En marche vers une CSG bien lourde et bien compliquée

La CSG est un impôt simple qu’Emmanuel Macron s’apprête à compliquer.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

En marche vers une CSG bien lourde et bien compliquée

Les points de vue exprimés dans les articles d’opinion sont strictement ceux de l'auteur et ne reflètent pas forcément ceux de la rédaction.
Publié le 11 juin 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Ni gauche, ni droite, En marche fiscale souhaite augmenter la CSG de 1,7 point. Pour se démarquer d’En marche, François Baroin, désormais représentant des Républicains, critique cette mesure.

Les contribuables atterrés constatent que l’attelage « charrue devant les bœufs » est le système préféré des politiciens français qui – faute d’idées – tentent ainsi de galvaniser un électorat passablement décapé par l’impôt.

Je dis « charrue devant les bœufs » car autant nous aimons discuter de façon tatillonne des impôts, autant nous n’aimons pas discuter de ce qu’ils financent, à savoir les dépenses publiques.

Toujours plus d’impôts, avant de discuter de la diminution des dépenses

Dans un pays où 57% de l’activité est sous l’emprise de l’État, il semblerait plus judicieux de discuter de la diminution des dépenses plutôt que de savoir comment organiser les recettes (qui de toute façon sont insuffisantes et c’est pour cela qu’il y a en plus un déficit).

Pour une fois, dans cette chronique, moi aussi, je vais pratiquer l’attelage inversé et ne pas vous parler de capitalisme de copinage, de subventions-taxations-perversions, des gâchis d’argent public, d’investissements… mais d’impôt.

En préambule : je suis incroyante. Je ne souscris pas au miracle de Saint Fisc.

Je vous rappelle le principe du miracle de Saint Fisc mis en évidence par les auteurs de la Théorie de la révolte fiscale, Serge Schweitzer et Loïc Floury :

L’argent privé corrompt, l’argent public soulage. C’est pourtant rigoureusement le même, mais qui s’est transformé en se bonifiant par le miracle de Saint Fisc.

L’argent public est propre car il est collecté par des fonctionnaires au-dessus de tout soupçon et réparti pour le « bien public » par des politiciens qui ne veulent que le bonheur de leurs électeurs, c’est-à-dire le peuple.

Si comme moi, vous êtes mécréant, vous pouvez choisir. Soit vous estimez que l’impôt n’est qu’une forme de vol légal et vous vous y opposez. Vous acceptez la prison. Ou bien vous achetez une île déserte ; vous commettez des actes terroristes sur le continent pour réclamer votre indépendance ; une fois cette indépendance obtenue, vous vivez selon vos principes en repoussant fermement un éventuel abordage des croyants de Saint Fisc sur vos côtes.

Soit vous estimez que l’impôt n’est qu’une forme de vol légal, mais que ce vol est – comme la mort – inéluctable car vous souhaitez conserver des rapports dits sociaux avec les autres bipèdes.

La CSG, ce merveilleux impôt qui rapporte

Dans ce cas, la CSG qui s’appelle « Contribution Sociale Généralisée » est un merveilleux impôt qui mérite bien son adjectif. Cet impôt rapporte 20 Mds€ de plus que l’impôt sur le revenu, lequel n’est payé que par 45% des contribuables et atteint rapidement des taux confiscatoires de 45%.

Les trois merveilleuses qualités de la CSG :

  • Universelle, elle s’applique à tous et à tout (salaires, primes, indemnités, pensions, allocations de chômage, revenus fonciers, revenus mobiliers…).
  • Simple, pas de seuil, pas de déduction, pas de dérogation, pas de passe-droit.
  • Taux unique de 7,5%.

Certes, on peut lui trouver un défaut : prélevé à la source, cet impôt devient indolore. C’est comme si un pickpocket vous faisait les poches, à vous et à tous les occupants d’un wagon. Pas de stress, pas de douleur et le partage d’un mauvais traitement le rend plus supportable. Avec l’impôt sur le revenu, un racketteur vous met un rasoir sous la gorge pour vous demander votre portefeuille tandis que les autres occupants du wagon – à qui on ne demande rien – font mine d’être très absorbés par leur journal.

L’idéal serait une CSG déclarative : chacun constaterait ainsi l’effort de l’impôt et que rien n’est gratuit. Mais arrêtons de rêver.

En marche vers la complication

Emmanuel Macron souhaiterait à nouveau tout compliquer et pratiquer 9,2% pour les revenus d’activité, 9,9% pour les revenus de placement et 8,3% pour les revenus de retraite.

Parallèlement, il offre quelques gâteries aux salariés sous forme d’allègement de cotisations sociales. Si bien que le résultat serait plutôt positif pour cette catégorie de contribuables. Certes, pas pour ceux qui ont des revenus de leur épargne, mais ce sont des « riches », donc minoritaires et les politiciens de droite comme de gauche recherchent avant tout des voix. Et évidemment, pas pour les retraités… Ça tombe bien, justement, les jeunes votent davantage pour En Marche que les vieux, plus statiques.

De ce fait, la droite se pose en défenseur des retraités plumés. Voilà un sujet de campagne capable de conduire l’électorat vers le bulletin électoral souhaité par le promoteur de chacune des variantes de la taxation.

En attendant, cela permet de ne surtout pas parler du déficit, du rôle de l’État, des économies budgétaires, des retraites, du monopole de l’assurance-maladie, des gabegies d’EDF, d’Areva, de la SNCF, des portiques écotaxes, des irresponsables-non-coupables…

Mais puisqu’il faut parler impôt, Camarade-contribuable, moi je dis : vive la CSG ! Fusionnons-la avec l’impôt sur le revenu, adoptons un taux unique et simplifions. Par pitié, surtout, simplifions.

Certains terminent de remplir leur déclaration de revenu. Vous y avez probablement gâché quelques heures de vos loisirs. En faisant votre sacrifice à Saint Fisc, pensez à mettre aussi un cierge à Sainte Rita, patronne des causes perdues.

Pour plus d’informations de ce genre, c’est ici.

Voir les commentaires (20)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (20)
  • ce qu’il y a de bien avec les retraités , c’est qu’ils ne vont pas descendre dans la rue pour y mettre un bordel monstre ;

  • Macron a retenu la leçon de son mentor ,F.Hollande..Ponctionner les pensions des retraités ..ceux-ci n’iront pas dans la rue pour dénoncer cette sournoise ignominie …Même les petits retraités ont été touché par la CSG à 6.5% ,les « sansdent » sont toujours les dindons de la farce socialiste..

  • Bof , un peu plus ou un peu moins…il a un autre article sur les délocalisations et il paraît que c’est positif .on délocalise du privé au publique….. C’est donc formidable ,merci patron heu Macron ?

  • Terrible nouvelle. Pourquoi faire simple?

  • Le taux de CSG va de 6.2 % à 7,5 % selon la nature du revenu :

    Revenus d’activité salariée ou non-salariée : 7.5 %
    Primes et avantages sur salaire : 7.5 %
    Indemnités chômage : 6.2 %
    Pension retraite : 6.6 %
    Pension invalidité : 6.6
    Allocations préretraite : 7.5 % ou 6.6 % si la préretraite ou la cessation d’activité a pris effet avant le 11 octobre 2007
    Indemnités journalières de Sécurité sociale : 6.2 %

    La CSG est déductible à hauteur de 5,1 % (4,2 % pour les allocations de préretraite et 3,8 % pour les autres revenus de remplacement).

    Le taux de CSG 2016 : les revenus du capital
    Les revenus du capital sont subdivisés en deux catégories : les revenus du patrimoine et les revenus et produits de placement. Parmi les revenus du patrimoine, on trouve :

    les revenus fonciers,
    les plus-values mobilières,
    les plus-values professionnelles à long terme,
    les plus-values soumises à l’exit tax,
    les rentes viagères constituées à titre onéreux,
    les BIC, BNC et BA non professionnels.
    La CSG concernant ces revenus est recouvrée par voie de rôle, dans des conditions très similaires à celles de l’impôt sur le revenu. Les produits de placement sont constitués :

    des plus-values immobilières,
    des produits de placement à revenu fixe (intérêts…),
    des produits de placement (Compte épargne logement, Plan d’épargne logement)
    des dividendes,
    des produits de bons ou de contrats de capitalisation et d’assurance vie.
    Pour ces revenus, la CSG est généralement payée à la source.

    Le taux de CSG 2016 sur les revenus du capital

    Pour ces deux types de revenus, le taux de CSG est égal à 8,2 %, auquel il faut ajouter :

    0,5 % de CRDS,
    4,5 % de prélèvement social,
    0,3 % de contribution additionnelle sur le prélèvement social,
    2 % de prélèvement de solidarité.
    Soit un taux global de 15,5 %.

    Une déduction de la CSG sur les revenus du patrimoine

    La CSG due sur les revenus du patrimoine est déductible à hauteur de 5,1 % de de l’impôt sur le revenu.

    CQFD

  • Merci @goufio. C’est clair que c’est tout sauf simple…. vive le taux unique

  • Oui mais plus de taxes d’habitation, donc peut être somme nous gagnant ?

    • Vous avez encore des illusions à votre âge quant à la générosité des politiciens? Toujours plus d’impôts est leur devise!

    • On déshabille Paul pour rhabiller Pierre, et on fait l’inverse à chaque législature.
      Le seul gagnant à ce petit jeu ne peut être que l’état.

  • J’aime beaucoup l’humour de ce billet . Merci Madame Wapler !

  • Et pourtant  » l’impôt tue l’impôt », mais nos politiques qui sont bien loin des contingences de ce monde ne semblent pas s’en rendre compte. C’est vrai qu’avec tous leurs avantages et dérogations diverses, qu’ils s’octroient généreusement en notre nom, ils n’en payent pas beaucoup d’impôts, eux…

    • @Odidole
      « ils n’en paient pas beaucoup d’impôts, eux »
      Oui, et ils s’indignent de ne pouvoir vivre avec moins de 5000€ par mois ! Le président sortant s’arrangeait pour n’en payer que la moitié ; un cadre gouvernemental s’est fait attrapper à cacher des millions à « St FISC ». Ils sont supérieurement égaux à nous autres.

  • Madame Wapler évoque « St FISC ». Cela renforce mon sentiment que la parasitocratie rassemble le pire des deux castes supérieures du Moyen-Age : la noblesse et le clergé. Le clergé promettait le « paradis » aux bons chrétiens et l’enfer aux hérétiques et autres païens. Au XVIème siècle, l’Eglise, pape en tête, vendait le paradis avec les indulgences, cédées contre pesant d’or pour la construction de la Basilique St-Pierre. On peut faire un parallèle avec l’utilisation par l’Etat de l’impôt.

  • La baisse des dépenses (publiques, vaut mieux préciser !) ce n’est pas pour demain !

  • C’est devenu d’une tristesse Contrepoints…
    Avant on défendait le libéralisme, maintenant c’est le conservatisme…

    Bon donc, meme si la rigueur n’est plus sur ce site, ou très peu, et que de toute façon, ici ne sont réunis que les conservateurs de tout poil, sans un poil de libéralisme… apportons quelques précisions.

    – CSG augmenté, mais suppression des charges soc des salariés, ce qui fait que les actifs paieront moins d’impots, car d’autre en paieront plus, ceux qui sont aujourd’hui archi privilégiés, les retraités… une caste comme les RSA ou les salariés de la SNCF… donc pleins d’avantages et se battent éternellement pour conserver leurs petits acquis… fabriqués de toute pièce par les retraités qui constituaient l’assemblée nationale jusqu’a hier.

    Donc 1) la majorité des Francais paieront donc moins d’impots, et une petite minorité paiera plus, et sachant que les petites retraites ne seront pas touchés… ca touche encore moins de monde… mais ajoutons a cela, que les retraités concernés ne verront aucune augmentation d’impots, puisqu’ils bénéficieront de la suppression de la taxe d’habitation…. financée… par des économies réalisées dans la fonction publique…
    Donc
    1) les retraités concernés ne verront rien
    2) les actifs eux paieront moins d’impots

    Après est-ce suffisant ? Certainement pas, mais je préfère largement qu’on réduise les impots des actifs, de ceux qui produisent ET consomment plutot que uniquement de ceux qui ne font que consommer.

    Bref allez camarade, battons nous pour conserver nos acquis…

    • Vous oublier qu’il y a deux catégories d’actifs qui seront perdantes : les fonctionnaires (qui vont s’empresser de réclamer une revalorisation du point d’indice) et les entrepreneurs (qui vont freiner les embauches).
      Quant aux économies réalisées dans la fonction public, j’attends de voir…

    • C’est vous qui êtes conservateur 🙁

      Ce qu’il faut, c’est le salaire entier, ainsi que le libre choix des systèmes d’assurances sociales. Cela créera des emplois de qualité tout en rognant les ailes de ces polytocards ❗

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

La baisse du chômage en France serait « une grande victoire française », si l’on en croit le gouvernement. Selon les dernières données de l’Insee, il se trouve à son plus bas niveau depuis 2008 pour s’établir à 7,3 % au premier trimestre 2022. Cette baisse serait particulièrement notable chez les jeunes, avec des niveaux proches du début des années 1990. Mais la situation est-elle aussi rose qu’il n’y paraît ?

Tout d’abord, la baisse actuelle du chômage s’inscrit dans une baisse généralisée au sein de l’Union européenne, avec un planch... Poursuivre la lecture

 

Lors de sa confirmation comme ministre de l’Économie et des Finances du nouveau quinquennat du Président Macron, Bruno Le Maire a déclaré que la priorité du nouveau gouvernement sera la "protection des Français contre l'inflation", proche de 5 % sur un an en avril 2022.

"Dès demain nous allons donc nous atteler à la préparation du projet de loi sur le pouvoir d’achat », a affirmé le ministre de l'Économie et des Finances, reconduit vendredi 20 mai 2022 dans ses fonctions. "Je recevrai dès lundi les acteurs économiques pour étu... Poursuivre la lecture

L'Élysée maintient la consigne déjà édictée par Emmanuel Macron il y a cinq ans, et héritée de Nicolas Sarkozy en 2007. Les ministres défaits lors du scrutin des 12 et 19 juin devront quitter le gouvernement, a confirmé le palais présidentiel ce dimanche. Élisabeth Borne, fraîchement nommée à Matignon, ne dérogera pas à la règle. La moitié du gouvernement est concernée.

Bien que la situation soit nettement différente de celle de 2017 - ils n'étaient que six concernés -, l'Élysée a décidé de maintenir la consigne déjà édictée par Emmanu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles