Projet d’entreprise : faire vite ou faire bien ?

La réalité du business aujourd’hui est qu’il faut savoir transformer des idées en factures, du savoir en argent. Il faut aller vite et faire bien.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Projet d’entreprise : faire vite ou faire bien ?

Publié le 28 mai 2017
- A +

Par Alain Goetzmann.

Entrepreneur ou dirigeant, il est assez rare que nous manquions d’idées. Certaines sont bonnes, d’autres sont mauvaises, d’autres encore, un peu farfelues, mais quelques-unes d’entre elles se transforment en projet. Et alors soudain, il faut faire vite. Ce qui n’était encore qu’une idée, il y a quelques temps, devient un projet urgent, à réaliser dans les meilleurs délais, sous peine d’échec. Alors qu’il y a encore d’autres projets, plus anciens, dans les tuyaux, conséquences d’idées antérieures, les actions se télescopent au risque de se confondre et de semer le désordre dans le fonctionnement quotidien.

Certains projets sont alors laissés à l’abandon, ce qui est une mauvaise chose. S’il y a parfois des excuses à ne pas les terminer, il n’y a jamais de bonne raison. Un projet ne peut se poursuivre ou s’arrêter que de façon consciente et pour des raisons objectives. L’excuse du foisonnement des tâches n’en est pas une. Et pourtant, quelle que soit leur taille, grandes entreprisesPME ou TPE, une observation attentive vous y fera découvrir, inexorablement, un cimetière des bonnes idées disparues. L’ambiance, l’enthousiasme des équipes créent naturellement une très forte attirance vers toute nouvelle idée qui scintille. Comme pour Don Juan, la nouvelle, la prochaine à mettre en œuvre, est forcément la plus séduisante.

Ne laissez pas la créativité – absolument nécessaire – vous entraîner vers un nombre de projets qui absorberont plus de ressources humaines ou financières que vous n’en possédez.

Chaque projet doit être construitévalué et daté. Un projet n’est pas une velléité, c’est une volonté. Il implique donc un niveau de moyens qui se quantifie et comme vous y engagez une part non négligeable de vos ressources, il convient d’être vigilant.

La clé du succès, pour un projet, est d’abord la concentration. Si vous voulez lancer la mise en œuvre concrète d’une idée et lui donner l’élan nécessaire, vous devrez lui créer un environnement qui vous garde concentré, vous et vos équipes, et vous fait avancer au bon rythme, dans un bon timing. Il vaut mieux équilibrer les efforts plutôt que d’en faire 110% un jour et 30% un autre. C’est la fable du lièvre et de la tortue.

Il faut aussi, en fonction des ressources disponibles, protéger votre projet naissant des nouvelles idées qui vont tenter de s’y substituer. Tant que vous n’aurez pas réévalué un projet pour prendre la décision objective de le poursuivre, de l’accélérer, de le ralentir ou de l’arrêter, vous devrez être capable de constamment évaluer votre capacité à accueillir ou non, d’autres idées à mettre en œuvre. Il est trop facile, parce que souvent plaisant, de butiner de gauche à droite, au gré de ses envies ou de ses inspirations.

La réalité du business aujourd’hui est qu’il faut savoir transformer des idées en factures, du savoir en argent. Il faut aller vite et bien, avoir beaucoup d’idées, savoir sélectionner celles qui marcheront et se montrer ensuite consistant dans leur mise en œuvre.

Sur le web

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Je suis d’accord avec l’auteur mais son article fait l’économie des difficultés liées aux réalités du terrain. Il faudra en écrire sur l’éternelle différence entre ce que l’on prévoit et ce que l’on réalise.

    • Sans compter sur l’Etat prédateur.
      La TVA que l’on « récupère » soi disant et que l’on n’a même pas le temps de la « faire travailler » que déjà on doit la « reverser ». Et quand on « ferme », les assurances et taxes diverses qui ne s’arrêtent pas en même temps que votre « affaire ».

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Connor Vasile.

 

Si vous cherchez « le capitalisme combat le racisme » dans Google, les premiers résultats de recherche seront des articles comme : « Le capitalisme est-il raciste ? » ;  « Le capitalisme sans racisme : Science ou fiction » ; « L'essor du capitalisme et l'émergence du racisme ».

À la lecture de ces titres, on pourrait croire que le modèle économique le plus triomphant que le monde ait jamais connu est enraciné dans un environnement raciste et hégémonique destiné à profiter aux seigneurs de la soci... Poursuivre la lecture

Tout avait pourtant si bien commencé. Le 17 mai 2011 étaient déposés au greffe de Bruxelles les statuts de la coopérative NewB, visant à « préparer la fondation d’une nouvelle banque coopérative en Belgique » (article 3).

Parmi les parents statutaires de cette belle et noble initiative, la fine fleur de la gauche bien-pensante belge : Bond Beter Leefmilieu-Vlaanderen, Caritas Catholica, CND-111111, Greenpeace Belgium, Inter-Environnement Bruxelles, Médecins du Monde, Vredeseilanden, etc. Comment un enfant né de la morale pourrait-il ne... Poursuivre la lecture

Le besoin des entreprises de répondre aux nombreuses ruptures de leur environnement les amène souvent à créer une entité spécifiquement consacrée à cette question. Le nom peut varier, mais ces entités innovation rencontrent très souvent le même problème : leurs belles idées ne donnent pas grand-chose sur le marché, quand elles atteignent cette étape. Comme souvent, cela tient à la façon dont elles sont conçues et au modèle qui sous-tend leur activité.

J’avais il y a quelques semaines l’occasion d’intervenir dans une très belle ETI indu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles