Le nucléaire, la source d’énergie la plus sûre

La sécurité de nos sources d’énergie devrait être un critère important pour tracer le chemin de transition que nous souhaitons emprunter.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
La centrale nucléaire de Cattenom By: Gilles FRANCOIS - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le nucléaire, la source d’énergie la plus sûre

Publié le 4 août 2017
- A +

Par Hannah Ritchie.
Un article de Our World in Data

La production et la consommation d’énergie sont des facteurs essentiels pour le développement économique, la réduction de la pauvreté et l’amélioration des niveaux de vie, sans oublier toutes les questions relatives à la santé.

Le lien entre production d’énergie et prospérité apparaît clairement dans ce graphique : on y voit en effet une relation étroite entre la consommation d’énergie et le PIB par habitant.

Mais la production d’énergie peut aussi avoir des conséquences involontaires qui se traduisent par des effets négatifs sur la santé. Il est possible de lui attribuer des cas de mortalité (décès) et de morbidité (maladies graves) en tant que conséquences de chaque stade du processus de production.

Cela comprend les accidents miniers et ceux des phases de transformation et de production, ainsi que les impacts liés à la pollution. Cet arbitrage entre le développement et la pollution de l’air a fait l’objet d’une étude récente.

Si nous voulons produire de l’énergie avec des conséquences minimes pour la santé, quelle source d’énergie devrions-nous choisir ? Dans cet article, nous limitons nos comparaisons aux sources d’énergie dominantes – lignite, charbon, pétrole, gaz, biomasse et nucléaire – qui représentaient environ 96 % de la production énergétique mondiale en 2014.

On pense en général que les énergies renouvelables modernes n’affectent pas ou peu la santé, mais pour l’instant elles n’ont pas donné lieu à des études approfondies.

Lorsque l’on souhaite quantifier la mortalité potentielle de la production d’énergie, il faut tenir compte de deux échelles de temps distinctes.

La première, courte, correspond à la durée de vie d’une génération et couvre les décès liés aux accidents lors des phases d’extraction, transformation et production de l’énergie, ainsi que ceux découlant de la pollution de l’air pendant la production, le transport et l’utilisation des différents combustibles. La seconde, plus longue, s’étend sur plusieurs générations et résulte du changement climatique.

Décès par accidents et pollution de l’air

Le graphique 1 ci-dessous montre les résultats de l’analyse de Markandya et Wilkinson publiée par la revue médicale The Lancet en 2007. Il s’agit du taux de décès à court terme dus aux accidents et à la pollution de l’air induits par la production d’énergie.

Dans la mesure où nous voulons comparer l’innocuité relative des différentes sources d’énergie, les données ont toutes été ramenées aux décès résultant de la production d’un Terrawatt-heure (TWh) d’énergie, lequel correspond peu ou prou à la consommation énergétique annuelle de 12 400 citoyens américains.

Bien que les décès par accidents et par pollution aient été mélangés, il est important de noter que la pollution de l’air est le facteur létal dominant. Dans le cas du lignite, du charbon, du pétrole et du gaz, elle représente plus de 99 % des décès, pour le nucléaire 70 % et pour la biomasse 100 %1.

Il est aisé d’observer que le lignite et le charbon obtiennent les plus mauvais scores dès lors qu’il est question de mortalité liée aux sources d’énergie.

Les centrales à charbon sont des sources caractérisées de dioxyde de soufre et d’oxydes d’azote, substances qui interviennent ensuite dans la pollution par l’ozone ou les particules fines (PM). Il peut en résulter des problèmes de santé, même lorsque les concentrations sont peu élevées.

À l’autre bout de l’échelle, du côté des énergies les plus sûres, nous avons le nucléaire qui se montre 442 fois moins mortel que le lignite par unité d’énergie. Notez bien que ces chiffres tiennent compte d’une estimation des décès résultant des cancers attribués à l’exposition aux radiations pendant le cours de la production d’énergie nucléaire.

Graphique 1

Dans le second graphique ci-dessous, nous avons fait une estimation du nombre hypothétique de décès qu’il y aurait eu dans le monde si toute l’énergie était produite par une seule source donnée. Pour cela, nous avons multiplié les taux de mortalité respectifs de chaque source par les estimations de l’Agence internationale de l’énergie (AIE) sur la production énergétique mondiale en 2014, soit 159 000 TWh.

 

Si, en 2014, la demande mondiale d’énergie avait été comblée uniquement par le lignite, la mortalité mondiale de la production d’énergie serait montée à plus de 5 millions de décès. À l’opposé, si seul le nucléaire avait répondu à la demande d’énergie, le nombre de morts aurait été de 11 800 seulement, soit 442 fois moins.

 

Graphique 2

Qu’est-ce que notre scénario catastrophe nous apprend sur les risques ?

À propos du nucléaire, il est important de remarquer qu’on peut considérer les taux de mortalité et le nombre hypothétique de décès dans le cas du tout-nucléaire (graphiques ci-dessus) comme étant le scénario catastrophe quant au risque et à la mortalité dus à cette source d’énergie.

Les chiffres des taux de mortalité par TWh de Markandya et Wilkinson sont calculés sur une base théorique à partir de la méthode linéaire sans seuil. Ce modèle fait l’hypothèse que le nombre de décès est directement et linéairement proportionnel au dosage des radiations. Il considère de plus qu’il n’y a pas de limite basse, c’est-à-dire pas de niveau d’exposition sans danger, signifiant ainsi que les individus encourent toujours un risque, même à très faible dose.

Cependant, ce modèle d’estimation des risques de mortalité suite à l’exposition aux radiations est très controversé. On le soupçonne d’aboutir à la surestimation des risques encourus.

De plus, ainsi que James Hansen l’a mis en évidence dans son étude de 2011, l’observation empirique du risque de mortalité basée sur l’historique des accidents nucléaires (au nombre desquels on ne compte que trois événements importants : Three Mile Island, Tchernobyl et Fukushima) donne des résultats considérablement inférieurs à la prédiction du modèle linéaire sans seuil.

De ce fait, nous pouvons considérer que ces modèles (et les chiffres utilisés dans les deux graphiques ci-dessus) sont une estimation haute des risques plutôt qu’une prédiction basée sur l’observation historique (laquelle pourrait échouer à apprécier correctement des conditions extrêmes).

La gestion des déchets nucléaires

En plus des décès accidentels qui lui sont directement imputés, l’énergie nucléaire doit faire la preuve de sa capacité à gérer ses déchets radioactifs. Les déchets produits par le processus (et les équipements) de fission nucléaire ont des niveaux de radioactivité variés, et la durée pendant laquelle ils constituent un risque sanitaire pour l’homme est également variable.

On parle de n’importe quelle période de temps entre 10 000 ans et 1 million d’années. De ce fait, nous classons les déchets en trois catégories : déchets de faible activité (DFA), déchets de moyenne activité (DMA) et déchets de haute activité (DHA)2.

Notre capacité à gérer les déchets de faible et moyenne activité (DFA et DMA) est établie sans conteste. Les premiers peuvent être compactés, incinérés et enterrés en toute sécurité à faible profondeur. Les seconds, plus radioactifs, doivent d’abord être placés à l’abri d’un blindage en béton ou en bitume.

En revanche, la gestion des déchets de haute activité est plus complexe. Leur durée de vie particulièrement longue, ainsi que leur haut niveau de radioactivité (il s’agit surtout des combustibles usés pendant la fission) signifient qu’ils ne doivent pas seulement être blindés en conséquence, mais qu’ils doivent ensuite être placés dans un environnement stable pendant 1 million d’années.

La proposition en vigueur consiste à les enterrer en couches géologiques profondes, la difficulté étant de s’assurer que les sites choisis seront stables pendant tout ce temps (en matière de température, niveau des eaux, etc.). Aujourd’hui, la majeure partie des DHA sont entreposés en surface selon un système multi-barrières.

Mais si l’on veut s’en occuper convenablement, il est impératif de développer des solutions de long terme telles que l’enfouissement géologique profond. La Suède et la Finlande sont clairement les pays les plus avancés en ce domaine.

Les décès liés au changement climatique

La production d’énergie n’a pas que les effets sanitaires négatifs de court terme que sont les accidents et la pollution de l’air. Elle contribue aussi à plus long terme au réchauffement climatique dont les conséquences – événements climatiques extrêmes, élévation du niveau des mers, raréfaction des ressources en eau, moindre rendement des cultures, épisodes caniculaires – pourraient s’avérer fatales pour un certain nombre de personnes.

Il n’est certes pas simple de prédire combien de décès liés au changement climatique nous sommes susceptibles d’expérimenter d’ici plusieurs dizaines d’années, et parmi eux, combien pourraient être rattachés à telle ou telle source d’énergie. De ce fait, il est difficile de comparer des chiffres spécifiques de mortalité à long terme.

Nous pouvons cependant faire usage d’un indicateur de substitution pour comparer la contribution potentielle de chaque source d’énergie au changement climatique. Pour cela, nous utilisons l’intensité carbone de l’énergie, c’est-à-dire les grammes de dioxyde de carbone (CO2) émis lors de la production d’un kilowatt-heure d’énergie (gCO2e par kWh).

À partir de cette approximation, nous pouvons faire l’hypothèse que pour un niveau donné de production, les sources d’énergie affectées de la plus haute intensité carbone auront un impact plus important sur le taux de mortalité dérivé du changement climatique.

Dans le graphique 3 ci-dessous, nous voyons les deux mesures de la mortalité : l’axe des Y correspond aux taux de mortalité (par TWh) dus aux accidents et à la pollution de l’air (tels qu’on les a commentés précédemment) ; et l’axe des X présente l’intensité carbone de chaque source d’énergie (mesurée en gCO2e par kWh).

Nous observons une forte corrélation entre les deux grandeurs : les sources d’énergie qui sont malsaines à court terme le sont aussi à long terme, et celles qui sont plus sûres pour la génération actuelle, le sont aussi pour les générations futures.

Le charbon (surtout le lignite) est très mal placé dans les deux systèmes de mesures. Il souffre à la fois d’un taux de mortalité élevé relativement à la pollution locale de l’air et d’une haute intensité carbone.

Le pétrole possède les mêmes caractéristiques néfastes pour la santé, à court terme comme à long terme. À l’autre bout du spectre, le nucléaire et la biomasse ont les intensités carbone les plus faibles : 12 gCO2e par kWh pour le nucléaire et 18 gCO2e par kWh pour la biomasse, soit 83 et 55 fois moins que le charbon respectivement.

 

Graphique 3

Ainsi, on voit que la production d’énergie nucléaire réalise les taux de mortalité les plus bas, aussi bien à long terme qu’à court terme. On a évalué que 1,8 million de décès liés à la pollution de l’air avaient été évités entre 1971 et 2009 suite à la production d’énergie via le nucléaire plutôt que les alternatives disponibles.

Conclusion sur la sécurité énergétique

 Le débat sur la sécurité des différentes sources d’énergie soulève fréquemment la question de savoir combien de personnes sont mortes dans les accidents nucléaires de Tchernobyl et Fukushima. Nous avons examiné ce sujet dans un précédent article de blog.

Pour faire court : les estimations varient, mais l’ordre de grandeur de Tchernobyl se situe probablement aux alentours de dizaines de milliers de morts. Pour Fukushima, la majorité des décès (qui se montent à 1 600) sont réputés liés au stress de l’évacuation plutôt qu’à l’exposition directe aux radiations.

En tant qu’événements isolés, ces chiffres sont élevés. Cependant, les niveaux de mortalité qu’ils représentent sont très loin de ceux que l’on attribue à la pollution de l’air du fait de l’utilisation d’autres sources d’énergie traditionnelles.

L’Organisation mondiale de la santé estime les décès dus à la pollution de l’air ambiant à 3 millions par an ; ce chiffre monte à 4,3 millions pour la pollution à l’intérieur des maisons. Comme bien souvent, des événements spectaculaires isolés qui font les grands titres de la presse tendent à occulter les risques continus qui déroulent leur tragédie dans le plus grand silence.

Sur la base des données historiques et actuelles sur les décès liés à la production d’énergie, le nucléaire ressort comme étant la source d’énergie la moins dommageable à l’homme – et de loin. Cette réalité empirique n’est cependant pas partagée par l’opinion publique, laquelle fonde ses réticences sur la question de la sécurité.

C’est précisément l’objet du graphique 4 ci-dessous qui donne par pays la part des personnes interrogées qui se disent opposées au nucléaire pour la production d’électricité. Au plan mondial, l’opposition au nucléaire se montait à 62 % en 2011.

Le soutien populaire en faveur des énergies renouvelables est beaucoup plus élevé que pour le nucléaire ou les énergies fossiles. Dans ces conditions, pourquoi la comparaison entre ces deux dernières sources d’énergie nous importe-t-elle ?

Alors que la part des renouvelables s’accroît lentement dans le mix énergétique, 96 % de la production énergétique mondiale provient des énergies fossiles, du nucléaire et de la biomasse traditionnelle. La transition énergétique mondiale vers les systèmes renouvelables modernes va prendre beaucoup de temps.

S’ouvre à nous une longue période pendant laquelle nous devons faire des choix décisifs pour passer le cap de la transition énergétique. La sécurité de nos sources d’énergie devrait être un critère important pour tracer le chemin de transition que nous souhaitons emprunter.

Graphique 4

Traduction de Nathalie MP pour Contrepoints

Sur le web

 

  1. Pour le nucléaire, Markandya et Wilkinson incluent les estimations de décès par cancer dans la catégorie « décès liés à la pollution de l’air ».
  2. NDLT : En anglais, Low Level Waste, Intermediate Level Waste et High Level Waste. J’ai repris la terminologie de la classification française, mais elle comprend un niveau supplémentaire, les déchets à très faible activité ou DTFA, et se croise en outre avec la prise en compte des durées sur 3 niveaux.
Voir les commentaires (18)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (18)
  • Faites nous une communication à la GreenPeace :
    – le gouvernement allemand assassine 10.000 personnes par an
    – les programmes biomasse sont des tueurs pour enrichir les multinationales des déchets et du bois de chauffe
    Un article sérieux comme le votre ne sert à rien.

  • Sécurité !!!
    L’auteur a oublié Three Miles Island
    L’auteur n’est pas français donc il n’est pas au courant que dans les sédiments de la Loire il y a du plutonium alors qu’il n’y a jamais eu de fuite radioactive. Jamais ….
    Quand au démantèlement des centrales cela laisse rêveur car à Brénilis le coeur de la centrale est toujours en place plus de 30 ans après son arrêt …
    Sait-on traiter les déchets: non
    Sait on démonter le coeur d’un réacteur: non
    Cela demande réflexion avant de continuer dans cette voie

    • Brennilis: si le démantelement est toujours en cours, c’est avant tout lié aux multiples recours qu’engagent certaines associations. Recours qui freinent voire font arrêter les chantiers et exploser les coûts.
      Ces mêmes « association » vont ensuite brandir les coûts du démantelement, qu’ils ont eux même générer.
      Well done.

    • @ Toubib53
      Three Miles Island est cité, à côté de Tchernobyl et Fukushima, dans les dommages événementiels à charge du nucléaire.

      Par contre oui: je ne fais pas confiance à l’ANE pour surveiller les centrales françaises: le nucléaire est « taiseux » et il m’étonne que hors de France, des centrales de constructions françaises sont à l’arrêt pour des défauts découverts tardivement,sans doute, mais dangereux ou pas: on n’en parle jamais en France! (les micro-fissures des cuves).

      Étrange, non?

      Donc seul l’inspection européenne peut éventuellement être crédible!(concurrents présents)

      Mais les pro-nucléaires sur Contrepoints, ont l’habitude de négliger le coût et la sécurité du traitement des déchets à très long terme (10 000 ans à 1 million d’années) ainsi que le démantèlement des centrales: est-ce pris en compte dans les prix de l’électricité actuels? On ne sait que trop que l’avenir n’est pas « provisionné » en France, en tout cas jamais à hauteur du coût réel! Et en plus vous dites que des centrales plus du tout fonctionnelles, elles ne sont pas démantelées (trop cher, sans doute!).

      Désolé mais si une centrale française, proche, connait un problème « létal », mon Pays sera rayé de la carte! Donc je ne suis pas indifférent devant les négligences et économies mal placées françaises!

      Et ce n’est pas le couvercle du Creusot pour l’EPR qui rassure!

      • Surtout l’ANnesse du Poitoi 🙂

        Y aurait des défauts, et vous consommez du courant alors qu’il faudrait tout débrancher ❓
        Ou est votre cohérence ❓

        • lorsque vous avez mal au bras vous le coupez ?
          Non, vous vous soignez, c’est pareil pour les centrales…
          où est votre intelligence ?

        • @ MichelC
          Il n’y a pas de centrale nucléaire dans mon pays qui ne produit qu’une partie de son électricité, un peu plus actuellement, avec le renouvelable. Par contre, le pays des « fissures » est la Belgique et une délégation d’experts des pays voisins a été accueillie pour leur montrer les solutions et, manifestement, les convaincre de leur efficacité. Rien de tel avec les centrales françaises!
          Dans mon pays, on peut opter pour un mix électrique plus « vert », un peu plus cher, et cette pratique a du succès!

          Je pense avoir expliqué que le démantèlement des centrales obsolètes et la conservation à très long terme des déchets n’étant pas assez provisionnés, le prix de l’électricité, française est faussement diminué, ce qui retombera sur le contribuable quand la société chargée de ces taches ancillaires tombera en faillite!

          D’ailleurs, le projet d’enfouissement en profondeur prévu dans la Marne (ce qui était géologiquement raisonné) a connu une fin de non recevoir des autorités locales et régionales, que je sache.

          Enfin, l’Allemagne (pas toute seule!) n’acceptera sans doute plus qu’en Europe, la fission nucléaire existe encore, quand la transition allemande sera terminée. Contrairement à ce qu’on peut lire ici, les centrales au charbon ou à la lignite suivent une courbe descendante également qui retardera sans doute l’objectif 2022 mais ne le remet pas en question!

    •  » Sécurité !!!
      L’auteur a oublié Three Miles Island  »

      Three Miles Island n’a pas produit de catastrophe puisque ce réacteur avait une enceinte de confinement pour empêcher que la radio activité s’échappe dans l’environnent ce que n’avait pas Tchernobyl.

       » L’auteur n’est pas français donc il n’est pas au courant que dans les sédiments de la Loire il y a du plutonium alors qu’il n’y a jamais eu de fuite radioactive. Jamais ….  »

      A l’avenir évitez tout ce qui est en granit. Table de travail dans les cuisine ou trottoirs dans le rue. Le granit à un taux de radioactivité mesurable qui ferait pâlir les écolos si un taux identique serait mesuré autours d’une centrale nucléaire.

      • Les écolos sont radins avec le radon 🙂

        • @ MichelC
          Ben oui: tous les progrès technologiques font peur et particulièrement ces « ondes » qu’on ne voit pas, ces OGM (terme excessivement général) qui n’est qu’une variante sophistiquée des croisements de G.Mendel… qui n’empêche personne de manger des huitres triploïdes stériles françaises, véritables anomalies biologiques artificielles! On peut déjà présumer de l’accueil de la thérapie génique qui nous attend à moyen terme, sans compter que ce sera coûteux mais « personnalisé ».

          Pourtant l’histoire montre que tout progrès technologique , même moralement mal accepté, est, pour finir, mis en pratique! Il n’y a que dans le domaine des armes que le « progrès » ne subit pas la prohibition éthique!

  • « les décès liés au changement climatique »
    Comment dire…il y a manifestement confusion avec les décès liés à la pollution de l’air intérieur, notamment due à des méthodes archaïques de système de cuisson. Ce qui n’a rien à voir avec un quelconque « changement climatique » qu’on nous sert à toutes les sauces (en cherchant bien l’élimination du PSG par le Barça serait due au changement climatique).
    L’énergie nucléaire, comme étant plus « sûre », pourquoi pas. Cependant, je vois mal certains pays (je pense à des pays comme le Congo, le Nigéria…) s’équiper de centrales nucléaires, ne serait ce qu’en raison des coûts d’investissement, sans parler de risques politiques. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle ils s’équipent de centrales thermiques « classiques ».
    Il est, selon moi particulièrement scandaleux de voir certaines ONG user de leur poids pour obliger des banques à bannir les financements des centrales à énergie fossile dans des pays en développement: le Crédit Agricole s’y est engagé. Pourquoi leur refuser d’utiliser les ressources que ces pays ont sous leurs pieds? Ces ONG pensent réellement que les EnR suffiront (alors que nous même, nous n’en avons pas les moyens)? Nouvelle manifestation de néo colonalisme.
    Remarquez, ça laisse le champ libre aux chinois.

    • Très bonne conclusion, effectivement, ils s’en régalent. Avec leurs normes. Est-ce mieux…?

    • Tout à fait d’accord. Nous sommes passé par là, alors pourquoi l’interdire à ceux qui ont peu de moyens.

    • @ nevez
      Oui, le nucléaire n’est pas fait pour le Congo RDC actuellement: il y a pourtant de l’uranium, dans ce pays! Le pays n’est pas électriquement « câblable » vu les distances et c’est bien dans ce pays que j’ai vu « mes » premiers capteurs solaires, en pleine brousse avec une batterie de bagnole (1985) pour un chiche éclairage de centres de secours.

  • Cette nouvelle date un peu. J’en avais commenté les fondamentaux le 25 février de cette année …

    https://jacqueshenry.wordpress.com/2017/02/25/les-errements-ideologiques-de-greenpeace/

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
12
Sauvegarder cet article

Nouvelles gesticulations gouvernementales alors que des orages assez violents ont traversé la France il y a quelques jours : pour les ministricules de la République, pas de doute, voilà un nouveau signe du réchauffement climatique forcément anthropique contre lequel il faut lutter au quotidien, de préférence avec des petits gestes inutiles mais religieusement effectués pour apaiser Gaïa.

C'est ainsi qu'Amélie de Montchalin, propulsée ministre des Trucs Verts en Transition après cinq années de succès retentissants au service de la Macro... Poursuivre la lecture

La réponse est simple : par bêtise et par dogmatisme. L’Union européenne, notamment l’Allemagne qui défend son industrie, veut écarter le nucléaire par dogmatisme politique vert antinucléaire en s’ingéniant à effrayer les citoyens.

Ses « élites » utilisent les grands médias pour distiller régulièrement une peur irraisonnée parmi la population, d’autant plus facilement que le sujet est compliqué.

Que l’Allemagne assume ses choix, mais qu’elle veuille les imposer à tous les autres devient insupportable.

De plus, certains pr... Poursuivre la lecture

Cet article montre que la stratégie énergétique 2050 annoncée par le Président de la République nouvellement élu relance insuffisamment le nucléaire (14 EPR, 35 à 40 % du mix électrique), et laisse la France en grande fragilité pour la sécurité et l’indépendance de son approvisionnement électrique en hiver, malgré un appel massif à l’éolien maritime ruineux.

Décarboner de façon compétitive et résiliente l’économie française à l’horizon 2050 nécessite de disposer à cette échéance d’une puissance installée nucléaire de l’ordre de 85 GW (... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles