En vacances, profitez du soleil mais sans en abuser

Il existe une plante qui stimule la production, sans bain de soleil, de la mélanine par la peau, la substance qui protège naturellement contre les rayons UV et conduit au bronzage tant recherché.

Par Jacques Henry.

En cette période estivale les rituels bains de soleil à la plage ou plus prosaïquement dans son jardin font presque partie du folklore des vacances. Cette pratique n’est pas sans dangers surtout pour les personnes qui ont la peau claire et n’arrivent pas à bronzer.

Étymologiquement la peau va prendre la couleur du bronze mais outre l’aspect esthétique recherché il s’agit d’une réaction de celle-ci aux rayons ultra-violets (UV) dont les effets cancérigènes sont prouvés contrairement à ceux de beaucoup d’autres produits considérés comme « probables cancérigènes » sans qu’il n’y ait jamais eu de preuves formelle de cet effet. Mais là n’est pas l’objet de ce court billet.

Protéger la peau des UV

Toutes les crèmes dites solaires supposées protéger la peau des rayons UV ont, sans exception, une efficacité médiocre. Si elles contiennent effectivement des produits arrêtant les UV ces produits sont détruits par ces derniers et il faudrait se tartiner la peau toutes les 5 minutes pour espérer une protection significative.

Il existe pourtant une plante qui stimule la production, sans bain de soleil, de la mélanine par la peau, la substance qui protège naturellement contre les rayons UV et conduit au bronzage tant recherché.

Cette plante, de la famille des coléus, le Plectranthus barbatus, synthétise un composé chimique appelé forskoline du nom précédent de cette plante le Coleus forskohlii ou coléus indien.

Il s’agit d’un diterpène qui n’a pas d’effet de protection sur les UV mais stimule la peau pour produire massivement de la mélanine selon un mécanisme biologique plutôt complexe au sujet duquel je ne m’étendrai pas.

Appliquée en lotion sur la peau, une décoction aqueuse de cette plante provoque un « bronzage » protecteur rapide et il paraît, selon la médecine traditionnelle indienne qu’en tisane ce coléus serait même un hypotenseur.

Source : ScienceAlert, illustrations Wikipedia

Sur le web