L’homme qui a défié l’État Néerlandais

Toine Manders du Parti libertarien des Pays-Bas, a besoin de notre aide.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

L’homme qui a défié l’État Néerlandais

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 21 juillet 2017
- A +

Par Olivier Laurent.

Toine Manders a dédié sa vie à la lutte contre toute forme d’oppression gouvernementale. Il a commencé son combat face au service militaire obligatoire et l’a poursuivi en luttant contre les taxes démentielles que l’État néerlandais fait peser sur la population des territoires qu’il contrôle.

Sa lutte s’est matérialisée via un bureau de conseil. Ce bureau a permis à des milliers de Néerlandais de protéger le fruit de leur labeur en dehors des frontières néerlandaises.

Enfermé sans jugement

L’État néerlandais s’est abattu sur lui en 2014. Il a été enfermé dans une cellule, sans aucun jugement. Cette détention préventive a heureusement pu prendre fin après quelques mois.

Cependant, l’État Néerlandais l’a dépouillé de tous ses biens sans aucune procédure judiciaire. La date du jugement est sans cesse repoussée, ce qui le laisse dans une situation matérielle précaire.

Il y a peu une vidéo est devenue virale sur Internet.

Il a été invité à témoigner devant une commission parlementaire à propos des panama papers ; la loi néerlandaise le met dans l’obligation de dire la vérité, et il ne peut garder le silence, quand bien même sa parole pourrait lui être dommageable lors de son futur procès qui se profile à l’horizon.

Il a été pris à parti par Renske Leijten, députée socialiste, qui a cherché à le culpabiliser en évoquant l’usage que l’État néerlandais aurait pu faire des sommes qu’il a réussi à protéger. Sa réponse a été un grand moment dans l’histoire libertarienne européenne.

Aujourd’hui Toine Manders a besoin de notre aide. On ne se bat pas contre un État sans y laisser des plumes, et il a pratiquement tout perdu. Il ne baisse pas la garde, et continue son combat. Il a besoin de nous.

Montrons à ces États que la solidarité ne nécessite pas leur violence. Aidons Toine Manders à relever la tête et à vivre dignement en participant à cette levée de fonds afin qu’il puisse continuer à défendre un message de liberté que les Européens ont cruellement besoin d’entendre.

Pour aller plus loin cliquez ici

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Que dirait nos bobos, nos merdias et toute la bienpensance si on disait cela en public dans notre « cher » pays qui ose mettre le mot « liberté » au fronton de chacune de ses mairies.

    • Il disent exactement ce qu’a dit la député socialiste dans la vidéo. Nous sommes confrontés tous les jours à ces « arguments ».

    • Ils feraient ce que ce cher monsieur décrit: voler vos biens, vous enfermer dans une cage, vous intimider par juges, gens d’armes, propagande à coups de moraline (soyez de bons petits esclaves!).

  • Lorsque j’entends ce type de discours, j’ai toujours l’impression d’être devant enfant qui fait un caprice.
    Toute société animale ou humaine a des règles tacites de vie en société.
    Cet homme les refuse, c’est son droit après tout.
    En toute cohérence il devrait s’extraire totalement de la dite société ou militer pour que la société révise les règles tacites ou explicites qu’il déplore.
    Bien qu’il tente de s’en défendre , il a bénéficié de manière implicite de tout ce que la société a bâti avant lui et en bénéficie toujours. Il ne souhaiterais pas participer de manière obligatoire (impôt), ce qui se traduit dans les faits par ne pas y participer, tout en en bénéficiant.
    Désolé de vous le dire mais je ne vois ici qu’une personne utilisant une idéologie pour justifier un son égoïsme.
    J’ai malgré tout une sympathie pour cet homme qui joue le rôle de fusible révélateur de ce que les grands groupes font tous les jours, puissance 10, sans que personne ne s’en émeuve, pas plus les députés « socialistes » que les autres.
    Le social va mal mais bien peu ne voient que depuis la bien nommée « optimisation fiscale », se sont les recettes qui baissent et pas les dépenses qui augmentent.
    En proportion évidement que si…Soit dit en passant…

    • On peut voir ca comme ca, mais le probleme c’est que c’est illimité, oui illimité, car la democratie ne permet pas de controler la charge fiscale comme l’a tres bien montré la theorie des choix publiques
      https://www.contrepoints.org/2015/12/20/233290-quelques-theses-de-lecole-du-choix-public

    • Vous confondez société et Etat.
      L’Etat influence la société, et l’individu, mais ce n’est pas lui qui la construit.
      L’individu n’est rien sans la société, mais n’a pas besoin de l’Etat pour vivre.
      Par contre, l’Etat n’est rien sans l’individu et sans la société qui le nourrit, d’où la violence de la réaction contre ceux qui refuse de se soumettre.

      • « Vous confondez société et Etat. »
        Bonne remarque.
        « L’individu … n’a pas besoin de l’Etat pour vivre. »
        Tout dépend ce qu’on entend par état ?
        personnellement je ne fais pas de distinction entre tous les hommes, la société qu’ils constituent, et l’organisation mise en place de plein gré, même tacitement, par les individus pour répondre à certains besoins. Organisation que j’appellerais état.
        Après chacun peu choisir que l’organisation mise en place (état) réponde à ne nombreux besoins ou très peu, voire aucun.
        C’est un choix de vie tacitement solidaire ou tacitement individualiste, libre d’être solidaire ou non.
        Je crois que se sont des motivations intérieures profondes (traits de caractère, culture) qui nous orientent ver un type d’état plutôt qu’un autre.
        Si vous êtes ne bonne santé, jeune, en pleine possession de vos moyens, compétitif, je pense que vous êtes plus enclin à être libéral ?
        En tant que libéral , normalement vous ne refusez pas l’existence de l’état pour ce qui est régalien ?

        • « personnellement je ne fais pas de distinction »

          Alors, il faudrait…
          Si vous ne faites pas la distinction entre les pommes et les poires…

          « l’organisation mise en place de plein gré, même tacitement, par les individus pour répondre à certains besoins. »

          Pour répondre aux besoins des dirigeants, à leur soif de pouvoir…

          « C’est un choix de vie tacitement solidaire ou tacitement individualiste, libre d’être solidaire ou non. »

          Justement, il n’y a pas ce choix. Dans un Etat qui se dit solidaire, un mode de vie individualiste est interdit
          L’inverse est faux.

          • On est à 57% de dépenses, 57% de solidarité, il y a toujours plus de chomage, plus de pauvres.
            Il y a aussi des systèmes qui fonctionnent, des systèmes qui ne tiennent pas leurs belles promesses.

    • 1/ Vous confondez l’Etat et la Société. La Société, c’est la somme des actions des individus. Il jouit de ce qu’ont fait d’autres individus, sa famille (par son éducation, son héritage, ses connaissances), ses proches, des inconnus (par les externalités) Et jouir des richesses produites par d’autres individus ne vous engage pas envers eux, sauf si contrat. Et cela ne vous engage certainement pas envers l’état.

      2/ L’Etat fournit des services, mais on ne peut pas y échapper. Il s’agit de services en monopole. Il ne vous demande pas si vous les voulez. L’esclavage aussi produisait des richesses, dont jouissait la société, et beaucoup l’ont défendu pour cela.

      3/ Les lois ne sont pas forcément bonnes. Elles sont le fruit d’idéologie, de transmission d’habitudes passées qu’on ne remet pas en question, de corruption, d’opportunisme, de machination, de volonté de domination, bien plus que la recherche rationnelle d’une justice objective.

      4/ Défendre son droit fondamental a toujours été perçu par ceux qui veulent les violer d’égoisme. Les goulags, les victimes des régimes totalitaires sont tous accusés d’égoisme

      5/ il n’y a pas de baisses des recettes. Par contre, les dépenses augmentent bel et bien. Et le simple gaspillage explique à lui seul les déficits.

  • Ainsi il n’y a pas qu »en France que la liberté et les droits de l’homme sont bafoués, c’est toute l’Europe occidentale qui est en déclin de démocratie car l’étatisme se rapproche de plus en plus du despotisme!

  • Je viens de faire un don. Je trouve incroyable que l’on puisse enfermer une personne sans procès quand elle ne présente pas de danger si elle reste en liberté. Je ne suis pas libertarien. J’estime en revanche que les impôts et prélèvements divers et variés sont à un niveau beaucoup trop élevé dans beaucoup de pays européens, surtout les prélèvement sociaux. Il faut agir si nous ne voulons pas glisser doucement vers la pente du soviétisme, avec les étapes intermédiaires comme le chavisme. Contrairement à ce qu’on pourrait penser, nous n’en sommes pas si loin en France par exemple !

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Il y a 350 ans, le 20 août 1672, une foule déchaînée enfonçait les portes d'une prison de La Haye et s'emparait des frères Jean et Cornélius de Witt. Ce qui s'est passé ensuite relève de récits contradictoires et confus à l'image de la fureur populaire déchainée. Frappés à coup de crosse, de piques et de décharges de mousquets, défigurés, mutilés, les deux frères étaient achevés dans la rue. Leurs restes étaient trainés et attachés au gibet. « On vendit au plus offrant les lambeaux de leurs vêtements et même les débris de leurs corps ».

<... Poursuivre la lecture

Par Finn Andreen.

Retrouvez les autres parties de l’article ici, ici, ici et ici.

Pour conclure cette lecture libérale de Les Machiavéliens de James Burnham, il faut commencer par dire que la science politique machiavélienne est essentielle pour comprendre la réalité du pouvoir politique dans la société. Elle reconnaît le manque de représentation politique réelle pour la majorité, et fournit des explications complètes de ce phénomène, en puisant dans la sociologie, la psychologie et la théorie politique. De plus, les travaux des... Poursuivre la lecture

La première partie de l’entretien avec Gloria Alvarez, dirigé par Raphael Krivine, est ici.

 

En France, il y a un débat sur le protectionnisme. Dans les années 1990, au siècle dernier, nous étions en faveur du marché libre, de la loi de Ricardo. Mais aujourd'hui, notre industrie ne représente plus que 12 % de l'économie. Sommes-nous allés trop loin, en faisant le choix d'acheter des produits industriels à des pays qui n'utilisent pas les mêmes règles ? Quelle est votre position ?

Permettez-moi de faire une comparais... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles