Présidentielle : Emmanuel Macron élu Président (65 %). Abstention et votes blancs record

Suivez ce second tour inédit de la présidentielle française de 2017.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Présidentielle : Emmanuel Macron élu Président (65 %). Abstention et votes blancs record

Publié le 7 mai 2017
- A +

Par la rédaction de Contrepoints.

Ce live est terminé désormais. Pour retrouver toutes nos analyses sur la présidentielle, cliquez ici.

21 h 05 : après quelques soucis techniques, Emmanuel Macron a pris la parole pour sa première intervention de président élu, en disant « sa gratitude ». Il a cherché à rassembler, en disant reconnaître la colère qui a pu pousser des électeurs « à des votes extrêmes ». Il a ensuite cité ses principales priorités, de « protection », de « solidarité », de lutte contre le réchauffement climatique ou pour l’Europe.

Il a aussi adressé quelques mots à François Hollande, avant de déclarer qu’il s’engageait à servir la France pendant 5 ans, « avec humilité ».

21 h : selon BFM, François Hollande « a applaudi le résultat » de la victoire d’Emmanuel Macron.

20 h 45 : avec 20 millions de votes sur 47,5 millions d’inscrits (42 %), Emmanuel Macron réalise un score inférieur à Nicolas Sarkozy en 2007 (43 %, 19 millions sur 44,5 millions d’inscrits) et meilleur que François Hollande en 2012 (39 %, 18 millions sur 46 millions d’inscrits).

20 h 35 : les premières réactions soulignent comment l’échiquier politique pourrait se réorganiser dans les jours à venir : au PS, les félicitations vont avec les soutiens explicites pour les législatives. Jack Lang, Jean-Marc Ayrault, Gérard Collomb, Manuel Valls, Ségolène Royal, etc. se sont félicités de la victoire d’Emmanuel Macron.

Chez Les Républicains, ce sont des félicitations très critiques qui dominent, avec Éric Woerth soulignant que la droite a perdu pour des raisons qui n’ont que peu à voir avec son programme, tandis que François Baroin a souligné que les Républicains s’inscriraient clairement dans l’opposition à Emmanuel Macron. Des propos qui tranchent cependant avec le positionnement de Bruno Le Maire vers 20 h 50, qui a indiqué être prêt à rejoindre une éventuelle majorité d’Emmanuel Macron.

Si Emmanuel Macron devrait réussir à rallier quelques chiraquiens (comme Dominique de Villepin), les ralliements à En Marche se feront probablement davantage à gauche.

20 h 25 : les bulletins blancs seraient plus de 4 millions, près de 13 % des bulletins exprimés, 15% des inscrits. C’est le double de 2012 alors que la participation a été plus faible. Avec l’abstention record de 25 %, cela souligne que la victoire d’Emmanuel Macron est loin d’être large et que les Français ne sont pas tous satisfaits de ce second tour, loin de là.

20 h 15 : dans son discours, Marine Le Pen reconnaît sa défaite et se positionne en première opposante d’Emmanuel Macron, dans un duel « mondialistes contre patriotes ». Sur l’esplanade du Louvre où se réunissent les partisans de Macron, les écrans ont cessé de diffuser les résultats pendant le discours de Marine Le Pen.

20 h 10 : Bernard Cazeneuve déclare que la gauche de gouvernement doit apporter sa contribution à la potentielle future majorité d’Emmanuel Macron. Des propos suivis par des encouragements de Ségolène Royal ou de Manuel Valls, qui indiquent souhaiter travailler avec Emmanuel Macron. De quoi apporter de l’eau au moulin de ceux pour lesquels Emmanuel Macron serait la gauche en habits neufs.

20 h : sans surprise, Emmanuel Macron remporte le second tour de la présidentielle de 2017, avec une majorité proche des 60 % voire 65 % comme annoncé par les sondages. À 39 ans, il devient le huitième (et plus jeune) président de la Ve République.

La participation flirte avec les 75 %, un niveau historiquement bas, pas atteint depuis 1969.

19 h 55 : les soutiens d’Emmanuel Macron sont déjà plusieurs milliers sur l’esplanade du Louvre, alors que dans le Bois de Vincennes le rassemblement frontiste est lui beaucoup plus clairsemé.

19 h 35 : de combien sera l’abstention finale ? 27 % si l’on se base sur les chiffres à 17 h ? De 25 à 27 % selon les instituts de sondage ? Une chose est certaine, ce sera le taux le plus élevé depuis 1969 où le second tour avait opposé deux candidats de droite. Un révélateur de l’insatisfaction des Français face à ce second tour inédit. Sera également scruté le pourcentage de votes blancs et nuls. Autour de 6 % à la dernière présidentielle, il pourrait aussi toucher un record à 10 % ou plus.

19 h 30 : face à la décision du Front National de ne pas laisser accéder Rue 89, Buzzfeed ou Mediapart à sa soirée électorale (manque de place selon le FN, motivations idéologiques selon les médias), plusieurs journaux de gauche ont décidé de ne pas s’y rendre (Libération ou Le Monde), en invoquant la liberté de la presse.

19 h : les premiers bureaux de vote ont fermé mais ceux des grandes villes restent ouverts jusqu’à 20 h. Aucun résultat ne pourra être publié en France avant cela. Les médias étrangers ne se privent pas dans le même temps pour donner des résultats estimés fournis par les instituts de sondage mais il nous est interdit ici de les communiquer ou de les commenter.

17 h : la participation à 17 h (communiquée bizarrement avant 17 h par Le Monde) serait de 65,3%. Au premier tour, on se situait à 69,42%. En 2012, elle était de 71,96 % à la même heure. En extrapolant, cela donnerait une abstention de plus de 27 % ce soir, plus que les 25 % annoncés par les sondeurs.

16 h : les prochains rendez-vous de l’après-midi : à 17 h, nouveau point sur la participation de la part du ministère de l’Intérieur. À 19 h, les premiers bureaux fermeront, puis à 20 h tomberont les premières estimations de résultats. Les médias français ne peuvent communiquer à ce sujet avant 20 h, même si les médias étrangers commencent à le faire.

12 h 15 : avant les années 1970, on votait pour la présidentielle en décembre. Savez-vous pourquoi cela a changé ? Réponse ici.

Midi : la participation à midi s’élève à 28,23 %. En baisse de 0,3 % par rapport au 1er tour alors qu’elle était systématiquement beaucoup plus forte au 2nd tour lors des dernières élections. Le décrochage par rapport à 2012 ou 2007 est donc très fort : 2,5 % de moins qu’il y a six ans (30,7%), 6 % de moins qu’il y a 10 ans (34 %). En extrapolant les chiffres de midi, cela donnerait 74 % de participation finale, soit moins que ce qu’annoncent les sondages qui tablent sur une abstention de 25 %.

11 h 45 : les premiers chiffres de participation sont attendus peu après midi. Un enjeu clef : c’est la première fois qu’à la présidentielle la gauche (Emmanuel Macron) est opposée à l’extrême droite au second tour. Cela annonce une abstention élevée, bien plus que pour 2002 où la droite parlementaire (Jacques Chirac) était opposée à l’extrême droite. Nombreux ont été les appels à l’abstention, à droite comme très à gauche, ou encore dans ces colonnes.

Au delà de 25 %, l’abstention serait jugée particulièrement élevée. En ligne de mire, le record de 1969, où l’abstention avait été de 31 %. Ce serait la première fois depuis des décennies que le nombre de votants baisserait au second tour. Enjeu aussi, le taux potentiellement record de votes blancs ou nuls. De 2,5 % au premier tour, on pourrait passer à 10 %, ce qui serait un record :

11 h 10 : les deux candidats de ce second tour, Marine Le Pen & Emmanuel Macron, ont voté ce matin. À Hénin Beaumont pour la première vers 11 h, quelques minutes après, Emmanuel Macron qui a voté lui au Touquet.

Voir les commentaires (13)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (13)
  • Avec (semble-t’il) aux alentour de 25% d’abstention et de 10% de votes blanc ou nuls, j’espère que les deux candidats comprendront qu’ils ont intérêt à adopter profil bas.

  • Macron est votre nouveau president, comme tous les éléphants socialistes, il n’en a plus rien à fiche de la France.

    D’ici quelques jours, il va s’octroyer une augmentation de salaire et vivre comme un pachat pour le restant de sa vie.
    Il va aussi créer un statut rémunéré de première Dame.

    Et hop, la vie de château ….

  • Sur ces 20 millions de votes, 53% ont voté contre Le Pen plutôt que pour Macron.

    En fait de « démocratie » (« pouvoir du peuple »), l’empereur, le roitelet des Français a réellement été choisi par 15% du peuple.

    • @Ilmrym
      C’est pour cela que les politiciens se sont bien arrangés leurs petites affaires : si ces « opposants au F.N » avaient (pu) voter blanc, Macron serait allé se rhabiller. 53% de 20 millions font 10 millions et plus de votes blancs, ce serait trop la honte pour la classe politique, heureusement que les votes blancs ne sont pas comptabilisés. Ils seraient à ajouter aux 4 millions effectifs (13%). 14 millions de votes blancs sur 47.5 millions d’inscrits, ça frôlerait les 30% de votes blancs. et 25% d’abstention, soit : 11,875 millions de pêcheurs. Pêcheurs plus voteurs blancs on arriverait à 25, 875 millions, soit 54,4 % des inscrits. C’est beaucoup, heureusement que tout est bien verrouillé !

      • helas oui ce vote est un trompe l oeil qui annonce des jours difficiles

        de plus cela semble un recyclage du parti socialiste

  • L’élection du nouveau « roi de France » est perçue depuis la Suisse comme une façon pour les Français de se singulariser dans leur quête de de « démocratie ».
    Dans son blog, Stéphane Montabert affirme, je cite:
    « Ce soir les Français ont confirmé que le rejet du FN était la définition suprême de leur appartenance politique ; ce faisant, ils se retrouvent avec un président par défaut, au programme flou et à la légitimité mesurée. Bonne chance à lui, bonne chance à eux ».

  • Houuu là là…
    Il serait « libéral » notre nouveau président dont les principales priorités sont de « protection », de « solidarité », de lutte contre le réchauffement climatique ou pour l’Europe.
    Je suis surpris qu’avec un choix entre Macron et Le Pen l’abstention plus le vote blanc n’aient pas dépassé 50%

    • @Franz
      L’abstention (25% de 47.5 millions soit 11875000) + les votes blancs (13% de 35,625 millions soit 4631000 ) on arrive à : 16506250 soit 34,75%. Les « finalistes » se sont donc « affrontés » sur 65.25% des citoyens.
      Le vote blanc est comme le vote nul : ni l’un ni l’autre n’est comptabilisé comme suffrage exprimé.
      je suis d’accord avec vous : E. Macron est dit « libéral » parce qu’il est aquoquiné avec la banque Rothchild. Ce qui va puer le capitalisme de connivence à plein naseaux ! Un énarque, politicard de surcroît, qui compte « fixer le juste prix de l’alimentation dès le mois de juillet » n’est pas libéral du tout !
      Comme ses prédécesseurs, il n’a pas besoin d’avoir la majorité au Parlement, ou dans la seule Assemblée Nationale : il aura besoin des députés partis en vacances pendant l’été, pour que quelques uns, présents eux, votent ses réformes/lois. 75% des 577 députés étaient au troquet du coin, ou à la pêche, quand il a fallu prolonger, la première fois, l’état d’urgence de trois mois en décembre 2015 ; 90 députés ont voté pour ne pas comptabilser le vote blanc comme « suffrage exprimé », en novembre 2012.

      • Edit :
        « on arrive à : 16506250 soit 34,75%. »
        Si on prend les 13% de votes blancs sur le nombre d’inscrit, ce qui devrait être fait d’ailleurs, on arrive à 38% au lieu de 34.75%. La crédiblité/légitimité du « vainqueur » est encore plus faible.

  • C’est uniquement son score du premier tour qui exprime la représentativité et la légitimité réelle de la marionnette des milliardaires et autres chefs d’entreprise et gros actionnaires du Cac40, ainsi que des membres du Club de la Rotonde et des Gracques, sachant que certains d’entre eux sont patrons de presse.

    Çà fait environ 18 % des électeurs inscrits parmi lesquels il y avait déjà des voix – politiquement cultivées ou non – avant tout anti-Mélenchon, anti-Fillon, anti-Le Pen.

    Sachant qu’à cette tragi-comédie électorale refusent aussi de participer des femmes et des hommes, cultivés économico-politiquement (ou politico-économiquement si on préfère), voire mieux encore environnementalement, qui ne sont pas ou plus inscrits sur les listes électorales, alors qu’elles/ils se dévouent quotidiennement d’une façon ou d’une autre altruistement dans l’environnement sociétal où elles/ils vivent

    Pauvre France ! Pauvres Français de plus ou moins fraîche date qui vont encore davantage que dans le passé être victimes des milliardaires et des patrons du CAC 40 constituant l’ « état profond ».

    Comme toujours, mais dans le cas c’est plus grave, depuis ce dimanche 20 H 00, on a abondamment abuser du « Les Français », alors qu’un minimum de sérieux et d’honnêteté imposait de dire « Des Français », ce qui devait logiquement signifier « un certain nombre de Français », et qui plus est un nombre rarement majoritaire donc pas (tous) » les Français ».

  • Pour répondre à Duglandin.

    En réalité en Suisse, nous aurions préféré que vous votiez autre chose que pour un pro-Européen.

    Car nos chers politiciens vont encore devoir s’aplatir devant une Europe surpuissante …

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Par Guillaume Nicoulaud.

Je voudrais revenir ici sur quelques-unes des inepties qui émaillent le programme économique et les discours de Madame Le Pen (mais aussi ceux de l'extrême gauche).

Avant l’euro, la France était libre de faire ce qu’elle voulait du franc

Ça n’est que très partiellement exact. Depuis la fin de la Seconde guerre mondiale, la parité du franc face aux autres devises a toujours été encadrée par des accords internationaux. Au début, c’était ceux de Bretton Woods, du 26 décembre 1945 au 19 mars 1973, puis le se... Poursuivre la lecture

Par Eddie Willers.

Cet article a été publié une première fois en 2017, il est malheureusement toujours d'actualité.

Alors que Jean-Luc Mélenchon profite d’une belle hausse de sa popularité dans les sondages (certainement due à sa superbe chaîne YouTube), parlons d’une de ses mesures phare : la hausse du SMIC.

Le Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance est actuellement de 1466,62 euros bruts mensuels. Jean-Luc Mélenchon propose de le faire passer à 1700 euros  bruts dans un premier temps puis nets d’ici la fin de ... Poursuivre la lecture

Pour Pierre Bréchon. Un article de The Conversation

En vertu de leurs connaissances de la sociologie électorale, la plupart des observateurs pensaient qu’Emmanuel Macron ne réussirait pas à conquérir le pouvoir, étant donné sa jeunesse et l’absence d’une force politique importante pour le soutenir. Pourtant, après avoir gagné l’élection présidentielle, il est en passe de dominer très largement les législatives, ce qui lui permettra d’appliquer sa politique.

Le premier tour des élections législatives amplifie les recompositions q... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles