Game of Thrones : Westeros peut-il ne pas être violent ?

Matt McCaffrey analyse le phénomène Game of Thrones et souligne comment une société comme celle de Westeros ne peut être que violente, et pourquoi.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Game of Thrones

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Game of Thrones : Westeros peut-il ne pas être violent ?

Publié le 5 août 2017
- A +

Un article de l’Institut Coppet.

Pourquoi la série Game of Thrones est-elle si violente ? L’économiste et fan de la série Matt McCaffrey affirme qu’on doit nécessairement s’attendre à un bain de sang et à la corruption dans une société comme Westeros.

Game of Thrones nous donne une leçon sur l’utilisation du pouvoir dans notre propre monde. Avec des idées utiles issues de l’économie et de la science politique, l’économiste montre que la seule manière de gagner la partie du trône de fer est de ne pas y jouer.

 


Sur le web.

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Comme l’écrivait le Marquis de Sade: « Le trône est du goût de tout le monde, et ce n’est pas le trône qu’on déteste, c’est celui qui s’y assoit. » L’attitude décrite ans cette citation, cette ambition et cette idée du pouvoir comme but en soi, est le principe fondamental de l’illibéralisme.

    Etre libéral, c’est reconnaître ce problème et refuser de croire que c’est une fatalité. Comme l’écrivait cette fois Frédéric Bastiat, résumant habilement l’éthique libérale: « Rien n’est nécessaire qui ne soit juste ». Les libéraux sont ceux qui ont su faire le deuil du trône.

  • C’est une réflexion très pertinente. Puisque, finalement, dans la série, les seuls personnages qui ne sont jamais vraiment inquiétés par les luttes de pouvoir ou la violence, ce sont ceux qui choisissent délibérément de rester en dehors de cela. Littlefinger ou Varys en sont de brillants exemples. Même si ils leur faut faire preuve d’un minimum de déférence envers le roi en place, ils ne sont jamais vus comme des menaces directes, ce qui les protège.

    • « Ils ne sont jamais vus comme des menaces directes, ce qui les protège » : et pour cause : ils servent uniquement leur propre intérêt, qui change en fonction du pouvoir en place.

      En revanche, pas d’accord sur la violence de la série : je trouve House of Cards ou Boss d’une violence bien plus perverse.

  • Hélas même sans jouer la partie on peut perdre. Cela s’applique aussi bien à d’innombrables anonymes (civils et militaires) qui perdent la vie, qu’à Starck qui meurt pour avoir refuser de jouer.
    Et on est parfois obligé de jouer, malgré soi, comme Starck (qu’on vient chercher) ou Daeneris (qui était sortie du jeu mais y reviens suite à une tentative d’assassinat).
    Bref :
    « Si tu ne t’occupe pas de politique, la politique s’occupera de toi »

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
3
Sauvegarder cet article

Non content de détruire une seule histoire de l'univers du Trône de Fer, HBO a décidé de sélectionner un autre tome de l'opus magnum fantastique de George R.R. Martin et de le mettre plus bas que terre.

Bientôt sur votre écran, House of the Dragon, une série dérivée du très populaire Game of Thrones. La série se déroule des siècles avant les événements de Game of Thrones et se concentre sur une lutte de pouvoir interne - surnommée la Danse des Dragons - entre deux factions de la dynastie Targaryen au pouvoir sur le continent de Westero... Poursuivre la lecture

Par Dane Stuhlsatz. Un article de Foundation for Economic Education

Si vous avez regardé, ou pas, l'épisode 4 de la saison 8 de Game of Thrones (GoT) dimanche soir, vous avez peut-être vu, ou du moins entendu parler de la désormais célèbre tasse de café - pas de Starbucks comme cru à l'origine - à la table principale de la fête de la victoire. Que vous soyez aficionado ou non, ce petit contretemps a créé tout un buzz médiatique. Mais la tasse de café est à moitié pleine : il y a un moment d'enseignement précieux enveloppé dans cet acci... Poursuivre la lecture

1
Sauvegarder cet article

Loin d’être une époque et un lieu où régnait la loi de la jungle, le Far West américain illustre comment les individus peuvent parfaitement s’organiser pour développer et faire appliquer un système de lois privées.

Tous, nous avons vu des westerns. Et l’image qu’ils nous ont laissée de ce qu’était la vie sur la frontière des États-Unis vers l’Ouest est remplie de poussière, de whisky, de chevaux et de violence. Surtout de violence. Plus d’une fois nous avons vu sur le grand ou le petit écran comment un groupe de citoyens furieux prenai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles