Présidentielle : qui s’abstient ?

L’abstention au premier tour de la présidentielle donne quelques clés de lecture des résultats et des possibilités de chacun des candidats au second tour.

Par la rédaction de Contrepoints.

Un sondage BVA POP2017 pour Orange et La Presse Régionale1 décrypte la structure de l’électorat du premier tour de la présidentielle. Il y est donc aussi question de l’abstention et l’on y trouve une description assez détaillée du profil des « non électeurs » qui ont représenté presque autant que le candidat arrivé en tête et plus que le second (23%).

Les raisons de l’abstention

45% des abstentionnistes déclarent n’avoir trouvé aucun candidat qui leur convenait et 36% d’entre eux n’attendaient pas grand-chose de cette élection. Un quart de l’abstention est une expression de mécontentement alors que 17% des abstentionnistes ne sont pas intéressés par la politique et 16% ont l’impression que leur vote ne compte pas. 10% ont eu l’impression que les jeux étaient déjà faits.

11% ont eu un empêchement personnel, 7% estiment que leur bureau de vote est trop loin, 6% ne votent jamais et 1% ne trouvaient tout simplement pas sa carte électeur.

Raisons avancées à l'abstention au premier tour de la présidentielle 2017.
Raisons avancées à l’abstention au premier tour de la présidentielle 2017. Plusieurs réponses possibles.

Sociologie de l’abstention

Les classes d’âge les plus jeunes se sont le plus abstenues. Dans le détail, c’est l’abstention de la classe 25-34 ans qui a largement dépassé la moyenne, suivie de la classe 18-24 ans. On retrouve des chiffres dans la moyenne pour les 35-49 ans et en dessous de la moyenne pour les classes plus âgées.

Abstention par classe d'âge lors du premier tour de la présidentielle 2017.
Abstention par classe d’âge lors du premier tour de la présidentielle 2017.

Les catégories socio-professionnelles supérieures se sont généralement moins abstenues que la moyenne, à l’exception des cadres qui l’atteignent, voire la dépassent légèrement. En revanche, l’abstention est plutôt plus forte que la moyenne chez les catégories socio-professionnelles inférieures, en particulier chez les ouvriers où elle est très élevée (31%). Chez les inactifs, elle est globalement inférieure à la moyenne, tirée vers le bas par la remarquable faiblesse de l’abstention des retraités (14%).

Abstention par activité lors du premier tour de la présidentielle 2017.
Abstention par activité lors du premier tour de la présidentielle 2017.

L’abstention est clairement décroissante en fonction du revenu. C’est même la grille de lecture qui présente la plus grande netteté : plus les revenus du foyer sont élevés et plus l’abstention est faible.

Abstention par classe de revenus mensuels du foyer lors du premier tour de la présidentielle 2017.
Abstention par classe de revenus mensuels du foyer lors du premier tour de la présidentielle 2017.

Proximité partisane de l’abstention

Parmi les abstentionnistes qui déclarent une proximité partisane, on dénombre plus de sympathisants de gauche, surtout hors parti socialiste, ainsi que de sympathisants du Modem. L’abstention a été forte pour les sympathisants du Front National (19%), plus qu’en 2012 (10%). La droite s’est peu abstenue, en particulier chez Les Républicains où l’abstention n’est que de 10%.

Abstention par proximité partisane lors du premier tour de la présidentielle 2017.
Abstention par proximité partisane lors du premier tour de la présidentielle 2017.

Comprendre les abstentionnistes

Tous les 5 ans, le chiffre de l’abstention est bien vite oublié à l’annonce des résultats. L’abstention n’est pas monolithique et s’interprète péniblement. Pourtant, le jeu en vaudrait peut-être la chandelle étant donné que si elle était un parti, elle serait qualifiée pour le second tour.

De ce que l’on peut voir, les partis modérés disposent en général de peu de ressources de mobilisation supplémentaire. En revanche, Jean-Luc Mélenchon n’a pas autant rassemblé qu’on pouvait le penser en dehors du Parti Socialiste. De même, l’abstention est inhabituellement élevée chez les sympathisants Front National. Elle nous a donc peut-être évité la présence de l’extrême gauche au second tour mais la quasi certitude que Marine Le Pen y serait présente lui a tout de même permis de se qualifier… avec un dangereux réservoir de voix pour la suite…

  1. Enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange réalisée par Internet le 23 avril 2017. Échantillon de 2882 personnes inscrites sur les listes électorales, issues d’un échantillon représentatif de 3000 Français âgés de 18 ans et plus. La représentativité de l’échantillon a été assurée par la méthode des quotas appliquée aux variables suivantes : sexe, âge, profession de la personne de référence du ménage et de l’individu, région et catégorie d’agglomération.  s’intéresse au ressort du vote des Français au premier tour de l’élection présidentielle. Comme pour toute enquête quantitative, cette étude présente des résultats soumis aux marges d’erreur inhérentes aux lois statistiques. Pour un pourcentage obtenu par enquête de 20%, la marge d’erreur est égale à 1,8. Le pourcentage a donc 95% de chance d’être compris entre 18,2% et 21,8%.