Sondage : le calme avant la tempête au sommet de l’État ?

La structure des popularités des partis et du couple exécutif semble indiquer que les Français sont dans l’expectative face au nouveau paysage politique.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Sondage : le calme avant la tempête au sommet de l’État ?

Publié le 22 juin 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA pour Orange et La Tribune de juin 20171 observe la popularité et l’influence du personnel politique au lendemain des élections législatives.

Popularité : l’exécutif ni aimé, ni détesté

Emmanuel Macron rassemble 59% de bonnes opinions et 39% de mauvaises alors que son Premier ministre, Édouard Philippe, rassemble 57% de bonnes opinions et 38% de mauvaises. Les Français sont plus nombreux à ne pas se prononcer (5%) sur ce dernier que sur le Président (2%).

Popularité d'Emmanuel Macron et d'Edouard Philippe - juin 2017.
Popularité d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe – juin 2017.

Dans le détail, on remarque que pour les deux membres du couple exécutif, la structure de la popularité est particulière. En effet, les très bonnes et les très mauvaises opinions sont rares, alors que les opinions plus nuancées sont largement majoritaires. Cela peut paraître logique pour un exécutif qui se veut centriste et qui a formé un gouvernement faisant peu de cas des clivages traditionnels. En somme, avant même d’avoir attaqué la mise en oeuvre du programme présidentiel, le couple exécutif n’est ni vraiment aimé, ni vraiment détesté. Les Français semblent être dans l’expectative devant cette situation plutôt originale.

Concernant le Président, les très bonnes opinions se cantonnent aux sympathisants de LREM (45%, donc non majoritaire) et au Parti Socialiste (17%). Les très mauvaises émanent de la gauche hors Parti Socialiste (27%) et du Front National (31%). La popularité du Président est motivée par sa politique, par son caractère dynamique ou encore par sa jeunesse. À l’opposé, ses détracteurs mettent aussi en avant sa politique et notamment ses idées sur le travail, son programme, sa proximité idéologique avec la droite mais aussi avec la gauche ou encore ses propositions pour les retraités.

La structure est à peu près identique pour le Premier ministre, à ceci près qu’il lui est fortement reproché d’être de droite.

Popularité des partis

Parmi les partis politiques, c’est LREM qui est le plus populaire, suivi de l’UDI, de la France Insoumise et du MoDem. Le Parti Socialiste et le Parti Communiste se classent derniers, derrière Debout la France et le Front National. Dans le ventre mou, on retrouve EELV et LR.

Popularité des partis politiques - juin 2017.
Popularité des partis politiques – juin 2017.

Il existe généralement une certaine défiance des Français à l’égard des partis. Ils rassemblent tous plus de 40% de mauvaises opinions, jusqu’à 80% pour le Parti Socialiste, et tous plus de 20% de très mauvaises opinions, jusqu’à 57% pour le Front National. On remarque toutefois que la plupart du temps, les opinions peu tranchées restent majoritaires.

Les Français dans l’attente

Face à un paysage politique en mouvement et maintenant que le danger de l’accession au pouvoir des extrêmes est écarté, les Français attendent. Ils attendent d’en savoir plus de cette nouvelle équipe exécutive. Ils attendent des clarifications sur les orientations de la politique gouvernementale. Plus que tout, ils attendent des résultats pour pouvoir juger. À l’heure actuelle, il y a peu de jugements très tranchés sur les personnalités et leurs partis, comme si le peuple avait, dans l’ensemble, trouvé la sagesse d’évaluer une politique à ses résultats.

Il est difficile de penser que cet état de l’opinion, assez original et qui remplace le traditionnel état de grâce, durera très longtemps. Les clivages forts réapparaîtront probablement rapidement, dès les premières réformes votées, et c’est à ce moment qu’on pourra réellement mesurer la popularité de l’exécutif.

  1. Enquête réalisée auprès d’un échantillon de Français recrutés par téléphone puis interrogés par Internet du 19 au 20 juin 2017. Échantillon de 1187 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus dont 84 sympathisants du Parti socialiste et 237 sympathisants d’autres partis de la gauche, 231 sympathisants de la droite (dont 168 sympathisants Les Républicains), 257 sympathisants La République en Marche et 192 sympathisants du Front national. La représentativité de l’échantillon est assurée par la méthode des quotas appliqués aux variables suivantes : sexe, âge, profession du chef de famille et profession de l’interviewé après stratification par région et catégorie d’agglomération.
Voir le commentaire (1)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (1)
  • Quand on lit:

    « Il existe généralement une certaine défiance des Français à l’égard des partis. »
    et
    « À l’heure actuelle, il y a peu de jugements très tranchés sur les personnalités et leurs partis, comme si le peuple avait, dans l’ensemble, trouvé la sagesse d’évaluer une politique à ses résultats. »

    Il faut en conclure que les sondés sont moins des « veaux » comme ce fut dit plus d’une fois par « qui vous savez ». Ils se sont arrangés pour « dégager » et pour que le président et ses ministres puissent gouverner, à condition, évidemment, qu’il fasse ses preuves!

    Le moment de grâce des « 100 jours » permet d’engager les principaux chantiers et 5 ans dans le temps politique, c’est court quand il y a tant de choses à « réformer »!

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Emmanuel Macron se complaît à brocarder les programmes économiques du Front populaire et du RN pour mieux les disqualifier : « on est chez les fous ». Le président a même déclaré récemment : « ce sont des programmes qui n'ont soit pas d'honnêteté politique, soit qui font porter un très grand danger, pas seulement à l'économie française et à ses taux d'intérêt, mais je crois à nos compatriotes, contribuables, épargnants ».

Une idée largement répandue voudrait qu’Emmanuel Macron serait meilleur pour attirer les investisseurs. Certes, la ... Poursuivre la lecture

« Tout joueur hasarde avec certitude pour gagner avec incertitude […] Mais l’incertitude de gagner est proportionnée à la certitude de ce qu’on hasarde. » Pascal, Pensées. En 2017, le président Macron a conquis le pouvoir à la suite d’un pari osé. Dimanche 9 juin 2024, il annonce dissoudre l’Assemblée nationale, alors qu’il n’y était pas obligé. C’est donc bien un pari, mais un pari qui met en cause la nation tout entière. Quand on parie, on ignore si on va gagner, on connaît (ou du moins, on évalue) les coûts associés au gain. Plus le gain e... Poursuivre la lecture

Renforcement de la polarisation de la vie politique, faux choix entre socialisme de droite et de gauche, difficultés et enjeux d'un combat culturel plutôt que politique, les élections législatives qui se profilent au mois de juillet laissent peu d'espérance quant à l'avenir politique de la France qui semble condamnée au naufrage.

Polarisation de la vie politique française

Les élections européennes ont révélé une véritable fracture politique en France : le Rassemblement national (RN), le parti de la droite nationaliste et socialiste, es... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles