Halte au populisme homéopathique !

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
médication (Crédits : Gatis Gribusts, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Halte au populisme homéopathique !

Publié le 31 mai 2017
- A +

Par Richard Guedon.

Samedi dernier, en Italie, un enfant de 7 ans est mort d’une otite aggravée, après avoir été traité pendant 15 jours par un médecin avec des médicaments exclusivement homéopathiques. Une prise en charge médicale ordinaire et un traitement antibiotique bien conduit auraient probablement guéri cet enfant sans séquelles.

Comment un tel fait divers est-il encore possible à notre époque, alors que la conduite à tenir devant une otalgie, très fréquente chez l’enfant, est parfaitement codifiée, et connue de tous les médecins ?

Dans de nombreux pays, des études rigoureuses ont montré en effet qu’elle disparaît 9 fois sur 10 en 48 heures sans antibiotiques ; 1 fois sur 10, la douleur se prolonge après 48 heures, il y a de la fièvre, l’examen du tympan montre des signes d’otite persistants, il faut alors traiter avec un antibiotique bien choisi pour éviter l’extension de l’infection, potentiellement grave.

Si le médecin explique clairement cet algorithme aux parents, tout se passe bien, la plupart du temps sans antibiotiques.

Le vaste terrain de jeu des traitements non rationnels

On voit très bien dans cet exemple le vaste « terrain de jeu » dégagé pour les traitements non rationnels. Puisque, dans l’immense majorité des cas, une otalgie guérit spontanément, n’importe quel pseudo traitement utilisé dans ces 48 premières heures sera crédité d’une efficacité indiscutable par les patients, leurs proches et par les prescripteurs, qu’ils soient médecins, pharmaciens, ou autres thérapeutes auto proclamés, notamment, de plus en plus, des naturopathes, dont on voit fleurir les plaques dans nos villes.

Dans la chaîne des responsabilités aboutissant à un tel drame, parfaitement évitable, qui doit-on donc incriminer ?

L’enfant, lui, était absolument innocent.

Ses parents ont consulté un médecin diplômé, auquel ils ont fait confiance, qui a prescrit à leur enfant un médicament homéopathique connu, reconnu et peut-être remboursé, et leur responsabilité parait inexistante.

Une erreur grave

Le médecin, si les choses se sont passées comme la presse le rapporte, a commis une erreur grave et il est pleinement responsable.

Mais, pour sa défense, il pourra alléguer qu’il a utilisé un médicament fabriqué par un laboratoire a forte notoriété, autorisé par les responsables de la santé publique et remboursé à 30% par l’assurance maladie française, en vente dans toutes les pharmacies et portant la mention qu’il peut être utilisé pour le traitement des otites, pneumonies et autres infections graves. Peut-être aussi se défendra-t-il en montrant son diplôme de formation complémentaire en homéopathie obtenu dans une université officielle.

Les fabricants de ces médicaments homéopathiques sont-ils responsables ? D’une certaine façon, ils le sont car ils savent très bien que leurs petites pilules ne contiennent aucun principe actif, puisqu’ils sont dilués presque à l’infini, et qu’en outre, ils n’ont jamais pu en démontrer l’efficacité, malgré toutes les tentatives.

Explications lénifiantes

A contrario, ils pourront se défendre en expliquant qu’ils répondent à l’engouement du public pour des médicaments doux, naturels, avec des produits qui, s’ils ne sont pas réellement actifs, peuvent déclencher un effet placebo, sans risque et pour pas cher.

Ils expliqueront aussi que, si leurs produits ne sont pas utilisés, ce sont d’autres médicaments qui le seront, possiblement plus toxiques, plus chers et peut-être … étrangers, puisque, chacun le sait, les fabricants de médicaments homéopathiques sont, très majoritairement hexagonaux.

Si donc la famille n’est pas responsable, si le médecin et le fabricant de produits homéopathiques ne sont qu’en partie responsables, qui donc porte la responsabilité ultime de la mort de cet enfant ?

Pas de preuve de l’efficacité homéopathique

Vous l’avez compris, ce sont ceux qui accordent de façon dérogatoire aux médicaments homéopathiques leur autorisation de mise sur le marché et leur remboursement à 30% par l’assurance maladie publique française, soit en pratique un remboursement à 100% puisque les complémentaires remboursent les 70% restants.

C’est difficile à croire mais les fabricants de produits homéopathiques sont dispensés d’avoir à fournir la moindre preuve d’efficacité selon les méthodes actuelles d’évaluation. Ils sont en effet classés dans une catégorie à part, les « médicaments homéopathiques et préparations magistrales homéopathiques (PMH) » qui leur garantit ce privilège exorbitant.

Et qui décide, en dernier recours, d’autoriser et de rembourser ces produits, contre les avis des experts qui recommandent toujours l’inverse ? Ce sont les autorités politiques, décisionnaires en dernier recours dans ce domaine. Pourquoi cette attitude incompréhensible ?

Illusion populiste sur l’homéopathie

Parce que la majorité des Français a une bonne image de l’homéopathie, qu’une personne sur deux l’utilise, que les fabricants sont Français, gros employeurs en région Rhône Alpes, et que tous les gouvernements français, jusqu’ici, ont pensé qu’il était politiquement dangereux de changer quoi que ce soit.

Mais une telle attitude n’est qu’une illusion populiste ; soutenir les entreprises françaises aux dépens de la santé publique et de la Sécurité sociale est un calcul …d’apothicaire qui a de fortes chances de manquer son objectif économique : la vraie compétition, en santé, se livre dans la génomique, les nanotechnologies, la robotisation chirurgicale, l’imagerie médicale etc.

Mais il y a plus grave : nos sociétés modernes ont la chance d’avoir à leur disposition un outil, la science, appuyé sur la rationalité, qui permet de connaître la nature, d’en partager la connaissance avec tous, et de créer des technologies pour le plus grand bien de l’humanité.

Les bienfaits de la médecine scientifique

Depuis un siècle, la médecine scientifique a apporté aux individus des pays développés des bénéfices inconcevables par leurs ancêtres livrés à tous les maux. Beaucoup de régions du monde, en plein développement, commencent à en éprouver, elles aussi, les bienfaits.

Or ces progrès sont menacés par des campagnes antirationnelles, qui surfent sur les peurs irrationnelles, dont la plus inquiétante, par ses conséquences possibles, est la campagne contre les vaccins.

Comment les autorités politiques de santé françaises peuvent-elles avoir la moindre légitimité à défendre les vaccins, tâche impérieuse, alors qu’elles contribuent à organiser elles-mêmes des soins fondés sur des pratiques magiques ?

Il ne faut pas s’y tromper, les campagnes contre la science ne sont pas anecdotiques ou limitées au secteur de la santé ; elles sont le symptôme d’un retour en force d’idéologies religieuses et/ou totalitaires, opposées aux progrès apportés par la rationalité et l’humanisme.

Le nouveau président de la République a invoqué avec beaucoup de conviction l’esprit des Lumières le soir même de son élection, souhaitons qu’il soit celui qui sentira à quel point les mensonges institutionnels sont délétères pour la démocratie et, dans ce cas précis, pour la santé publique.

Espérons qu’il sera celui qui aura le courage de ramener l’homéopathie à l’obligation d’évaluation partagée par tous les médicaments. Cela peut paraître modeste, mais c’est symboliquement indispensable, et le drame que nous évoquons montre qu’il s’agit d’un devoir moral.

Voir les commentaires (38)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (38)
  • jacques lemiere
    31 mai 2017 at 7 h 30 min

    Je ne sais pas comment aborder cette question…alors certes aucun médicament homéopathique n’a jamais fait la preuve de son efficacité et j’ai la faiblesse de penser que ça serait extraordinaire si jamais ça arrivait un jour… Mais bon, il y a d’autres poudres de perlimpinpin approuvées comme médicaments non? Alors la question n’est pas celle l’homéopathie mais la définition des responsabilités dans la pratique de la médecine.
    Mais ça n’a rien d’évident, se faire soigner implique de faire confiance à des soignants qui si ils sont honnêtes doivent préciser les limites de leurs connaissances et l’ensemble des conséquences possibles de leur thérapie…On a dilué les responsabilités en se réfugiant derrière des procédures scientifiques en apparence mais qui restent fondamentalement incertaines.
    Que l’homéopathie soit en partie remboursée est effectivement la preuve que le système DOIT être réformé ou abandonner sa justification scientifique….

    dans le système on a a le patient d’un coté…et de l’autre un médecin ,une mutuelle, la sécu, l »état.. la question est qui promet quoi..personne de le dit, personne n’assume.

    N’oubliez pas une chose..ce qui choque n’est pas qu’un patient meurt en se « soignant  » avec de l’homéopathie, le problème est la mort d’un enfant innocent.
    Je n’ai aucun problème si des gens adultes et informés décident de ne pas se soigner avec la médecine scientifique…la connerie ou les peurs irrationnelles sont selon moi est moi des droits fondamentaux. La liberté a un prix.
    Pour le reste, pour la partie « scientifique » c’est qui dit quoi au juste.

    • jacques lemiere
      31 mai 2017 at 7 h 39 min

      A titre personnel j’ai expliqué mille fois que l’homéopathie n’avait jamais fait la preuve de son efficacité, j’ai fait de nombreuses fois le calcul de ce que représentait une dilution 30 ch pour expliquer qu’une pastille homéopathique ne contenant rien au point de vue de la théorie chimique de l’atome, SAUF que le patient moyen gère d’autres trucs on a m^me affaire parfois a un militantisme politique dans le choix des médicaments!!! alors zut…ce qui ‘m’emmerde est de participer au processus assuranciel qui conduit au fait que je PAYE MOI pour q’une personne se « soigne  » à l’homéopathie. Je répété ici il en va dans cette affaire avec la parentalité…Les parents portent peut être une part de responsabilité mais ils vont payer cher pour ça pour le restant de leur vie sans doute foutue.

  • un enfant décede , et il faudrait jeter l’homéopathie aux orties……je soulage ou soigne mes problêmes de santé via l’homéopathie et les huiles éssentielles , et jusqu’à preuve du contraire , ça marche , du moins en ce qui me concerne ;

    • @ véra :
      Contrairement à la phytotérapie qui repose comme l’allopathie sur des principes actifs directs, l’homéopathie repose sur le « principe de similitude », par exemple apis mellifica (venin d’abeille) est utilisé en homéopathie contre les inflammations, etc…
      Un autre exemple intéressant est celui de l’arnica, un des plus utilisés : il est utilisé en application locale contre les coups, en teinture donc en phytothérapie.
      Si l’homéopathie fonctionnait, alors l’arnica produirait l’effet contraire dilué aux doses homéopathiques, or on l’utilise exactement pour les mêmes indications …

    • Désolé Véra mais OUI il faut jeter l’homeopathie aux orties ! si un enfant décède à cause d’une médecine, on à le droit de se poser des questions sur cette médecine voire même de l’interdire jusqu’à preuve de son efficacité.
      Ce n’est pas parce que l’homeopathie marche sur vous que c’est un remède avéré qui fonctionne pour tout le monde. Vous êtes simplement sensible à l’effet placebo et c’est pour ca que l’homéopathie fonctionne chez vous. Malheureusement cet enfant était insensible à l’effet placebo donc il n’a pas été soigné et il en est mort. Mort à cause de gens comme vous qui pense que tout ce qui fonctionne pour eux fonctionnera pour les autres…sans jamais se remettre en question ou même chercher à comprendre comment fonctionne l’homeopathie.

    • véra: et jusqu’à preuve du contraire , ça marche

      Même pas en rêve.
      30CH c’est l’équivalent d’un litre de molécule dans le lac Léman, Oscillococcinum est dilué à 200CH soit une molécule dans 100 univers observable.

      Vous guérissez toute seule des affections communes, comme tous les êtres vivants et vous sentez soulagés par l’effet placebo.

      Je trouve très bien les poudres de perlimpinpin : c’est beaucoup moins cher et moins dangereux que l’allopathie, par contre ne déconnez pas et consultez si un truc « résiste » à votre traitement homéopathique : votre corps est dépassé et l’affection peut vous tuer ou vous handicaper.

  • Les médecins et professeurs de médecine qui utilisent pour eux-même et prescrivent de l’homéopathie sont donc tous des dangereux fumistes à enfermer au minimum dans un hôpital psychiatrique ?

    Moi j’en ai marre de payer la sécu pour les victimes quotidiennes des actionnaires des gros

    Pauvre science officielle suffisante et aveugle

    laboratoires pharmaceutiqueszes l’

    • actionnaires des gros laboratoires pharmaceutiques et des parlementaires qu’ils financent

      • J’aime vraiment bien les gens comme vous.

        Contrairement aux autres partisans de théories farfelues, vous payez au moins cash et personnellement votre bêtise.

        Bon la plupart courent pleurer à l’hôpital quand ils sentent l’aile de la mort qui les effleure, mais les autres crèvent debout, fièrement drapé dans leur inculture, le tout c’est d’essayer de le faire avant de se reproduire.

  • La science véritable ne met pas 150 ans à vérifier la validité d’une théorie. Ces pratiques dont on attend toujours la justification scientifique ne sont pas de la science. Les deux principes fondamentaux de l’homéopathie, les semblables guérissent les semblables, et la dynamisation des dilutions, sont de la charlatanerie ou (et) de l’occultisme. Les dilutions font appel à des « énergies cosmiques » qui n’ont rien à voir avec la science et tout avec des philosophies religieuses extrême-orientales dangereuses pour l’esprit sinon pour le corps. Des préparations ne contenant plus une seule molécule « active » et qui guérissent ? Effet placebo et effet guérisseur, c’est-à-dire occulte, c’est-à-dire dangereux et non maîtrisé : on ne sait pas ce qu’on fait.
    Par contre, avaler sans esprit critique tous les vaccins, c’est oublier beaucoup d’effets secondaires et beaucoup d’effets non prouvés (et les vaccins sont-ils testés selon les normes ??). Et on ne peut plus nier aujourd’hui la toxicité, notamment neurologique grave, de certains adjuvants dont les métaux (lourds).

  • Bravo pour cet article excellent. Il est temps d’en finir avec le scandale du remboursement de ces poudres de perlimpinpin.

    Quand je vois que quelqu’un poste « jusqu’à preuve du contraire , ça marche », nous sommes bien dans ce qui est évoqué: statistiquement beaucoup de maux guérissent spontanément et c’est un ressort psychologique connu qui fait que les personnes concernées attribuent la guérison à l’homéopathie.

    Il est plus que temps que les pouvoirs publics informent la population sur le fait que le résultats de décennies d’études scientifiques est que l’homéopathie n’a aucun effet. Comment pourrait-il en être autrement d’ailleurs avec des produits obtenus par N dilutions successives d’un facteur 100 ? Et tant pis pour Boiron et autres charlatans qui profitent du système.

    Un point toutefois: les parents ne sont pas totalement innocents: cela faisait trois ans qu’ils ne soignaient ce malheureux enfant que par homéopathie, et ils ont mis deux semaines avant de réagir.

    • Si les choses étaient simples, le problème n’existerait plus depuis longtemps.
      Ce qui est difficile à comprendre ou à admettre, c’est la relativité des faits. La « science médicale » tente de répondre au problème posé, par une étude dont les méthodes sont les plus scientifiques possibles, ce qui est à la base de découvertes « constantes » (= tous les mois), pas de progrès nouveaux applicables tous les mois.

      Entre la « science médicale » et la « pratique médicale » il y a un « gap », bien connu et dans les 2 sens:
      – un traitement « parfait » ne garantit quasi jamais une guérison à 100%
      – une absence de traitement ne conduit pas forcément à une aggravation ou au décès.

      Quasi tout le monde connait « l’effet placebo » terme nébuleux, d’une réalité constatée, loin d’être exhaustivement expliquée: en prenant un remède homéopathique (exemple au hasard), le patient est convaincu de se soigner, conviction consciente qui l’aide à guérir.

      Si le médicament n’est pas homéopathique mais que la Maman ou le thérapeute jouissent d’une autorité empathique provocant la confiance, c’est aussi une aide dans le processus placebo.

      Dans les études de nouveaux médicaments, les succès des placebos sont donc à soustraire aux succès du médicament essayé, dans les résultats.

      Pour une meilleure objectivité scientifique, en « double aveugle », prescripteur et patient ignorent ce qu’ils absorbent. Donc méthode la plus scientifique possible.

      À l’inverse, un patient lisant la notice d’un médicament risque d’être effrayé par la mention (obligatoire) de TOUS les effets secondaires possibles du médicament avec un effet négatif sur l’efficacité: « effet anti-placebo », entrainant le refus du médicament ou la recherche de symptômes « imposant » l’interruption du traitement à ses yeux pessimistes.

      Ne soyez donc pas étonnés que ces événements se traduisent que par des succès « statistiquement constatés » des différents traitements.

      À côté de l’homéopathie remboursée, on voit l’obligation plus grande d’utilisation des « génériques » qui ont la faiblesse de ne pas avoir répondu aux tests du « médicament copié ». Au moins une fois par trimestre, des lots de génériques sont retirés de la vente suite à des problèmes du à la non conformité: la sécu y gagne, votre sécurité peut y perde!

      Autre « vache sacrée française » remboursée: les cures thermales, rarement toxiques, je le reconnais (effet placebo idéal), rôle social de « vacances santé, à répéter périodiquement pour conserver les effets favorables.

      Et lobby incontournable politiquement, à charge de l’assurance-maladie aussi dont les accusés préférés restent pourtant les soignants gagnants trop et dépensant trop!

      Et bien sûr les multinationales pharmaceutiques (le « grand capital »), seules aptes à financer sur 10 ans des études pour 1Md € par molécule nouvelle efficace, fiable et commercialisable.

      Même dans les sujets techniques, les citoyens français ne sont pas sortis de l’auberge (espagnole?).

  • דוב קרבי dov kravi
    31 mai 2017 at 11 h 09 min

    Excellemment pensé et dit.
    L’irrationnel fait un retour en force depuis quelques dizaines d’années, symptôme des peurs innombrables que notre époque entraîne.
    Nos contemporains reviennent aux défenses infantiles au lieu d’affronter en adultes rationnels les dangers, réels ou fantasmés. Ils y sont du reste encouragés par l’infantilisation généralisée qui règne.

  • Mediator, Vioxx, Derostat,…. 12.000 enfants innocents, 30.000 décès imputables, 30.000 notifications (/an) d’effets secondaires (souvent ignorées) Mais grâce à la science, ça aurait pu être pire, et d’autres molécules auraient pu être mises sur le marché.
    Quoique… Il y a 30 ans, on créait une molécule pour soigner une maladie, maintenant on crée une maladie pour utiliser un brevet!

    Faire le procès de l’homéopathie sans aucun argument concret en dehors d’une erreur médicale, ce n’est pas sérieux, pas crédible!
    Si l’homéopathie était aussi nulle, pourquoi les grands laboratoires analysent ils avec une telle diligence les remèdes homéopathiques mondiaux ?

    • @ Bago
      L’homéopathie s’est refusée à participer à des tests scientifiques précis par leur recherche d’objectivité, contrairement à toutes les autres médications: refuser de savoir n’est pas raisonnable et n’a pas à bénéficier sous un faux prétexte de l’argent (commun) de la sécurité sociale pour aider ses affaires, fussent-elles franco-françaises.

      Même les miracles de Lourdes sont passés au crible scientifique qui ne conclut (qu’exceptionnellement) non pas à un « miracle » mais à une guérison inexpliquée, qui s’est d’ailleurs vue aussi dans un nombre minimum de cancers!

      Quant à la firme Boiron et autres, les règles du commerce sont très éloignées du bien-être humain, comme but!

      N.B. Le cas de l’enfant décédé n’est pas un argument valable, d’accord! Mais qui oserait essayer en double aveugle un traitement actuel classique et un traitement homéopathique dans un cas établi (anatomo-pathologie) de maladie mortelle?
      Personne!

    • jacques lemiere
      1 juin 2017 at 7 h 14 min

      le procès de l’homéopathie est vite fait pour le moment…pas d’efficacité démontrée ça signifie qu’on a jamais vu de différence entre de l’homéopathie et du placebo… autrement dit l’homéopathie n’a jamais « soigné » personne… les médicaments eux sont en général potentiellement toxiques et si on en prend c’est parce que le bénéfice a été démontré supérieur aux risques… mais ils tuent…en effet sauf qu’ils soignent eux aussi!!!!!!!
      A vrai dire si une personne refuse les médicaments ça ne me pose aucun problème, et comme l’auteur le rappelle dans 90% des cas l’otite du gamin aurait été ete apparemment « soignée » par l’homéopathie.
      L’homéopathie ne tue pas…sauf par évitement de soin.
      Les médicament tuent…mais ils soignent…
      et oui il y a du business à faire et vous n’avez pas l’expertise pour savoir si la pilule qu’on vous vend est bien utile et on peut rrès vulgairement dire si quand vous la prenez vous en avez pour votre argent.
      Avec l’homéopathie c’est toujours non sauf quand vous avez affaire à des gens qui paradoxalement ont une foi stupide dans le médicament…mais placebo…ça plait en effet… pour les autres il faut avoir foi en son médecin et en sa mutuelle

    • Bonjour, auriez-vous des sources concernant « les grands laboratoires qui analysent avec diligence les remèdes homeopathiques » ??? A part boiron, je ne connais aucun laboratoire qui analyse « avec diligence » l’homepathie.
      Merci

    • Mediator, Vioxx, Derostat,…. 12.000 enfants innocents, 30.000 décès imputables, 30.000 notifications (/an) d’effets secondaires (souvent ignorées), Mais grâce à la science, ça aurait pu être pire, et d’autres molécules auraient pu être mises sur le marché.

      Les tournevis construisent, mais tuent aussi.
      Les médicaments sont puissants, il y a donc des effets négatifs, forcément, et il y a bien souvent un choix du moindre mal à faire (exemple la chimio)

      Avec l’homéopathie vous risquez tout au plus un diabète si vous en mangez des kilos.

      Bago: Quoique… Il y a 30 ans, on créait une molécule pour soigner une maladie, maintenant on crée une maladie pour utiliser un brevet!

      Comment avez-vous réussi le tour de force de passer à côté du minimum vital de savoir rationnel est un mystère.

      Bago: Faire le procès de l’homéopathie sans aucun argument concret

      Oscillococcinum c’est UNE molécule diluée dans 100 univers observables et aucun test en double aveugle n’a jamais démontré quoi que ce soit qui dépasse l’effet placebo.

      Bago: Si l’homéopathie était aussi nulle, pourquoi les grands laboratoires analysent ils avec une telle diligence les remèdes homéopathiques mondiaux ?

      Tiens, je ne connaissais pas cette ânerie-là. Elle est rigolote… 🙂

  • La médecine chimique est de plus en plus récusée, et le vaste mouvement de confiance envers les médecines douces n’est pas qu’une mode. L’argument selon lequel « la preuve de l’efficacité n’est pas faite… » est utilisé sans vergogne par la médecine chimique, lorsque qu’elle fait des dégâts, sous l’expression  » la preuve de la nocivité de notre médicament n’est pas établie… ». QUELLE HONTE.
    La médecine chinoise a 4000 ans (200 pour la médecine « moderne ») et fait ses preuves tous les jours en chine comme dans les opérations du cœur sous acupuncture. Beaucoup d’hôpitaux font maintenant appel à l’homéopathie, qui, soit dit en passant soigne non seulement les hommes (c’est mon cas) mais aussi les animaux et les plantes.
    L’homéopathie ne fonctionne pas par réaction chimique mais par la transmission d’un « message » au corps. Pour le comprendre il faut s’intéresser à la physique quantique, mais cela demande un peu d’ouverture d’esprit. Benveniste, avec sa théorie sur la mémoire de l’eau , expliquait l’homéopathie, mais il a été harcelé par le puissant lobby pharmaceutique, comme tous les chercheurs qui vont à l’encontre du scientifiquement correct.
    Comment expliquer mes immenses mensonges du lobby pharmaceutique pour obtenir de plus en plus d’obligations de vaccinations: ex le gag de la grippe porcine venue du Mexique (heureusement les Français ne sont pas tombés dans le panneau);
    Pourquoi le vaccin du Tétanos est-il obligatoire dès l’enfance? Alors que cette affection est très rare, n’est pas contagieuse et ne touche pratiquement pas les enfants !
    40 de recherches sur le cancer et toujours plus de cancers, cherchez l’erreur ! Nos savant sont-ils des incapables à ce point ?
    Cas vécu: prix du traitement (inutile) d’une leucémie sévère 355000 euros, dont 33000 euros pour une piqure de chimio…
    La médecine chimique donneuse de leçons marche sur la tête. Dieu merci les gens qui pensent comme vous sont en voie de disparition.

    • « 40 de recherches sur le cancer et toujours plus de cancers, cherchez l’erreur ! Nos savant sont-ils des incapables à ce point ? »
      la première explication de l’évolution du nombre de cancer est l’allongement de l’espérance de vie; et on détecte également plus facilement (lire l’excellent livre du Pr. Tubiana, Arrêtons d’avoir peur, 2012).
      De grâce, ne nous ressortez pas la pitoyable histoire de la mémoire de l’eau, qui n’a jamais pu être reproduite.
      Pour la Chine, c’est quand même étrange de voir les chinois se ruer vers la médécine « classique », alors que leur médécine traditionnelle fonctionnait, parait il, très bien?

      • @ nevez

        Vos arguments sont bons et vos conclusions me conviennent parfaitement … à une exception près.

        Il peut être d’expérience personnelle de se rendre compte qu’une stimulation (douleur provoquée, par exemple) d’un endroit superficiel du corps peut être associé à une sensation en un autre point du corps simultanément: c’est sans doute cette « bizarrerie » qu’exploite l’acupuncture, suivant un système de « méridiens » sans aucune réalité concrète démontrée actuellement!

        J’ai effectivement rencontré des collègues partisans d’une utilisation accessoire de l’acupuncture, avec de bons résultats constatés (après 3 ans d’étude de type académique, de leur part et ne renonçant en rien à la médecine actuelle classique.).

        La science nous enseigne surtout que nous ne sommes pas en mesure de tout expliquer.

        Cette indispensable humilité permet d’analyser objectivement le résultat d’une pratique qui a résisté 5 000 ans, forcément à cause d’une certaine efficacité effective qu’un médecin humble peut accepter sans comprendre, surtout en constatant des résultat.

        Quel raisonnement a donné l’acupuncture comme mode de traitement, 5 000 ans après, personne n’en sait rien!

        Ce n’est pas le seul mystère que la vie nous réserve, nous rabaissant le caquet de notre ambition orgueilleuse.

        Les chercheurs modernes savent mieux que d’autres que toute nouvelle découverte expliquée ouvre la porte à un horizon de questions nouvelles non résolues!

        Notre ignorance est plus fertile que notre science! … Et bien plus motivante de notre soif de savoirs!

        Exemple: nous avons « PRESQUE » fini de savoir expliquer l’effet de « l’aspirine » dont l’effet thérapeutique voit ses premiers signes parvenus, jusqu’à nous en 1550 A.C.

        Je ne dis pas que c’est une preuve, sauf peut-être celle de vouloir diminuer la souffrance d’autrui par tout moyen accessible et raisonnable, que l’on sache comment ça fonctionne (c’est mieux!) ou pas!

    • @Vudubar.
      Justement j’ai une grande ouverture d’esprit et j’adore la physique quantique.Pouvez-vous m’expliquer la « transmission du message » dont vous parlez car, à 1ere vue la physique quantique et l’homeopathie n’ont rien à voir.
      Après, pour le reste, je vous rejoins mais pour la comparaison avec la physique quantique, je vous attend 🙂

  • La mort de cet enfant n’a rien à voir avec l’homéopathie, mais seulement avec le médecin en cause. L’homéopathie ne repose en effet que sur l’effet placebo, mais elle est très utile car elle permet de soigner à faible coût des gens qui de toute façon auraient guéri naturellement. Dans ces conditions, le remboursement est tout à fait normal. Il devrait même l’être à 100%. Il reste un danger : que des médecins, pourtant bien formés, se mettent à y croire…

    • « L’homéopathie… … permet de soigner à faible coût des gens qui de toute façon auraient guéri naturellement. Dans ces conditions, le remboursement est tout à fait normal. »
      Donc vous proposez de dépenser de l’argent des autres pour soigner quelqu’un qui aurait guéri tout seul de toute façon. Elle est collector celle-là! Une bonne image de la façon dont on conçoit la gestion des fonds publiques en France.

      • jacques lemiere
        1 juin 2017 at 7 h 37 min

        pourtant…dans la pratique disposer d’un placebo pour un médecin est utile.. ce qui est stupéfiant c’est une remboursement partiel d’un médicament de façon général… chez certains patients la maladie c’est eux m^me.

      • cyde: Donc vous proposez de dépenser de l’argent des autres pour soigner quelqu’un qui aurait guéri tout seul de toute façon.

        L’argent sera de toute façon dépensé dans un médicament beaucoup plus cher et beaucoup plus délicat d’emploi pour une maladie qui aurait guéri tout seul.

        Je pense que l’homéopathie est une imbécillité superstitieuse de plus, mais je dirais qu’elle évite pas mal de coûts et d’effets nocifs. Les gens ont tendance à oublier qu’un médicament est souvent puissant et que cette puissance ne s’utilise pas n’importe comment.

        Et puis je suis darwiniste, si des gens gravement malades ont envie de se soigner avec des bonbons, des signes de croix ou de la bave de crapaud, c’est leur problème.

      • @ilmryn
        « si des gens gravement malades ont envie de se soigner avec des bonbons, des signes de croix ou de la bave de crapaud, c’est leur problème. »
        On est bien d’accord. Sauf qu’avec l’homéopathie, ce sont les autres qui financent la « bave de crapaud » comme vous dites.
        « L’argent sera de toute façon dépensé dans un médicament beaucoup plus cher » En France peut-être, mais ce n’est pas une certitude générale. Rappelez-vous le témoignage d’un expatrié aux Pays-Bas sur le site de Contrepoints: les hollandais ne comprenaient pas qu’on fasse appel à un médecin dès qu’on avait le moindre pet de travers (et le médecin hollandais non plus d’ailleurs). D’autre part, l’homéopathie s’adresse essentiellement aux pathologies peu graves donc ne nécessitant aucun ou très peu de médicaments coûteux.
        La facilité avec laquelle le système de santé français consomme du médicament est due en grande partie à l’apparente gratuité (en fait payé par tous les autres) de ces derniers. Les français sont parmi les plus grands consommateurs de médicaments au monde. Je serais curieux de connaitre la consommations de médicaments homéopathiques dans les autres pays, surtout si ceux-ci ne sont pas financées par une quelconque assurance santé.

    • @ Carol Langloy

      Rembourser un « placebo » à 100% au prix d’un médicament Boiron, d’accord, mais à charge du ministère de l’économie et pas de la sécu!

      Sinon, pourquoi pas un bon menu dans un restaurant, en bonne compagnie, pour un malade esseulé: ce sera évidemment aussi efficace et bien plus agréable!

  • la « médecine chimique » ahah! c’est énormément débile comme terme, c est vrai que les cachets d’homéopathie on les cueille sur les arbres… trop drôle. malheureusement tout est chimique, même le fonctionnement de votre corps.
    Quand au cancers, ils se soignent de mieux en mieux grâce à la médecine que vous appelez chimique. leur nombre croissant comme l’a déjà dit un autre lecteur, est surtout imputable à l’allongement de l espérance de vie.
    L’obscurantisme à de beaux​ jours devant lui .

    • jacques lemiere
      1 juin 2017 at 7 h 42 min

      ce qui est curieux dans l’homéopathie est que elle pose de fait que la théorie chimique est un peu bidon autrement dit une bidule a d’autre propriété que celle des élements qui la compose…mais il y a un hic…comment faire pour diluer sans utiliser une eau qui possède déjà des principes actifs…?

  • Halte à la désinformation !
    Le professeur Montagnier a prouvé que l’eau avait une mémoire :voir sur You tube « la mémoire de l’eau ». L’homéopathie est efficace à condition de savoir la prescrire judicieusement.Et ce n’est pas uniquement un effet placebo.Mon chat a eu récemment une infection urinaire pour laquelle le vétérinaire m’a facturé près de 150 euros! Étant donné que mon chat refusait d’ingurgiter ses antibiotiques je lui ai mis des gouttes de formica rufa composé dans son eau de boisson.Il a été guéri en 48 heures avec un flacon coûtant 2 euros!!!!!
    Voilà la vérité :entre 150 euros pour un traitement inefficace et 2 euros pour une guérison qui n’a rien d’un placebo mon choix est définitif!!!!!

    • Heum, youtube comme preuve, on fait mieux quand même.
      Je n’ai rien contre la « mémoire de l’eau » et quand cette nouvelle est apparue, j’étais curieux. Mais les résultats de cette expérience n’ont pu être reproduits, ce qui invalide cette hypothèse. C’est le lot de nombreuses hypothèses, c’est ainsi qu’avance la science.
      Pour votre chat, j’en suis ravi mais une preuve par l’exemple n’est pas une preuve.

      • @ nevez

        Je ne suis pas sûr d’être d’accord avec ce que vous dites: Youtube ne raconte rien: mais les déclarations de L.Montagner sont ce qu’elles sont.

        Je ne dis pas que la « mémoire de l’eau » prouve que l’homeopathie est efficace! (et ça me laisse indifférent!)

        Simplement que les recherches de L.Montagnier devraient être écoutées (et publiées, partagées et confirmées par d’autres, dans le monde) et qu’il serait honnête, intellectuellement parlant, de lui permettre d’éprouver ses hypothèses, par son étude approfondie et accompagnée de moyens suffisants en chercheurs, locaux et matériels d’expériences afin de prouver si oui ou non, ses hypothèses se confirment ou pas!

        En cas de « oui », la France y gagne la survie de sa « Sécu », vu les prochaines médications personnalisées prévues qui, par leur prix) la mettront en faillite définitive (vos « travailleurs » ne pouvant la sauver).

        Encas de non, ce sera tant pis! Avec des sommes dépensées relativement ridicules.

        C’est donc un pari sur la science qui peut rapporter énormément à l’humanité, évidemment au détriment de l’industrie pharmaceutique actuelle: « simple » « destruction créatrice »!

        Le « sida » a permis de récolter des sommes complètement folles qui font que, soignés, cette maladie ne tue actuellement plus ceux qui en sont atteints et j’applaudis.

        Aider celui qui a mis en évidence son virus causal mérite sans doute le soutien de ce scientifique, pas idiot, dans sa nouvelle quête, (à mon avis) honnête mais « pionnière »!

        En termes économiques: pour un investissement, somme toute, modeste, un bénéfice probable incalculable; en cas d’échec, c’est bien L.Montagnier qui aura perdu le plus!

        • Malgré toutes vos précautions oratoire vous ne cessez de descendre au fur et à mesure des commentaires.

          Benveniste (auteur de la théorie de la mémoire de l’eau) « pas étudié » ? lol !

    • Les animaux aussi sont sensibles à l’effet placebo. Renseignez-vous, c’est passionnant, tout comme le fait que l’on peut déclencher des réponses immunitaires par effet placebo.

  • jacques lemiere
    1 juin 2017 at 7 h 34 min

    un tas d’arguments valables mais l’article élude la question de la responsabilité..l’enfant est innocent…ce n’est pas l’homéopathie qui l’a tué ce sont ses parents par leur choix ou leur ignorance et peut être le médecin… Le tort de cet article est un soupçon d’autoritarisme..je reconnais aux gens le droit de ne pas se soigner par une médecine ayant été testée scientifiquement…il en va de leur RESPONSABILITÉ…
    Le procès de l’homéopathie est vite fait… placebo…du moins jusque maintenant et compte tenu de l’absence de principe actif j’ai du mal à comprendre comment il pourrait en être autrement..mais qui sait? Le jour où l’homéopathie montrera un effet autre que du placebo je verrai.
    Le procès du médicament et de son usage doit aussi être fait…
    sauf que certains intervenants ne peuvent pas justifier l’homéopathie par les problèmes liés à l’usage des médicament..

    justifier l’usage…
    Il n’y aura jamais de victime directe liée à la prise de médicaments homéopathique!!!il y aura des victimes liées à la prise de médicaments…parce que ce SONT des médicaments!!!!
    Il n’y pas non plus de victime directe liée à la prise d’un bouillon ou d’un verre d’eau mais ça ne vous soignera pas sauf de la faim et de la soif!!!!!

    Réfléchir à l’usage du médicament pour : 100% d’accord …appeler un placebo médicament : NON..
    reste que en pratique …si je suis médecin et une personne exige un médicament , ça arrive!!, je lui refourgue un placebo…pour qu’il n’aille pas avaler une saloperie par ailleurs…

    Mais le procès scientifique de l’homéopathie est pratiquement fait…et n’a pas besoin d’instrumentaliser un drame pareil.

    vous prenez de l’homéopathie? vous êtes des adultes…
    vous pensez que ça vous fait du bien? si vous le dites…
    vous affirmer que la preuve est faite de l’efficacité thérapeutique de l’homéopathie…non.
    ET je refuse de participer à une processus assurantiel où je dois payer vous granules autrement que par la nécessité de donner aux praticien la possibilité de donner des placebo à certains patients.
    Mais si je vous vois soigner votre enfant avec de l’homéopathie, ça me pose un cas de conscience. Aie je le doit de vous imposer de changer ça?

    • @ jacques lemiere

      Malheureusement non! Comme vous devez demander au juge ou au procureur de pouvoir passer outre à l’interdiction des parents pour transfuser un enfant de « témoins de Jéhova » qui le nécessite!

      Jusqu’à preuve du contraire, les parents sont seuls habilités à soigner leurs enfants sur lesquels, ils ont autorité: c’est la loi!

      Les lois sur l’homéopathie sont ambigües, en France, croire que cela n’a rien à voir avec l’industrie sous-jacente n’est qu’illusion.

    • « si je suis médecin et une personne exige un médicament , ça arrive!!, je lui refourgue un placebo… »
      Ok, supposons, vous cédez et lui donnez votre placebo (sans qu’il sache que cela en est un bien sûr, c’est la règle de l’utilisation des placebos). Il le trouve tellement bien (véritablement ou par prétexte) et…arrête ses autres traitements. Les conséquences qui s’en suivent seront juridiquement de votre faute, car on estimera votre prescription inadaptée. En effet, le médecin n’a pas à céder à une exigence inadaptée d’un patient sinon vous effectuez un transfert de responsabilité du patient sur vous-même.
      Un placebo est certes utile dans certains cas particuliers. Ce n’est pas un échappatoire aux pressions des patients.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Bernard Kron.

Quel candidat sera en mesure d’appréhender la profondeur de la crise décrite dans Blouses Blanches colère noire (Max Milo éditions) ?

Le chef de l’État une fois élu devra définir une nouvelle stratégie nationale pour la santé et corriger les erreurs de la gestion des crises.

Trop d’agences et de hauts fonctionnaires entraînent une coûteuse paralysie de leur gestion. Cette situation a entraîné le dépôt de milliers de plaintes.

La réforme interne de l’État pour le rendre plus efficient devra  défini... Poursuivre la lecture

Par Gérard-Michel Thermeau.

Knock, le terrible docteur Knock, gouverne désormais notre pays. Quand il écrivait sa fable satirique, Jules Romains n'imaginait certainement pas qu'un jour son personnage de fiction triompherait à ce point. Knock ou le triomphe de la médecine tel était en effet le titre de cette pièce fameuse créée le 15 décembre 1923.

Louis Jouvet qui avait imposé le personnage sur les planches devait l'incarner dans deux versions cinématographiques, réalisées par Roger Goupillières en 1933 et par Guy Lefranc en 195... Poursuivre la lecture

Par Alexander C. R. Hammond. Un article de HumanProgress

Voici le trente-septième épisode d’une série d’articles intitulée « Les Héros du progrès ». Cette rubrique est une courte présentation des héros qui ont apporté une contribution extraordinaire au bien-être de l’humanité.

Nos héros de la semaine sont James Elam et Peter Safar, les deux médecins qui ont découvert et popularisé la réanimation cardio-pulmonaire (ou RCP) moderne. Leur méthode est enseignée partout dans le monde comme LA façon de réanimer une personne.

Le... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles