Université : il faut débureaucratiser le mammouth !

Une université peut fonctionner comme une entreprise et ses enseignants travailler comme n’importe quel employé du privé : l’exemple de l’université de Manchester.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Université : il faut débureaucratiser le mammouth !

Publié le 2 juin 2017
- A +

Par Nicolas Lecaussin.
Un article de l’Iref-Europe

Ces jours-ci la ville de Manchester fait la Une de l’actualité pour des faits tragiques. Pur hasard, l’IREF a organisé début mai une série de conférences sur des sujets économiques à l’Université de Manchester. L’occasion de voir qu’une université peut fonctionner comme une entreprise et ses enseignants travailler comme n’importe quel employé du privé.

« Je suis un simple employé sur le marché universitaire »

« Ce qu’il faut surtout noter », nous explique Mario Pezzino, enseignant-chercheur à l’Université de Manchester et responsable du site anglais de l’IREF, « c’est la dé-fonctionnarisation de l’Université. Quand on veut enseigner et faire de la recherche, on envoie tout simplement son CV, en vue d’obtenir un rendez-vous d’embauche comme dans le privé. On nous propose un salaire qu’on peut négocier. » Comme on peut négocier un budget dans une entreprise…

D’ailleurs, l’Université a le statut d’une « independent corporation » et possède plusieurs fondations qui lui permettent de recevoir de nombreux dons privés. Elle dispose d’un budget de 987 millions de livres sterlings dont 237 proviennent des contrats de recherche et de dons. Elle compte 10 400 employés et plus de 39 000 étudiants.

Elle est dirigée par un conseil de gouverneurs qui ne sont pas employés par l’établissement. Ses membres viennent surtout du privé comme son président, Edward Astle, qui a travaillé dans le secteur des télécommunications et a dirigé deux start-up.

Les étudiants sont sélectionnés sur consultation de leur dossier et après avoir été reçus par une équipe du département dans lequel ils postulent. De nombreuses bourses et des jobs étudiants permettent de couvrir tout ou partie des coûts de scolarité, qui s’élèvent à plus de 9 000 livres/an.

La concurrence et le marché rendent les universités nettement plus compétitives

Mario poursuit :

Les étudiants jouent un rôle très important dans le fonctionnement de l’Université. Ils contribuent à la notation des enseignants. Ce qui est important c’est que je suis un employé qui doit faire ses preuves en permanence. Les contrats sont faits pour 3 ans, renouvelables ou pas. On doit publier régulièrement mais aussi améliorer les résultats du département.

 

Mario apprécie l’absence de statut – contrairement à la situation française où les enseignants universitaires sont fonctionnaires à vie – car le marché universitaire offre de nombreuses possibilités.

On peut très facilement changer d’université comme on change d’entreprise. Cette situation concurrentielle rend les universités plus performantes car elles cherchent à embaucher les meilleurs enseignants. Et elle oblige aussi les enseignants-chercheurs à obtenir des résultats régulièrement.

L’Université de Manchester est à la 29e place dans le dernier classement QS World University Rankings (2016-2017). C’est une très bonne place qu’il faudra toutefois « améliorer continûment »

En France, Frédérique Vidal, la nouvelle ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, aura-t-elle le courage de réformer en profondeur le système universitaire en le débarrassant de l’emprise étatique ?

Sur le web

Voir les commentaires (3)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (3)
  • Bonjour,

    Pourquoi une réformez partielle ?
    C’est l’état qui tue la France ! Le statut public a remplacé les services publics par des sévices publics. Liberté, Egalité, Fraternité, il est temps que ce ne soit pas éthique mais réalité

    • @ Daniel74
      « Pourquoi une réforme partielle? »

      La réponse est claire: parce qu’il n’est pas possible de changer l’organisation de la France pour un « fac-simile » britannique, en 3 coups de cuiller-à-pot!

      Tout est différent et personne n’oserait proposer de s’inspirer de la « perfide Albion » publiquement.

      Allez dire à un étudiant que l’année prochaine lui coûtera 9 000£, soit +/- 10 350€!

      Ce « culte » d’un libéralisme français d’une pureté théorique « cristalline » satisfaisante pour l’esprit n’a rien à voir avec son application dans la politique comme dans la réalité quotidienne qui est impossible puisque rien n’est prévu dans ce sens, dans la société, pour cette mutation qui n’attirera aucun assentiment de la population pour laquelle « libéral » est quasi un « gros mot » qu’aucun parti ne revendique publiquement comme essentiel!

  • « aura-t-elle le courage de réformer en profondeur le système universitaire en le débarrassant de l’emprise étatique ? »

    La réponse est simple : non

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Après le bref passage de Liz Truss au poste de Premier ministre britannique, le Parti conservateur britannique continue de lutter, accusant un retard de 15 points de pourcentage sur l'opposition travailliste dans les sondages d'opinion. Il est intéressant de noter que Boris Johnson et Liz Truss ont lancé un défi à l'autorité du nouveau Premier ministre Rishi Sunak en rejoignant une rébellion conservatrice soutenant les parcs éoliens pour faire face à la crise énergétique.

Le journaliste britannique de GB News, Tom Harwood, a déploré la... Poursuivre la lecture

Par François-Joseph Schichan. Un article de Conflits

Qu’il s’agisse des sanctions, des livraisons d’armes ou de la rhétorique, le pays a joué un rôle central dans la mise en œuvre de l’unité occidentale face à Vladimir Poutine.

Ceci malgré un contexte interne difficile. Au début de l’année 2022, Boris Johnson est attaqué de toute part, affaibli au sein du Parti conservateur et dans le pays après des révélations sur son comportement au cours des confinements successifs. Mais par contraste avec ses atermoiements face à la pandémie... Poursuivre la lecture

Par Éric Mengus et Guillaume Plantin.

 

Le 23 septembre au Royaume-Uni, l’annonce du mini-budget et les événements qui ont suivi jusqu’à l’annonce de la démission de la Première ministre Liz Truss, le 20 octobre, ont suscité un regain d’intérêt pour le risque de « dominance budgétaire », c’est-à-dire une situation dans laquelle la banque centrale abandonne son objectif de stabilité des prix pour aider le gouvernement à financer ses déficits.

Mais dans quelle mesure cette séquence d’événements doit-elle nous pousser à... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles