Unschooling : le modèle éducatif du futur ?

La proposition de base des unschoolers tient dans le principe que les enfants apprennent naturellement et, qu’au lieu d’un enseignant, ils ont besoin d’outils nécessaires pour apprendre par eux-mêmes.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Opening of West London Free school. Cambridge Grove, Hammersmith. 9.9.11 Pupils sing at the opening.free school (CC BY-NC-ND 2.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Unschooling : le modèle éducatif du futur ?

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 23 août 2017
- A +

Par Bill Wirtz.

Est-ce que vous vous souvenez de l’école ? De longues et douloureuses heures d’enseignement décourageantes, assurées par un professeur bien conscient qu’aucun de ses étudiants ne s’intéresse au sujet.

L’éducation publique laisse une marque indéniable sur les individus ; avec des taux de décrochage records, nous devons repenser fondamentalement la scolarité telle qu’elle est. Tout d’abord, plongeons nous dans la façon dont nous en sommes arrivés là.

L’histoire (très résumée) de l’enseignement public

Pour la plus longue période, des savants de la Grèce antique jusqu’aux écoles primaires ludus publicus dans la Rome antique, ou même la présence généralisée des écoles catholiques partout sur le continent, l’éducation était réservée aux classes supérieures.

Non seulement parce que les classes inférieures étaient trop pauvres pour offrir une telle éducation à leurs enfants, mais aussi parce qu’elles ne pouvaient concevoir qu’ils ne pouvaient pas faire autre chose que des travaux manuels.

Jean-Jacques Rousseau, pas vraiment un penseur libéral classique de l’époque, était très sceptique envers le système uniforme d’éducation, la salle de classe avec une méthode unique ôtant toute liberté et individualité aux enfants.

Il estimait que l’éducation telle qu’elle était assurée faisait peu de cas de leur développement potentiel, considérant plutôt – et instituant, par ses disciples – l’enseignant comme un guide dans l’épanouissement naturel des enfants.

La Prusse à l’origine

Cependant, les origines de l’enseignement public se trouvent en Prusse.

Les Prussiens ont réformé leur système éducatif après le début des guerres napoléoniennes et ont finalement été les premiers à introduire l’éducation étatique. Le gouvernement avait comme objectif le contrôle de l’État sur l’éducation afin de mener à sa construction telle que nous le connaissons aujourd’hui.

Le ministre de l’Éducation Wilhelm von Humboldt voulait que ce système éducatif intègre tous les milieux sociaux dans une structure de base (les enseignements secondaire et supérieur étaient trop chers).

Les motifs de ce mouvement étaient moins à chercher du côté d’une démarche d’équité que d’une volonté de cohésion sociale, instaurée ici de manière radicale. En fait, les enfants devaient respecter et accepter l’autorité ; on s’attendait ainsi à ce qu’ils croient en l’unité et la supériorité de l’État.

Il a également permis l’amélioration des compétences requises dans les guerres menées en Europe, les forces armées étant obligées de savoir lire et écrire.

Est-ce qu’il faut envoyer ses enfants à l’école ?

Pour les promoteurs du unschooling, leurs actions mettent fin à un cercle vicieux de soumission intellectuelle. La raison d’être de la scolarité est externe, soit dans des motivations (les notes), soit dans des sanctions (retenues pour mauvais comportement/non par le travail). Elle n’inclut pas la nécessité de ce qui y est enseigné.

Un article du Guardian relate l’histoire d’une mère d’un enfant de 14 ans non-scolarisé explicitant sa décision de le soustraire retirer à l’école :

Au cours de l’année 3, j’ai commencé à être préoccupé par Elias », dit-elle. « Il semblait perdre son étincelle, presque comme si la lumière dans ses yeux était éteinte. Il semblait abattu. Il a cessé de regarder les gens. Il présentait un comportement anxieux.

La proposition de base des unschoolers tient dans le principe que les enfants apprennent naturellement et, qu’au lieu d’un enseignant, ils ont besoin d’outils nécessaires pour apprendre par eux-mêmes.

Ces parents sont désireux de voir leurs enfants emprunter un chemin différent du leur, afin d’éviter de leur imposer pressions et attentes, par des choix éducatifs différents.

Combien d’enfants resteront-ils dans l’école si elle n’est pas obligatoire ?

Notre réponse habituelle aux enfants qui estiment l’école terriblement incontournable est l’hypothèse de la hiérarchie : nous les contraignons « pour leur propre bien ».

Le unschooling explique que si les enfants ne sont pas prêts à suivre ces cours, ils ne devraient pas le faire. L’origine de cette notion de liberté de choix éducatif est à la fois enracinée dans le peaceful parenting (qui consiste à refuser l’emploi de la force à l’encontre de leurs enfants) et la conviction que la scolarité classique est manifestement improductive.

En fait, les comportements négatifs tels que la tricherie, le dénigrement des autres ou l’égocentrisme sont des habitudes que les enfants prennent à l’école. Les libérer de la contrainte d’une journée scolaire de 8 à 16 heures, leur donner l’opportunité d’accumuler les connaissances et les compétences qu’ils désirent, au lieu de ce qui leur est imposé, les transformeront en individus plus indépendants et avides de liberté.

Les humains sont dotés du désir de travailler. Maintenant, les enfants doivent être libérés dans le monde.

Cet article est une traduction de « How unschooling opens new ways of education to children », publié par Freedom Today.

 

Voir les commentaires (4)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (4)
  • « la tricherie, le dénigrement des autres ou l’égocentrisme sont des habitudes que les enfants prennent à l’école »… à l’école certainement, tout comme dans toute forme d’interaction sociale (au travail par exemple).
    Ceci dit dans une société libre, chacun choisit le mode d’enseignement qu’il estime le plus adapté à ses enfants. Mais je crains que pour pouvoir apprendre par soi-même, il faut d’abord obtenir un certain nombre de bases qui nécessitent l’aide d’un adulte (ne fût-ce que pour apprendre à lire et à écrire).

  • Bonjour

    Lire Deschooling Society, Ivan Illich, même si Illich n’est pas libéral (il est anti-industriel), mais ses idées décoiffent ;-).

  • La manière de réagir face à la contrainte, notamment en cédant jusqu’à avoir assez progressé pour dépasser et renverser le maître, voilà ce qu’on apprend à l’école et dont on se sert ensuite pour se faire sa place dans la société. L’école est le moyen d’accéder aux classes privilégiées, moins par les connaissances qu’on y apprend que par la manière de les utiliser dans la vie qu’on y découvre et que par les motivations qu’on y gagne. Là aussi, il n’y a pas de repas gratuit, on ne devient pas un adulte en n’apprenant que ce qui vous amuse et titille votre curiosité naturelle.

  • Si on veut éduquer un enfant à la maison, ne doit-on avoir un minimum de bagage pour pourvoir l’aider? Je me verrais mal expliquer des notions de chimie ou de physique à mo enfant.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les épreuves de spécialités du baccalauréat 2022 qui se sont tenues il y a une dizaine de jours ont ramené la question de l’enseignement des mathématiques et des sciences sur le devant de la scène éducative.

Si vous vous souvenez, au début de l’année, les sociétés savantes de mathématiques s’étaient alarmées du fait qu’au nouveau lycée, seuls 59 % des élèves de terminale générale suivaient un enseignement de maths contre 90 % avant la réforme du lycée de 2019. À peu près au même moment, le Medef réclamait d’urgence une réintroduction m... Poursuivre la lecture

Par Armand Lépiers, lycéen.

Il s'agit d'un secret de polichinelle, le niveau des élèves français est désormais faible. Selon les derniers classements PISA nous nous hissons péniblement au-dessus de la moyenne des résultats des pays de l'OCDE et à peu près au même niveau que le Portugal...

Cependant, les gouvernements successifs ne cessent de nous seriner que tout va bien, que le constat de la chute du niveau est une esbroufe tantôt réactionnaire tantôt élitiste (souvent les deux) et que nous devrions dormir tranquilles, la relèv... Poursuivre la lecture

On remarquera que le ministre de l’Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, dans ce bref entretien, où il n’est question que d’ajouter 1 h 30 d’enseignement scientifique aux élèves dont ce n’est pas un «  enseignement de spécialité », doit à la fois se référer aux paroles du président de la République et au Conseil supérieur des programmes qui a élaboré un « projet pour un nouveau programme de mathématiques » à la rentrée 2022 :

🎙️ @jmblanquer : "Nous allons mettre plus de mathématiques dans le tronc commun. 3h30... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles