Marine Le Pen veut tuer la France pour « sauver son peuple »

Il ne sert à rien de vouloir « sauver » un peuple de l’immigration s’il n’existe plus. Comme dans toute action humaine il y a des risques à prendre, mais il y a aussi la certitude d’échouer si l’on se ferme.

Par Yves Montenay.

On dit aux Français, aux Allemands et à bien d’autres : « votez pour moi sinon vous serez remplacés dans votre propre pays par des Barbares ». En France, Marine Le Pen parle de « l’invasion » ou de « la déferlante ». C’est le fantasme du grand remplacement, une grave erreur car on tuerait la France sous prétexte de sauver son peuple. À moins que ce ne soit une simple arnaque électorale.

Un « remplacement par des Barbares » ? Certes, on ne le dit pas directement, législation française oblige. On évoque « des mœurs, des coutumes, le respect dû aux femmes, les conquérants qui nous assiègent » ou « nous serons étrangers sur notre propre sol ».

L’auditoire comprend parfaitement et lance des huées à chaque allusion. Le discours du Front National a été analysé par de multiples chercheurs, dont les conclusions sont résumées par l’historien Pierre Nora :  « avec nous ou la mort ».

Le fantasme du « grand remplacement »

Il y a aujourd’hui 66 millions d’habitants en France, dont autour de 5 millions originaires de pays musulmans, « deuxième génération » comprise, et non 10 à 15 comme l’affirment des rumeurs insistantes.

Certes, il n’y a pas de statistiques ethniques, mais une masse d’études et de sondages confirment ce chiffre. Un éventuel remplacement supposerait donc des mouvements (naissances, décès, immigration, émigration) dont le solde serait d’un grand nombre de dizaines de millions de personnes.

Idéologie invraisemblable

Est-ce vraisemblable ? Concernant les naissances et décès, la différence avec le reste de la population est trop faible pour avoir un effet massif avant un, voire plusieurs siècles car il ne s’agit que d’une fraction d’enfants par femme (0,4 ?).

Rappelons que les plus féconds sont les Subsahariens, chrétiens ou musulmans, et non les Maghrébins ou les Turcs, qui viennent d’ailleurs de pays très moyennement féconds (2 à 3 enfants par femme).

Même fantasme pour les quelques milliers de polygames « couverts d’enfants » : ce qui détermine le futur, c’est le nombre d’enfants par femme et non par homme.

Mais, dira-t-on, il y aura l’immigration future, actuellement d’environ 200 000 par an. Certes, mais dans cette immigration il y a de tout, musulmans ou non, dont de plus en plus de personnes qualifiées et de femmes seules, dont beaucoup viennent chez nous pour échapper aux « coutumes » locales.

Loin du remplacement

Il y a aussi 70 000 étudiants venant du monde entier, dont la plupart reviendront au pays, voire, de plus en plus souvent, nous quitteront pour aller en Grande Bretagne et aux Amériques.

Donc pas de calcul précis possible, mais remarquons qu’il faut 100 ans pour que 100 000 arrivées annuelles de supposés « remplaçants » totalisent 10 millions d’individus, et nous seront toujours loin du remplacement.

Remarquons au passage que l’immigration clandestine, très visible à certains endroits, ne change pas le calcul car elle est intégrée à l’officielle au fil des régularisations ou se termine par des retours : on ne reste pas clandestin toute sa vie, du moins en quantité significative.

Éviter l’émigration

Mais dira-t-on, des Français émigrent, ce qui précipite le remplacement. Oui, mais le même calcul montre qu’il resterait néanmoins très lointain. Et surtout, cette émigration est la conséquence de nos erreurs économiques : votons pour un candidat qui les évitera !

Voyons maintenant qui sont ces 5 millions de résidents « d’origine musulmane ». Ils sont très fractionnés en « nationalités » rivales (Marocains/Algériens, Turcs/Arabes/Subsahariens, Iraniens et Libanais chiites/sunnites etc. ), en comportements religieux (pieux, non pratiquants, athées et même chrétiens… ) et en sentiment national : fidèles au pays d’origine, patriotes français, comme les « Fils de France », « internationalistes » djihadistes,  très remarqués mais peu nombreux. On est donc très loin d’un bloc.

Des remplaçants qui font peur ?

Finalement, qui sont ces « remplaçants » qui vous font peur ? Notre collègue informaticien ? La réponse est hésitante : « pas forcément, je parle de ceux qui ne sont pas intégrés, les banlieues, quoi, les assistés… vous voyez ce que je veux dire ». Très bien. Il y a effectivement un problème important, mais qui concerne beaucoup moins de monde.

Combien ? Je vous passe les détails et l’incertitude sur les chiffres, mais quelques centaines de milliers me semblent être un grand maximum. C’est beaucoup, mais pas de quoi remplacer 65 millions de personnes ! Rappelons-nous qu’en 1972 (oui 1972 !), le slogan du parti d’extrême droite était :  « Avec nous, avant qu’il ne soit trop tard. »

Et si c’était l’inverse :  s’ouvrir avant qu’il ne soit trop tard ?

L’immigration est vitale malgré ses inconvénients

Pourquoi ? Parce que tout adulte de 60 ans sera retraité 10 ans plus tard, et en état de faiblesse dans les 15 années qui suivent. De même tout enfant non né en 2017 ne sera jamais un adulte. Tout trou dans la pyramide des âges est définitif, sauf immigration.

La question des retraites a mis en évidence le vieillissement de population, mais en se limitant trop souvent à l’aspect financier (cotisations/pensions). Or le vieillissement, c’est bien plus que les retraites : c’est l’extinction dans la misère ou la servitude.

Pourquoi ? Parce qu’il suffit d’environ 40 ans de faible fécondité pour que le mécanisme de disparition d’un peuple se mette en place, car le nombre de femmes pouvant être mères se met à diminuer.

Le problème de la fécondité

Corrélativement il faut 40 ans pour relancer la machine, et les pays qui essaient de le faire (Chine, Allemagne) ont échoué pour l’instant à faire remonter significativement la fécondité.

Le Japon est le grand pays dans lequel le processus de disparition est le plus avancé, et l’Allemagne le serait sans sa politique d’immigration massive qui dure maintenant depuis 70 ans, donc indépendamment de la « crise syrienne ». Remarquons que cette immigration n’a pas gêné son développement économique, bien au contraire. Idem pour les États-Unis.

Or les conséquences du déclin démographique sont dramatiques car il ne reste que des vieux.  Soit ils se coupent du reste du monde et ils crèvent de faim ou de misères physiques, soit ils acceptent alors l’aide de jeunes immigrants qu’ils sont alors trop vieux pour encadrer et contrôler.

Le déclin démographique

Il aurait fallu les faire entrer 40 ans plus tôt quand les institutions étaient encore en place et tenues par suffisamment de « nationaux ». C’est encore aujourd’hui le cas de la France, et déjà moins nettement celui de l’Allemagne.

Cette dernière essaie de « compenser » son infériorité démographique par une vigoureuse politique d’intégration. Bref, il vaut mieux une immigration importante maintenant, que plus tard ou jamais.

Que cette immigration pose de graves problèmes, nous sommes tous d’accord. Mais il faut penser à l’alternative. Cela va bien au-delà des questions d’économie, de port du foulard et du menu des cantines.

Fausse perspective sur le terrorisme

Et même au-delà du terrorisme qui frappe à juste titre l’opinion publique, mais qui reste extrêmement faible car il n’a pas de support dans la masse des musulmans français : une vingtaine d’acteurs d’attentats meurtriers en 2016 et quelques dizaines pour ceux qui ont échoué.

Et le vieillissement est d’autant plus dangereux que le début est insidieux : moins d’enfants, donc moins de charges. J’ai été particulièrement scandalisé par un haut fonctionnaire de Bruxelles qui déclarait « nous entretiendrons les vieux avec l’argent économisé sur les jeunes », oubliant qu’il s’agit d’êtres humains et non d’argent !

En conclusion, il ne sert à rien de vouloir « sauver » un peuple de l’immigration s’il n’existe plus. Comme dans toute action humaine il y a des risques à prendre, mais il y a aussi la certitude d’échouer si l’on se ferme. Mais il est plus simple de faire peur si on veut être élu !

Sur le web