Le macronisme avant Macron

Le macronisme prouve que rien ne change du jour au lendemain, mais qu’au fil des ans tout est en train de changer. La dernière décennie a décalé la droite et la gauche vers les extrêmes, provoquant un vide politique que Macron essaye de remplir.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Le macronisme avant Macron

Publié le 17 juin 2017
- A +

Par Georges El Haddad.
Un article de The Conversation

Depuis une décennie, la droite et la gauche ont fait mouvement vers leurs extrêmes. Nicolas Sarkozy a évoqué un débat identitaire tandis que François Hollande a déclaré la guerre à la finance…

Mais, une fois au pouvoir, tous deux adoptent une politique assez similaire, à quelques mesures emblématiques près. Aux yeux des citoyens, la scène politique ressemble dès lors à « un théâtre d’ombres » (Dominique Schnapper, 2017).

Situé en retrait de la droite, de la gauche et des extrêmes, Emmanuel Macron a bien compris l’état de la scène politique, et décidé de se repositionner au centre. Il réussit ainsi à conquérir l’Élysée en mai 2017 grâce à sa « nouveauté » et à la compatibilité de son repositionnement et de la scène politique.

Devenu Président, Macron tente d’établir un centre parlementaire sous la Ve République en incluant une partie de la droite et de la gauche, et tout en excluant leurs extrêmes, via les législatives en juin 2017. Cette expérience centriste est plutôt inhabituelle pour les citoyens sous la Ve République. En revanche, elle est bien connue en politique depuis Cicéron jusqu’aux radicaux de la IIIe République française, en passant par Machiavel et Bonaparte.

Le macronisme à la Cicéron, la fragilité du pouvoir

Le Président Macron, voulant rétablir un enseignement solide du latin au collège, incarne la concordia ordinum de Cicéron. Dans une République romaine (509-27 av. J.-C.) marquée par un conflit permanent entre conservateurs et progressistes, Cicéron, un jeune politicien centriste, entre en scène en 63 av. J.-C. Il offre aux Romains une concordia entre les centres, c’est-à-dire entre les conciliants aristocrates, les chevaliers progressistes et la part élargie des Romains (Ratti, 2017).

À 40 ans, il réussit à devenir Consul grâce à sa personnalité, sa maîtrise de la scène politique et sa « nouveauté ». En réalité, Cicéron n’est ni un ancien candidat ni issu d’une famille politique. Mais, le succès de Cicéron ne lui permet pas de conserver le pouvoir. Ses alliances hésitantes le ramènent à une opposition qui lui coûtera in fine sa vie.

Le macronisme à la Machiavel, la conservation du pouvoir

La quête macronienne d’une majorité absolue à l’Assemblée vise à éviter un échec à la Cicéron : l’objectif est d’éviter toute cohabitation entre un Président et un premier ministre politiquement antagonistes après les législatives. En dynamitant la gauche et la droite, La République en Marche (LREM) adopte une méthode machiavélienne pour régner, au moins, tout au long d’un mandat.

Portrait de Nicolas Machiavel par Santi di Tito.
DR

Nommé ministre de l’Économie en 2014, Macron expliquait au New York Times que ses études sur Machiavel lui avaient permis de survivre dans le microcosme politique parisien. Divers points à ce sujet méritent d’être rappelés, qui ne sont pas sans lien avec les changements introduits dans la scène politique française par le nouveau Président. Premièrement, Machiavel, qui n’a pas d’expérience politique, obtient à 29 ans un poste stratégique au sein de l’organe souverain du régime de Florence, le Grand Conseil (Boucheron, Un été avec Machiavel, 2017). Une situation qui n’est pas sans rappeler celle de Macron qui, durant sa carrière professionnelle et même sa vie personnelle, semble toujours en avance sur son âge.

Deuxièmement, durant son exil suite au coup d’État rétablissant le pouvoir des Médicis à Florence, Machiavel rédige De pricipatibus, communément appelé Le Prince (1532), dans lequel il analyse la pratique du pouvoir et les vertus nécessaires pour l’exercer.

C’est là un des enjeux des législatives de ce dimanche pour le Président. Il a lancé son parti centriste en réaction à la déception suscitée par les partis traditionnels ; comme Machiavel qui a inventé son Prince de papier faute de princes à admirer (Boucheron, Un été avec Machiavel, 2017).

Troisièmement, l’ambiguïté – incarnée par le Prince de Machiavel – entoure le positionnement précisément centriste de LREM, attaquée depuis ses débuts sur sa droite, sur sa gauche et depuis les extrêmes.

Le macronisme de Bonaparte et du Parti radical

Dans son livre Révolution (2016), Emmanuel Macron ne voit pas la Révolution française de 1789 comme une transition vers la lumière absolue succédant à l’ombre. La Révolution est un événement sociopolitique et historique ; elle n’est ni un problème, ni une solution.

Macron s’interroge sur les conséquences de la Révolution sur l’exercice du pouvoir. On peut dire que la Révolution fusionne une base régicide-tyrannicide et une conception de la souveraineté populaire qui existe soit dans les institutions, soit dans les mouvements sociopolitiques.

La Révolution induit deux effets : l’installation d’un doute permanent d’illégitimité du pouvoir et l’apparition des notions de droite et de gauche – autrement dit « la dislocation de la nation politique au moment même où l’on affirmait que son principe réside dans sa souveraineté » (Sureau, 2017). Depuis la Révolution française, la politique intérieure, et parfois extérieure, essaye de résoudre cette équation et plusieurs mouvements ont ainsi tenté de constituer un groupe médian en excluant les extrêmes.

Ainsi, le Concordat napoléonien (signé avec le Pape Pie VII) apparaît comme une forme de centrisme permettant de rétablir la paix religieuse dans une France ravagée par la guerre civile après la Révolution de 1789.

De leur côté, les radicaux de la IIIe République incarnent aussi une forme de centrisme. Ils ont réussi à « couper l’omelette aux deux bouts » en excluant les extrêmes de la gauche et de la droite. Ce faisant, ils sont les artisans d’un progrès remarquable sur le plan de l’éducation, des associations, de la séparation des Églises et de l’État…

Allégorie du Concordat de 1801.
Pierre Joseph Célestin François)/Wikimedia

Cette Troisième République associe la droite et la gauche, – Ferry, Jaurès, Briand et, à un certain degré, l’abbé Gayraud –, mais elle exclut leurs deux extrêmes (comme de Baudry d’Asson et Maurice Allard). Ainsi, Jean Jaurès, se référant à Rabelais, explique pourquoi la France s’est « réservée » dans la Réforme protestante, mais a procédé à la séparation de l’Église (Catholique) et de l’État sans provoquer de schisme théologique avec Rome (Briand, La séparation : discussion de la loi 1904-1905, 1908).

Enfin, le macronisme prouve que rien ne change du jour au lendemain, mais qu’au fil des ans tout est en train de changer. La dernière décennie a décalé la droite et la gauche vers les extrêmes, provoquant un vide politique que Macron essaye de remplir.

L’histoire de la France incarne une recherche permanente de compromis centristes. La politique française évolue sans cesse dans un processus de conflit : entre royalistes et républicains, la France établit l’Empire concordataire ; entre Versaillais et communards, elle installe la IIIe République ; entre le catholicisme d’État et la religion civile, elle choisit la laïcité… Entre une VIe République et une forme de populisme, la France préfère, en 2017, un néo-centrisme sous la Ve République.

The ConversationCes élections législatives peuvent conduire le centrisme à la Macron soit vers un échec de type cicéronien (des arrangements difficiles et instables entre les partis, comme sous la IVe République), soit un succès à la mode « radicale » (comme la IIIe République), ou encore un équilibre à la Giscard d’Estaing (un équilibre des forces politiques entre giscardiens, mitterrandiens et chiraquiens permettant quelques réformes). Ou une nouvelle expérience véritablement inédite, et purement macronienne.

Georges El Haddad, Doctorant en Sciences Economiques (économie, politique et religion) et chargé d’enseignement à la Faculté de Droit, Sciences Economique et Gestion de Nancy et à l’Institut Supérieur d’Administration et de Management (ISAM-IAE), Université de Lorraine

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Voir les commentaires (7)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (7)
  • Le macronisme c’est le culte de l’homme providentiel.
    En quelque sorte, la réminiscence du culte de « l’être suprême » qui a émaillé le passé « révolutionnaire » de la France.

  • La domination centriste ne peut être que provisoire. Cela commence en coupant les deux bouts de l’omelette, soit 15% de chaque coté laissant un gros magma de 70%. Mais le groupe de 70% restant n’est pas homogène, il contient forcément des sous-groupes ayant des idées légèrement différentes et ayant envie de prendre plus de pouvoir que ceux qui sont dominants dans le grand groupe. Si ce sous groupe est trop petit, il va forcément modifier son discours pour être plus attractif : il va abandonner les idées qu’il sent trop rejetées par les électeurs et il va au contraire accentuer celles qui font mouche. Le résultat est que parti de bas, ce sous groupe va grignoter jusqu’à approcher des 50% du groupe. On retourne donc en position de bipartisme. Le bon coté de la chose est que l’évolution du sous-groupe se sera faite en se mettant plus en adéquation avec la population que ne l’était le sous-groupe dominant initial. L’étape centriste n’aura donc été que le préliminaire à un recomposition en deux groupes à peu près égaux.
    Si l’on essaie d’applique cela au cas Macron, il va forcément apparaitre un pole interne de sensibilité de gauche et un autre de droite. Ils vont ajuster leur discours progressivement pour aboutir à capter chacun 50% de l’électorat. La ligne de séparation correspondra à peu près au centre de gravité de l’électorat soit relativement à droite.

    • Si l’histoire se répète un bon mathématicien doit pouvoir mettre cela en équation et nous prédire la date exacte de l’explosion de la future majorité et le retour du bipartisme à la française , gauche , droite , surement un peu moins sociale et un peu plus liberale..ou l’inverse mais certainement plus autoritaire.

      • @ reactitude
        Vous pensez que la France reviendra à son régime binaire avec son système « gauche droite », de plus en plus loin d’une réalité autrement plus plus complexe qu’en en « droite » et « gauche »: il peut y avoir compréhension et, pourquoi pas, concessions et compromis bien plus applicables durablement à ce que vit la société au lieu de ces lois votées par une majorité (de droite ou de gauche) « détricotées » par la majorité suivante (de gauche ou de droite), votre pauvre et seul prétexte « démocratique »: l’alternance entre « noir » et « blanc »!

  • Quand 2 sociétés concurrentes arrivent à une impasse elles créent un 3 ême larron pour rebattre les cartes…Macron.

    • L’apparition de Macron est surtout due à une erreur stratégique avec les primaires de gauche et de droite. Lorsqu’il n’y a pas de primaire, chaque camp choisit un candidat pouvant gagner, c’est à dire le plus gauche compatible du camp de droite et le plus droite compatible du camp de gauche. Il n’y a donc quasiment pas d’espace entre les candidats choisis à gauche et à droite. En revanche avec les primaires, chaque camp choisit un candidat plus proche de son propre centre de gravité. Il y a donc un espace important entre le candidat de la gauche et le candidat de la droite. Celui qui s’engouffre dans cet espace est quasi sur de gagner l’élection. La bonne façon de sélectionner un candidat dans un parti est de penser à la fois à satisfaire au mieux ses militants sans s’éloigner trop des souhaits de l’ensemble de la population. Le parti qui doit normalement gagner c’est celui qui contient le centre de gravité de la population.

  • « La bonne façon de sélectionner un candidat dans un parti est de penser à la fois à satisfaire au mieux ses militants sans s’éloigner trop des souhaits de l’ensemble de la population. » C’est bien pour ça qu’il est impossible d’arriver au pouvoir, à court terme et dans un cadre démocratique, pour un candidat libéral assumé dans un pays gavé par 70 ans de propagande « Gaullo-Marxiste ». Regardez Fillon… et pourtant il s’était déjà renié au lendemain de la Primaire.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
boomers non-travail orpea actionnaire
6
Sauvegarder cet article

Mais puisqu'on vous dit que Macron, c'est Le Grand Réformateur ! Puisqu'on vous dit qu'il n'a pas arrêté de réformer, d'affûter avec habileté la France pour la prochaine décennie ! Les petits dérapages budgétaires n'y changeront rien : les réformes sont sur des rails, elles passeront. Quoi qu'il en coûte.

C'est sans doute dans cet esprit que l'actuel gouvernement planche à nouveau sur la réforme des retraites qui avait été subrepticement mise en pause suite à la déclaration de guerre (non, pas contre Poutine, contre le virus il... Poursuivre la lecture

libéralisme
0
Sauvegarder cet article

Par Alain Laurent.

Tandis qu’un récent sondage (Harris Interactive) nous apprend que 54 % des Français souhaitent l’élection d’un « président libéral », un autre (vague IFOP 2021) révèle que pour 60 % des 18/30 ans le mot libéralisme est positivement connoté et le deuxième dans leurs préférences lexicales. Voici qui surprend heureusement, alors que de toutes parts est annoncé que « le libéralisme est une idée du passé qui va probablement connaître une longue éclipse » (François Lenglet) ou qu’il est victime d’un « krach idéologique » (... Poursuivre la lecture

On prend les mêmes et on recommence : Emmanuel Macron mobilise les mêmes méthodes, les mêmes hommes et les mêmes trucs de comm’ pour sa rentrée politique. Fragilisé par les législatives, incapable d’établir le consensus sur les initiatives de l’exécutif, le bien mal élu président de la République multiplie les effets de comm’, qu’il sort de son chapeau comme un vieux magicien sort ses cartes de son chapeau élimé.

Le principe de la consultation, chez Macron, c’est de réunir des gens devant qui il monologue avant de ... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles