Politique spectacle et finances publiques

La démocratie française restera une farce tant que le rôle de l’État ne sera pas débattu.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Emmanuel Macron by Mutualité française(CC BY-NC 2.0)

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Politique spectacle et finances publiques

Publié le 14 juillet 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Les « États généraux des comptes de la Nation » se sont déroulés à Bercy, au ministère des Finances.

« États généraux » nous rappelle les grandes heures de l’Histoire de France. « Nation » a quelque chose de plus majestueux que pays. Ces États généraux sont donc censés être un grand événement, prélude à une Révolution.

Ne vous égarez pas, cher lecteur, malgré cette abondance de majuscules majestueuses. Nous resterons dans la politique spectacle. Cette politique spectacle que nous décrit si bien Bill Bonner côté américain avec Poutine Le Méchant, Trump Le Vulgaire…

Les Français font de l’opérette

Là où les Américains font dans le catch, nous, les Français, faisons dans l’opérette.

Dans l’article précédent, je vous parlais chiffres. Pour que l’État français ait un budget équilibré, il faut augmenter les impôts de 28%. Je vous remets ces chiffres sous les yeux, au cas où ils ne vous auraient pas fait pleurer hier.

Prévisions de déficit public pour 2017 :

  • Prévision votée de 72 Mds€
  • Rectification de la Cour des comptes : déficit 9 Mds€ supérieur à ce qui avait été prévu = 81 Mds€

Recettes fiscales nettes prévues pour 2017 : 292,3 Mds€

Ainsi, le nouveau déficit pèsera selon les nouvelles prévisions 27,7% des recettes fiscales nettes prévues.

L’enfer fiscal continue

Augmenter les impôts de 27,7% et confirmer le statut d’enfer fiscal de la France ne résoudrait cependant pas le problème de la dette accumulée. La vraie solution passe par moins d’État. La grande Faucheuse Austérité va-t-elle entrer en scène ou sera-ce encore une fois l’Arlésienne de Bizet dont on parle tant sur scène mais qui ne vient jamais ?

Notre président marcheur-parleur a été élu sur un programme. Dans ce programme, rien de concret et substantiel sur la réduction des dépenses publiques. Aucune réflexion sur le rôle de l’État.

Quasiment aucune critique étayée du programme de Macron n’a été relayée par les médias plutôt concentrés sur les agitations d’encensoir.

Pas de réflexion sur la place de l’État

Aucune réflexion sérieuse sur le rôle et la place de l’État, donc, mais est-il humain de demander cela à des énarques ? Mord-on la main qui nous nourrit ?

Nous aurons donc droit à de l’opérette où chacun ira de sa rengaine.

Réduire le budget de l’armée ? Horreur ! Poutine, Trump, la méchante Corée, l’Iran, l’Irak… Pas du tout le moment.

Dégraisser le Mammouth ? Non, il nous faut des enseignants en nombre pour que les enfants de la Nation soient bien éduqués. Vous ne prétendez pas immoler l’avenir pour de vulgaires questions pécuniaires ?

Réduire les participations de l’État et le capitalisme de copinage ? Vous voulez tuer Colbert et De Gaulle ?

La police ? Êtes-vous prêts – vous et vos proches – à périr dans un attentat terroriste fomenté par des barbares ? Il faut bien des gens pour les ficher S !

La justice ? Mais elle est déjà engorgée, il lui faut – au contraire – plus de moyens.

L’hôpital, l’APHP, la Sécurité sociale, l’Assurance-maladie ? Nos rues seront encombrées de cadavres. Est-ce cela que vous voulez : trébucher sur les corps des malheureux que vous aurez refusé de soigner ?

La recherche ? Vous voulez égoïstement sacrifier l’avenir pour un problème de fin de mois difficile ?

Le logement ? Misérable, nous sommes le pays des Droits de l’Homme et le Droit au logement fait partie de la dignité humaine !

La Culture ? Selon vous, il faudrait que la France soit un pays de barbares regardant de la téléréalité faute de pouvoir avidement arpenter des musées ?

Tout ce que fait l’État est bon

Soyons sérieux… Tout ce que fait l’État est utile et bon car sinon, évidemment, il ne le ferait pas !

Êtes-vous d’accord pour augmenter de 28% les impôts et surtout ceux que les riches paient ? Oui ? Eh bien voilà, tout va bien.

Éteignez les lumières, le spectacle est terminé, j’espère qu’il vous a plu.

La démocratie est une sinistre farce et ressemble de plus en plus à la caricature de Mencken : « deux loups et un agneau votent pour le repas du soir »

Cette farce sinistre aura cependant une fin, rassurez-vous. Un jour « l’argent des autres » ne suffira plus à payer les bons sentiments. Ce jour-là, nous aurons une vraie crise de la dette.

Il n’est pas trop tard pour vous y préparer.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici

 

Voir les commentaires (8)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (8)
  • Qui n’accepterait pas de payer plus pour un meilleur service ?
    Sauf qu’il y a un problème, on paie toujours plus mais le service se dégrade en permanence……cela voudrait il dire que nous n’arrivons plus à payer nos dettes sans quelques sacrifices ?.
    Par conséquent ,l’impôt ne peut qu’augmenter indéfiniment, toutes baisses ne sont que des illusions…il est grand temps de se sauver , ce pays est foutu.

  • La Vème république est devenue, depuis trop longtemps, la république des imposteurs, des mythomanes, des barons énarques véritables professionnels de la tromperie et de l’inconséquence.
    La France est de plus en plus mal perçue au plan international.
    Si vos occupations vous amènent à voyager vous constateriez qu’en franchissant une frontière et, quelque soit votre niveau de maitrise linguistique, la seule présentation d’un passeport marqué par le sigle « République Française » est devenue pour le moins une source de curiosité amusée…

  • Merci pour cet article si juste qui fait froid dans le dos.

  • Je relisais une fois de plus hier les derniers chapitres du chef d »oeuvre de Tocqueville « De la démocratie en Amérique ». Il y a déjà, décrits avec une grande précision, tous nos maux, en particulier la volonté de toute bureaucratie de s’étendre toujours davantage.
    Tocqueville conclut en écrivant que la servitude qu’il qualifie de « douce », mais qui ne l’est plus du tout, est le terme ultime de toute démocratie. Nous y sommes.
    Un nouveau 1789 est indispensable pour dézinguer ce mamouth collectiviste qui va finir, si l’on n’y met bon ordre à tuer ce beau pays.

    • Quand une majorité profite de l’exploitation et de la spoliation d’une minorité, il ne peut y avoir de révolution. La seule solution est l’effondrement du système sous son propre poids càd quand le système de redistribution ne trouve plus de quoi l’alimenter. Et cela peut être long même si les taux d’emprunt repartent à la hausse. L’ingéniosité du système à trouver toutes les solutions pour se prolonger est infinie. D’autant plus quand la majeure partie d’une population y a intérêt.

      • Bravo cyde vous avez résumé la sociale-démoCRASSie enarchique Française : un écran plat et un i phone pour tous pour pouvoir être réélue à l’infini et quelques réformettes pour « sauver le sytème ». Les vrais libéraux devraient faire voter Mélenchon, pour casser le sytème plus rapidement…quand les files d’attentes aux supermarchés et aux distributeur de billets arriveront, on va bien rigoler… les Français vont enfin comprendre ce qu’est le socialo-marxisme et réclameront un coup d’état libérale à la Pinochet !

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

L'endettement des administrations publiques doit aujourd’hui atteindre les 3000 milliards d’euros, soit 44 280 euros par Français. Le déficit du budget de l’État s'est élevé à 156 milliards d’euro en 2022. Plus de la moitié de la production de valeur, soit 59,2% du PIB, est consacré aux dépenses publiques, auquel il faudrait ajouter les chiffres des diverses entreprises (EDF, Engie, ADP, Airbus, Renault…) dont l’État est actionnaire à hauteur estimée de 125 milliards d’euros, valeur purement théorique vu que ces entreprises cumulent un endett... Poursuivre la lecture

La réforme des retraites soulève les passions et plus généralement, la situation actuelle amène des débats sur la meilleure façon de relever les défis d’aujourd’hui et de demain.

Toutefois, plutôt que de rester dans la théorie, il est possible de s'intéresser à ce qui se pratique ailleurs et plus précisément chez nos voisins. La nouvelle étude de Contribuables Associés donne des pistes à travers quatre exemple étrangers.

 

Réformes des dépenses publiques en Allemagne, Pays-Bas et Suède

L’étude se concentre sur les dé... Poursuivre la lecture

Face à la menace internationale, il est urgent de réinvestir dans nos armées afin de protéger la France et l’Europe et défendre nos valeurs de liberté que les générations précédentes ont acquis au prix de leurs vies. Aussi le président Macron a-t-il dévoilé vendredi les grandes orientations de la future Loi de programmation militaire 2024-2030, augmentant les budgets d’un tiers. Mais augmenter les budgets est une chose, dépenser l’argent public avec efficacité en est une autre…

Si, selon Clémenceau, la guerre est une affaire trop série... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles