le réseau de l’ENA.

          Le bateau France ne pourra pas être sauvé sans un gros coup de dératisation (si le bateau en question peut encore être sauvé.)

          Il faut, au minimum, démettre les énarque de leur nationalité et les isoler de la société civile afin de les empêcher de leur permettre d’exercer leur pouvoir de nuisance. C’est une engeance. Il faut dératiser.

          • nous n’avons plus besoin des enarques, caste de nuisible et de parasite. comme avait dit l’ abbé sieyes dans son celebre brulot: qu’ils repartent d’ou ils viennent, dans les foret de franconie, ou ailleur, au magrheb, par exemple, la nation n’a pas besoin d’eux !!

        • « Concernant l’impot de 13%, payable par tous sans exception , le taux de 13% semble un peu faible pour espérer des recettes fiscales à la hauteur des besoins du pays. »

          Non. les chiffres datent un peu, mais Vincent Bénard avaait calculé en 2003, sur les bases des chiffres de 2002, que l’impôt sur le revenu représentait… 7.6% des revenus déclarés.

          Lisez ou relisez cet excellent article de 2007: http://www.objectifliberte.fr/2007/08/transformer-la-.html

          Sinon, on peut aussi utiliser une flat tax à un taux plus élevé, mais avec une crédit d’impôt d’un montant fixe (qui se transforme en impôt négatif au dessous d’un certain seuil).
          Par exemple (chiffres au pif): flax tax à 25% avec crédit d’impôt de 5000€ / an.
          Ce qui donne avec des revenus annuels nets de:
          – 10000€ -> crédit d’impôt de 2500€
          – 20000€ -> crédit d’impôt de 1000€
          – 30000€ -> impôt de 2500€, soit 8.33%
          – 50000€ -> impôt de 7500€, soit 15%
          – 100000€ -> impôt de 20000€, soit 20%

          Pourquoi pas une flat tax « pure »? Parce-que nous sommes dans un pays où la mentalité socialiste est très forte, et donc dans lequel une flat tax « pure » est invendable politiquement.

          PS: ne vous focalisez pas sur les exemples de taux et de crédit d’impôts donnés, c’est ne sont QUE des exemples pris au pif.

          • Pardon, pour 20000€, ça fait: 0€ d’impôt

          • Bah non parce que les impôts en pourcentage, ont la fâcheuse habitude d’augmenter. Le fait d’en exonérer certains revient à recréer l’impôt progressif parce que les exonérations, c’est (apparemment) bon pour les pauvres et juste socialement.
            Seul une flat tax pure et donc à taux bas empêchera la technocratie de la »réguler » à leur convenance. ( cf la csg passée de 1.5 à 15.5)

          • « Bah non parce que les impôts en pourcentage, ont la fâcheuse habitude d’augmenter. Le fait d’en exonérer certains revient à recréer l’impôt progressif parce que les exonérations, c’est (apparemment) bon pour les pauvres et juste socialement.
            Seul une flat tax pure et donc à taux bas empêchera la technocratie de la »réguler » à leur convenance. ( cf la csg passée de 1.5 à 15.5) »

            Ah ben je préférerais. Mais c’est politiquement invendable en France. Faut être réaliste.
            Et le concept d’impôt négatif vient de Friedman, qui hormis sur les questions monétaires, n’était ps franchement un anti-libéral 😉

        • 13% pour un gouvernement qui ne cherche pas à faire le bonheur du peuple contre sa volonté, c’est largement suffisant !

          assurance-chômage obligatoire point : à chacun de choisir sa couverture vu que les primes seront proportionnelles aux indemnités attendues.
          A quoi servirait l’ena dans un pays dont les lois sont simples, compréhensibles de TOUT le monde, ces énarques (spécialistes des usines à gaz) seraient bien plus utiles ailleurs puisqu’ils sont théoriquement l' »élite » .Et puis spécialisation en quoi? En règlementations et lois qui ne s’appliquent qu’aux autres comme actuellement, ce qui permet à l’état d’étouffer la société civile sous une avalanches de normes non applicables à la sphère publique.

        • Vous ne pouvez interdire le copinage, quel moyen? C’est lui qui nous a mené à la ruine, car les énarques n’ont aucune notion en économie.

    • Si il faut supprimer une chambre, alors il faut supprimer l’assemblée, pas le sénat. Parce que des deux, aujourd’hui, c’est clairement le Sénat la plus utile et la moins chère : l’assemblée est par construction toujours d’accord avec le président, donc avec le gouvernement. Le sénat est plus indépendant

      • Remarque très pertinente ! Du coup, autant garder les deux assemblées. Les vieux sages à la prostate défectueuse ne sont pas inutiles pour calmer les ardeurs des excités de l’assemblée.

    • Confier aux syndicats la possibilité de gérer (sans monopole) l’assurance chômage permet à la fois de responsabiliser les syndicats, et d’en améliorer la représentativité.

      Idem pour l’assurance santé. C’est d’ailleurs leur origine historique.

      Enfin, obliger tout étranger venant sur le territoire français, à justifier d’une assurance santé, seule contrainte à sa venue.

  • A Riton

    « … l’impôt de 13%, payable par tous sans exception , le taux de 13% semble un peu faible pour espérer des recettes fiscales à la hauteur des besoins du pays. »
    N’oubliez pas que l’impôt auquel vous faites référence (IRPP) ne représente qu’un faible pourcentage des recettes de l’Etat (les principaux impôts étant la TVA et l’impôt sur les sociétés).
    Un taux unique d’imposition à l’IRPP se traduirait certainement par une moindre évasion/optimisation fiscale (ce qui s’est passé aux USA sous Reagan) et probablement par un accroissement des recettes globales de cet impôt pour l’Etat. Cela permettrait aussi de rétablir la justice fiscale car les taux progressifs sont injustes et contraires aux principes mêmes de la Déclaration des droits de l’homme de 1789 si chère à nos élites gouvernantes (« Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés. »
    La flat tax existe déjà dans plusieurs pays (notamment certains pays qui sont sorties du carcan communiste).

    « Concernant l’assurance-chômage je ne suis pas d’accord avec Pagerfi. Il faut limiter à 12 mois l’indemnisation avec un plafond et une cotisation obligatoire pour tous »
    A ce propos, je vous pose la question suivante :
    Pourquoi limiter administrativement les modalités de l’assurance chômage s’il s’agit d’un contrat d’assurance ? cela serait équivalent à limiter administrativement par exemple l’indemnisation de l’assurance auto en cas d’accident de la route ou la MRH en cas de dégât des eaux. Si l’assuré et l’assureur se mettent d’accord sur la prime à payer et les garanties données en contrepartie, pourquoi l’Etat devrait y mettre son nez ?

    • @Mr Chappaz
      Il ne manque qu’un détail dans votre article
      Quand est-ce que vous vous présentez , quel l’on ait enfin quelqu’un pour qui voter ?

      • il pourra toujours courir pour avoir ses 500 signatures,  » les aristochiotes  » qui pillent la france, ont tous prevu pour pereniser leur pouvoir.

      • C’est vrai vive l’eugenisme, supprimons tous les inutiles, les chômeurs, les handicapés(de toutes sortes fn y compris), les vieux, les jeunes qui ne travaillent pas et ceux qui travaillent aussi qui prennent la place des vieux fais ont une vrai dictature fondée sur le travail, la famille et la patrie. Tient, ça me rapelle qq chose….

    •  » Pourquoi limiter administrativement les modalités de l’assurance chômage s’il s’agit d’un contrat d’assurance ? »
      Parce que la cotisation de base serait payable par tout le monde en tant que fonds de solidarité et ne devrait servir que de « sauvetage » temporaire et pas à faire vivre des profiteurs ou des paresseux..
      Seule la complementaire chomage facultative à cotisation individualisée echapperait à une reglementaion.de l’Etat..

      Pour le paiement par tout le monde d’un IRPP, entièrement d’accord.
      Nous payons l’IRPP et mon épouse me parlait encore d’une collègue de travail qui se réjouissait de ne rien payer grace à diverses deductions et du nombre d’enfants (malgré deux bons salaires, dont un dans la fonction publique) .
      Cela lui était intolérable car ça donnait l’impression de payer pour elle. .

  • Excellent programme. Personnellement, je pousserai le vice jusqu’à promouvoir la retraite par capitalisation et à en déplafonner l’âge. Pourquoui pénaliser quelqu’un qui a envie de travailler jusque 75 ans voir plus ?
    J’ajoutterais aussi la privatisation de l’enseignement, avec une mise en concurrence des écoles 🙂

  • Bonne base de programme. Comment je vote pour ceci aux prochaines élections ?

  • Bonjour
    Personnellement au lieu de l’assurance chomage, je suis pour une aide sous forme de prêt remboursable quand les choses vont mieux avec un intérêt égal à l’inflation, ainsi personne n’est lésé.

  • Vous avez oublié l’abrogation du statut des fonctionnaires de 1948 et l’alignement des retraites sur le même sytsème pour tous.
    Vu le lavage de cerveau effectué par l’éducation nationale depuis 1968, ce programme ne pourra être mis en oeuvre qu’après un coup d’état, comme en 1958.

    • il y a encore une chose qu’on pourrait supprimer: les subventions aux cerealiers pour baisse de prix, alors que le prix du blé n’a jamais été aussi cher ( chercher l’erreur ) . surement 5 milliards d’euro par ans au bas mot, a economiser.

  • On peut toujours rêver, mais je ne vois pas de Thatcher Français à l’horizon, je ne vois que des énarques étatistes.

  • Si un jour bénit, un tel personnage émergeait en France, je doute qu’il fasse de vieux os 🙂

    La France est comme ces vieillards séniles et butés, qui veulent bien guérir, mais refusent de suivre leur régime ou d’absorber les médicaments nécessaires …

  • Une Thatcher pour la France est peut-être un rêve. Pour paraphraser Philippe Nemo, la France est aveuglée par le socialisme (depuis presque 3 siècles avec ses prétendues Lumières et sa catastrophique Révolution).
    Mais n’oublions pas que le Royaume Uni était dans une triste situation dans les années 70. M. Thatcher a été élue dans ce pays aussi ankylosé à l’époque que la France l’est aujourd’hui.
    Il y a peut-être quelqu’un qui pourra prendre le contrôle du bateau ivre UMP et neutraliser les guignols qui prétendent gérer actuellement ce qui reste de ce parti. Un nom : Christine Lagarde ? serait-elle en mesure de mettre la France au Thatcherisme ou à Reaganomics ?

    •  » Christine Lagarde ? serait-elle en mesure de mettre la France au Thatcherisme ou à Reaganomics ? »

      oui, en partie.

      • Et Bernard* repasserait à la caisse de Christine ?

        * Tapie

        • @ Citoyen
          Là vous ressortez la propagande de gauche, car l’argent versé à Tapie n’est que celui qui lui fut volé par les socialos du Crédit lyonnais. Il a gagné TOUS ses procès contre la Banque et c’est pour y mettre fin qu’une médiation fut nommée! Le voleur c’est l’Etat, pas Tapie!

          • Merci de rappeler que l’argent versé à Tapie lui était dû car il lui avait été volé par le Crédit Lyonnais.

      • Lol 😀 Elle est pas mal je la ressortirai. Tu l’as entendue où? Sur Rire & Chansons?

    • la revolution francaise n’avait vraiment rien de socialiste: mème les plus a gauche on sacralisé le droit de propriété.
      dans la biographie de robespierre, de Dingli, ce dernier reproche a celui -ci de n’avoir rien fait pour soulager les misère du peuple ( par exemple créer un embryon d’etat providence )et l’assimile a un dirigeant d’extreme-droite, il faut savoir.
      qu’un  » liberal  » crache sur le mouvement des lumière du 18ième, quelle tristesse.
      christine lagarde en thatcher ? vous croyer en la reincarnation ?

  • J’ajouterai
    1- libérer le travail ==> liberté d’installation
    1- libérer le travail ==> rendre facultatif l’adhésion aux chambres consulaire, ordres corporatistes et organismes professionnels
    3-diminuer le cout de l’état ==> autonomie des établissements scolaire/universitaire, avec liberté d’organisation temps/pédagogie + embauche/débauche et financée par le chèque éducation.
    3-diminuer le cout de l’état ==> regrouper les communes de moins de 5000 habitants.

    PS: la politique assurancielle (santé, revenus, etc) doit restée obligatoire pour un seuil minimal vers l’organisme de son choix
    PS: le recours aux référendums nécessite de basculer dans le vote électronique pour en diminuer les couts…. ( 500 000 pour s’opposer à une loi parait bien peu… le seuil de 1 million me parait bien)

    • @cap2006
      « 1- libérer le travail ==> rendre facultatif l’adhésion aux chambres consulaire, ordres corporatistes et organismes professionnels ».

      Pourquoi, t’as eu des problèmes avec eux ?
      On ne doit pas chercher, non plus, à régler des litiges personnels en demandant l’abolition de lois qui sont à l’origine d’un problème personnel.
      (Exemple: ce n’est pas parce qu’on vient de choper une contravention pour excès de vitesse qu’il faut réclamer la suppression des panneaux de limitation) .

      • Bonjour traduc
        pourquoi rendre facultatif l’adhésion aux chambres consulaires.. parce que l’adhésion obligatoire (sous la contrainte) c’est mal .

        • Alors interdisons les licences au football rugby etc…car pour faire du football ou du rugby il faut acheter une licence à une federation nationale …….sous la contrainte.

          • Pas « interdire »: abroger leur monopole.

          • C’est marrant vous avez deux options dans votre discours, obligatoire ou interdire. C’est tout à fait significatif du dégât de la propagande collectiviste. Il existe une 3° voie le libre choix.
            Je ne vois pas personnellement l’intérêt d’une licence pour faire du sport ni l’intérêt des fédération sportive ni l’intérêt du ministère de la jeunesse et des sports (la jeunesse clientèle captive et malléable à la propagande). Tout les systèmes totalitaires ont adoré les mouvements de jeunesse pour mieux les « former ».

          • adhésion à un club de sport = démarche volontaire
            une entreprise n’a absolument pas besoin de la CCI ou CM.
            Si l’entrepreneur veut se faire aider ou représenter = adhesion à un syndicat = démarche volontaire

        • Quand j’apporte ma voiture à réparer dans un garage je peux voir par exemple affiché sur un panonceau
          tarif horaire mécanique: x euros
          tarif horaire carrosserie : y euros
          (fixés par la chambre syndicale des réparateurs automobiles au 01/04/2012)
          ou
          sur la facture
          changement plaquettes de frein
          temps : x heures ou x minutes
          (barème forfaitaire de la chambre syndicale des réparateurs automobiles )

          c’est ça que tu veux abolir ?

          • Si les prix ne sont pas libres, évidemment que oui qu’il faut abolir cette absurdité. Mais es-tu sûr de ton coup? Parce-que ça me paraît énorme que même les tarifs des garagistes soit fixés (je n’ai pas de voiture)… Quoique dans un pays socialiste comme la France, plus rien ne m’étonne…

            Par contre, je ne vois pas trop le rapport avec les fédérations de sport…

      • Ces organismes sont des freins au développement et à l’initiative économiques….
        et accessoirement, dès lors qu’il s’agit d’une adhésion obligatoire, cela d’appel du racket.
        PS: pas de grief, juste un constat d’inutilité et de conservatisme coté Ch de metier et CCI… les autres ordres n’étant qu’un syndicalisme obligatoire… à rendre facultatif comme tout syndicat.

  • « Réduire le nombre de fonctionnaires »

    SUPPRIMER le statut de fonctionnaire, hormis pour les fonctions régaliennes. Par contre, il me semble juridiquement difficile de changer les contrats déjà signés, donc à mon avis ce ne sera que pour les nouveaux employés de la fonction publique.

    D’autre part, on ne dit pas « privatisation des medias publics »: le mot privatisation est un gros mot en France. On dit: « fin des médias d’État » :p

    • @mateo
      « Parce-que ça me paraît énorme que même les tarifs des garagistes soient fixés  »
      Bien sûr qu’il sont fixés par la chambre syndicale des garagistes réparateurs. Pas par l’état, hein. On est bien d’accord ?
      Pour en revenir à M.Thatcher , il me semble qu’elle n’avait aucune velleité d’intervention dans ce type de convention (garagistes réparateurs – chambre syndicale) car ça doit aussi exister Outre Manche.
      D’après toi, pourquoi ?

      • c’est pas ça que l’on appelle « entente sur les prix » et, en dehors des taux horaires de travail, c’est réprimé par la loi !
        ce qui est « forfaitiste », je crois, c’est le temps de travail pour telle ou telle réparation. Bon ou mauvais mecano, gros ou petit équipement, c’est le même temps de travail et indirectement même prix!
        c’est limite pas libéral heureusement que c’est pas partout comme ça.
        merci de confirmer mon raisonnement

      • Ce que tu me décris là ressemble fort à un cartel et à une entente sur les prix! Si c’est avéré c’est véritablement scandaleux (et ça expliquerait pourquoi les tarifs des garagistes sont réputés élevés).

        Mais avant d’être scandalisé, je veux être sûr de bien comprendre ce dont il s’agit: est-ce que tu veux dire que si demain j’ouvre un garage, je ne serai pas libre de pratiquer les prix que je veux? i.e. est-ce qu’il y a un caractère légal à tout ça, c’est-à-dire une obligation légale pour le garagiste de pratiquer les prix fixés par la chambre syndicale?

        « Pour en revenir à M.Thatcher , il me semble qu’elle n’avait aucune velleité d’intervention dans ce type de convention (garagistes réparateurs – chambre syndicale) car ça doit aussi exister Outre Manche. D’après toi, pourquoi ? »

        J’imagine qu’elle avait d’autres priorités et d’autres chats à fouetter que s’occuper du prix du changement de la plaquette de frein…

        Elle n’a même pas eu le temps de s’attaquer au marché du logement et au système de santé, tous 2 paralysés par l’étatisme, alors les tarifs des garagistes…

        • @Mateo
           » je veux être sûr de bien comprendre ce dont il s’agit  »

          Le mieux c’est de te renseigner, de faire ta petite enquête par toi-même, dans ta localité, dans un garage ou plusieurs (même si tu n’as pas de véhicule).
          Tu leur racontes que tu as de la carrosserie à réparer et que tu voudrais savoir combien est facturée l’heure de travail et si le taux horaire est fixé par eux-mêmes ou par la chambre syndicale des réparateurs garagistes de la région ?
          .

    • Dans l’armée, LA fonction régalienne n°1, il n’y a que des contractuels.

    • le statut de fonctionnaire est inscrit dans la loi… qu’une loi peut donc défaire.

      le plus difficile se sont :
      1- les aspects financiers, avec des taux de cotisation différents à integrer dans les budgets des collectivité et administrations
      2- l’aspect administratif, car il faut organiser les DRH en conséquence

      PS: pour moi, cela serait intéressant de proposer à référendum un contrat de travail unique, avec les mêmes droits et cotisations , offrant la liberté d’embauche et de débauche en échange d’une garantie de revenus basé sur des cotisations à taux variables selon le turn over et l’ancienneté par entreprise… un vrai choix de société

    • @mateo : « Par contre, il me semble juridiquement difficile de changer les contrats déjà signés »

      Super simple : Il suffit de faire péter l’article 11 de la Constitution et de donner à ce résultat une valeur supérieure à la loi organique qui défini le statut de fonctionnaire.

      Avec un référendum les fonctionnaires et syndicats sont coincés. Si ils luttent contre cela va excéder les français qui voteront pour et s’ils ne font rien, une simple campagne de com’ fera basculer pour le oui, même pas besoin de manipuler les gens comme les autres gouvernements ont dû devoir le faire pour d’autres référendum.

      • C’est quoi l’article 11 de la Constitution ?

        Cela étant, contrairement aux salarié du secteur privé qui signe un contrat de travail avec l’employeur, il me semble ( à faire confirmer par les fonctionnaires qui fréquentent ce site) que le fonctionnaire ne se voit pas remettre un tel contrat en main propre.
        En tout cas aucun document lui précisant qu’il bénéficie d’un emploi « à vie » ; ça c’est sur.

  • Ne vous excitez pas trop, des Thatcher ou des Reagan il y en a un par demi-siècle et par continent alors…et en plus ce n’est vrai que pour les pays anglo-saxons….;-)

  • « Les charges sociales prélevées sur les salaires en France atteignent 82% du salaire net, contre 20 à 30% dans les pays occidentaux les plus performants (Suisse, Grande-Bretagne, …). En limitant les prélèvements aux cotisations retraite et chômage, et en autorisant pour la santé les assurances privées (comme c’est la règle partout en Europe) il serait possible de rendre près de 50% de pouvoir d’achat aux salariés! »

    on n’en prend pas le chemin, voir ici :
    http://www.frontaliersoubien.org/notre-cause
    d’ailleurs j’en profite pour vous demander de signer la pétition en ligne, ça me rendrait service…

    oscar n

    • Je ne pige pas bien votre système d’option. Qu’est qui vous empêche de vous affiler à une assurance européenne, à l’exemple de Laurent C :
      http://www.contrepoints.org/2013/04/13/121490-je-quitte-la-secu-episode-7-le-rsi-degaine
      ?

      • actuellement, le frontalier qui travaille en suisse a le choix pour sa couverture maladie entre :
        – s’assurer en suisse auprès d’une assurance privée,
        – s’assurer en france auprès d’une assurance privée,
        – s’assurer en france auprès de la sécurité sociale.
        c’est ce choix qui est remis en cause au 1 juin 2014 : les frontaliers qui sont actuellement assurés en France dans le privé seront automatiquement reversés dans le système cmu de la sécurité sociale.
        pour fixer les choses, j’ai actuellement une assurance maladie privée au crédit mutuel qui me coûte environ 100 euros par mois, c’est le moins cher de ce j’avais trouvé à l’époque.
        une assurance privée en suisse avec la même caractéristique (la moins chère) me reviendrait à 200 chf par mois, c’est à dire à 165 euros par mois.
        une assurance cmu à la sécurité sociale coûte 8 % du revenu fiscal de référence, c’est à dire qu’elle me reviendrait, si je ne comptais que mes revenus du travail, à 240 euros par mois, ce qui est déjà exorbitant par rapport aux tarifs des assurances privées qui nous laissent la possibilité de moduler en fonction des options choisies.
        mais, ce n’est pas fini : ce ne sont pas les revenus du travail qui sont pris en cause, c’est le revenu fiscal de référence, c’est à dire dans mon cas (exceptionnel et non majoritaire, mais ce n’est pas une raison pour me punir), il faut que je tienne compte aussi de mes revenus fonciers. ma cotisation sera de 500 à 550 euros environ, en hausse rapide chaque année, car au fur et à mesure que le capital emprunté se rembourse, le bénéfice foncier s’accroit. entre nous, je ne vois pas du tout le rapport entre le paiement des loyers par mes locataires et le nombre et le coût de mes maladies…
        également, si un jour ma femme se met à travailler en france, elle paiera son assurance maladie à la sécu, comme c’est la règle, mais en plus, ça sera incorporé dans le revenu fiscal de référence, et à nouveau, je paierai 8 % de plus sur son salaire…

        je précise en passant que les assurance privées gagnent de l’argent avec leurs tarifs compétitifs. je ne vois pas l’utilité de dépenser 5, 6 ou 7 fois plus cher pour quelque chose que je n’utilise de toute façon pas.
        bref, le moment venu, pour échapper à ça, je devrai faire un détour par la case assedic. pas sûr que l’état y gagne…

        ce qui m’empêche de faire comme laurent c, c’est que je suis salarié. et plutôt que de me lancer dans une grande bataille juridique, je préfère me mettre en vacances perpétuelles et rendre quelques petits services de ci de là au noir…

        oscar nügel

  • Pas mal comme programme !

    J’ajoute :
    suppression de tous les comités Théodule et autres agences de l’Etat qui ne servent à rien.
    Suppression pure et simple des régions, au lieu de les fusionner avec les départements. Les régions sont une fausse bonne idée. Des départements peuvent très bien s’entendre au coup par coup sur des vrais projets. Pareil pour les agglomérations de communes. Par les temps qui courent, c’est toujours ça de gagné.

    Le referendum d’initiative populaire est indispensable.

    • Il faut supprimer des tas d’organismes où l’etat intervient sns que e soit indispensable .
      J’ai regardé hier « capital » sur M6 consacré aux escroqueries.
      Sidérant et écoeurant, les escroqueries dont sont victimes les administrations et organismes publics (donc le contribuable) car les fonctionnaires s’en foutent .Seuls le versement de leur salaire , leur avancement et leurs congés les intéressent
      Ils ont parlé d’une gigantesque escroquerie à la fausse facturation à l’Opéra de Bordeaux .Plus ou moins étouffée car le fonctionnaire qui aurait du contrôler les dépenses non justifiées n’a pas fait son boulot pendant 10 ans ! ! ! ..
      Egalement un reportage sur une commune escroquée par un secrétaire de mairie véreux qui a rempli avec sa famille son caddie à l’hypermarché du coin pendant 4 ans ! !
      Tout ça aux frais du contribuable; avant d’être demasqué par un habitant lambda…… pas par ses chefs ! ! !..
      Il doit y avoir quantité de détournements de fonds publics dont on a peine à imaginer l’ampleur.
      I faut que tout ça explose .Qu’on en finisse avec cette situation délétère.

    • La définition du département est la possibilité pour un préfet de se rendre à cheval à n’importe quel endroit en une journée maximum.

      C’est peut-être un peu obsolète, comme juridiction administrative ?

      La région parait beaucoup plus cohérente. Encore faut-il en limiter le nombre.

    • bravo, les regions ne servent a rien, d’ailleurs, la france ne marche plus depuis que ces usines a gaz sont sorties de terre. quelles y retournent.
      il faut trois echelons administratifs, pas plus.

    • Mon expérience personnelle au niveau de l’entente entre département à savoir entre Drome et Isère me ferait plutôt dire le contraire. Ils n’arrivent pas à s’entendre sur des choses aussi simple que le transport scolaire dans le Vercors donc je suis encore plus critique vis-à-vis de vrai projet !

      Draco

  • Quel est l’intérêt de garder le statut de fonctionnaire pour les fonctions régaliennes? Je n’y vois aucune raison valable

    • Ça sert à délimiter un peu le pouvoir des élus.

      Imagine je suis policier ou juge. Si j’enquête sur un politocard élu, il peut me virer très facilement si j’ai un contrat classique. Avoir un statut « protecteur » limite les risques et rend mon licenciement plus difficile.
      Ce n’est évidemment pas la panacée, ça peut se contourner d »une manière ou d’une autre, mais ça rend la chose plus difficile.

      En bref, ça limite le pouvoir de nuisance des politocards.

      • Imagine je suis un policier ou juge véreux on fait quoi on me mute pour recommencer ailleurs

        • Les lois ne sont pas faites pour les exceptions, elles sont faites pour le cas général.
          Les policiers ou les juges véreux, statut de fonctionnaire ou pas -> dehors (enfin ce devrait être le cas).

          • Je ne suis pas juriste, mais les juges issus et élus par un collège d’avocats ne me parait pas incongru.

            Quelqu’un y voit-il une objection ?

  • Quand un libertarien se présentera devant le peuple ? Moi, on présente un programme comme ça, j’adhère de suite tant cela parait de bon sens dans la situation actuelle…

    Vous êtes contre le système actuelle mais à un moment, il faut rentrer dedans pour le contrer de l’intérieur pour prendre le pouvoir légalement ou attendre une hypothétique révolution.

  • Presque 100% de bonnes idées.

    Mais, dites-moi, Pierre Chappaz, il y a un cht’i souci quand même. Dans ce festival, vous évincez un invité de marque : la monnaie !

    Quid de la politique de la BCE, ou de l’abandon de l’Euro, ou de la redéfinition de son périmètre.

    Hier, j’étais dans un débat avec Marc de Scitivaux et Alain Madelin, et de Scitivaux développait l’hypothèse d’une sortie de la seule Allemagne de l’€. Intéressant.

    Et vous, quelle est votre position ?

    Bien cordialement.

    • la monnaie est un outil… pas une fin en soi…

      PS: l’europe actuelle est démocratique, même sans élection au suffrage direct… et la politique est une politique de droite,

      • Tout à fait d’accord avec votre programme !!!

        Mais QUI aura le courage de parler comme cela, et de dire la vérité aux français…???

        @Cap2006 : Comment pouvez-vous dire que la politique de l’Europe est une politique de droite ??? C’est totalement faux !!!
        Revisitez les fondamentaux…
        L’Europe est une pâle sociale démocratie de compromissions…

        • Les hommes politiques aiment à dire qu’ils ne sont pour rien dans les décisions prises à Bruxelles…
          C’est entierement faux !!!
          Toute les décisions sont prises par l’ensemble des présidents ou premiers ministres des pays, suivant la majorité du moment….
          Bien sur, la necessité d’un compromis fait oeuvre… ce que vous appelez surement « social démocratie »
          Mais elle est résolument de droite…. parceque l’immense majorité des premiers élus de chaque pays est de droite…

        • Les hommes politiques aiment à dire qu’ils ne sont pour rien dans les décisions prises à Bruxelles…
          C’est entierement faux !!!
          Toute les décisions sont prises par l’ensemble des présidents ou premiers ministres des pays, suivant la majorité du moment….
          Bien sur, la necessité d’un compromis fait oeuvre… ce que vous appelez surement « social démocratie »
          Mais elle est résolument de droite…. parceque l’immense majorité des premiers élus de chaque pays est de droite…

  • En gros, c’est ça. J’ajouterais s’il vous convient : « Élire nos juges et nos procureurs de la République » car c’était dans l’esprit de la Révolution Française mais par peur de donner trop de pouvoir au peuple….

    Les USA (autre fille des Lumières) n’ont pas eu peur de le faire… Eux !

    • dans la première partie de la revolution ( sous la constituante ) tous les postes a responsabilités devaient etre elus, ce qui entraina des abherations: les curés devaient etre elus, y compris par des protestants quand il y en avait: colère inflexible du vatican, et debut de marche vers la guerre civile.
      dans l’armée, les officiers devaient etre elus par la troupe, pas tres efficasse.
      les percepteurs devaient etre elus aussi: problème evident: ceux-ci, pour etre réelus facilement etaient tres généreux avec les contribuables, ce qui contribua a agraver le deficit, quand on sait que le deficit etait la cause principale de la crise…

      •  » les curés devaient etre elus »

        N’importe quoi ! ! !
        CONSEIL : relisez Michelet « Histoire de la Révolution Française »

        • va voir sur wikipedia a l’article  » eglise constitutionnel  » chapitre  » pretres constitutionnel  » et tu verra qui a raison et qui a tords.
          merci du conseil pour michelet, ca date un peu, et ce n’est pas d’une grande precision, ce serait mème limite roman par endroit.

        • Michelet était très loin d’être un historien intègre, il était bien trop engagé politiquement. C’est Supergluubs qui a raison.
          Mais Wikipedia est également bourré d’erreurs, car rédigé par des non spécialistes.

  • Il faut élire les juges et les procureurs. C’est devenu urgent.

    Regardez donc comment ça se passe aujourd’hui en France :

    http://www.atlantico.fr/decryptage/justice-impartiale-manifestement-pas-pour-certain-nombre-juges-syndicat-magistrature-706344.html

  • Malgré toute la sympathie que m’inspire ce programme et même si je souhaiterais plus de radicalisme sur le statut de fonctionnaire et des suppressions immédiates de postes plutôt que d’attendre le départ en retraite, je me dois de rectifier une donnée fausse ; le Royaume-Uni a un salaire minimum et même des salaires minimaux (seuils modulés selon l’âge). Ils sont certes à des niveaux sensiblement plus bas que le SMIC français, donc entraînent moins de distorsions économiques et de chômage, mais existent tout de même.

    • Ceux qui demandent la libéralisation du travail et l’accès libre aux métiers veulent en réalité une deregulation du marché du travail.
      Ce ne sont pas des liberaux ceux qui proposent ça, mais juste des jaloux qui envient les professions à hauts revenus auxquelles eux n’ont pas pu accéder.
      Car les professions où on gagne beaucoup d’argent (fast money makers) il y en a peu et c’est un parcours du combattant pour y accéder ; et ça c’est toujours passé comme cela en France.
      C’est simplement une selection sévère à l’entrée et celui qui n’a pas les capacités pour , eh bien,il reste sur la touche, et doit se rabattre vers des metiers à faibles revenus.
      Ce n’est pas un problème d’etat , de socialisme ou autres balivernes, c’est une auto-regulation des corporations multi-seculaire, et il en est de même dans tous les grands pays .
      Aux USA c’est 10 fois plus difficile.

  • 1) Le travail n’a pas besoin de liberté

    – Supprimer les charges sociales ne va pas faire monter les salaires, il ne faut pas prendre les gens pour des cons. Proposez à une entreprise de ne plus payer les cotisations, elle ne les payera plus et se gardera tout simplement l’argent. Pour être plus précis c’est déjà le cas, depuis 1997, les salaires inférieurs à 1.6 smic sont exonérés de cotisation patronales, les salaires ont-ils monté pour autant ? Non.

    – Le code du travail c’est la contrepartie de la servitude salariale. Le contrat c’est : j’accepte d’obéir à mon employeur à condition qu’il respecte le code du travail. L’épurer ? C’est peut être faisable mais le supprimer ? Quelle sera la contrepartie en échange de la soumission hiérarchique ? Qu’est ce qui protègera le salarié d’un renvoi injustifié ?

    – Le taux d’activité est passé de +1.8 avant les 35h à +2.6% par an après les 35h. La productivité a elle aussi augmenté. Depuis le début du 20° siècle, l’objectif est de réduire le temps de travail humain, à un point que dans les années 60 on rêvait de l’an 2000 et du 21° siècle comme un avenir brillant de haute technologie ou les robots travailleraient à la place des humains et ou les gens n’auraient plus qu’a vivre. On s’est un peu perdu en chemin !

    – C’est vrai que les Allemand s’en tirent super bien sans smic avec leur « minijob » à 2 euros de l’heure !

    2) L’impôt unique est une bonne idée mais pas un impôt sur le revenu…. Le premier effet de l’impôt sur le revenu c’est de diviser la population entre les payeurs qui sont trop les meilleurs et les assistés qui sont trop méchant et qui ne payent pas… Grand moment d’égalité! Le seul impôt qui frappe également tout le monde c’est la TVA. Il n’y a plus de payeurs et non payeurs. Il n’y a que des gens qui payent tous la même chose, après tout c’est logique ? Tout le monde profite de manière égale des services de l’état.

    – Niche fiscale : Mécanisme légal qui permet aux gens qui ont trop d’argent de ne pas payer leurs impôts et d’accuser les plus pauvre de ne pas en payer non plus.

    3) ENA : Ecole Nationale des Abrutis.

    – Ce n’est pas le nombre de représentants le problème, c’est le moyen de désignation et surtout le manque de contrôle citoyen.

    4) Limiter la connerie

    – L’assurance chômage est sensée couvrir le risque de non emploi. En cas de non emploi, on touche toujours son salaire. Pourquoi la limiter dans le temps ? Une personne sans emploi n’est pas une personne qui ne travaille pas. Un être humain travaille forcement. Il a des enfants à élever, des associations, des clubs sportifs à faire vivre. Un humain sans emploi continu de vivre : il achète toujours de quoi se nourrir, il participe à l’économie quand même. Les retraités font vivre par leurs activités hors emploi des millions de marchands.

    – Commencez déjà par expérimenter un an de RSA après on verra.

    5) Libérer le débat public :

    – TF1 est bien sûr un exemple à suivre de média privé, sans aucun conflits d’intérêt sur l’information et à la qualité de contenu incroyable.

    • Comment peut-on être aussi égoïste !?!

      « l’objectif est de réduire le temps de travail humain »
      Eh non cher Demoralisateur, tout le monde ne fantasme pas de vivre au crochet d’autrui : rêver de faire trimer les autres (ou des robots quand on a trop lu de comics… :lol:) pour entretenir sans rien foutre son petit mode de vie : consommer, se dégourdir de temps en temps les jambes dans un club sportif (wow, ça c’est du boulot !… :lol:) ou s’avachir dans un fauteuil pour regarder les merveilleux programmes proposés par la télé publique tels que « Plus belle la vie »…

      Eh non, cher ami, souffrez que d’autres personnes aient un peu plus de morale et une conception un peu moins beauf de la vie.

    • @ Demoralisateur

      je suis d’accord avec vous.
      J’ai toujours trouvé que ceux qui croient, dur comme fer, aux arguments développés par salairecomplet.com se trompent.
      On ne sait pas ce que pense vraiment chaque patron donc dire : si on l’exonère de charges sociales, il ne verra aucun inconvénient à les reverser aux salariés (plutôt qu’à l’URSSAF) est un raccourci que je ne partage pas.

  • Aussi longtemps que l’homme devra travailler pour avoir le droit de vivre dignement, l’humanité freinera l’incommensurable possibilité qu’on ses neurones, la société est un ensemble composé de plus de sept milliards d’hommes, dont nous ignorons les capacités, en ayant décidé de le laisser vivre qu’a condition qu’il travaille pour, nous freinons son inventivité, la possibilité d’exploiter à 100% ses neurones, nous l’obligeons a focaliser toute son énergie à trouver sa pitance pour avoir le droit de vivre, sans cet argent, confisqué par son dictateur, 90% péri sans avoir exploiter son génie .
    Le grand problème de la société dans laquelle nous vivons, est, qu’elle donne plus de valeur à l’argent qu’a l’homme qui est la source de tout ce qu’il a construit.
    Le travail ne doit pas être imposer, cela doit être un choix, c’est tellement vrai que pour le moment, le progrès technologique nous le prouve, il permettra aux monde des affaires de fonctionner sans main d’œuvre, au fur et à mesure qu’avance la technologie, le travail s’annulera, qui finalement permettra à ce génie humain d’exploiter totalement ses neurones.

    • @ Bedin
      Si on supprime l’argent vous serez obligé de trimer du soir au matin aux champs pour vous nourrir, et crever de faim si la récolte est pourrie par la météo! Et le soir filer la laine et tisser vos vêtements!
      Faut réfléchir avant de sortir des inepties socialistes!

    • Vous choisissez de ne pas travailler, moi je choisis de garder les fruits de mon travail pour échanger avec ceux qui ont fait comme moi le choix contraire. Ne venez pas mendier ni piller chez moi.

  • Moins de députés et de sénateurs parceque moins d’habitants….le travail restant le même , cela ne tient pas comme raisonnement. De plus ,les usa sont une fédération comme la Suisse rien à voir avec le cas français ou le roi et sa cour ont été échangés par un president..et sa cour.
    La première réforme est faire enfin aboutir la régionalisation en changeant entièrement le rôle de l’état central en limitant ses pouvoirs….a pas grand chose , juste une représentation de la france à l’international..sous le contrôle des régions .

  • C’est bien d’un programme libéral que la France a besoin. Malheureusement les Français n’en veulent pas. Ils ont préféré Macron à Fillon.

  • C’est le premier point qui va poser un problème pratique :
    « – Augmentation de tous les salaires nets de 50% »
    par la suppression des charges sur les salaires.
    Mais une telle mesure mettrait immédiatement la Sécu et le retraites en faillite.
    Cela suppose au préalable la mise en œuvre de la privatisation de la sécu et le passage vers un retraite par capitalisation.
    Il y a 16 million de retraités qui se retrouveraient sans ressources du jour au lendemain. Leur poids électoral est tel que dans une démocratie aucun gouvernement ne peut le faire.

    • On ne discute pas assez comment on peut passer à la capitalisation. Il ne s’agit évidemment pas de cesser du jour au lendemain de payer les retraites par répartition, mais de concevoir une transition progressive. Vous noterez que la hausse de la CSG correspond bien à un premier pas vers une extinction des retraites, mais que ce pas n’est pas accompagné du premier pas vers la construction d’un nouveau système !

  • Pourquoi 13 ? Pas 12,9 ? 12,99 ? 12,9/45×75%/10 ? Non, flat taxe à 10% ce serait le plus simple à calculer…

    • Le but de la flat tax est d’équilibrer les dépenses publiques indispensables. 13% résulte peut-être d’un calcul de coin de table, mais ce calcul-là s’impose à celui, plus simple, des 10% et à celui encore plus simple des 0%.

  • Cher Monsieur,
    Très bon programme qui a mon accord le plus complet pour que ces « mesures d’urgence » soient adoptées sans délai.

    Le problème est que nous sommes maintenant au Frankistan socialiste où la gauche domine depuis trois décennies le débat d’idées – en clair, diffuse sa propagande sans contradiction-
    où les gens au pouvoir ne veulent pas scier le coffre-fort sur lequel ils sont assis, et où les médias font preuve d’une servilité qui aurait ému Goebbels aux larmes.
    Le changement dans ce pays, s’il vient, ne pourra être que violent.
    Malheureusement …
    Il faudrait tuer 2000 à 3000 personnes pour que les choses se mettent à bouger – ce qui n’a pas posé de problème en d’autres temps (je pense à 1789).

    • « Encore s’il suffisait
      De quelques hécatombes
      Pour qu’enfin tout changeât, qu’enfin tout s’arrangeât
      Depuis tant de « grands soirs » que tant de têtes tombent
      Au paradis sur terre, on y serait déjà… »

      Les libertariens sont nécessairement non violents, ils ne peuvent tuer personne (sauf en état de légitime défense). Par contre, c’est plutôt eux qui risqueraient d’être tués par les partisans de l’immobilisme en cas de changement. Donc aucun changement ne sera possible ni par la violence, ni sans la violence. Tout ce qui peut être fait pour la France aujourd’hui relève du soin palliatif.
      Nous mourrons donc pour des idées qui ne sont pas les nôtres, d’accord,
      Mais de mort lente,
      D’accord mais de mort lente

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
1
Sauvegarder cet article

Textes présentés par Damien Theillier.

« La Communauté européenne est une manifestation de l’identité européenne. Ce n’est pas la seule. » — Margaret Thatcher.

Deux conceptions de l’Europe s’affrontent.

La première pense qu’une zone de marché unique ne peut pas fonctionner si une autorité centrale ne se préoccupe pas d’organiser pour chaque activité un ensemble préalable de règles et de normes communes. C’est la position de la Commission de Bruxelles, celle de son Président, mais aussi celle du gouvernement français.

... Poursuivre la lecture

Par Lawrence Reed. Un article de The Foundation for Economic Education

Cet automne marquera le trentième anniversaire du départ du 10 Downing Street de Margaret Thatcher, première femme à la tête du gouvernement britannique et Premier ministre qui sera resté le plus longtemps à ce poste au XXe siècle. Quels mandats stupéfiants !

De la dépendance à l’autonomie

En 1979, la Dame de fer est devenue Premier ministre d’un pays tourmenté par des conflits sociaux, bloqué par la stagflation et ruiné par des décennies d’État-nounou. La Gr... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Plusieurs jours après la rupture du contrat des sous-marins entre la France et l’Australie, l’Union européenne a décidé d’apporter son soutien à Paris. La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a ainsi déclaré ce lundi que la France a été traitée de manière non acceptable, tandis que Charles Michel a dénoncé un « manque de loyauté » de la part des États-Unis.

Ursula von der Leyen sur la crise des sous-marins : la France a été traitée de façon "inacceptable" pic.twitter.com/pBt... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles