Édouard Philippe : modéré économiquement et progressiste culturellement

Édouard Philippe est un des hommes les plus aptes à fédérer une majorité composite tout en étant capable de gérer une ouverture grand angle des candidatures de La République En marche.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Edouard Philippe par Jonathan Blanc (CC BY-SA 3.0)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Édouard Philippe : modéré économiquement et progressiste culturellement

Publié le 16 mai 2017
- A +

Par Patrick Aulnas.

La nomination d’Édouard Philippe au poste de Premier ministre n’est pas vraiment une surprise puisque son nom circulait avec insistance depuis quelques jours. Énarque à l’esprit ouvert, il reflète assez bien la sensibilité politique macronienne tout en présentant l’avantage d’être issu de LR (Les Républicains).

Conquérir la droite modérée

Car tactiquement, l’essentiel est là. Édouard Philippe a pour mission de ramener dans le giron de l’équipe Macron autant de députés LR que possible. La double appartenance politique (La République En Marche + l’inscription à un autre parti) est acceptée par le mouvement du Président.

Mais il faudra se présenter aux législatives sous l’étiquette La République En Marche et l’avoir au préalable déclaré en préfecture. Les raisons financières ne sont pas étrangères à cette contrainte puisque le financement par l’État des partis politiques dépend du nombre de voix obtenu aux élections législatives.

François Baroin a clairement indiqué que tout candidat non étiqueté LR serait exclu du parti. Combien de leaders LR prendront-ils le risque ? La réponse apparaîtra très rapidement dans les prochains jours mais ce seront principalement des juppéistes, largement compatibles avec le programme de Macron.

Délicat équilibre droite-gauche

Comme chef du gouvernement, Édouard Philippe conduira la campagne législative pour la majorité présidentielle. Il représente donc l’élément-clé du dispositif du Président de la République. La majorité penchait un peu trop à gauche jusqu’à présent avec le ralliement de plusieurs dizaines de socialistes. Elle devra être de gauche et de droite et non pas ni de gauche ni de droite.

Un brillant énarque au parcours diversifié

Comme le montre son parcours, Édouard Philippe possède la boite à outils idéale dans un tel contexte politique. En 1990 (il a vingt ans), il militait au Parti socialiste, dans l’orbite de Michel Rocard.

Il appartenait donc à la deuxième gauche, une gauche moins étatiste et plus ouverte aux évolutions idéologiques. Il entre ensuite à l’ENA et sort avec un classement prestigieux (dans les quinze premières places donnant accès aux plus grands corps).

À partir de 1995, il travaille avec Antoine Rufenacht, maire du Havre qui avait été membre du gouvernement de Raymond Barre à la fin des années 70. En 2002, il participe à la création de l’UMP comme collaborateur d’Alain Juppé.

Lorsqu’Alain Juppé est battu aux législatives en 2007, il quitte le milieu politique pour occuper un poste de direction chez AREVA. Mais en 2010, Édouard Philippe devient maire du Havre après la démission d’Antoine Rufenacht. Retour à la politique qu’il n’a pas quittée depuis.

Pour les primaires LR de 2016, il devient porte-parole d’Alain Juppé, puis est intégré à l’équipe Fillon après la victoire de celui-ci. Le 2 mars 2017, après la mise en examen de Fillon, il abandonne le candidat LR car, dit-il, « on est revenu sur des engagements qui avaient été pris. »

La sensibilité libérale modérée

Édouard Philippe n’est pas le plus jeune Premier ministre de la Ve République. Michel Debré fut également Premier ministre à 47 ans de 1959 à 1962, Jacques Chirac avait 42 ans lorsqu’il occupa le poste en 1974 et Laurent Fabius 38 ans en 1984.

Ce Premier ministre de 47 ans le restera-t-il après les élections législatives ? Personne ne peut répondre avec certitude à cette question car tout dépend de la majorité parlementaire qui se dégagera.

Mais Édouard Philippe est un des hommes les plus aptes à fédérer une majorité composite tout en étant capable de gérer une ouverture grand angle des candidatures de La République En marche.

Le profil n’est pas courant et il a fallu trouver la perle rare. Dans le contexte politique français, il représente, comme Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre ou Emmanuel Macron, la sensibilité libérale de gouvernement : modérée économiquement et progressiste culturellement.

 

Voir les commentaires (10)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (10)
  • Encore un énarque ! Quel changement !

  • He bien, on bien parti avec ça !
    J’espère sincèrement qu’il n’est pas « économiquement modéré et culturellement progressiste », ce qui est par ailleurs une bonne description de François Hollande…
    Si au contraire Edouard Philippe pouvait être ferme économiquement (à savoir réformer en profondeur notre économie en incitant la recherche, en re-instaurant le goût du travail et l’envie d’entreprendre, …) et libéral sur le plan culturel (abandonner les réflexes de l’état providence, briser la pensée unique, reconnecter avec la réalité et libérer la qualité d’agent libre de chaque citoyen, ce qui devrait prévaloir sur toute initiative d’uniformisation sociale..iste), alors effectivement nous pourrions espérer une amélioration du fonctionnement de notre pays. Je ne préjuge ici de rien car je ne connais pas ce monsieur, mais j’espère qu’il n’est pas tel que décrit dans cet article.

  • Exclure le premier ministre qui deviendrait un homme sans parti ? Cela ferait apparaître ce qu’il est réellement : un énarque dans un réseau d’énarques avant tout. Pas sur que les énarques de LR aient envie que çà ce voit de trop. EM, en fait, c’est Énarchie Maintenant !

  • Un libéral modéré ? Avec Juppé qui est un bon gros étatiste des familles ! Un parcours diversifié ? c’a c’est sur que de passer de l’ena à Areva faut avoir de l’esprit d’entreprise ! De toute façon Macron ce sera le Canada dry du libéralisme : des mesurettes libérales à l’intérieur et du bon gros étatisme de connivence au niveau européen

  • « sensibilité libérale de gouvernement : modérée économiquement et progressiste culturellement. »

    Il me semble qu’un libéral étant adepte de la liberté n’est pas un modéré. Et qu’étant plus intéressé par les harmonies et l’ordre spontané il ne peut vraiment pas être « progressiste ». Et encore moins progressiste culturellement puisqu’adepte d’un état restreint il ne veut pas que celui ci se mêle de ce qui ne le regarde vraiment pas, la culture, les moeurs et le « social » par exemple !

  • Le libéral n’est pas quelqu’un qui serait de droite économiquement (parce que ça marche mieux) et de gauche socialement (parce que ça fait mieux). Ça c’est un centriste​ arriviste.
    Non, un libéral, même de gouvernement, c’est quelqu’un qui pense que la liberté de tous est plus importante que les gains que l’on peut extraire de certains par la coercion, l’impôt ou les règlements en tout genre.
    Pas vraiment le profil d’un Macron ou d’un Philippe, hélas.

  • « Valéry Giscard d’Estaing, Raymond Barre ou Emmanuel Macron » bof ce ne sont pas des libéraux juste des centristes. Edouard Philippe est économiquement centriste ce n’est pas du libéralisme. Edouard Philippe comme tout bon juppéiste est partisan de l’immobilisme et veut juste faire quelques réformettes.
    Edouard Philippe est bien plus centriste que de droite.
    Cette nomination si elle n’est pas étonnante est décevante pour les libéraux. Sylvie Goulard aurait fait une bien meilleure PM pour les libéraux. Si je veux bien laisser le bénéfice du doute à Macron, cette nomination ne laisse présupposé rien de bon pour l’avenir.

  • Les gens comme Edouard Philippe ne veulent pas réformer le modèle économique francais qui est profondément socialiste. Donc difficile de le considérer comme économiquement libéral. Les libéraux sur le plan économique veulent réformer en profondeur la France, l’un des pays les plus socialistes d’Europe.
    Entre Edouard Philippe et un social démocrate, il n’y a aucune différence sur le plan économique

  • je lui souhaite bonne chance au premier ministre… excellent article.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Malgré des divergences de ton (agressif à l’égard de Biden lorsqu’il s’exprime devant les seuls représentants de la communauté française aux États-Unis, moins pugnace lors d'évènements officiels avec le président de la première puissance mondiale), Macron a peu ou prou déroulé un discours protectionniste lors de sa visite aux USA : après les années de porte-parole d’un libre échangisme sans limites, le président a redécouvert lors de la crise du covid les vertus de la réindustrialisation, à l’instar de tous nos partenaires commerciaux.

Poursuivre la lecture

La montée en puissance des nationalismes américain et chinois est en train de prendre en étau l’Union européenne et de broyer sur son passage les principes du libre-échange.

Emmanuel Macron, en déplacement aux États-Unis, a critiqué les mesures « super agressives » de Joe Biden en matière de politique industrielle. Dans le collimateur du président français, l’Inflation Reduction Act, qui prévoit de subventionner les entreprises américaines à hauteur de 51 milliards de dollars au détriment de leurs concurrentes, en particulier européenn... Poursuivre la lecture

Depuis sa réélection en avril dernier, le président Macron porte une attention privilégiée quasi exclusive à la politique internationale au détriment des affaires nationales.

 

Un constat alarmant d’effacement volontaire de la France et de soumission à de nouveaux maitres

Des formidables atouts et acquis de la France, qu’il dénigre volontiers comme étant  «des oripeaux du passé », Emmanuel Macron n’a de cesse d’en accélérer l’abandon par reniement et le transfert de souveraineté, de rayonnement et d’autorité, vers d’autres ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles