Marine Le Pen veut tuer la France pour « sauver son peuple »

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
By: Blandine Le Cain - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Marine Le Pen veut tuer la France pour « sauver son peuple »

Publié le 4 mai 2017
- A +

Par Yves Montenay.

On dit aux Français, aux Allemands et à bien d’autres : « votez pour moi sinon vous serez remplacés dans votre propre pays par des Barbares ». En France, Marine Le Pen parle de « l’invasion » ou de « la déferlante ». C’est le fantasme du grand remplacement, une grave erreur car on tuerait la France sous prétexte de sauver son peuple. À moins que ce ne soit une simple arnaque électorale.

Un « remplacement par des Barbares » ? Certes, on ne le dit pas directement, législation française oblige. On évoque « des mœurs, des coutumes, le respect dû aux femmes, les conquérants qui nous assiègent » ou « nous serons étrangers sur notre propre sol ».

L’auditoire comprend parfaitement et lance des huées à chaque allusion. Le discours du Front National a été analysé par de multiples chercheurs, dont les conclusions sont résumées par l’historien Pierre Nora :  « avec nous ou la mort ».

Le fantasme du « grand remplacement »

Il y a aujourd’hui 66 millions d’habitants en France, dont autour de 5 millions originaires de pays musulmans, « deuxième génération » comprise, et non 10 à 15 comme l’affirment des rumeurs insistantes.

Certes, il n’y a pas de statistiques ethniques, mais une masse d’études et de sondages confirment ce chiffre. Un éventuel remplacement supposerait donc des mouvements (naissances, décès, immigration, émigration) dont le solde serait d’un grand nombre de dizaines de millions de personnes.

Idéologie invraisemblable

Est-ce vraisemblable ? Concernant les naissances et décès, la différence avec le reste de la population est trop faible pour avoir un effet massif avant un, voire plusieurs siècles car il ne s’agit que d’une fraction d’enfants par femme (0,4 ?).

Rappelons que les plus féconds sont les Subsahariens, chrétiens ou musulmans, et non les Maghrébins ou les Turcs, qui viennent d’ailleurs de pays très moyennement féconds (2 à 3 enfants par femme).

Même fantasme pour les quelques milliers de polygames « couverts d’enfants » : ce qui détermine le futur, c’est le nombre d’enfants par femme et non par homme.

Mais, dira-t-on, il y aura l’immigration future, actuellement d’environ 200 000 par an. Certes, mais dans cette immigration il y a de tout, musulmans ou non, dont de plus en plus de personnes qualifiées et de femmes seules, dont beaucoup viennent chez nous pour échapper aux « coutumes » locales.

Loin du remplacement

Il y a aussi 70 000 étudiants venant du monde entier, dont la plupart reviendront au pays, voire, de plus en plus souvent, nous quitteront pour aller en Grande Bretagne et aux Amériques.

Donc pas de calcul précis possible, mais remarquons qu’il faut 100 ans pour que 100 000 arrivées annuelles de supposés « remplaçants » totalisent 10 millions d’individus, et nous seront toujours loin du remplacement.

Remarquons au passage que l’immigration clandestine, très visible à certains endroits, ne change pas le calcul car elle est intégrée à l’officielle au fil des régularisations ou se termine par des retours : on ne reste pas clandestin toute sa vie, du moins en quantité significative.

Éviter l’émigration

Mais dira-t-on, des Français émigrent, ce qui précipite le remplacement. Oui, mais le même calcul montre qu’il resterait néanmoins très lointain. Et surtout, cette émigration est la conséquence de nos erreurs économiques : votons pour un candidat qui les évitera !

Voyons maintenant qui sont ces 5 millions de résidents « d’origine musulmane ». Ils sont très fractionnés en « nationalités » rivales (Marocains/Algériens, Turcs/Arabes/Subsahariens, Iraniens et Libanais chiites/sunnites etc. ), en comportements religieux (pieux, non pratiquants, athées et même chrétiens… ) et en sentiment national : fidèles au pays d’origine, patriotes français, comme les « Fils de France », « internationalistes » djihadistes,  très remarqués mais peu nombreux. On est donc très loin d’un bloc.

Des remplaçants qui font peur ?

Finalement, qui sont ces « remplaçants » qui vous font peur ? Notre collègue informaticien ? La réponse est hésitante : « pas forcément, je parle de ceux qui ne sont pas intégrés, les banlieues, quoi, les assistés… vous voyez ce que je veux dire ». Très bien. Il y a effectivement un problème important, mais qui concerne beaucoup moins de monde.

Combien ? Je vous passe les détails et l’incertitude sur les chiffres, mais quelques centaines de milliers me semblent être un grand maximum. C’est beaucoup, mais pas de quoi remplacer 65 millions de personnes ! Rappelons-nous qu’en 1972 (oui 1972 !), le slogan du parti d’extrême droite était :  « Avec nous, avant qu’il ne soit trop tard. »

Et si c’était l’inverse :  s’ouvrir avant qu’il ne soit trop tard ?

L’immigration est vitale malgré ses inconvénients

Pourquoi ? Parce que tout adulte de 60 ans sera retraité 10 ans plus tard, et en état de faiblesse dans les 15 années qui suivent. De même tout enfant non né en 2017 ne sera jamais un adulte. Tout trou dans la pyramide des âges est définitif, sauf immigration.

La question des retraites a mis en évidence le vieillissement de population, mais en se limitant trop souvent à l’aspect financier (cotisations/pensions). Or le vieillissement, c’est bien plus que les retraites : c’est l’extinction dans la misère ou la servitude.

Pourquoi ? Parce qu’il suffit d’environ 40 ans de faible fécondité pour que le mécanisme de disparition d’un peuple se mette en place, car le nombre de femmes pouvant être mères se met à diminuer.

Le problème de la fécondité

Corrélativement il faut 40 ans pour relancer la machine, et les pays qui essaient de le faire (Chine, Allemagne) ont échoué pour l’instant à faire remonter significativement la fécondité.

Le Japon est le grand pays dans lequel le processus de disparition est le plus avancé, et l’Allemagne le serait sans sa politique d’immigration massive qui dure maintenant depuis 70 ans, donc indépendamment de la « crise syrienne ». Remarquons que cette immigration n’a pas gêné son développement économique, bien au contraire. Idem pour les États-Unis.

Or les conséquences du déclin démographique sont dramatiques car il ne reste que des vieux.  Soit ils se coupent du reste du monde et ils crèvent de faim ou de misères physiques, soit ils acceptent alors l’aide de jeunes immigrants qu’ils sont alors trop vieux pour encadrer et contrôler.

Le déclin démographique

Il aurait fallu les faire entrer 40 ans plus tôt quand les institutions étaient encore en place et tenues par suffisamment de « nationaux ». C’est encore aujourd’hui le cas de la France, et déjà moins nettement celui de l’Allemagne.

Cette dernière essaie de « compenser » son infériorité démographique par une vigoureuse politique d’intégration. Bref, il vaut mieux une immigration importante maintenant, que plus tard ou jamais.

Que cette immigration pose de graves problèmes, nous sommes tous d’accord. Mais il faut penser à l’alternative. Cela va bien au-delà des questions d’économie, de port du foulard et du menu des cantines.

Fausse perspective sur le terrorisme

Et même au-delà du terrorisme qui frappe à juste titre l’opinion publique, mais qui reste extrêmement faible car il n’a pas de support dans la masse des musulmans français : une vingtaine d’acteurs d’attentats meurtriers en 2016 et quelques dizaines pour ceux qui ont échoué.

Et le vieillissement est d’autant plus dangereux que le début est insidieux : moins d’enfants, donc moins de charges. J’ai été particulièrement scandalisé par un haut fonctionnaire de Bruxelles qui déclarait « nous entretiendrons les vieux avec l’argent économisé sur les jeunes », oubliant qu’il s’agit d’êtres humains et non d’argent !

En conclusion, il ne sert à rien de vouloir « sauver » un peuple de l’immigration s’il n’existe plus. Comme dans toute action humaine il y a des risques à prendre, mais il y a aussi la certitude d’échouer si l’on se ferme. Mais il est plus simple de faire peur si on veut être élu !

Sur le web

Voir les commentaires (14)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (14)
  • ce que je ne comprend pas , c’est qu’en france le nombre de naissance baisse alors que la population augmente ; et à mon humble avis , cette population ne sort ni d’un choux fleur ni d’une rose ;

  • Non l’émigration n’est pas un mal nécessaire mais un choix économique. Regardons du côté Japonais Ce pays à les mêmes problèmes que nous, retraite,natalité, vieillissement de là population, et pourtant les japonais ont fait le choix de renoncer à l’émigration. Simplement ils en acceptent les conséquences, ils font des concessions sur leur train de vie et le pays n’est plus une puissance économique de premier plan. C’est une « régression » économique librement consentie par le peuple japonais au nom de sa culture. En France une pseudo élite pense pour nous et nous assène des vérités soit disant incontournables. Si en plus d’être un choix économique, une bonne partie de l’émigration provenait de notre incapacité à géré les flux alors « apprend à aimer ce que tu ne peux maîtriser ». Non je ne suis pas xénophobe!!! je veux
    simplement la vérité et la liberté de choisir.

    • @ Bithume

      « Comparaison n’est pas raison » m’a-t-on appris.
      L’immigration au Japon n’a sans doute rien de comparable avec ce qui se passe en Europe et avec une mentalité (oserais-je dire une « culture »?) bien différente!

      Hier soir, la France a montré comment un « débat » tournait, en fait, en une confrontation aussi décevante dans le fond que dans la forme!

      Jamais vous n’aurez un consensus de Français pour proposer ou accepter:

      « une régression économique librement consentie par le peuple au nom de sa culture »

      Bien évidemment!

      Si c’était le cas, rien ne s’opposerait à ce que la France et les Français puissent copier le « modèle allemand » et atteindre les mêmes résultats, si pas mieux!

      Il n’en est rien et leur avenir sera divergent!

      C’est évidemment l’excès de poids de l’état que la population de « l’obèse » refuse d’assumer sans en refuser les retombées multiples sonnantes et trébuchantes.

      Couper dans « un train de vie » de l’état (y compris ses multiples déclinaisons, les administrations pour les servir, ses redondances pour caser les « has been » et autres usines à gaz) exige, bien évidemment une coalition large afin de mouiller les partis principaux dans la responsabilité de l’aventure.

      Fr.Hollande a préféré l’inverse: l’équilibre de l’Obèse par une fiscalité maximale (imposer plus serait gagner moins!) sur 2 ou 3 générations d’endettés! Chacun ses choix: la France ne choisit que les boucs émissaires responsables de sa situation!

      Les critères du Pacte de stabilisation (1997)?

      Des impondérables empêchent chaque année ce pays gâté des dieux, d’y arriver, Mr Juncker!

      « Non ce n’est pas de notre faute! C’est lui! (« l’Europe », la « mondialisation », « l’ultra libéralisme », « les U.S.A. », enfin les « autres », mais pas nous!)

      Nous sommes chargés de vous guider dans vos erreurs: La France est la « Lumière du monde » et a la générosité de dispenser son enseignement à toutes les nations! Bande d’ingrats!

      Et pour exprimer ce discours, une des Le Pen (no comment!) et un E.Macron prêt à tout (ce qui signifie exactement qu’il n’a pas encore fourni la preuve de son efficacité, quand beaucoup de monde lui cherche des poux, maintenant, pour l’empêcher de tout chambouler du mikado français, demain!

      C’est sur « Contrepoints » que, déjà vieux, j’ai appris la notion de « rente », si bien comprise chez vous, dès le berceau!

  • À répéter sans cesse !

  • C’est de la propagande, avec l’allongement de la vie fatalement il y aura plus de vieux quelque soit l’immigration. vous voulez accroître la population ,cela étant sensé faire de la croissance…mais si les locaux ne font plus d’enfants , il y a sûrement une bonne raison !

    • @ reactitude

      Ne vous tracassez donc pas! Les immigrés de 2de génération, si vous leur laissez leur chance (chanceux équivalent à un souchien), ils défendront la France mieux et plus que des souchiens si ils ne sont pas traités comme les harkis! Et ne feront pas plus d’enfants que les Français (+/-2/femme).

  • LeGauloisIndigné
    4 mai 2017 at 10 h 27 min

    Y. Montenay – Les « originaires des pays Musulmans » ne sont pas en France chiffrés à environ 5 millions, mais à 10% de la population soit environ 6.7 millions – La fécondité ne se compte pas sur les hommes, nous sommes ok – Sauf qu’il y a un certain nombre de bigames que nous ne savons chiffrer, même si les enfants engendrés bénéficient TOUS des allocations, et potentiellement de la nationalité, même si les parents ne sont pas en situation « légale » – Le même taux de natalité est « dopé » par les immigrés en provenance de l’Afrique – Des études font ressortir que sans les naissances des résidents ayant ces origines, le classement de la France en Europe serait 3ème et non plus 1ère – Enfin, n’oublions pas que les attentats perpétrés en France et en Belgique ont été réalisés par des personnes qui résident dans ces deux pays !… – De fait votre « angélisme » est « bien gentil », mais pensez aussi à la situation que nous allons laisser aux générations futures « de Gaulois » ! – L’immigration remonte à Pompidou, à la demande du « Médef » de l’époque, soit au patronat pour faire baisser le prix de la main d’oeuvre – V. Giscard a de son côté autorisé le regroupement familial – De fait l’implantation durable voir définitive de ces populations a été facilité – La difficulté réside dans le fait que nombre de ces personnes veulent vivre ‘comme au pays » et imposer leur culture, leur tradition, leur religion et sa cohorte d’impératifs entre autre culinaires – Quant on s’installe dans un pays d’accueil, la moindre des choses et des respecter son mode de vie et de se l’approprier, non pas l’inverse – Allez vous installer au USA, au Canada (où j’ai de la famille), vous devrez y vivre comme les autochtones, ou… vous devrez partir !.. En France IL DOIT EN ETRE DE MÊME !… Nous sommes CHEZ NOUS !

  • Il faudrait que cet apatride polyglotte sache que, si lui a déjà déclaré le décès du peuple Français, donc de la Nation, et ce tout comme Macron, un grand nombre de Français ne sont pas près à le faire, même pour générer de la croissance. Après que lui et ses semblables veuillent bien se rendre responsables des conséquences néfastes sur ce qui reste de notre pays et sur l’Europe actuelle, y compris l’élection éventuelle de Marine le Pen avec le saut vers l’inconnu qu’il représente. C’est très important.

    • Ça n’arrivera pas! En politique, on reconnait avoir été trompé, jamais d’avoir fait une erreur ou une faute ou de s’être trompé! Et pourtant …

  • Le-Grand-Méchant-L
    4 mai 2017 at 12 h 35 min

    Quelle belle réfutation intellectuelle. Tout y est.

    Evidemment, les imbéciles qui se voient tous les jours en minorité ethnique et culturelle dans leur wagon de RER, leur centre commercial, les écoles, leur club de sport, et finalement leur immeuble ne peuvent pas comprendre. Ils comprennent juste qu’ils ont tort d’habiter encore quelque part. Par un curieux hasard, ceux qui ont raison vivent ailleurs.

    On se demande d’ailleurs si M.Montenay vit à Clichy, Bobigny, Evry, Cergy, Argenteuil, ou à Versailles, St-Germain-en-Laye, Paris…. L’auteur semble un grand voyageur, je l’invite à venir dans ces premières villes, à en visiter les salles de classe, les hopitaux, les centres commerciaux, les centres de loisir. Puis à y scolariser ses enfants ou petits enfants pour une aventure exotique d’un ou deux ans seulement, les voyages forment la jeunesse.

    Trêve de plaisanterie, le bouleversement ou l’inversion rapide des équilibres démographiques est une évidence que les périurbains des grandes agglomérations sont de plus en plus nombreux à vivre. Pour ces populations, il semble y avoir accélération récente du phénomène qui les rend minoritaires. Pour ceux qui vivent ailleurs, cela relève de l’anecdote ou de l’idée fixe.

    Prétendre que cela relève du fantasme ou de l’idéologie est la pire des réfutations, face à des gens dont les enfants reviennent le soir de l’école en disant que la cour de l’école primaire est divisée en bandes (non blancs et blancs), que jouer au ballon entre midi et deux n’a pas été possible car leur fils est blanc, que leur fillette revient de son club en disant qu’elle ne veut pas y retourner car les autres la regardent comme si elle était une bête curieuse, seule blonde parmi des enfants tous d’origine africaine.

    MLP est évidemment une solution pathétique, à très courte vue, économiquement inepte de surcroît, mais penser la combattre en répétant inlassablement que le problème n’existe pas ne résoud rien. Si une partie très significative de la population vit cette situation comme très problématique au point de voter pour MLP, nier les problèmatiques associées aux changements démographiques en cours au lieu de chercher à les traiter sur le fond n’honore pas la pensée libérale.

    Convient-il de rappeler ici que si l’ouverture et la liberté de circulation sont libérales, ces libertés restent fondamentalement et durablement incompatibles avec la nature de l’état providence en place actuellement, et ne sauraient par ailleurs pas être financées par la force sur le dos de tous au moyen de l’impôt, mais uniquement par la charité privé qui seule relève du libre arbitre des individus.

    « – Vous rappelez-vous, continua-t-il, avoir écrit dans votre journal : « La liberté est la liberté de dire que deux et deux font quatre ? »
    – Oui, dit Winston.
    O’Brien présenta à Winston le dos de sa main gauche levée. Le pouce était caché, les quatre doigts étendus.
    – Combien est-ce que je vous montre de doigts, Winston ?
    – Quatre.
    Le mot se termina par un halètement de douleur. L’aiguille du cadran était montée à cinquante-cinq.(…)
    – Combien de doigts, Winston ?
    – Quatre.
    L’aiguille monta à soixante.
    – Combien de doigts, Winston ?
    – Quatre ! Quatre ! Que puis-je dire d’autre ? Quatre !
    L’aiguille avait dû monter encore, il ne la regardait pas. (…) Mais il y en avait indubitablement quatre.
    – Combien de doigts, Winston ?
    – Cinq ! Cinq ! Cinq !
    – Non, Winston, c’est inutile. Vous mentez. Vous pensez encore qu’il y en a quatre. Combien de doigts, s’il vous plaît ?
    – Quatre ! Cinq ! Quatre ! Tout ce que vous voudrez. Mais arrêtez cela ! (…)
    – Vous êtes un étudiant lent d’esprit, Winston, dit O’Brien gentiment.
    – Comment puis-je l’empêcher ? dit-il en pleurnichant. Comment puis-je m’empêcher de voir ce qui est devant mes yeux ? Deux et deux font quatre.
    – Parfois, Winston. Parfois ils font cinq. Parfois ils font trois. Parfois ils font tout à la fois. Il faut essayer plus fort. Il n’est pas facile de devenir sensé. » G.Orwell 1984 sur librairial.org

  • Un petit « détail »: depuis quelques dizaines d’années, la France a fait le choix d’encourager l’immigration en provenance du Maghreb (et pas que) surtout pour une population peu, voire pas du tout qualifiée, tandis que d’autres pays, comme le Canada, ont choisi de privilégier les gens ayant déjà un certain niveau de qualification.
    Que l’immigration soit inévitable, peut-être. Il faudrait par contre (re)voir le niveau et la qualité, ne croyez-vous pas?
    Par ailleurs, j’aimerais bien savoir de quelle « France » on parle, car Macron « s’en fout de la France », textuellement. Laquelle n’a même pas de culture, en plus.
    Il s’agit donc simplement d’un territoire et d’une population (en pleine mutation, par ailleurs) sans racines et sans aucune référence commune, tout ça plongé dans le magma de la mondialisation heureuse, à base de globish et de capitalisme de connivence?

  • Article extrêmement confus, qui part dans toutes les directions. Si j’ai bien compris: le « grand remplacement » est u fantasme, mais le peuple n’existe plus. Ah bon ? Mais s’il n’existe plus, c’est bien qu’il a été remplacé ! Quand on n’a pas les idées claires, il vaut mieux éviter d’ajouter à la confusion.

  • Deux remarques sur cet article.

    Sur les retraites :
    Celui qui cotise pour les retraites, c’est celui qui a un emploi. S’il n’y a pas d’emplois, les migrants ne serviront jamais à rien, ce n’est pas ça qui va payer les retraites.
    L’immigration, si elle n’est pas soutenue par une économie saine, ne peut pas solutionner le problème des retraites.

    « autour de 5 millions originaires de pays musulmans, « deuxième génération » comprise »
    Les études qui révèlent ce chiffre sont basées sur les sondages car les statistiques ethniques sont interdites. Le chiffre correspond donc au corps électoral Français, c’est-à-dire sans les moins de 18 ans et sans les étrangers non naturalisés, et sans tenir compte de la disproportion chez les plus de 65 ans.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Nouvelle année est souvent synonyme de nouvelles résolutions. Comme la perte de poids semble toujours aussi populaire, je vous invite à l’appliquer plus largement et ainsi diminuer votre consommation… d'État.

Oh, je ne propose pas une utopie à la Galt’s Gulch. Néanmoins, voyez comment de nombreuses vies peuvent s’améliorer à mesure que le périmètre d’action de l’État diminue.

Éducation

En effet, au début de la troisième année du « deux semaines pour aplanir la courbe », beaucoup d'enfants ont pris un sérieux retard dans leur app... Poursuivre la lecture

« Projet contre projet » a déclaré Bruno Le Maire. Il a sans doute raison. Le choix des Français en avril 2022 sera largement déterminé par leur opinion sur les projets des candidats, c’est-à-dire sur la crédibilité et la qualité de ces projets, et en particulier sur leur précision.

Valérie Pécresse a été très précise sur certains de ses projets, et très vague sur d’autres.

Le programme migratoire de Valérie Pécresse

Pour le contrôle de l’immigration, elle a tenu compte de l’avis de son directeur de campagne, Patrick Stefanini,... Poursuivre la lecture

Par Alexandre Massaux.

Le sujet de l’immigration est revenu au cœur de l’actualité française et de la campagne présidentielle. Néanmoins, l’émigration mérite une attention particulière car une partie croissante de la population française quitte le pays, principalement pour des raisons professionnelles.

Si la pandémie a impacté ces migrations, elle ne les arrêtera pas et risque juste de les transformer.

Une attractivité faible de la France comparée à ses voisins

Selon le Migration Data Portail, un outil financé par plusieu... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles