Revenus locatifs : comment les déclarer

Et voilà que revient la saison des déclarations de revenus. Voyons aujourd’hui vos revenus locatifs.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Mauvaise gestion By: Images Money - CC BY 2.0

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Revenus locatifs : comment les déclarer

Publié le 29 avril 2017
- A +

Par Thibault Doidy de Kerguelen.

Que vous fassiez votre déclaration de revenus encore sur papier ou en ligne, si vous avez investi dans un bien immobilier que vous louez, vous devez déclarer les revenus locatifs que vous percevez.

La manière de procéder change selon que vous louez votre appartement ou votre maison vide, meublée ou qu’il s’agit d’une location saisonnière, voyons aujourd’hui les locations vides

Quand faire sa déclaration de revenus locatifs ?

Cette année, il vous faut remplir votre déclaration avant le 17 mai sur papier.

Ou, si vous faites votre déclaration sur Internet ou que vous n’êtes pas résident en France :

  • si vous habitez dans les départements 01 à 19 : le 23 mai.
  • si vous habitez dans les départements 20 à 49 : le 30 mai
  • si vous habitez dans les départements 50 à 976 : le 06 juin

Comment faire sa déclaration de revenus locatifs ?

L’administration fiscale fait une distinction entre les revenus issus d’une location vide et d’une location meublée.

Dans une location vide, les loyers sont considérés comme des revenus fonciers. Et il existe deux manières de déclarer ces revenus fonciers. Tout dépend du montant que vous avez encaissé dans l’année.

Si vos loyers n’excèdent pas 15.000 euros

L’administration fiscale a mis en place un régime spécifique pour vous, il se nomme le régime du micro-foncier.

Pour vous, pas besoin de remplir une déclaration 2044 spécifique. Vous pouvez déclarer vos loyers dans la déclaration 2042 qui prévoit une case (cadre 4 case BE). La barre est fixée à 15.000 euros de loyers hors charges, ce qui représente 1250 euros de loyers par mois. Les propriétaires d’un seul bien immobilier mis en location entrent donc souvent dans cette catégorie.

Le principe du micro foncier est celui de l’abattement forfaitaire. Vous ne paierez pas l’impôt sur la totalité des loyers perçus, mais seulement sur 70% de ceux-ci. Les 30% restants peuvent donc vous servir à payer les charges qui sont associées à toute propriété immobilière. Les 15.000 euros sont donc bien des loyers bruts. Et il est possible de déclarer les loyers d’une location Pinel, Duflot, Scellier dans ce cadre.

Attention, ne faites pas vous-mêmes la déduction, inscrivez le montant total de vos loyers bruts et le fisc enlèvera 30%.

Attention, faites vos comptes !

Le régime du micro-foncier n’est pas forcément une bonne affaire.

Son avantage est sa simplicité, puisque vous n’avez pas à justifier des charges que vous avez supportées pour l’appartement que vous louez. Mais son inconvénient fait que dans certains cas, si vous avez fait des travaux importants, si vous êtes en début d’acquisition et payez beaucoup d’intérêts par exemple, vous avez dû faire face à plus de charges que les 30% prévus par le fisc.

Vous pouvez alors déclarer vos loyers en dehors du régime du micro-foncier, comme si vous encaissiez des loyers plus importants, selon la procédure du réel. Mais attention, il n’est pas possible de changer de régime entre micro-foncier et régime revenus fonciers classique chaque année. Si vous choisissez d’être imposé dans le régime classique alors que vos revenus locatifs sont inférieurs à 15.000 euros par an, vous devez le faire pendant trois ans.

Sur le web

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
IFI
0
Sauvegarder cet article

Par Jean Rochn.

Savez-vous ce que vous financez lorsque vous payez votre loyer ?

Je vais prendre en exemple le loyer d’un studio à Nice.

Le loyer d’un studio à Nice s’élève à environ 600 euros hors charges s’il est situé dans un quartier correct. Le calcul qui suit va vous donner une indication sur qui, du propriétaire ou de l’État est un gros profiteur.

Au titre de la CSG/CRDS, l'État prélève sur ce loyer 17,2 %. Si le propriétaire est assujetti à l’impôt sur le revenu (par exemple 15 %), l’État prélève 15 % sur le ... Poursuivre la lecture

Par Nicolas Lecaussin.

L’IREF l’a déjà montré plusieurs fois : les propriétaires français sont la cible des politiques, en particulier depuis 2017 et l’élection d’Emmanuel Macron. La suppression de la taxe d’habitation, l’institution de l’IFI et l’augmentation, sans compensation, de la CSG à 17,2 % sur les plus-values et revenus fonciers, portent l’imposition marginale à des sommets.

Au titre du seul impôt sur le revenu, l’imposition peut représenter 66,2 % du revenu imposable, soit un t... Poursuivre la lecture

Un article de la revue Conflits

Épidémie du coronavirus, crise énergétique, élections municipales qui amènent leur lot de politiques discutables : le secteur de l’immobilier fait aujourd’hui face à de nombreux défis. Sébastien Laye, PDG d’Aslan Investissement et chercheur associé en économie à l’Institut Thomas More, livre son expertise sur le sujet.

Conflits : Alors que certains prophétisaient un désastre pour le marché de l’immobilier après la crise du Covid, vous préférez parler d’une correction. Quels sont les effets de l’ép... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles