Les 10 pires aberrations du programme de Mélenchon

Les 10 pires conséquences du programme de Jean-Luc Mélenchon pour la présidentielle 2017.

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0
Jean-Luc Mélenchon (Crédits Blandine Le Cain, licence Creative Commons)

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don

Les 10 pires aberrations du programme de Mélenchon

Publié le 15 avril 2017
- A +

Malgré son programme inquiétant, Jean-Luc Mélenchon semble charmer les journalistes comme le joueur de flûte qui ravissait les enfants de la ville d’Hamelin. Personne n’ose apporter la contradiction au Lider Maximo français, malgré la montagne des faits qui prouvent la dangerosité de ses thèses. La montée des extrêmes traduit en fait un mal bien français : la  faiblesse endémique de son journalisme, un journalisme qui préfère les opinions aux faits, l’idéologie au raisonnement. Voici quelques critiques qu’on aimerait entendre de nos journalistes apprentis-sorciers.

1 – Avec l’extrême gauche, le pouvoir d’achat ne s’améliorerait pas

En 1936, le Front Populaire avait imposé 10 % d’augmentation de salaires. Un gain de pouvoir d’achat vite gommé par  une inflation de 12 %.  En haussant les salaires de façon réglementaire, en diminuant simultanément le temps de travail, on augmente le coût des produits et des services, ce qui se répercute sur les prix. La hausse du SMIC à 1 300 euros ne servirait donc pas à grand chose. Étonnamment aucun journaliste  ne semble souligner cette faille béante dans le raisonnement de Mélenchon.

2 – Le protectionnisme économique prôné par Mélenchon est une idiotie

La complexité des échanges économiques échappent à beaucoup. On doit le répéter : le commerce entre les nations est source de richesse, chaque pays se concentrant sur ses productions de prédilection. Pour paraphraser David Ricardo, les Belges produisent du blé et de la bière, les Espagnols de l’huile d’olive et du vin. Fermer les frontières, tout en dévaluant l’euro, conduirait à une hausse des prix significative, produisant à nouveau une baisse du pouvoir d’achat. Plus grave, une partie significative des Français travaillant pour l’export, la rétorsion de nos partenaires commerciaux se traduirait par des destructions d’emplois.

3 – Les profits du CAC 40 ne sont pas illimités (ou le danger de tuer la poule au œufs d’or)

Les riches paieront. Ce mantra de l’extrême gauche est simpliste et dangereux. Si on fait fuir les riches, si on démotive l’initiative, qui paiera pour l’éducation, la santé, la défense ? Les pauvres ? Les impôts n’y suffiront pas.

Réquisitionner les profits du CAC 40 peut apporter de l’argent la première année. Existe-t-il un journaliste assez éveillé pour s’interroger sur ce qui se passerait les années suivant la razzia ? Une fois les investisseurs découragés, les profits  fondront comme neige au soleil. Adieu veau, vache, cochon, couvée… À ce régime-là, il ne restera plus rien à taxer. Le socialisme, disait Victor Hugo, est un partage de boucher. Ce qu’il distribue est déjà mort.

4 – Une grande partie des entreprises fermeraient sous l’effet de la purge

Le leader du Front de Gauche propose un florilège de mesures anti-entreprises. Limiter les CDD à 10 % des effectifs signerait par exemple un arrêt de mort pour un certain nombre d’entreprises précaires. L’arrivée de Jean-Luc Mélenchon serait catastrophique pour les entreprises et donc pour les emplois. Les journalistes s’inquiètent-ils de ces conséquences ? En grande majorité, non.

5 – Embaucher autant de fonctionnaires est inutile

Déclarations d’impôts, formalités administratives en tout genre, tout cela peut être aisément automatisé. L’État, en ce XXIe siècle, devrait s’alléger. À l’heure où nos concurrents internationaux réduisent les effectifs du public, l’embauche de centaines de milliers de fonctionnaires préconisée par l’extrême gauche plomberait notre productivité.

6 – La France serait en rupture de paiement, en quelques jours

Une grande partie de la dette publique est financée par l’étranger. Ces investisseurs continueront-ils à soutenir un régime aussi instable que celui de Mélenchon ? La réponse est clairement négative. Mélenchon au pouvoir et les finances du pays seront asséchées en quelques jours.

7 – Le  programme socialiste de Mélenchon n’a jamais marché

Mélenchon s’est longtemps référé à Hugo Chavez mais quel journaliste s’intéresse à ce que devient ce pauvre Venezuela ? Malgré des ressources pétrolières considérables, son économie est en pleine déroute. Les politiques de redistribution massive, les subventions, les largesses ont mis KO les entreprises. Le Venezuela est un test grandeur nature qui prouve la dangerosité du programme économique de Jean-Luc Mélenchon. Qui en parle dans les médias ?

8 – L’exode des élites serait accélérée

[related-post id=286724 mode=ModeSquare]

Quel avenir dans une France soviétique pour les entrepreneurs, pour les cadres ou les scientifiques de haut niveau ? François Hollande a déjà fait fuir de nombreux contribuables. Avec Jean-Luc Mélenchon, on passerait à la surmultipliée.

9 – Mélenchon ne rétablirait pas l’égalité

Fidel Castro, un modèle pour Jean-Luc Mélenchon, menait grand train. Il aurait, selon certaines sources, accumulé plusieurs milliards de dollars. Partout où il s’est implanté, le socialisme a recréé une caste dirigeante qui s’empresse de s’enrichir. La presse préfère passer sous silence les dossiers gênants de Mélenchon.

10 – La privation des libertés serait inévitable


Violent dans ses propos notamment à l’égard des journalistes, Jean-Luc Mélenchon propose un programme liberticide. Pour éviter l’exode massif des capitaux et des compétences, il faudra rapidement fermer les frontières. La privation des libertés citoyennes a toujours historiquement suivi la privation des libertés économiques. Étrangement, bien peu de  journalistes se sont indignés qu’un candidat rende hommage à Castro, dont le règne s’est manifesté par la torture et la misère.

La démocratie, ne l’oublions pas, est fragile. Elle reste l’exception dans le monde. Ironiquement, dans l’hypothèse de la victoire de Mélenchon, les journalistes qui lui déroulent le tapis rouge en seraient peut-être les premières victimes.

Voir les commentaires (104)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (104)
  • augmenter le smic et augmenter les salaires de 10% ce n’est pas tout à fait la m^me chose, mais bon…si le smic ne concernait qu’une petite part de la population, augmenter le smic serait une charité d’état de plus payée par les autres.

    • Bravo Jaques Lumière : « Augmenter le smic serait une charité d’état de plus payée par les autres  » !!! je retiens cette réflexion profonde ! c’est un concentré de pure pensée libérale . Le travail des smicars est un coût pour les autres ! Les smicars devraient se réjouir de la charité qu’on leur fait en leur donnant l’opportunité de s’accomplir par le travail …c’est déjà si gratifiant qu’on se demande pourquoi il veulent être payés pour cela !

      • Le smic devrait être simplement supprimé, comme chez nos voisins suisses, très pauvres et mécontents d’aller travailler comme tout le monde le sait…

      • Personnellement, je trouve cela très juste: avec le SMIC, ce n’est pas l’employeur qui décide du coût d’un salarié, mais l’état de façon très arbitraire. Vous semblez l’ignorer, mais le travail est un marché avec une offre et une demande. Et qu’arrive-t-il lorsque l’on fausse un marché ?

      • ce n’est pas un « concentré de pure pensée libérale », c’est juste… un fait pragmatique. On achète quand le prix est moins élevé que ce qu’on gagne à acheter. Si le SMIC monte, tout travail dont la valeur ajoutée lui est inférieure va juste disparaître. Franchement, quels salauds, ces patrons gras et riches !
        Au passage : les parents de jeunes enfants, qui sont obligés de travailler pour payer leur loyer, sont aussi les patrons de leur nounou (s’ils n’ont pas de place en crèche). Des salauds gros et gras…? Et c’est juste un exemple de ce qu’est un vrai « patron » en France aujourd’hui, dans le CAC 40, il n’y en a que… 40, par définition.

        • Ce qui est plus ou moins juste…en fait, le CAC40 ne sont que 40 entreprises choisies parmi les 100 sociétés françaises dont les volumes d’échanges de titres sont les plus importants. Ce ne sont pas juste les 40 seules entreprises du CAC40 comme il serait si facile de le laisser entendre. Du coup oui, il existe bien plus de « gras patrons ».

          En ce qui concerne le SMIC, il est si facile de penser de la sorte, mais combien de ces métiers ont une valeur ajoutée déjà en dessous de ce SMIC, et donc combien verraient leur salaire chuter si on le supprimait, alors que l’Allemagne que tout le monde aime à prendre en exemple, vient de le réinstaurer ? Ils font quoi ceux ci ? Il sémisionnent pour changer de métier ? Mais qui les remplacent ? On invente un « sous citoyen » qui n’aurait droit qu’à un salaire de misère ?
          Je pleure déjà en voyant le salaire des SMICards avec lequel il faut vivre, et ne croyez pas que les aides, ça tombe comme ça, parce qu’on est pas riche, et de toutes manières, nous serions traités « d’assistés » !

  • Habituellement, je ne commente pas les articles, mais celui-ci est d’une grossièreté telle qu’il est impossible de rester neutre. C’est même tout à fait agaçant, que l’on soit pour ou contre Mélenchon. Je ne suis pas sûr qu’on élève le débat en caricaturant en faisant passer un tract idéologique par une analyse objective et en se montrant finalement plus faible que les réelles faiblesse du programme qu’on gagnerait à détailler. De mon point de vue, après avoir compris le programme de Mélenchon, chaque point évoqué ci-dessus est contestable et pour la plupart, faux. Si vous voulez gagner la guerre contre ce programme keynésien sur des bases rationnelles, armez-vous un peu plus pour être crédibles… Ou remettez la rédaction à vos experts plutôt à qu’à des militants.
    Codialement

    • Vous ne presentez sucun argument.

    • Cher monsieur, vous brassez de l’air: vous dites que tout est contestable et faux dans cet article, mais vous n’apportez aucune explication.

      • -Oublier le mot « solidaire » qui suit normalement le mot « protectionnisme » qui nuance de manière importante la définition.
        -Sous entendre que les fonctionnaires ne sont que des secrétaires et qu’il suffit d’une simple automatisation des tâches administratives pour s’en débarrasser.
        -prévoir, par magie, la fermeture des entreprises en sous entendant donc qu’il n’y a que du négatif pour elles.
        -Les comparaisons habituelle sans réel intérêt si ce n’est d’essayer de faire peur. D’ailleurs vous avez vérifier, au cas où, s’il ne comptait pas remplacer la tour Eiffel par une statue de Staline?

        Bref je m’arrête là car c’est une purge de relire cet article.
        À ce niveau ça en devient de la malhonnêteté intellectuelle et c’est dommage car le débat pourrait être intéressant si vous preniez la choses plus sérieusement.

  • Toute rémunération qui ne provient pas d’une production est un tribu payé par la dite production, donc une augmentation du prix de revient de la dite production payée par l’ensemble des consommateurs

  • Quand je suis en manque d’indignation je viens lire un vos articles …effet garanti !!!
    Je voterai pour jean Luc Mélenchon en sachant qu’il ne pourra, hélas, pas faire la moitié de ce qu’il propose.
    Votre  » analyse » de son programme est si schématique et outrancière
    qu’elle pourrai lui servir à démontrer le bien fondé de son programme
    1- Front populaire 12 % d’inflation ! la BCE réfléchit actuellement à faire une redistribution d’argent « helicoptère  » pour redonner un peu de pouvoir d’achat et éviter la déflation qui menace certains pays européens ! Je crois que la BCE est un repère de dangereux bolchéviques!
    2-Le complexité des échanges économique semble aussi vous échapper!
    Taxer à l’importation les produits qui étaient de tout temps fabriqués en France mais qu’on va faire fabriquer ailleurs à bas prix ou leur imposer des normes sociales et écologiques n’a rien de brutal, d’idéologique ni de dangereux. Quand aux rétorsions , les USA, la chine , la Russie n’ont pas attendu Méluche pour cela.
    3 – « Réquisitionner les profits du CAC 40 » !!! A 0.001 % sur les transactions je rigole!
    4 – Limiter les CDD = peste noire …..Je pleure!
    5- Embaucher des profs , des infirmières , des policiers …..tout le monde semble d’accord actuellement pour dire que c’est inutile !!!!
    6- Effectivement, on peut compter sur la finance pour tout faire contre un gouvernement de vraie gauche …ce ne sera peut-être pas aussi facile que contre la Grèce !
    7- En effet ..le programme de Salvadore Allende non plus n’a pas marché, il n’a pas eu le temps …pour ne citer que lui…
    8- La France soviétique !!….ça c’est objectif et modéré ….Je passe
    9- La presse française doit appartenir à des gens de gauche comme Serge Dassaut et ses complices pour n’avoir pas révélé les turpitudes de JLM…..Quand à Castro modèle de Mélanchon !! C’est sur qu’il est encore moins inspiré par Franco ou Pinochet.
    10 Après la peste …Le choléra , les nuées de sauterelles et j’en passe …votez pour la droite …elle a si bien réussi jusqu’ici … !!!

    • 1 – craindre la déflation c’est stupide, c’est l’inflation de tout temps qui à détruit des sociétés entière, pas la déflation.
      2-le protectionnisme n’a jamais résolu aucun problème, nombres d’exemples montrent que c’est l’inverse en fait (comme le boycott recent des pneus chinois par les américains)
      3- le chiffre peux sembler bas, mais le nombre de transactions boursière étant extrêmement élevé, il est loin d’être ridicule…
      4-aller jeter un coup d’œil en suisse , qui à un droit du travail quasi inexistant si on le compare au notre, ca vous semble poser problème la bas?
      5-embaucher des profs et infirmières pourquoi pas, mais il faut débaucher tout les grattes papiers qui sont derriere, pour qu’au moins le bilan soit nul.
      6- no comment
      7- voir 6
      8- on parle bien du pays dont l’état consomme 56% des richesses produites ? techniquement nous sommes bien un est un des pays les plus « soviétique » sur la planète
      9-wtf …
      10- il y a des libéraux ici pas des gens de « gauche » ou de « droite ».
      donc j’imagine que nous voterons pour le moins pire soit il de droite ou de gauche ou d’ailleurs.

    • 1- Vous évoquez l’helicopter money, une idée qui vient avant tout d’un groupe d’euro-députés de GAUCHE et ECOLOGISTE, mais qui a été abandonné depuis un an déjà.
      2- Vous aussi: si vous taxez les importations, qui va les payez à votre avis ? Vous croyez vraiment que les commerçants ne vont pas répercuter les prix sur le consommateur ? Etes vous certain que nous sommes encore capables en France de produire à moindre coût ?
      3- Même avec cela, vous n’empêcherez pas les entreprises d’aller mettre tranquillement leur back office dans des pays plus cléments, comme le Luxembourg et l’Irlande. D’ailleurs, la plupart des grandes directions le fait discrètement depuis 2012.
      4- Pleurez donc, quand vous verrez les entreprises ne peut plus pouvoir embaucher qui et quand ils veulent.
      5- Il y a déjà 5,3 millions de fonctionnaires en France
      6- Bien sur que si, car la finance est mondialisée, elle se déplace à la vitesse de la lumière. Et elle déteste particulièrement ceux qui la détestent. Et pour info, chaque jour, la France doit trouver entre 900 millions et 1 milliard d’euros pour fonctionner.
      7- Excellent exemple: le Chili est l’un des pays les plus libéral d’Amerique du Sud. C’est aussi celui qui fonctionne le mieux.
      8- Vous trouvez que les gens d’exception ont tendance à s’installer ou fuir de notre pays ?
      9- 80% des journalistes votent à gauche. Vous auriez pu également citer Bergé, Drahi, Niel, etc, comme pendant à Dassault.
      10- Les libéraux français ne votent pas à droite qui est beaucoup trop étatiste. Généralement, ils s’abstiennent

    • 3 – « Réquisitionner les profits du CAC 40 » !!! A 0.001 % sur les transactions je rigole!

      La taxe existe déjà.

      4. Une belle ânerie…

    • Merci d’avoir pris le temps de remettre sensément les choses à leur place. C’est exactement de cela dont nous manquons cruellement, de bon sens et d’humanisme. Les logiques libérales n’ont décidément aucun scrupule à disséminer de fausses idées ici et là, et se contentent de brouiller les pistes plutôt que de véritablement considérer les atouts et les faiblesses de leurs adversaires. Je voterai Mélenchon qui ne cesse de me surprendre par ses propositions audacieuses, par son esprit de libre penseur qui renoue avec un esprit depuis longtemps perdu de vue, celui du savoir vivre ensemble à l’écart du nombrilisme et du repli sur soi. Il n’est en aucun cas question de fermer nos frontières, il s’agit de faire à nouveau bouger les lignes d’une Europe empêtrée dans des législations complexes et immuables, et d’arrêter de ponctionner le contribuable. La démocratie dont vous parlez monsieur Allain, et que vous défendez n’a sans doute pas la même définition dans votre langue que dans la mienne. Si démocratie il y avait en Europe, nous en aurions fini avec les enarques et oligarques, les contribuables ne seraient plus ponctionnés à tout va pour réduire une dette dont ils ne sont pas responsable, les états seraient de grandes entreprises qui réinjecteraient leurs bénéfices dans les systèmes de la santé et des retraites et ne permettraient pas la spéculations financière qui est le plus grand fléau de notre époque. Si démocratie véritable il y avait, la compétitivité serait abolie, nous ne chercherions pas à remettre la faute sur les faibles ou sur les puissant, nous conviendrions tout simplement que l’espèce humaine est faite de faibles et puissant, que cela ne changera jamais, que ce peut-être notre perte, moi je préfère penser que c’est notre beauté, Personne n’est égal à personne, il y a ceux qui ont l’envie et l’énergie, d’autre qui préfèrent se la dorer, n’incriminons personne, l’enjeu est que chacun trouve sa place en accord et que personne ne soit laissé pour compte. Finissons-en avec cette méritocratie puéril qui divise la communauté. Soyez un pleu plus chrétien dans l’âme si ce n’est dans l’esprit.

      • Belle profession de foi dans votre candidat, mais il faut dépasser un peu la littérature. Vous égrenez les grands mots melenchoniens: humanisme, libre penseur, démocratie, la spéculation financière plus grand fléau de notre époque… Le retour sur terre va être douloureux.

        • L’onanisme intellectuelle est une maladie très rependu à gauche.

        • Je suis pourtant bien aussi sur terre @fm06, essayant de ne mépriser personne, pas même ceux qui ne voit pas plus loin que le bout de leur porte-feuille. L’argent n’a pas toujours eu la vertu que lui confère notre systême actuel, ne perdez pas cela de vue. Aux origines de son apparition, les sociétés ont compris instinctivement qu’ils seraient la cause de bien des maux, et voyez où nous en sommes. Si demain il y avait un crash boursier, ni vos enfants, ni vaut proches ne serait capable de subvenir à leur besoin, ni même de se défendre en cas de guerre civile… Je travaille actuellement dans un pays où il n’y a ni taxe sur les produits marchands, ni impôt, pas de taxe salarial, pas de taxe patronal non plus, il existe ici une école et un systême de santé, je ne ferait pas l’apologie de ce pays car il fait très mauvaise presse et que je soutient pas son régime, mais force est de constaté que la nationalisation des entreprise permet à cet état de fonctionner sans le raquette perpétuel et grandissant que mènent nos politiques européenne. Je ne vous parle pas du SMIC dans ce pays vous bondiriez hors de notre belle planête….

          • Bonjour,

            Pourriez-vous nous expliquer comment l’argent pourrait être la source de tous les maux ? L’argent n’a ni moral, ni vice en soit, c’est uniquement un moyen pour échanger un service/production contre un(e) autre. Il n’a de valeurs morales que celle vous voulez bien lui accorder.

            Je vous conseille de lire cet extrait qui démontre bien comment les personnes méprisant l’argent fonctionne et pourquoi il faut se méfier autant de celles-ci que de celles qui ne vivent que pour l’argent.
            http://www.contrepoints.org/2012/03/27/74818-franscico-daconia-sur-largent

          • Perso, je suis opposé au système actuel. Je suis loin d’être fan de notre société. On peut émettre beaucoup de critiques contre le systmèe mais ce que vous dites est d’une connerie sans nom. Quand on critique quelque chose la moindre des choses s’est de savoir de quoi on parle.
            Les nationalisations ont toujours été des échecs ne vous en déplaise. J’adorais que vous me citez le nom de votre pays imaginaire juste pour rigoler. J’adorais connaitre le nom du pays où les nationalisations marchent
            Défendre les nationalisations est une telle aberration. Cela a déjà été essayé tant et tant de fois avec chaque fois les résultats que l’on connait.

            L’argent n’est qu’un moyen. L’argent n’est ni bon ni mal. Si vous aimez pas l’argent donnez moi votre argent. Facile de critiquer l’argent tout en ayant soi même. Cela se voit que vous n’avez jamais été pauvre et manqué d’argent car si c’était le cas vous sauriez à quel point ce que vous dites est absurde. On a besoin d’argent pour vivre. Maintenant, il ne faut pas faire de l’argent son but premier dans la vie.

      • Mettre dans la même marmitte « humanisme » et « Mélenchon », ça, fallait oser! Et, de surcroit, l’audacieux vous surprend: bigre!
        Et bien moi, je ne vois qu’un petit rond de cuir qui se gave de la bonne soupe politique et se la coule douce depuis des lustres aux frais des contribuables, qui se rêve en petit dictateur façon Chavez, sans trop forcer (parce qu’on ne sait jamais, si ça avait le malheur de marcher à force d’embobiner les gogos , faudrait se décarcasser un tant soit peut et ça n’est pas de tout repos). Et il a de beaux vieux jours devant lui avec de tels naïfs.
        Il nous plume de plusieurs dizaines de milliers d’euros tous les mois, sans rien faire en échange, sauf à se pavaner sur une estrade tous les cinq ans: la seule différence entre vous et beaucoup d’autres, c’est que les autres s’en rendent compte pendant que vous restez aveugle et prenez pour de l’humanisme ce qui n’est qu’avarice de bonimenteur (surtout menteur) bureaucratique.
        Dans une semaine, il pourra, grâce à vous, aller compter ses nouveaux écus dans sa cassette…

      • Mélenchon ce grand humaniste qui est un grand fan des régimes dictatoriaux et autoritaires (Cuba, venezuela, Russie,….). Ce grand humaniste qui pratique du négationnisme concernant les crimes communistes. Ce grand humaniste qui a comme spécialité de faire la propagande des régimes dictatoriaux et autoritaires (propagande russe, du régime d’assad, des chavistes,….).
        « esprit de libre penseur » vous voulez parler de son côté complotiste ?
        « propositions audacieuses » en effet c’est très audacieux de proposer ce qui a déjà été fait un tas de fois et qui n’a jamais marché. Mélenchon rends toujours les mêmes idées de l’extrême gauche qui n’ont jamais marchée.
        « législations complexes et immuables, et d’arrêter de ponctionner le contribuable » vous avez raison. La France est surreglementée et le contribuable francais sur taxé. Mais pourquoi voter Mélenchon qui empira encore les choses ? Avec Mélenchon, il y aura encore plus d’impôts et plus de réglementation.

        « Si démocratie il y avait en Europe, nous en aurions fini avec les enarques et oligarques » l’oligarchie s’est justement le système en place dans les dictatures communistes. Marrant mais Mélenchon est un grand fan des régimes oligarchiques (russie, venezuela, cuba,….).

    • Vous mentez. Allende a eu le temps de ruiner son pays avant le coup d’état légitime de l’armée.

      L’étude des chiffres macro-économiques illustrent l’ampleur du désastre économique provoqué par la gestion du gouvernement Allende : baisse du PIB qui se retrouve en 1973 pratiquement au même niveau que 1970 (-1,21% en 1972 et -5,57% en 1973) ; indice des salaires réels chutant de 45% durant la même période ; pouvoir d’achat chutant de 10% d’octobre 1970 à avril 1973 sur base des prix alimentaires ; investissement brut dégringolant à 15% du PIB contre une moyenne de plus de 21% entre 1965 et 1970. Dans le même temps, les dépenses publiques passeront de 13% du PIB en 1970 à 53% en 1973 avec un déficit budgétaire sautant de 39% des recettes de l’État en 1970 à 115% en 1973 (de 2,7% du PIB en 1970 à 24,7% en 1973). De leur côté, les entreprises publiques cumuleront plus d’un milliard de dollars de pertes.
      Les déséquilibres économiques provoqueront l’explosion des importations qui s’envoleront de 956 millions de dollars en 1970 à près de 1,5 milliard en 1973, alors que la valeur des exportations stagne (sauf en 1973, grâce à un boom du prix du cuivre sur les marchés internationaux). La balance commerciale excédentaire de 155,9 millions de dollars en 1970 devint déficitaire de 16,3 millions en 1971, 253,4 millions en 1972 et 138,3 millions en 1973. Parallèlement, la dette extérieure augmentera de 500 millions de dollars entre 1970 et 1973. Le tout encadré par de rigides barrières douanières qui interdisaient l’entrée de pas moins de 300 produits au Chili et des tarifs douaniers pouvant grimper jusqu’à 750%, avec une moyenne de 105% en 1973. De même, on comptera pas moins de 15 taux de change différents, avec un ratio entre le plus bas et le plus élevé excédant les 8.000% !
      Plus dramatique encore : le déchaînement de l’inflation et l’établissement d’un plafonnement des prix qui, au lieu de juguler l’augmentation des prix, créera des ruptures dans l’approvisionnement et conduira à l’hyperinflation. De 28% en 1971 à 606% en septembre 1973. Avec une monnaie chilienne qui sera dévaluée de près de 1.000% face au dollar. Cette situation laissera les commerces désapprovisionnés et donnera naissance aux interminables queues devant les magasins, typiques de tout pays socialiste qui se respecte. La majorité des biens de première nécessité ne se trouvant plus qu’au marché noir. Le pays restera finalement sans réserves, ne serait-ce que pour importer les denrées les plus élémentaires. Le 6 septembre 1973, le gouvernement Allende annonçait que les réserves de farine ne pouvaient couvrir que quelques jours.

    • Allende était un extrémiste voulant créer une dictature du prolétariat. Il est arrivé au pouvoir uniquement grâce au fait qu’il y avait deux candidats de droite et que l’élection était à un tour. Il a commencé à gouverner de manière dictatoriale ce qui fait que le parlement chilien a demandé à l’armée d’intervenir. Lisez tous les commentaires en dessous de cet article: http://ordrespontane.blogspot.be/2017/04/non-salvador-allende-netait-pas-le.html?m=1

    • Les journalistes francais sont à plus 90 % de gauche. Manifestement, vous ne connaissez pas le rôle des propriétaires de la presse francaise. Ils ont beaucoup moins d’influence que vous ne le pensez. Ils peuvent faire pression pour que leurs médias ne publient pas d’articles négatifs sur eux ou sur leurs entreprises mais ils ne choisent pas la ligne éditoriale. Dire qu’ils peuvent imposer la ligne éditoriale c’est faux renseignez vous sur comment fonctionne les médias. Vous ne verrez jamais le figaro publié un article négatif sur Dassaut mais ce n’est pas lui qui impose la ligne éditoriale dans le journal.
      En plus, le problème de la presse écrite c’est que plus de 75 % des articles sont des copier coller des dépêches de l’afp. L’AFP est la source principale des articles. Or, l’AFP est clairement de gauche. La plupart des articles du figaro viennent de l’AFP, organe de propagande gauchiste. l’AFP est le vrai problème de la presse écrite. Si les journaux écrivent les mêmes choses c’est que leurs articles viennent tous de l’AFP.
      Bergé; Pigasse,….c’est pas des hommes de gauche peut être ?
      On pourrait aussi parler du service publique qui est clairement de gauche. C’est une honte de payer pour avoir de la propagande gauchiste. Il serait plus que temps de privatiser france télévisions qui n’informe mais fait de la propagande socialiste.
      Quand on voit que les journalistes de droite les connus à la télévision sont des gens comme Zemmour, Polony,….cela fait vraiment peur. Zemmour est clairement de gauche économiquement parlant. Il n’arrête pas de reprendre les analyses de Marx (qui ont été démontés depuis longtemps). D’ailleurs, Zemmour a beaucoup de sympathies pour Mélenchon. Zemmour est un antilibéral adepte du national socialisme. C’est un étatiste. Même chose pour Polony.
      Sur le plan économique, Zemmour partage ce que dit Mélenchon. C’est cela les grandes figures intellectuelles de droite qui passent à la télévision dans ce pays.

    • « C’est sur qu’il est encore moins inspiré par Franco ou Pinochet » Votre commentaire est d’une bêtise affligeante. Si on parle de Castro, c’est parce que Mélenchon lui même le vante. Mélenchon rends hommage à Castro qui est un dictateur et vous osez vous offusquez que l’on parle de cela. Vous devriez plutôt vous offusquez du soutien de Mélenchon pour Castro.
      La droite francaise rends t elle hommage à Franco ou à Pinochet ? Non alors votre commentaire n’a pas de sens. Vous essayez juste de détourner l’attention vous êtes pathétique. En plus sachez ceci Franco comme Pinochet contrairement à Castro n’ont pas eu d’idéologies c’étaient des hommes pragmatiques. Ils étaient anticommunistes et conservateurs (ils étaient catholiques pratiquants) mais mis à part cela, on ne peut pas dire qu’ils étaient idéologues. Ils n’ont jamais prétendu servir de modèle aux autres (alors que cuba oui). Personne n’a pris ces pays pour des modèles (alors que la gauche a pris cuba comme modèle).

    • Vous devriez lire mes commentaires en réponse aux conneries de vgeO ce sont les mêmes que les vôtres. Je parle notamment un moment plus en détail de Franco et Pinochet. J’ai fait plusieurs commentaires démontant vgeO et je pourrais mettre les mêmes commentaires pour vous

    • Vu le nombre de professeurs en France, je comprends pas pourquoi on devrait engager encore plus de profs. Si l’éducation nationale est aussi nulle ce n’est pas à cause du manque de profs mais plutôt à cause des pédagogues gauchistes qui ont détruit l’enseignement en France. Le problème de l’enseignement francais s’est que c’est trop centralisé et trop bureaucratisé. Il faudrait donner bien plus de libertés aux écoles. Supprimer les examens nationaux, réduire la bureaucratie,…..Augmenter le nombre de profs en France ne servirait à rien en terme de qualité de l’enseignement, cela coûterait cher au contribuable.
      Augmenter le nombre de policiers je suis d’accord. Le problème de l’état francais s’est que c’est un état mammouth qui s’occupe de pleins de choses inutiles mais délaisse les fonctions régaliennes. Au plus un état intervient dans tout au plus il délaisse les fonctions régaliennes (sécurité,…). La France a des dépenses publiques très élevées par rapport aux autres pays européens. Pourtant si on regarde ce qu’elle dépense dans des fonctions régaliennes comme la justice, on voit qu’elle fait partie des cancres de l’europe. Ces dernières décennies, les dépenses publiques ont augmenté de manière exponentielle pourtant dans les dépenses publiques régaliennes comme la défense, l’état dépense beaucoup moins qu’avant. Je suis pour recentrer l’état sur les fonctions régaliennes ce n’est pas du tout ce que propose Mélenchon. Lui veut que l’état intervienne dans tout cela se fera toujours au détriment des fonctions régaliennes ne vous en déplaise.

      Si le nombre de fonctionnaires (surtout dans la fonction publique territoriale) a explosé en France c’est parce que l’on a embauché que des profs, infirmières et policiers. Lol. C’est n’importe quoi.

      Il y a pratiquement 7 millions de fonctionnaires dans ce pays, si il n’y a pas assez de policiers, infirmières, il faut se demander comment cela que malgré l’important nombre de fonctionnaires il y a dans ce pays, on en manque dans certains secteurs. On en revient à ce que je dis plus haut. L’état francais intervient dans tout y compris des secteurs où ce serait bien mieux géré par le privé. Il faut recentrer l’état sur ses fonctions régaliennes. Il y a moyen d’augmenter le nombre de policiers tout en diminuant le nombre de fonctionnaires en général.

    • Une chose que vous semblez incapable de comprendre sur le marché du travail c’est qu’au plus il est rigible au plus il exclut certaines catégories (sous qualifiés, jeunes, immigrés,…) du marché du travail. La rigidité du marché du travail est une barrière à l’entrée du marché du travail. Rendre le marché du travail francais qui est déjà très rigide encore plus rigide aura comme conséquence d’exclure encore plus de gens du marché du travail. En France, l’exclusion d’une bonne partie de la population du marché du travail est l’un des problèmes majeurs.
      En France, le chômage massif est avant tout un chômage structurel.
      Qu’est ce qui explique le chomage de masse en France ? Il y a une multitudes de facteurs. Les trois principaux sont le coût du travail (taxation,…), la rigidité du marché du travail et la formation (ou le manque de formation) des travailleurs.
      Je ne comprends pas cette logique: mieux vaut avoir un chomeur qu’un travailleur pauvre. A cause de la protection des travailleurs en France, les jeunes et les personnes non qualifiés n’ont pas accès au marché du travail et sont au chômage. Pour moi, mieux faut être pauvre et travailler qu’être chômeur et pauvre. C’est mieux pour l’ensemble de la société (car le chômage a un coût élevé). Mais aussi pour les personnes concernés car le chômage nuit à la santé mentale et en plus, seul le travail permet à ces gens de monter dans l’échelle social, seul le travail peut leur donner espoir d’améliorer leur condition social. Avec un métier, ils peuvent acquérir nouvelles qualifications ce qui leur permet par après d’avoir un meilleur métier. Dans un situation de plein emploi,les salariés ont plus de pouvoir sur les employeurs. Ils peuvent le quitter facilement sans craindre de se retrouver au chômage. Je connais quelqu’un en GB qui a déjà changé trois fois d’employeurs pour avoir un meilleur salaire. Il est très content de vivre en GB.
      En France, la rigidité du travail crée un chômage de masse et ce chômage de masse donne énormément de pouvoir aux patrons car un travailleur sait que s’il est licencié, il aura peu de chances de retouver un nouvel emploi alors que dans un marché d’emploi flexible, les travailleurs savent que même s’ils sont licenciés, ils pourront trouver facilement n nouvel emploi. Dans un marché d’emploi flexible, vous pouvez quitter votre emploi s’il ne vous plait pas pour en trouver un meilleur.
      Je remarque juste une chose: les pays avec un marché d’emploi rigide comme le France voit les gens partir vers des pays où le marché d’emploi est bcp plus flexible (Grande Bretagne, Suisse, Australie,…). J’imagine que ces gens sont masos.
      Quand il y a trop de demande par rapport à l’offre (ce qui est le cas en cas de chomage massif), cela donne un grand pouvoir aux offreurs (autrement dit aux employeurs).

    • « Après la peste …Le choléra , les nuées de sauterelles et j’en passe …votez pour la droite …elle a si bien réussi jusqu’ici » la droite francaise a échoué mais je rappelle que chaque fois qu’elle est au pouvoir, elle mène une politique social démocrate. Regardez le bilan de Sarkozy ou Chirac. Ont t ils baissé les impôts ? Non. Ont t ils diminuer la taille de l’état ? Non.
      La politique économique de la droite francaise serait considéré comme de centre gauche dans beaucoup de pays européens.
      Les idées de Mélenchon ont déjà été largement appliqué et cela a toujours échoué. Le fait d’augmenter les impôts et de faire payer les riches a été mis en oeuvre par Hollande. On devrait vous expliquer ce qui s’est passé en 81 en France. Deux années désastreuses. Le problème de ce pays c’est 40 ans de socialisme. Faire payer les riches, nationaliser, faire de la croissance en s’endettant,…..cela a déjà été fait. La France n’est pas soviétique mais c’est un pays très socialiste. L’un des pays les plus socialistes d’Europe.

      Sur le point 6 vous êtes complotiste. En gros, si je suis votre logique si la gauche échoue toujours c’est à cause d’un vilain complot de la finance apatride aidée par la cia et les sionistes ? Vous êtes pathétique.

  • que de discussions inutiles…
    le billet ci-dessus est parfaitement discutable et partisan..
    j’ observe de part et d’autre, le manque de rationalité et de bon sens..
    penser qu ‘un smic est suffisant pour vivre décemment en France est une aberration!
    penser que des gens vivent avec une retraite de 600 euros est aberrant…
    penser….
    Mais penser que le système n ‘est pas partageur est vrai
    Penser que l’entreprise, le travailleur , le consommateur est UN ce serait une évidence qu’on ne dit pas assez…
    et Penser un système qui remet en équilibre les forces :
    1/3 investissement
    1/3 salaires
    1/3 actionnariat
    ce serait peut être plus juste
    Rien que ça

    • D’une certaine manière le système actuel est aussi un équilibre de forces, d’ailleurs sans cesse réajuster puisque le système est dynamique. Donc penser un système qui rééquilibre les forces n’a aucun sens car il faudrait contrôler toutes ces forces ce qui est impossible si on ne veut pas d’un système statique ou fermé synonyme d’effondrement.

    • Ah c’est toi qui m’a piqué mon pseudo 🙂 ; obligé de mettre un 1 derrière. Mais je valide le discours

  • je précise le billet de hector Allain

  • connaissez vous un seul de nos valeureux dirigeant qui est mis à exécution l’intégralité du programme présenté aux électeurs ? moi non ; vouloir être président , c’est un peu comme vouloir être chef d’entreprise ; sauf que les choses ne se passent jamais comme prévu et que l’on est bien obligé de revenir sur certaines décisions ( ou promesses pour un élu ) ; il en sera de même pour mélenchon ou autre ;

  • @vera
    bien sûr
    sans vouloir être utopiste
    nous pouvons tendre vers…
    c pour ça qu’ en ce moment il faut être extrêmiste puisque comme vous dites peut être qu ‘une faible partie des propositions seront appliquées
    il y a toujours une régulation naturel qui s ‘exerce
    je pense vraiment que nous avons un virage énorme à prendre pour rééquilibrer les partages.

    • Le problème, c’est que lorsque vous élisez un extrémiste, même s’il n’applique pas, je dirais plus ne peux pas appliquer son programme, vous aurez forcément du collatéral, et même du très lourd. Il y a en France un seul et unique juge de paix qui s’appelle l’OAT et qui nous permet d’avoir notre modèle économique et social. Si vous cassez la dynamique de ce juge de paix, vous aurez la Grèce à l’arrivée, quel que soit le président élu. Tsipras est d’ailleurs de la même famille que Melenchon. Vous estimez franchement qu’il a pu appliquer son programme là-bas ?

    • Sans vouloir détruire votre utopie, une société qui « partage » (et par partage j’entends bien sur partage forcé comme dans beaucoup de pays comme la France) devient de facto un pays pauvre.

      « You can only confiscate the wealth that exists at a given moment. You cannot confiscate future wealth – and that future wealth is less likely to be produced when people see that it is going to be confiscated. »
      —Thomas Sowell

      • @Chk
        « Sans vouloir détruire votre utopie, une société qui « partage » (et par partage j’entends bien sur partage forcé comme dans beaucoup de pays comme la France) devient de facto un pays pauvre. »

        Votre argument me semble assez fragile. Il suffit de prendre l’exemple des pays scandinaves, qui ont un IDH bien plus élevé (toujours au top de l’éducation), un taux de chômage bas, une grande réussite dans la pérennité des nouvelles entreprises, etc. La Chine considère l’égalité comme une valeur majeure et (contre toute attente) est aussi une société qui « partage » et régule beaucoup. Vous m’accorderez que d’un point de vue niveau de vie pour les uns, et dynamisme de l’autre, il y a peu à redire : on est loin de pays pauvres.

        Concernant les politiques libérales qui dérapent, il y en a pléthore (je me garde de citer des exemples pour éviter les cas particuliers).

        Le fait de voter Mélenchon tient plus du keynésianisme mélée à une realpolitik orientée vers l’intérêt général des Français, que de l’utopie. On peut au moins s’accorder sur le fait que les théories de Keynes nous a sauvé la peau à plusieurs reprises et que de Gaulle et Mitterrand s’entretenaient avec n’importe qui du moment que cela profitait à la France.

        Il faut comprendre que l’économie est une science qui n’en a pas le statut. C’est une science molle, déjà, et fortement biaisée (notamment par l’homo economicus : qui considère que l’homme est rationnel, sérieusement ?).

        Je pense que vous devriez jeter un oeil au progamme de JLM (il y a plus de 300 propositions, de mémoires) et, ensuite, critiquer. C’est votre plus grand droit de le faire mais sachez de ce qu’il est question au moins. Il n’y a pas de communisme à la clef, juste une politique de la demande, et un grand plan de développement (comme cela avait été fait chez de Gaulle avec le nucléaire). N’appelons pas à l’utopie pour si peu !

        • J’ai lu l’infame programme de Mélanchon, je me vois mal le critiquer en vitesse, il me faudrait plusieurs pages.
          Quand aux pays nordiques, (bon exemple d’ailleurs), pour permettre une grosse redistribution ils ont été obligé de complètement libéraliser leur économie pour certains,
          accessoirement on pourra noter que le smic n’existe pas dans ces pays la (entre autre).

        • Le modèle scandinave n’a rien à voir avec ce que propose Mélenchon et les gauchistes. Lisez ceci sur le modèle scandinave: https://minarchiste.wordpress.com/2012/02/20/analyse-du-modele-scandinave/ Oui les pays scandinaves ont des impôts et des dépenses publiques très élevées (à noter que la France les dépasse. La France est championne d’Europe en terme d’imposition et championne du monde en terme de dépenses publiques sociales (la france a le plus gros état providence au monde)) mais ces pays ont une bonne dose de libéralisme. Economiquement, l’état intervient peu dans l’économie. La liberté d’entreprise y est importante. L’état là bas est décentralisé et fonctionne comme une entreprise. L’état est géré comme le privé. Dans un pays comme la Suède, le statut de fonctionnaire a été supprimé. A une époque, les pays scandinaves ont été des pays socialistes comme les gauchistes l’entendent mais cela les a conduit au bord de la faillite (regardez la situation d’un pays comme la suède au début des années 90 ou de la finlande quand l’urss s’est effondrée) voilà pourquoi ils ont entrepris des réformes libérales (années 90 en Suède et Finlande).

          « La Chine considère l’égalité comme une valeur majeure  » c’est une blague ??? La Chine est un pays très égalitaire. Manifestement, vous ne savez pas qu’il y a une énorme différence entre le discours officiel chinois et la réalité. La Chine est officiellement un pays communiste. Alors qu’en vérité, c’est un pays pratiquant du capitalisme d’état. La chine a décollé économiquement ces dernières années mais il faut relativiser. La chine après ce qui s’est passé sous Mao partait de vraiment très bas. C’était un pays extrêmement pauvre où les gens mourraient de faim. Le capitalisme a permis à ce pays de décoller mais la chine n’est toujours pas un pays développé. Il y a une naissance des classes moyennes chinoises.

          Oui l’économie n’est pas une science exacte mais il ne faut pas non plus tomber dans le relativisme. Il y a quand même certaines vérités en économie. Le programme de JLM est une aberration. Ses idées ont déjà été mis en oeuvre pleins de fois et ont toujours échoué.

  • Vous devriez regardez ce qu’il en est aujourd’hui : Si vous faite une répartition entre salaire , investissement et actionnariat on est dans la fourchette suivante : 10% investissement, 10% actionnariat et 80% salaire (dont 50% pour l’état et 30% pour les salariés.) Prenez n’importe quelle grande entreprise, regardez le bilan et vous verrez que les salariés reçoivent la plus grosse part.

    • Vous confondez répartition de la marge brute et coût des moyens de production. Dans votre logique, il faudrait ajouter toutes les dépenses de l’entreprise, et cela ne prouverait encore rien…

      • Je pense que gduchateau parle de la répartition de la valeur ajoutée qui va majoritairement aux salariés (ce qui semble logique).

  • Comment ne pas être d’accord avec tous les points cités ci-dessus (à moins d’être un idéologue d’extrême gauche)? Sur le plan économique, ce serait sans doute encore pire. Exemple: un industriel a emprunté 500 millions d’euros sur les marchés qui ont de l’argent, c’est à dire allemands et surtout anglo-saxons. Dès l’abandon de l’euro, ces créanciers étrangers vont vouloir être remboursés immédiatement et en euros. Notre belle entreprise fait faillite dans les six mois. Donc toutes les entreprises en croissance (celles qui empruntent) font faillite et licencient à tour de bras. On peut interdire les licenciements mais quand la caisse est vide, le résultat est le même.
    Mélenchon, tout comme Le Pen sont des dangers majeurs pour le pays, ce qui n’est guère étonnant puisque leurs programmes économiques sont très voisins.

  • Sur l’ensemble des revenus générés par un salarié au cours de son existence l’Etat va prendre .. de l’ordre de :
    – 50/55 % sur les revenus super brut du SMICARD
    – 65 – 75 % sur les revenus super bruts du Cadre
    – 85 – 95 % sur les revenus super bruts du dirigeant // cadre sup .

    ( Salaire Super Brut / CS P + CS S + I-R + TVA + I -locaux +IRPP + Impots sur la succession.)

    Avec Mélenchon et Le Pen les deux tanches supérieures seront plumées /spoliées à 100 % une fois ou deux puis disparaitront contraintes ou forcées.. dans les camps .. comme autrefois.

  • @benjamin
    j approuve votre discours
    @marilyn1 : je n ‘ai rien piqué comme vous dites
    c mon prénom depuis ma naissance mais sans doute pas vous?

  • Une image vaut mille mots… C’est bien connu…
    C’est valable pour la quasi totalité des candidats.

    http://www.finalscape.com/jl-melenchon-grisbi-et-promesses-electorales/#comment-202

  • Contrairement à ce que vous semblez croire, nous disposons, à la France insoumise, d’économistes très compétents, qui, bizarrement, n’ont pas bâti leur programme économique en se basant sur la situation de la France en 36… On vous comprend, ça fait tellement longtemps que l’économie n’a pas été mise au service de l’humain que ce n’est pas très facile de trouver des exemples pour nous démonter.
    Pour ceux que de vraies explications intéressent, la vidéo de notre chiffrage est disponible sur la chaîne YouTube de M. Mélenchon. Vous pouvez aussi écouter les ontervzntilns des économistes en question, à savoir Liem Huang Ngoc er Jacquzs Généreux.

    • « nous disposons, à la France insoumise, d’économistes très compétents »

      À d’autres ! Jacques Généreux et Liem Huang Ngoc, simples maitres de conférences et non professeurs d’université, sont tellement compétents qu’ils NE PUBLIENT JAMAIS dans des revues scientifiques à comité de lecture. Quant à leurs ouvrages de propagande, ils n’ont aucune valeur scientifique.
      Bref, au regard de la science économique, ce sont deux tocards !

    • Au service de l’humain ? le communisme a tué 100 millions de personnes et vous parlez d’humains ? Joke !

    • Des économistes tellement compétents qu’ils sont directement visés par le bouquin de Cahuc et Zylberberg sur le negationnisme economique. Lorsqu’on part du principe qu’il suffit de sortir de l’euro, de renier la dette et de faire tourner la planche à billets effectivement tout à l’air facile 😀

    • vous parlez de tous ces soi disants économistes hétérodoxes qui ont pendant des années vanté la réussite du Venezuela chaviste ? Lol. Les seuls économistes hétérodoxes sérieux sont ceux de l’école autrichienne. Le reste c’est juste des idéologues d’extrême gauche (le plus souvent) ou d’extrême droite

  • Du flan. Renseignez-vous avant de pondre des trucs pareil. C’est une honte. Ça critique les journalistes mais quand il faut faire du journalisme objectif, justement il n’y a plus personne !

    « 1 – Avec l’extrême gauche, le pouvoir d’achat ne s’améliorait pas »
    Déjà Mélenchon n’est pas d’extrême-gauche. Il est de gauche, point. L’extrême-gauche, c’est Arthaud et Poutou.
    Ensuite, la réduction des impôts (ainsi qu’une meilleure répartition sur 14 tranches au lieu de 5), et l’augmentation des salaires, ainsi qu’une plus juste répartition des richesses amèneront nécessairement à une augmentation du pouvoir d’achat. On parle d’économie, pas de comptabilité de comptoir là. L’inflation n’est pas l’augmentation « globale » du coût de la vie parce que l’inflation ne prend pas en compte la variation des quantités achetées en réponse à l’évolution des prix.

    « 2 – Le protectionnisme économique prôné par Mélenchon est une idiotie »
    Partant du postulat que le type qui a écrit ça est d’une arrogance terrible, on n’avance déjà pas beaucoup. Mais quand bien même : on a jamais parlé de fermer les frontières, on a parlé de taxé les saloperies qui viennent des pays du globe où les produits sont fabriqués dans des conditions humaines déplorables, et ensuite parce que nous les français sommes à la pointe de la technologie, par conséquent nous pouvons produire en France et arrêter la délocalisation anarchique qui font gagner des miettes de centimes d’€uro aux grands groupes.

    « 3 – Les profits du CAC40 ne sont pas illimités (ou le danger de la tuer la poule aux œufs d’or) »
    Mais depuis quand les profits ne sont pas illimités? Les fortunes françaises ont bondi de 21% en 2016 en France ! Depuis quand taxer les riches détruit les initiatives économiques? 90% des emplois en France c’est par les PME qu’ils se créent ! Comprenez les petits patrons qui galèrent ! Et qui galèrent notamment à cause de la concurrence déloyale des grands groupes ! La financiarisation de l’économie est un fléau qui tue et qui est décrié par bon nombre d’économistes comme Thomas Piketty notamment !

    « 4 – Une grande partie des entreprises fermeraient sous l’effet de la purge »
    Qui a parlé de faire une purge? On n’est pas au comité central du PCUS soviétique ici ! Qui est l’auteur de ce rouleau de papier-toilette pour prédire que les PME vont fermer et que leurs employées aussi bien que leurs patrons vont aller bouffer des pissenlits par la racine? En plus JLM n’est plus le leader du Front de Gauche ! Qu’il sorte de sa grotte ! Relancer l’économie par l’injection de fonds c’est keynésien comme concept dis donc, c’est pas jeune hein ! Même Christine Lagarde, leader de la très à gauche SPA comme tout le monde le sait, prône cette méthode ! 1€ dans l’économie réelle c’est 3€ qui retombe ! En plus le programme l’Avenir en Commun soumet une baisse des impôts et des cotisations sociales pour les PME ! Augmenter les salaires est donc un cercle vertueux !

    « 5 – Embaucher autant de fonctionnaires est inutile »
    Jamais vu ça. Jamais. Les fonctionnaires c’est pas uniquement des gens qui gratte du papier dans une administration quelconque ! C’est la police, les infirmiers, les facteurs, etc ! Tout ce qui fait l’Etat est donc le pays ! Allez dire ça aux infirmières qui triment toute la journée pour essayer de faire tenir un hôpital debout avec le manque de personnel et de moyens ! Balivernes ! Le suicide chez les fonctionnaires vous en avez déjà entendu parler?

    « 6 – La France serait en rupture de paiement, en quelques jours »
    Nous ne rembourserons jamais la dette. JAMAIS. Même cet économiste de droite qu’est François Lenglet le dit ! La peur de la dette, c’est une fumisterie oligarchique libérale qui ne vise qu’à instrumentaliser la peur d’une banqueroute, qui n’est rien d’autre que la peur des puissants et des nantis de voir leur petit pécule s’envoler en fumée sous le poids de la pression populaire. Je passe sur la spéculation des mêmes oligarques sur les titres de dette français !

    « 7 – Le programme socialiste de Mélenchon n’a jamais marché »
    En citant le Venezuela… Mais d’où sort ce type pour comparer deux économies RADICALEMENT différentes?! Quid du rôle de l’impérialisme américain dans la descente aux enfers du Venezuela? Allez donc voir « South of the Border » d’Oliver Stone !

    « 8 – L’exode des élites serait accélérée »
    Tant mieux ! Rien de plus à dire, sinon que ces mêmes élites ne sont qu’un poison accumulateur !

    « 9 – Mélenchon ne rétablirait pas l’égalité »
    En citant Cuba. De mieux en mieux. Cuba =/= France !
    La 6ème République, le référendum révocatoire, l’assemblée constituante, etc. sont autant de mesures qui vise à redonner le pouvoir au peuple ! On n’a jamais dit que nous allions créer une égalité parfaite, ça n’existe pas. On a dit qu’on allait favoriser l’équité. Cf. L’Avenir en Commun.
    Quelles affaires de Mélenchon? Les accusations stériles de Christian Schoettl, cet homme proche de l’UDI condamné à une peine d’inéligibilité? Qui ne sait pas aligner trois mots sur son blog sans faire 14 fautes d’orthographes et de syntaxes par phrases?

    « 10 – La privation des libertés serait inévitable »
    Parce que le capitalisme déréglementé ne nous prive pas de libertés peut-être? La belle affaire ! Il n’y aurait de vertus que dans l’enrichissement à tout rompre?! Personne n’a parlé de privation de libertés ! Que ce soit économique ou individuelle, c’est tout le contraire !

    C’est drôlement agaçant de lire des tracts mensongers pareils ! Tenu avec brio de la main des néo-libéraux qui nous envoient droit dans le mur depuis des décennies !
    Lisez le programme avant d’écrire quoi que ce soit, surtout quand cela devient diffamatoire.
    Combien elle coûte la misère des gens, elle?
    http://www.laec.fr

    • Vge0, on sent votre fébrilité et aussi des relents de haine, comme dans les propos de votre maître. Hector Allain marque des points sur toute la ligne, avec contrairement à vous, des faits documentés et des chiffres. Le problème de Mélenchon, c’est que ce qu’il propose a été testé ailleurs avec toujours les mêmes résultats : appauvrissement, violence, dictature. La référence à Cuba n’est pas anodine car votre guru l’a encensé à plusieurs reprises. Par ce seul fait, il est d’extrême gauche et il est dangereux. Passez 5 minutes à regarder la vidéo youtube en marge de l’article, puis allez prendre l’air pendant une heure. Ca vous fera du bien.

    • Il y a franchement des perles dans ce que vous dites:
      « Déjà Mélenchon n’est pas d’extrême-gauche. » Pourriez-vous nous expliquer ce que sont ces composantes du Front de Gauche: La Gauche Unitaire et le PCOF ?
       » Depuis quand taxer les riches détruit les initiatives économiques? » La France est déjà l’un des pays les plus taxés du monde, et vous trouvez que la situation économique y est excellente ? Dites-nous que cela va mal parce que l’on ne taxe pas assez !
      « Le suicide chez les fonctionnaires vous en avez déjà entendu parler? » Mais de quoi parlez-vous ? Vous connaissez le nombre de petits agriculteurs et de petits patrons qui se suicident par jour ? Un peu de respect, SVP !
      « Nous ne rembourserons jamais la dette. ». C’est bien là tout le drame de l’inculture économique des gens qui votent Melenchon. Savez-vous qui possèdent cette dette ? Une bonne partie est au Fond Souverain Norvegien, et une autre est chez les gros assureurs Français, type AXA ou CNP. Et à votre avis que font ces derniers avec ces kilomètres de dettes ? Ils sont placés dans les assurances vie des Français. Donc, en refusant de rembourser ces dettes vous allez détruire l’épargne de millions de Français dont une très grande partie n’a rien à voir avec les nantis que vous détestez. Je constate que comme d’habitude, lorsque l’on évoque l’argent chez une personne de gauche radicale, elle pense systématiquement à CAC40, finance mondiale, bourse, trader, spéculation. C’est une véritable maladie chez vous !
      « L’exode des élites serait accélérée » Tant mieux ! » Incroyable, cette haine que vous dégagez ! On a besoin de tout le monde dans ce pays ! Lorsque vous ne serez qu’avec des pauvres et sans élite, vous ferez comment pour financer vos délires ?
      « Parce que le capitalisme déréglementé ne nous prive pas de libertés ». Non, justement, il s’appuie sur un corollaire qui s’appelle Libéralisme, contrairement à vos idées qui s’appuient sur la coercition et la spoliation.

      Encore une fois, vous autres Méchant Onistes, vous êtes beaucoup trop faciles à démonter: vous n’avez aucune chance de tailler la Liberté qui sera toujours plus puissante que vos malheureuses et obsolètes idées.

    • « Tenu avec brio de la main des néo-libéraux qui nous envoient droit dans le mur depuis des décennies ! »
      -> waou, le refus de voir la réalité en face des gauchistes est toujours aussi effrayant. Les pays libéraux (arrêtez de parler de néolibéralisme, ça ne veut rien dire, aucun gouvernement ne s’en réclame) sont les pays où le niveau de vie est le plus élevé, la croissance la plus forte, et contrairement à ce que vous pensez intuitivement, la solidarité y est la plus forte.
      Les pays « socialos » (le terme socialiste n’étant pas plus adéquat que néolibéral, même si des gouvernements se disent socialistes), se sont eux toujours retrouvés à un moment ou un autre dans une impasse et ont du retourner vers le libéralisme (la bataille y est dure actuellement au vénézuéla pour faire cette marche arrière). Souvenez vous simplement de l’élection de Mitterrand en 1981, c’était le grand soir et on allait voir ce que serait enfin la France libérée des contraintes du marché. 2 ans après, la France au bord de la ruine, devait faire marche arrière (le tournant de la rigueur ils ont appelé ça, la preuve que le socialisme c’est la gabegie).
      Hélas, depuis lors, la France continue à souffrir des séquelles des gouvernements socialistes (nationalisations, retraite à 60 ans, 35 heures, la finance c’est le mal, …) et n’a toujours aucun moyen de relancer son économie, les résistance des fonctionnaires, statutaires, syndicats et entreprises vivant de la subside publique (capitalisme de connivence) y faisant barrage (et essayant même d’imposer un Macron pour faire croire que tout va changer mais ayant un programme où rien ne change).

    • Quelle agressivité , votre réponse est à l’image de votre maitre : inquiétante

    • La France pratique le socialisme depuis des décennies et c’est un échec mais vous voulez continuez.
      la france est l’un des pays les plus socialistes d’europe, il suffit de regarder les chiffres (dépenses publiques 57%, la fonction publique représente près de 7 millions de personnes dans la fonction publique (http://www.observatoiredessubventions.com/2010/combien-de-fonctionnaires-en-france/
      ), 73 au rang des libertés économiques selon Heritage Foundation après le Cap-Vert, le Kazakhstan ou encore la Jamaïque, l’un des plus haut taux d’imposition ( la France a un taux d’imposition total moyen de 64,7% principalement constitué (51,7%) de charges sociales, championne d’Europe en terme d’imposition),….. certains partis de gauche dans le reste de l’europe (spd, parti travailliste,…) sont plus libéraux que la droite francaise . la france est championne du monde en dépenses sociales publiques. la france possède 60 code et est ultraréglementé (plus de 500000 lois et décrets). le pire s’est que le nombre de fonctionnaires augmentent. http://www.lepoint.fr/economie/les-fonctionnaires-sont-toujours-plus-nombreux-18-12-2014-1890940_28.php
      En 33 années, la France a fini par appliquer à peu près tous les points du programme du parti communiste de 1981. http://h16free.com/2014/04/01/30201-il-y-a-33-ans-déjà

      Toujours les mêmes imbécilités.
      Le mot « néolibéralisme » n’a aucun sens. C’est l’exemple type d’un anti-concept (au même titre que ultralibéralisme). Personne ne se dit néolibéral. Demandez à quelqu’un qui utilise de ce terme néolibéral qu’est ce que cela veut dire ?? quel est la définition ?? Dans bcp de cas, il en sera totalement capable et même s’il arrive, sa définition sera différente de celle d’une autre personne employant aussi ce terme. Demandez à dix personnes leur définition du néolibéralisme, vous aurez de grandes chances d’avoir dix définition différentes.
      Même s’ils ne sont pas d’accord entre eux sur la définition de ce mot, un certain nombres de personnes font diront que c’est un mouvement du début des années 80. Pourtant, le mot néolibéral vient de la fin du 19 siècle et a été utilisé tout au long du 20 siècle même s’il est vrai qu’il a été grandement popularisé par les antilibéraux depuis vingts ans. Les antilibéraux utilisent de ce mot néolibéralisme (tout comme ils utilisent du mot ultralibéralisme) car le mot libéralisme a une certaine connotation positive en tout cas dans sa dimension politique. Un certain nombre de principes fondateurs de l’état de droit et de la démocratie (que l’on appelle démocratie libérale) découle du libéralisme (politique). Voilà pourquoi les antilibéraux pour critiquer le libéralisme préfère utiliser d’autres termes comme néolibéralisme (qui sous entend une déformation du libéralisme) ou ultralibéralisme (qui sous entend un extrémisme).
      L’avantage avec le mot néolibéralisme c’est qu’on peut utiliser ce mot à tort et à travers, on peut utiliser ce mot pour désigner tout ce que l’on veut. De toute facon , tout ce qui va mal c’est de la faute du méchant néolibéralisme (même si l’on sait pas trop ce que c’est). Je trouve cela pathétique.
      En général, avec les gens qui emploient le mot néolibéralisme: ce sont soit des antilibéraux qui ne changeront pas d’opinions et qui sont de mauvais soit des gens ignorants (ignorance qui est totalement compréhensible étant donné le climat antilibéral de la France) soit des gens qui utilisent ce mot car cela fait vendre.
      Il y a même des gens utilisant le mot néolibéralisme qui vous disent qu’il est impossible de définir ce mot .
      Si vous demandez aux gens de dire ce sont qui les néolibéraux, là aussi leurs réponses sont très floues. Même si la plupart vous diront que Tatcher et Reagan sont des piliers du néolibéralisme, en général, pour le reste ils ne sont pas d’accord d’entre eux. Une bonne partie disent aussi que Friedman était un néolibéral (sans doute parce que c’est l’économiste libéral le plus connu du 20 siècle, en général, le seul économiste qu’ils connaissent) . Une bonne partie des antilibéraux utilisent le mot néolibéralisme croyent que l’école néoclassique est néolibéral montrant toute leur ignorance de l’économie et de la pensée économique. J’ai déja vu des gens disant que Keynes était un néolibéral.
      Le « néolibéralisme » au même titre qu’ultralibéralisme permet de diaboliser le libéralisme. Les antilibéraux préfèrent utiliser ces deux termes plutôt qu’utiliser le terme « libéralisme » car dans le libéralisme, il y a le libéralisme politique (qui est connoté positivement par la plupart des gens) en utilisant un autre mot, cela permet de faire une distinction entre les deux, de bien montrer que c’est deux concepts différents. Que le néolibéralisme est une « perversion » ou un « excès » de libéralisme.
      C’est profondément malhonnête.

      En plus, comme ce sont des termes ne voulant rien dire, on peut les utiliser pour les accuser de tous les maux. Les libéraux auront tendance à moins se défendre vu qu’ils ne se reconnaissent pas dans ces termes débiles.

    • Sur la financiarisation de l’économie à lire: http://ordrespontane.blogspot.be/2016/04/un-petit-point-factuel-sur-la.html
      Il ne faut pas exagérer sur la financiarisation de l’économie. Il suffit de regarder les chiffres.

      la finance est un élément consubstantiel à tout système capitaliste, il n’en reste pas moins que le secteur financier a pris aujourd’hui une importance particulièrement grande par rapport à ce qu’il était dans le passé, en particulier au niveau de l’importance des profits des banques dans le profit total. Contrairement à ce que disent les gauchistes ce n’est pas à cause du libéralisme.
      On peut avancer les raisons suivantes à cette hausse :
      pour l’École autrichienne d’économie, la création monétaire ex nihilo peut expliquer une déconnexion de la finance et de « l’économie réelle ». La nouvelle monnaie émise par la banque centrale devient le jouet de la spéculation et alimente des bulles dans certains marchés (actions, matières premières, etc.), sans forcément impacter le niveau général des prix (contrairement à ce qu’affirme la théorie quantitative de la monnaie). Certains accusent les banques centrales de soutenir artificiellement les marchés de cette façon. Antal E. Fekete indique que la nouvelle monnaie créée par la banque centrale s’épand sur le marché obligataire sans risque de « fuite vers les biens réels », ce qui explique le décrochage entre « économie réelle » et « économie financière ». La banque centrale étant un monopole d’émission monétaire combattu par les économistes autrichiens, on voit que la mise en accusation du libéralisme relativement au « capitalisme financier » est absurde ;
      l’endettement général (des entreprises, des particuliers, des états via la dette publique) accroît les flux financiers et les volumes gérés par le secteur financier (la dette d’un acteur économique étant toujours un placement financier d’un autre acteur), encore plus dans un contexte mondialisé. C’est moins le libéralisme qui est ici en cause que le comportement de chacun des acteurs économiques, états compris.
      la technique financière elle-même progresse et offre des opportunités d’échanges qui n’existaient pas auparavant, à travers des produits sophistiqués (produits dérivés, CDS, …).

      C’est l’interventionnisme étatique qui est le vrai coupable de la dérive de la finance . Je vais essayer d’être simple et conçis
      Dans les années 70 Nixon aux US (et l’Europe qui bien sûr a suivi) a destandardisé le dollar de l’or (en gros avant on ne pouvait pas créer plus d’argent qu’il n’y avait de réserve d’or, permettant ainsi une monnaie stable). Conséquence, l’état, dès qu’il en a besoin (pour se rendre plus important /légitime et/ou par opportunisme court_termiste électoraliste), crée de l’argent (Fiat money en anglais) sorti de nulle part (un faux monnayeur légal) et le diffuse dans l’économie. Cette création monétaire a plusieurs conséquences lourdes qui expliquent les dérives du système financier. Trois exemples :
      1) Toutes les Crises financières depuis 1929 ont toujours été précédées d’une politique de relance étatique par création monétaire directe(depuis la déstandardisation sur l’or) ou indirecte. cette offre monétaire fictivement augmentée envoie de faux signals aux investisseurs qui croient à tort qu’il est propice d’investir. Une offre se crée sans la demande qui va avec. Des bulles se créent et quand la demande ne suit pas, ces bulles éclatent et la crise se diffuse.
      2) En créant cet argent, l’état créé une offre inadéquate de monnaie et fausse le marché, les prix augmentent (inflation) et la monnaie perd de sa valeur. Du coup, un travailleur, par exemple, qui économise toute sa vie, s’il ne fait rien voit ses économies perdent en valeur chaque année, il va donc le placer dans les marchés financiers , chose qu’il n’aurait jamais pris le risque si l’état laissait la monnaie tranquille .
      3)Quand l’état créé cet argent, ou va t il en premier, les banques. Fortes de cette priorité elles achètent en premier à bon prix dans l’économie réelle et augmentent les prix pour nous les prochains acheteurs. Et Bien sûr elles spéculent et sont plus irresponsables avec un argent qui ne leur appartient pas. Le plus gros scandale, une loi bancaire de l’état appelé réserves fractionnaires : pour faire très simple, pour un million donné à une banque (par un état ou par un particulier) , celle ci peut en créer dix millions, en simplement quelques clics . Comme disait Ronald Reagan, l’état n’est pas la solution, il est le problème. Ce n’est ni le marché libre ou le capitalisme qu’il faut blâmer.

      Le système financier a son utilité mais l’état l’a perverti et rendu plus important que le marché libre ne l’aurai fait.

    • Contrairement à ce que Mélenchon et tous ses partisans disent, il n’y a jamais eu de déréglementation de la finance. Et la plupart des problèmes (trading haute fréquence, shadow banking, crise des subprimes,…) sont des conséquences de la réglementation étatique. A lire ce très bon article: https://minarchiste.wordpress.com/2013/06/14/de-la-reglementation-du-systeme-bancaire-et-monetaire/

    • Marrant mais Mélenchon propose des choses qui ont déjà été faites en France. Le choc fiscal fait par hollande est un échec ne vous en déplaise. N’avez vous jamais entendu parler de la taxe de 75 % ?? Pourtant Mélenchon propose de faire pire.
      N’oublions pas ce qui s’est passé en 81. peut être étiez vous trop jeune ou vous n’avez pas de mémoire mais en 81, Mitterand a mis en place un programme tel que préconisé par Mélenchon cela a été un désastre complet. Il a dû faire marche arrière. Le fameux tournant de la rigueur en 83.

      Savez vous ce qu’est le protectionnisme ? Taxer les produits importés c’est du protectionnisme ne vous en déplaise.
      L’argument central en faveur du protectionnisme qu’avancent ses partisans est le plus souvent la préservation des emplois nationaux : un pays à haut niveau de vie et salaires élevés ne pourrait soutenir la concurrence de pays où les salaires sont beaucoup plus bas, et par conséquent où les produits et services sont moins chers. Des droits de douane (droits d’entrée pour les marchandises importées) ou des quotas d’importation seraient donc nécessaires pour rétablir l’équilibre vis à vis de cette concurrence « déloyale ».
      En réalité, le protectionnisme accélère le déclin. Il permet certes de sauver temporairement quelques emplois et industries, mais en réduisant le niveau de vie et le revenu des consommateurs de produits étrangers (car ce sont eux qui payent les droits de douane !), en augmentant les coûts de production interne (les producteurs employant des produits du secteur protégé, plus chers), en rendant par conséquent moins compétitifs les producteurs au niveau international. Finalement, il diminue l’attractivité du pays pour les étrangers qui, ne pouvant y vendre leurs produits, ne disposent pas en retour de fonds dans la monnaie du pays protectionniste.
      Le résultat est que, pour sauver quelques emplois inefficaces, un bien plus grand nombre d’emplois efficaces sont détruits ou non créés. Au lieu de profiter de la loi des avantages comparatifs en se spécialisant dans des secteurs à forte valeur ajoutée, le pays préfère prolonger la survie de secteurs non rentables.
      Les politiciens protectionnistes ne mettront évidemment en exergue que les côtés positifs, visibles (« on a sauvé des emplois ») sans insister sur les côtés négatifs (voir aussi la parabole de la vitre cassée). Quand le coût des emplois « sauvés » devient excessif et ne peut plus être assumé, on assiste à des reconversions douloureuses : le protectionnisme n’a servi qu’à repousser le problème à un peu plus tard, au bénéfice des politiciens du moment.
      Si la logique protectionniste était poussée jusqu’au bout par les politiciens, on aboutirait à des pays qui vivraient en autarcie totale et emploieraient des techniques complètement dépassées : n’aurait-il pas fallu protéger l’emploi des charrons, sabotiers, forgerons, conducteurs de diligence, vendeurs de bougies, porteurs d’eau, allumeurs de réverbères, etc. Le rêve secret du protectionniste, c’est d’aboutir à un monde figé pour toujours, en contradiction avec toute réalité. Le protectionniste est un réactionnaire !
      Il est d’ailleurs étonnant de voir resurgir, de la part de certains intellectuels (par exemple Emmanuel Todd, et avant lui Maurice Allais), la préconisation d’instaurer un « protectionnisme continental », cela plus de deux cents ans après le Blocus Continental napoléonien qui avait réussi à appauvrir davantage le continent…
      Si le but affiché du protectionnisme est d’entraver les importations étrangères et de favoriser l’exportation des produits nationaux (mercantilisme), on peut dire que le protectionnisme est contradictoire puisqu’il va à l’encontre même de ce but, les étrangers ne disposant pas de suffisamment de monnaie nationale pour acheter les produits nationaux (du fait de la barrière protectionniste qui les empêche de vendre leurs produits). Le protectionniste, méconnaissant la nature de l’échange économique, croit qu’exportations et importations sont déconnectées, et qu’on peut agir sur les unes sans impact en retour sur les autres.

      le problème des gens qui veulent le protectionnisme s’est qu’ils disent vouloir le protectionnisme pour protéger les producteurs nationaux contre les producteurs étrangers ce qui est faux le protectionnisme ne se fait pas au détriment des producteurs étrangers mais bien au détriment des consommateurs qui payent le prix du protectionnisme. le libre échange est toujours bénéfique en volume total mais il se fait toujours au détriment d’une catégorie de personnes soit les consommateurs (exportations) soit les producteurs (importations). en général, c’est plutôt au détriment des producteurs. c’est l’un des gros problème en france: quand il y a le libre échange, pour que cela profite à tout le monde, il faut restructurer l’économie ce qui demande bien sur une période transitoire où une catégorie de personne est perdante mais en France, on est incapable de restructurer l’économie voilà pourquoi les francais détestent tant la mondialisation. le marché du travail est beaucoup trop rigide en France ce qui fait qu’un ouvrier qui perd son boulot parce qu’un secteur d’activité (par exemple sidérurgie) n’est plus assez compétitif sur le marché mondiale restera au chomage sans avoir de chance de retrouver en un emploi là où dans un pays comme la suisse qui a un marché de l’emploi flexible, l’ouvrier aurait assez facilement retrouvé un emploi. aujourd’hui, beaucoup de gens inversent la logique du commerce international. ils croient qu’il faut exporter un maximum et importer un minimum alors que le but du commerce international est justement d’importer. bien sûr, il faut payer les importations et pour les payer, il faut exporter. si un pays ne fait qu’importer (exemple la grèce) et n’exporte rien, il n’a d’autre choix que de s’endetter.

      Le protectionnisme constitue d’abord une erreur pour les consommateurs, qui ne peuvent se procurer certaines marchandises ou qualités, ou alors à des prix trop élevés. Le libre-échange, au contraire, favorise le consommateur. Mais le protectionnisme n’est pas non plus une bonne chose pour les producteurs nationaux; il leur ôte des débouchés (car les pays étrangers prennent des mesures de rétorsion) et surtout il laisse les producteurs nationaux, non soumis à la rigueur de la concurrence étrangère, « s’endormir » au lieu de s’adapter. Le protectionnisme, supprimant l’aiguillon de la concurrence étrangère, n’est pas un facteur de progrès, mais de stagnation économique et de faible productivité. Même pour des pays peu développés, l’existence d’une concurrence étrangère est un bon stimulant, et l’on sait qu’ils compensent leur éventuel retard technique par des coûts salariaux plus faibles par exemple. Ce sont d’ailleurs les pays en voie de développement les plus ouverts aux échanges internationaux qui ont connu le décollage le plus rapide, comme le montre l’exemple des NPI (Nouveaux pays industrialisés), en particulier ceux du Sud-Est asiatique, tandis que ceux qui refusaient l’ouverture internationale s’enfonçaient dans la misère. pour les usa. lisez ceci: http://www.libreafrique.org/Helge_USA_protectionnisme_160812

    • Une étude de l’INSEE a chiffré, pour la période 1995-2001 l’ampleur des emplois perdus dans le secteur industriel à cause de délocalisations : en moyenne, 13.500, dont plus de la moitié vers des pays à hauts salaires. Ce chiffre est à comparer aux 6,8 millions d’emplois dans le secteur secondaire en France.
      http://www.insee.fr/fr/ffc/docs_ffc/ECOFRA05b.PDF
      Une seconde étude du Conseil d’Analyse Economique, écrit ainsi : « les restructurations d’entreprises s’étant produites en Europe entre le 1er Janvier 2002 et le 15 juillet 2004 concernent 1456 entreprises et ont entrainé la suppression de 780 394 emplois, ce qui correspond à 0,42% des 192 millions emplois européens. Ramené à 1 an, on obtient un taux de 0,17%. Chaque année, c’est donc 0,17% des emplois européens qui disparaissent dans des restructurations. »
      http://www.ladocumentationfrancaise.fr/rapports-publics/054000102/index.shtml
      Les délocalisations ne représentent, selon le rapport, que 4,74% des emplois supprimés (36 977) pour restructuration et 7,14% (100) des entreprises restructurées. En terme d’emploi, cela correspond donc en deux ans et demi à 36 977 suppressions donc 0,019% de la totalité des emplois européens. Rapporté à 1 ans, on obtient un taux de 0,0076%. Chaque année, c’est donc 0,0076% des emplois européens qui disparaissent dans des délocalisations. ». « Au niveau de la France, les 8 000 suppressions d’emplois survenues en 2001 suite à des fermetures d’unités de productions correspondent à 0,032% des 25 millions d’emplois français.
      Un rapport du Sénat expose les mêmes conclusions que les précédents rapports.
      http://www.senat.fr/rap/r03-374/r03-3740.html
      Je vous invite aussi à consulter cet article : http://www.wikiberal.org/wiki/D%C3%A9localisation
      Après tout n’est pas « rose », il y a aussi des délocalisations de marges, etc. mais le tableau n’est certainement pas aussi sombre que celui que vous indiquez, au contraire, au niveau global il est même très positif.
      quand au sophisme: « on trouvera toujours dans les pays pauvres des désespérés prêts à travailler 24/24 et se tuer au travail pour se payer un bol de riz. »
      Si ces gens acceptent de faire ça au lieu d’autres choses, c’est qu’ils ont quelque chose à y gagner, sinon ils ne le feraient pas. Il faut aussi regarder le cadre préexistant sinon c’est caricatural, exemple : en Chine de nombreux agriculteurs du Changjiang préfèrent quitter la campagne pour rejoindre les villes, afin d’y trouver un emploi manufacturier basique (exemple de Foxconn à Shenzhen), car ils jugent que les conditions de vie y sont meilleures qu’avant.
      Bien qu’il soit vrai que les conditions de vie ne sont pas « occidentales », l’augmentation de la demande et l’accroissement de la spécialisation, provoque un boom des salaires, avec une croissance qui permet une augmentation de la consommation intérieure et de financer des infrastructures meilleures, bref pour ces pays les délocalisations sont bonnes, et au nom de quoi n’auraient-ils pas le droit de nous faire concurrence ? Au nom de la loi de la majorité ?
      Comment peut-on se prévaloir d’aider les pays pauvres, et ne pas vouloir de leur concurrence ?
      Les pays riches peuvent se permettre des avantages comparatifs qu’eux ne peuvent pas, ainsi il faut miser sur la formation, l’innovation, la recherche, comme le font la Suisse, la Suède, la Finlande, le Danemark, les Pays-Bas, le Luxembourg, Le Japon, la Corée du Sud, etc.

      Dire que vous voulez éviter les délocalisations dans les pays pauvres car les travailleurs de ces pays seront exploités c’est totalement absurde. Peut être que les conditions de vie peuvent nous paraitre horrible mais pour ces gens, c’est toujours meilleur que ce qu’ils ont avant. Pourquoi il y a eu un exode massif des chinois des campagnes vers les villes ? Mieux vaut être ouvrier dans une usine que paysan à la campagne. Pour améliorer les conditions de travail, il faut d’abord que ces pays se développent. Dans un pays pauvre, les conditions de travail seront toujours très durs.

    • C’est marrant mais l’un des plus grands économistes sur le sujet (la mondialisation et les échanges internationaux) c’est Krugman. C’est l’idole des gauchistes pourtant ceux ci ne l’écoutent pas sur sa spécialité. Il a démontré les bienfaits du libre échange et de la mondialisation. C’est pour cela qu’il a recu son prix nobel. Personne ne peut l’accuser d’être un libéral. Il y a une quasi unaminité des économistes (y compris chez les économistes de gauche) sur les bienfaits du libre échange (des sondagers montrent que plus 90 % des économistes sont pour). Le libre échange est l’un des rares sujets où il n’y a pas de controverse. Sur la plupart des sujets, il y a des controverses mais pas sur ce sujet

    • J’adore vos références: Stone, Piketty,…. Lol. Stone n’est qu’un vulgaire propagandiste d’extrême gauche. Piketty est un idéologue gauchiste qui n’a aucune crédibilité en tant qu’economiste. Écouter ce qu’il dit est une mauvaise idée. On voit le résultat des politiques préconisés par Piketty. Il fut écouté par le candidat François Hollande qui, dans son programme (page 17), reprenait à son compte l’intitulé de son livre précédent («Pour une révolution fiscale»). Lors d’un entretien réalisé par Mediapart le 28 janvier 2011, François Hollande affirmait ainsi «le constat est implacable: on paye d’autant plus d’impôts qu’on a de bas revenus, on a un système antiredistributif». Mais le diagnostic fait par l’économiste était erroné. http://www.lopinion.fr/13-mai-2014/philippe-aghion-theorie-piketty-est-contestable-ainsi-que-l-analyse-empirique-qu-il Prendre en compte ce qui permet réellement de comparer la pression fiscale entre les catégories des 50 millions de Français majeurs permet d’effectuer un premier correctif sur ses résultats et de montrer que l’on passe de 24 à 40 % d’imposition sur l’échelle des revenus, au lieu de 40 à 33 %. Puis en intégrant les prestations, la courbe passe de 17 à 40 % ! Notre système d’impôt sur le revenu est donc nettement progressif. Confiant dans le diagnostic erroné, le caricaturant même, François Hollande a commencé son mandat en imposant… tous ceux qui payent l’impôt sur le revenu, classes moyennes et supérieures, qui dans son esprit pouvaient supporter sans problème une hausse de prélèvements ! On sait désormais quelles ont été les conséquences dramatiques pour l’économie de cette politique fiscale.
      Vos autres économistes sont-ils comme Piketty ?? Lol. Le problème de la france s’est que pour être présenté comme économiste il ne faut pas spécialement avoir de diplôme sur le sujet. Certains experts économiques des médias n’ont aucun diplôme dans le domaine. La plupart des économistes présent dans les médias n’ont pas une grande crédibilité. Pour revenir à Piketty, l’ouvrage qui l’a fait connaître a été largement démonté. Et l’a decrebilise car il a intentionnellement pris les chiffres qui l’arrangaient pour prouver sa thèse. Il a manipulé les statistiques pas très scientifique. Cela prouve sa vraie nature: propagandiste

    • Toujours la même regain. Tous les pays socialistes finissent ruiné mais c’est jamais à cause du socialisme. Les gens d’extrême gauche trouvent toujours des excuses pour justifier leurs échecs ils ne se remettent jamais en cause.
      Marrant, il y a quelques années (4 ou 5 ans), les gauchistes niaient les problèmes du Venezuela (la situation économique était déjà mauvaise). Aujourd’hui,ils sont bien obligé de la reconnaitre. Aujourd’hui, il y a deux types d’attitude de la part des gauchistes: la première,reconnaitre l’échec du chavisme (et c’est tout à leur honneur même si en général, ils oublient de dire qu’avant, ils ont soutenu le chavisme). La seconde, rester aveuglé et justifier l’échec du venezuela par un complot des USA (et d’Israel tant que l’on y est).

      A noter que dans la première attitude, certains gauchistes adoptent un révisionnisme que l’on pourrait qualifier de subtil càd qu’ils imputent l’échec du chavisme soit à Maduro (en disant que si Chavez était toujourss là, le venezuela se porterait très bien ce qui est absurde quand on sait que déjà avant la mort de chavez, le venezuela se portait mal). soit à la chute du pétrole (alors que cette chute est un élément accélérateur et amplificateur de la ruine du venezuela mais ce n’est certainement pas la cause première).

      Ce que je trouve interpellant dans l’attitude des médias, c’est qu’ils citent les chiffres officiels en les présentant comme des vérités (alors que tout le monde sait que ces chiffres sont truqués). Par exemple, ils disent tous que l’inflation en 2015 au Venezuela était de 180 % (chiffre officiel) alors que la plupart des observateurs pensent qu’il était plus élevé (certains parlent de 275 % d’inflation en 2015).
      D’ailleurs, les gauchistes qui nous vantaient les succès du chavisme (même chose pour l’argentine de Kichner) se basaient sur les chiffres officiels truqués. Aujourd’hui, tout le monde peut voir à quel point ces chiffres sont faux. C’était la même chose à l’époque de la guerre froide, la gauche nous vantait le succès du communisme en se basant sur les chiffres officiels des pays communistes (qui étaient faux).
      L’échec du chavisme s’explique par les politiques débiles menés par les chavistes pendant des années et non pas par un méchant complot américano sioniste. Aucun économiste même de gauche nie le désastre économique causé par le chavisme. Il n’y a que les idéologues d’extrême gauche (et d’extrême droite) pour voir un complot contre le venezuela.
      C’était la même chose pendant la guerre froide: tout ce qui ne marchait pas dans les pays communistes étaient causés par un complot de la cia.
      Il suffit d’avoir une culture économique pour comprendre que le chavisme ne pouvait pas marcher et allait conduire à un désastre.
      Oui le Venezuela a une économie différente de la France ce qui n’empêche que les chavistes ont mené une politique socialiste (nationalisations, contrôle des changes,….) qu’approuvait Mélenchon. Le Venezuela n’est pas le premier pays à avoir pratiqué le socialisme et cela a tjs les mêmes effets (pénuries, hyper inflation,…). Je rappelle quand même qu’en Europe, pendant des années, le chavisme était le modèle à suivre de l’extrême gauche. L’extrême gauche a soutenu le chavisme et a profondément admiré Chavez. Les économistes hétérodoxes (qui ne sont rien d’autres que des charlatans d’extrême gauche) nous disaient que cela montrait que la gauche radicale pouvait réussir, que la politique de la gauche radicale était la bonne. Podemos, Mélenchon,…n’arrêtaient pas de vanter les succès de Chavez et de nous dire qu’il faut suivre la même politique. Alors, venez pas m’expliquer que ce n’est pas la défaite d’une idéologie. Mélenchon a lui même dit qu’il voulait s’inspirer de la politique chaviste. A partir de ce moment normal de parler de la situation du Venezuela pour prouver que ce qu’il propose est dangereux. Vous êtes de mauvaise foi. Si on parle du Venezuela c’est à cause de toutes les déclarations passées de Mélenchon sur ce pays: le Venezuela était son modèle. Arrêtez de pleurer qu’on parle du Venezuela, on en parlerait pas si Mélenchon n’avait pas lui même dit que ce pays était son modèle.

      aujourd’hui, le Venezuela est obligé d’importer 550’000 barrils de brut de pétrole des USA (alors qu’à la base, ce pays possède parmi les plus grandes ressources de pétrole au monde). http://atodomomento.com/pdvsa-importo-un-embarque-de-550-000-barriles-de-crudo-de-estados-unidos/
      Le pétrole vénézuélien est raffiné au Texas. Une bonne partie des revenus du Venezuela viennent des USA (PDVSA est par exemple propriétaire d’une chaine de stations service aux USA). Aujourd’hui, le Venezuela tient justement grâce aux USA. Je m’explique: aujourd’hui, personne ne veut prêter à l’état vénézuélien car il est clair que la situation économique est trop mauvaise. Donc, les chavistes ont mis en place un montage financier est simple : PDVSA (compagnie nationale de pétrole) emprunte en USD sur le marché américain via sa filiale Citgo Petroleum Corporation. Comme les obligations émises sont en droit américain, et non en droit vénézuélien, ce qui offre des voies de recours plus aisées pour les investisseurs en cas de non-paiement, les taux d’emprunt sont plus abordables. Les montants levés sont transférés ensuite à PDVSA et permettent de financer le budget de l’Etat.
      N’oublions pas que pas de chavistes ont des villas à Miami et que les enfants des dirigeants chavistes sont envoyés dans des universités américaines.
      C’est assez hypocrite des chavistes: ils sont anti américains mais n’ont jamais cessé de faire des affaires avec ce pays. Pour rappel, le pétrole vénézuélien est un pétrole qui est raffiné dans les raffineries du Texas (car il est spécial).

      On pourrait aussi parler de pleins d’autres dictatures socialistes ayant mené une politique désastreuse (Zimbabwe, Erythrée,…). Le Venezuela n’est pas le seul pays à être fini ruiné à cause du socialisme. Il y a d’ailleurs aussi des pays démocratiques ayant fini ruiné à cause du socialisme. Exemple récent: la Grèce qui a finit dans cet état à cause de la politique socialiste et démagogique mise en place par le PASOK, parti socialiste grec. D’ailleurs, le PASOK avait comme modèle à la base le parti baas. Oui vous savez le parti qui dirige la Syrie et qui a dirigé l’Irak. Il ne faut pas oublié qu’à une époque la gauche avait une profonde admiration pour les dictatures arabes. Ben Ali, Moubarak, Kadhafi,….étaient des socialistes. Vous voulez que l’on parle de toutes les dictatures socialistes. La plupart des dictatures dans le monde sont socialistes (je parle pas seulement des régimes communistes mais également
      des dictatures socialistes non communistes). Il suffit de regarder l’Afrique. Ceci dit je reconnais qu’un certain nombre de dictatures socialistes ne le sont plus que de nom (ils ont abandonné le socialisme par pragmatisme). Ceci dit, si j’étais
      socialiste j’éviterais de donner des lecons de démocratie vu le nombre de dictatures socialistes.
      La dernière dictature d’Europe: la biélorussie est aussi un régime socialiste.

    • Si l’auteur parle de Castro c’est parce que Mélenchon lui a rendu hommage. Est ce que la droite francaise a rendu hommage à Pinochet à sa mort ? Non. Marrant de voir votre mauvaise foi. Mélenchon s’est lui même exposé à des critiques légitimes (en disant qu’il a comme modèle le Venezuela et en rendant hommage à Castro) mais vous vous osez les détourner de manière pathétique. La droite francaise n’a jamais rendu hommage à Pinochet ou à Castro voilà la différence avec la gauche francaise donneuse de lecons. Si la droite francaise avait osé faire à la mort de Pinochet ce qu’a fait Mélenchon et les autres gauchistes à la mort de Castro cela aurait provoqué un tollé (légitime) chez la gauche. L’hommage de la gauche à Castro montre sa totale hypocrisie.
      Lisez les commentaires de superman en dessous de cet article: https://leblogdenathaliemp.com/2016/12/05/he-oh-la-gauche-ta-foutue-morale-est-en-lambeaux/ Il démonte superbement bien toute la propagande de Mélenchon concernant Cuba. Castro n’a pas amené de progrès sociaux contrairement à la propagande de Mélenchon. Le système de santé cubain repose sur un système à deux vitesses: un performant pour l’élite au pouvoir et les touristes et l’autre pourri pour le reste de la population (qui doit payer des pots de vins pour être soigné). D’ailleurs, les progrès sociaux ne justifient pas les crimes d’une dictature. Ou sinon, vous justifierez le régime de Franco ou Pinochet qui eux ont amélioré la situation de leurs peuples.

    • On ne peut pas justifier les crimes de Franco et Pinochet par le fait qu’ils ont permis le développement de leur pays ce qui n’empêche pas que l’on ne doit pas oublié que s’ils sont arrivés au pouvoir c’est à cause de l’attitude totalitaire et antidémocratique de la gauche. Lisez mes commentaires en dessous de cet article: https://www.contrepoints.org/2017/04/06/286247-chili-de-pinochet-veritablement-a-milton-friedman
      Pinochet comme Franco n’étaient pas des idéologues mais des pragmatiques. Ils étaient catholiques conservateurs et anticommunistes. A part cela, ils n’ont pas eu d’idéologie contrairement à Castro. Le régime de Franco a d’abord été national socialiste avant de changer de direction économique quand l’Espagne était au bord de la ruine.
      Les reproches que l’on peut faire à Pinochet et à Franco c’est d’être rester aussi longtemps au pouvoir, on ne peut certainement pas leur reprocher le coup d’état (plus que légitime dans les deux). Honnêtement, j’ai bien plus tendance à considérer comme crimes graves les meurtres des indigènes au Chili pour leur voler leurs terres que les meurtres des gauchistes qui tentaient de créer leur dictature du prolétariat. Il est normal que la droite n’ait pas laissé la gauche instaurer une dictature du prolétariat. Cela s’appelle de la légitime défense.

      Et comme dictateurs militaires, il y a eu bien pire que Pinochet ou au Chili. Notamment au Guatemala où la junte en l’espace d’à peine deux ans a commis un génocide contre les indiens.

      Marrant de critiquer l’impérialisme américain tout en justifiant l’impérialisme russe. Pas très logique. Les gens d’extrême gauche
      comme Mélenchon critiquent l’impérialisme américain mais justifient l’impérialisme russe en Ukraine, en Géorgie,…..Il y a un problème de cohérence. C’était la même chose pendant la guerre froide: l’impérialisme soviétique était justifié mais pas l’impérialisme américain. Soit on critique toute forme d’impérialisme soit on s’abstient. Le Venezuela chaviste a lui même pratiqué de l’impérialisme dans les autres pays d’Amérique latine ce qui ne vous offusque pas.

    • Mélenchon a quand même une habitude à soutenir les régimes dictatoriaux et les régimes autoritaires. On dirait que les dictateurs et les autocrates le font bandé. Si cela vous pose aucun problème tant mieux pour vous mais moi cela me gêne. Il y a la Russie, le Venezuela, Cuba,….Cela fait beaucoup de pays. Mélenchon se fait propagandiste en chef de ces régimes. Ceci dit il est vrai que pour la propagande russe, il n’est pas le seul à le faire il y a aussi MLP. Dans la logique de JLM, l’état est parfait et sert toujours l’intérêt général sauf que c’est faux. L’état tends à être au service de ceux qui sont au pouvoir. Ceux qui sont au pouvoir auront toujours tendance à servir leurs propres intérêts. C’est quelque chose d’humain. Voilà pourquoi dans les pays où il n’y a pas d capitalisme: il y a d’un côté, la population normale qui est pauvre et de l’autre, une caste de dirigeants très riches. Tous les dictateurs communistes vivaient dans le luxe total. Castro et Chavez (les idoles de JLM) étaient tout deux milliardaires. Chose qui ne semble pas dérangé JLM si prompt à hair les riches. Les trois pays les plus concernés par le swiss leaks sont 1 la suisse, 2 la GB et 3 le Venezuela. Et comme par hasard, il s’agit toujours de proches du pouvoir chaviste. Même chose avec les fameux panama papers: les révélations ont permis de montrer à quel point les chavistes étaient riches grâce au fric venant du pétrole qu’ils ont volé.
      Une chose que vous comprenez pas: le marché a des imperfections mais comparer le marché imparfait à un état parfait est erroné. l’état a aussi des imperfections. or si on étudie les imperfections du marché et les imperfections de l’état on se rend compte que le marché a moins d’imperfections que l’état. c’est pour cela qu’il faut un état limité.
      Ce que j’adore avec les gens comme JLM c’est qu’ils parlent de solidarité tout en prônant une politique profondément égoiste à savoir faire payer les générations futures car c’est cela s’endetter: voler l’argent des générations futures. Si on s’endette aujourd’hui, c’est nos enfants qui payeront les conséquences. Si c’est pas de l’égoisme. La solidarité des gauchistes n’est ni plus ni moins que du vol.
      Personne ne nie que l’endettement marche très bien sur le court terme cependant, il faut être de mauvaise foi pour nier sur les conséquences désastreuses à long terme. L’investissement public est très souvent pas plus productif que les autres dépenses publiques. Quand on voit comment est utilisé l’argent d’investissement public, je ne vois pas comme on peut sérieusement dire que c’est productif. L’investissement public est très souvent du gâchis (forcément vu qu’il est décidé par des incompétents). De plus, souvent, les gouvernements parlent d’investissements publics pour désigner tout et n’importe quoi notamment le fait de mener une politique clientéliste. Je me méfie des fameux investissements publics. Pour moi, le gouvernement ferait bien mieux d’investir massivement dans les fonctions régaliennes (justice, police, défense) et réduire la taille de l’état. Quand on voit ce que l’état francais dépense pour la culture (inutile qui ne sert qu’à financer des artistes gauchistes) et que l’on compare à la dépense publique de la justice.

      Le gouvernement aujourd’hui utilise l’argent public pour financer sa clientèle électorale (fonctionnaires,…). Où va l’argent public ? Simple à la clientèle électorale du gouvernement. Malheureusement, tout gouvernement (surtout s’il est étatiste) a tendance à utiliser l’état pour financer sa clientèle électorale. Et c’est ce qui rends si faux toutes les belles théories keynésiennes qui partent du principe que l’état sert l’intérêt général et que les dépenses publiques seront dépensés là où elles sont le plus utile. Alors que toutes les études montrent que c’est totalement faux. Les dépenses publiques ne sont pas dépensés là où elles sont le plus utile mais là, où elles rapportent le plus électoralement parlant. c’est pas pour rien que quand il y a des réductions de dépenses publiques, on s’ne prends tjs d’abord au budget de l’armée,…(car électoralement parlant, c’est là où c’est le moins nuisible). L’état est contrôlé par les politiciens et les fonctionnaires. Or, ceux ci ont tendance à utiliser l’état à leur profit (et à leurs clientèles électorales pour ce qui est des politiciens). L’école des choix public étudie cela.
      Des études montrent qu’il n’existe en réalité aucune corrélation positive entre croissance économique et dépenses d’investissement public, quelle que soit leur nature. https://alexkorbel.wordpress.com/2014/04/06/le-grand-mythe-de-linvestissement-public/
      Non seulement la corrélation n’existe pas, mais en plus, l’investissement est réduit à sa part la plus congrue face aux dépenses du monstre ; à peine 6% du budget cramé alors que les prestations sociales (Retraite + santé) représentent 46% du budget

    • Mélenchon a peut être une communication très moderne sur le fonds son programme est arriéré et comprends toujours les mêmes délires d’extrême gauche. Je plains les gauchistes tous leurs modèles finissent toujours par s’effondrer et bien sûr c’st jamais à cause de leur idéologie. Sûrement un complot américano sioniste.
      Marrant, Mélenchon n’aimes pas les riches mais admire des dirigeants devenus milliardaires en volant leur peuple: Castro et Chavez. Dans la logique de Mélenchon, être riche en ayant créé des richesses c’est immoral mais être riche en ayant pillé son propre pays c’est très moral. Drôle de logique.
      On pourrait aussi parler de Poutine. Comme par hasard, les proches de Poutine sont devenus très riches depuis qu’il est au pouvoir. Il y a clairement eu un pillage de la russie au profit des proches de Poutine et cela ne dérange pas Mélenchon.

      Vous n’aimez pas le terme extrême gauche très bien Mélenchon est de gauche radicale ce qui au final revient au même. Ce sont les mêmes guignols.
      Vu l’admiration de Mélenchon pour les dictatures, il devrait avoir la décence d’arrêter de donner des lecons de morale aux autres. Le pire avec beaucoup de supporters de Mélenchon c’est qu’ils n’assument pas leur soutien aux dictatures. Ils font tout pour relativiser les crimes de certaines dictatures comme cuba mais n’ont pas les couilles d’assumer qu’ils soutiennent ces dictatures. C’est encore plus pitoyable

    • Ha vous me faites bien rigoler avec les fonctionnaires. Il y a près de 7 millions de fonctionnaires dans ce pays mais vous allez me faire croire qu’il en manque encore. Renseignez vous ces dernières décennies: il y a eu une explosion du nombre de fonctionnaires territoriaux. On peut très bien augmenter le nombre de fonctionnaires dans les fonctions régaliennes (policiers, magistrats,…) tout en baissant le nombre de fonctionnaires en général dans le pays. C’est la même chose avec la dépense publique: on peut très bien augmenter les dépenses publiques régaliennes (défense, justice,…) et baisser les dépenses publiques générales. c’est ce que je préconise: diminuer l’état en renforcant l’état régalien. Le problème de l’état Français actuellement s’est qu’il s’occupe de tellement de choses qu’il arrive à négliger ses fonctions essentielles comme la sécurité. Il faut recentrer l’état Français sur ses fonctions régaliennes. Cela passe par une diminution du périmètre d l’état. Aujourd’hui, il s’occupe de pleins de choses que le secteur privé ferait bien mieux. Allez hors de France, voyager en Europe dans des pays comme les Pays Bas, la Suisse, …..vous feriez que ces pays ont des bien meilleurs services publics pourtant ils dépensent moins d’argent public et ont moins de fonctionnaires vous expliquez cela comment ?
      Le problème de la fonction publique en France c’est le statut de fonctionnaire. Les fonctionnaires sont bien trop privilégés par rapport au secteur privé. Il faut comparer leurs avantages par rapport au reste de l’Europe. Nos fonctionnaires ont trop de privilèges. Alors plus que le nombre de fonctionnaire, il faut surtout diminuer leurs avantages. Il faut supprimer le statut de fonctionnaire. Des pays comme la Suède ou la Suisse l’ont fait et ils se portent bien. Les fonctionnaires doivent être des salariés comme des autres. Le statut de fonctionnaire n’a pas de raisons d’être (mis à part pour certaines fonctions spécifiques comme les magistrats). Le statut de fonctionnaire est désuète, il est plus que temps de le supprimer.

    • « Tant mieux ! Rien de plus à dire, sinon que ces mêmes élites ne sont qu’un poison accumulateur  » Vous n’avez manifestement pas compris que ce sont les élites entrepreneuriales qui s’en font et non pas les élites politiques. Si on était débarrassé des élites politiques qui ont détruit ce pays tant mieux mais les élites qui s’en vont ce sont elles qui créent les richesses.
      La fuite des cerveaux est inquiétante.

      « Comprenez les petits patrons qui galèrent ! Et qui galèrent notamment à cause de la concurrence déloyale des grands groupes  » Allez parler aux petits patrons s’ils galèrent c’est à cause de la surréglementation et du fait qu’ils sont matraqués fiscalement. Sans parler de la rigidité du marché du travail. Manifestement, vous n’avez jamais rencontré de petit patron Français de votre vie.

      Oui il y a une concurrence déloyale entre petits patrons et grands groupes. Qui en est la cause ? L’état Français.
      Quand l’état intervient dans l’économie, inexorablement il y a du capitalisme de connivence. Le capitalisme de connivence c’est quand l’État soutient certaines entreprises, soit qu’il cède à leur pression par corruption(au sens large du terme), soit que ce soit de sa part une volonté délibérée à des fins politiques. Aujourd’hui, il est clair que les états soutiennent les grosses multinationales (à commencer par les banques). Le capitalisme de connivence ne découle en rien du libéralisme économique mais de l’interventionnisme économique. On ne peut pas dire clairement que les multinationales possèdent les politiciens ou inversement que les politiciens possèdent les multinationales, ce n’est pas clair. Il y a une connivence entre les deux. Pas l’un qui dirige l’autre. Voilà une courte (et excellente) vidéo expliquant de manière très simple en quoi la réglementation étatique est mauvaise et avantage les grosses entreprises: https://www.youtube.com/watch?v=jhbWFx5OxfU

    • l’état est que contrairement à ce que croit tous les socialistes (de gauche et droite), ce n’est pas quelque chose de bien mais c’est un instrument aux mains de l’élite au pouvoir (LR et ps) qui s’en sert souvent pour ces propres intérêts, pour aider ces copains. l’état francais aide les grandes entreprises à créer le monopole. les politiciens viennent presque tous de la fonction publique donc ils ne comprennent rien à l’économie. ce qui crée des richesses c’est l’entreprenariat, et ce qui crée les emplois c’est les pme pas les grands groupes. aujourd’hui, en france, la surtaxation et la surréglementation détruisent les pme et l’entreprenariat. il faut supprimer toutes les niches fiscales ( qui permettent aux grands groupes de payer moins d’impots), il faut arreter la surréglementation ( qui ne sert l’intéret que des grands groupes (qui font du lobbying pour avoir de la réglementation à leur avantage) et qui peuvent se payer des avocats pour détourner les règles à leurs avantages. plus la justice est complexe plus cela avantage les riches. en vérité ce qu’il faut c’est séparer l’état de l’économie, l’état doit s’occuper des fonctions régaliennes (éducation, sécurité, justice,…) pas de l’économie. les pays scandinaves séparent l’état de l’économie et ce sont les pays les plus égalitaires au monde. les pays qui font cela, sont les pays qui s’en sortent le mieux (autriche, pays bas,…). il faut réformer la fonction publique qui coute bcp trop chère et qui est très incompétente. la france est paralysé par la surrréglementation.

      Voici une étude faites aux USA montrant que les réglementations avantageaient systématiquement les multinationales par rapport aux PME. En gros, le coût d’une réglementation étatique est beaucoup plus faible pour une multinationale que pour une PME
      (The Impact of Regulatory Costs
      on Small Firms) : https://www.sba.gov/sites/default/files/The%20Impact%20of%20Regulatory%20Costs%20on%20Small%20Firms%20(Full).pdf

      Bastiat a très bien défini ce qu’est l’état: L’État, c’est la grande fiction à travers laquelle tout le monde s’efforce de vivre aux dépens de tout le monde. Car, aujourd’hui comme autrefois, chacun, un peu plus, un peu moins, voudrait bien profiter du travail d’autrui. Ce sentiment, on n’ose l’afficher, on se le dissimule à soi-même ; et alors que fait-on ? On imagine un intermédiaire, on s’adresse à l’État, et chaque classe tour à tour vient lui dire: « Vous qui pouvez prendre loyalement, honnêtement, prenez au public, et nous partagerons. »

      Comme la France est très réglementé, il y a énormément de capitalisme de connivence. Surtout qu’en France, les hauts fonctionnaires/ politiciens ont fait les mêmes écoles que ceux qui dirigent les entreprises du CAC 40

    • le multiplicateur keynésien a largement été démonté. Vous n’avez jamais entendu parler de Robert Barro ? c’est lui le premier qui a démontré dans les années 70 que le multiplicateur keynésien était faux. Renseignez vous sur ce qu’est l’effet d’éviction. Vous devriez prendre quelques cours élémentaires en économie. Les effets néfastes de l’emprunt d’État se manifestent de deux manières. D’une part, les ressources financières sont détournées de l’investissement productif vers le financement du déficit budgétaire, avec une moins bonne allocation de l’épargne. D’autre part, les emprunts d’État raréfient une épargne dont le prix va ainsi s’accroître ; les taux d’intérêt progressent au détriment des emprunteurs.
      Sur Keynes, le keynésianisme et le multiplicateur keynésien, lisez mes commentaires en dessous de cet article (je donne pleins de liens démontant Keynes): http://www.institutcoppet.org/2015/06/20/keynes-et-la-revolution-keynesienne-videos
      Je rappelle quand même que Keynes a fortement critiqué le socialisme. Donc, on peut considérer comme incohérent pour un socialiste comme Mélenchon de se revendiquer de Keynes. Autre chose qui me chiffonne: les gauchistes comme Mélenchon se revendique de Keynes tout en critiquant le consumérisme alors que Keynes justement poussait au consumérisme. Keynes était profondément consumériste. En vérité, la gauche est incohérente en se revendiquant de keynes. Elle devrait se renseigner sur ce qu’il disait sur le socialisme.
      Keynes a passé son temps à changer d’avis et à se contredire. Sa pensée a été largement déformée par les keynésiens. Beaucoup de gens se revendiquent de Keynes ne connaissent pas sa pensée.
      Je veux bien reconnaître une qualité à Keynes c’est qu’au moins, lui, il avait conscience que ses théories étaient une bonne chose sur le court terme mais désastreuses à long terme. Keynes même s’il a changé d’avis, est resté fidèle à sa pensée court termiste tout au long de sa vie. Son proverbe préféré était: « A long terme, on sera tous morts ». les gauchistes, eux, ne comprennent pas (ou font semblant de croire) le désastre qu’est à long terme le keynésianisme. Effectivement, si vous vous endettez pour avoir de la croissance, cela marche merveilleusement bien à court terme mais sur le long terme, c’est désastreux (il suffit de voir la Grèce). Il arrive un moment où vous n’arrivez plus où vous êtes surendettés. Politiquement, le keynésianisme est merveilleux. Les politiciens ont un seul but: se faire réélire. Ils ne pensent pas au long terme. Qu’est ce qu’ils en ont à foutre de ce qui va se passer dans quelques décennies (par leur faute), ils seront plus au pouvoir.

  • @vgeO
    merci pour votre réponse
    je suis énervée de voir autant de diffamations et de propagande anti…
    c aberrant de comparer l incomparabld
    encore merci

    • Dites, vous vous attendiez quoi en venant poster sur un site qui promeut la Liberté et combat avec acharnement les idées de M. Melenchon ? Mais c’est une bonne chose pour nous, parce que voyez-vous avec le recul, il y a des gens du FDG qui sont devenus libéraux; l’inverse n’étant pas vrai.

    • Vous cassez pas on est chez les pros de l’économie. On peut pas lutter. Ils ont juste oublié qu’ils soutenaient Sarkozy à l’époque voir Hollande.

      • N’importe quoi lisez les articles de contrepoints sur Sarkozy et osez dire que ce site soutient Sarkozy. Lisez aussi les articles de ce site sur Hollande. Le pro de la propagande s’est mélenchon. Quand on rends hommage à castro et que l’on a comme modèle le Venezuela le minimum de la décence c’est d’éviter de donner des leçons de morale

    • Vous devriez surtout lire mes commentaires en réponse aux conneries de vgeO.
      Vous êtes tellement pitoyable. Honnêtement je trouve l’argumentaire de cet article plutôt mauvais mais venir pleurer en disant c’est de la propagande lol. Melenchon est le premier propagandiste en France. Aucun autre politicien n’est meilleur propagandiste que lui. Il s’est notamment spécialisé dans le relai de propagande des régimes dictatoriaux et autoritaires. Je parle de Cuba, du Venezuela, de la Syrie et surtout de la Russie. Un bon propagandiste russe comme à la bonne époque de la guerre inféodé. L’extrême gauche a toujours été inféodé à Moscou.
      Tout le discours de mélenchon est basé sur le simplisme et la caricature. Alors je trouve drôle de voir ses fans pleurer sur le fait que l’on caricature mélenchon c’est ce qu’il fait à longueur de temps. Les solutions qu’ils proposent sont simplistes et surtout elles ont déjà été essayé et ont toujours échoué. Vous vivez dans quel monde ?? Taxer les riches, s’endetter pour créer de la croissance, nationaliser, taxer les importations,….ça jamais été fait peut-être ???? Et avec quels résultats. Chaque fois un désastre. Bien oui essayons encore.

      P.S. Je n’ai pas fini de répondre à vgeO. Je mettrai sûrement encore quelques commentaires si j’ai le temps. Il a raconté tellement de conneries que je pourrais mettre 50 commentaires pour démonter tout ce qu’il a dit.

    • « la bonne époque de la guerre inféodé » la bonne époque de la guerre froide

  • Syllogisme : Tous les hommes sont mortels, Socrate est un homme, donc Socrate est mortel. (Descartes).

    Variante frappée au coin du bon sens : Tous les francs-maçons sont mondialistes, Mélenchon est franc-maçon, donc Mélenchon est mondialiste.

    Questions : A-t-on déjà vu un malfrat être ami de la probité ?

    A-t-on déjà vu un escroc être partisan de l’honnêteté ?

    A-t-on déjà vu la Franc-maçonnerie : mondialiste, apatride et supranationale, prendre position pour le bien public des nations ?

    Le constat ici est sans appel, Mélenchon : le franc-maçon, ami de l’argent, se moque des nigauds qui le soutiennent, ou, pire, qui votent pour lui.

  • Les bons mots c’est bien; Mélenchon est très doué; s’il est élu il sera vite mis en face du mur et il n’y aura pas d’échelle; la dure réalité du monde de la Finance se rappellera à lui. Le minimum à savoir sur ce que Mélenchon veut faire plier. Citation : »
    Les huit plus grandes sociétés financières américaines (JP Morgan, Wells Fargo, Bank of America, Citigroup, Goldman Sachs, US Bancorp, Bank of New York Mellon et Morgan Stanley) sont contrôlées par dix actionnaires à 100% et nous avons quatre sociétés toujours présentes dans toutes les décisions: BlackRock, State Street, Vanguard et Fidelity.
    En plus de cela, la Réserve fédérale est composée de 12 banques, représentées par un conseil de sept personnes, qui comprend des représentants des « quatre grands« , qui sont présents dans toutes les autres entités.
    En bref, la Réserve fédérale est contrôlée par quatre grandes entreprises privées: BlackRock, State Street, Vanguard et Fidelity. Ces entreprises contrôlent la politique monétaire des États-Unis (et du monde) sans aucun contrôle ou de choix «démocratique». Ces entreprises ont lancé et participé à la crise économique mondiale actuelle et ont réussi à devenir encore plus riches.
    Les même « quatre grands » contrôlent la grande majorité des entreprises européennes qui comptent en bourse.
    En outre, toutes ces personnes gèrent les grandes institutions financières, telles que le FMI, la Banque Centrale Européenne ou la Banque Mondiale, qui ont été «formées» et restent des «employées» des «quatre grands» qui les a crées.
    Les noms des familles qui contrôlent les « quatre grands« , n’apparaissent jamais.
    « fin de citation… bon courage à Mélenchon et (surtout) à tous les français s’il est élu…

    • Mélenchon est complotiste. Le vilain complot de la finance internationale. Tellement débile mais toujours très efficace. Sur la fed à lire: http://ordrespontane.blogspot.be/2015/07/non-la-fed-nest-pas-une-banque-privee.html?m=1

      • Avant de publier ce lien, vous auriez dû vous renseigner un peu plus, c’est un faux… voir les commentaires qui le suivent. L’auteur même a retiré ses propres commentaires…

        • Vous racontez réellement n’importe quoi. L’auteur du blog guillaume nicoulaud n’a pas supprimé ces commentaires.
          Les commentaires en dessous ne démontent en rien l’article. Il y a même des commentaires plutôt délirants: la preuve que la fed est contrôlé par les banques s’est que les dirigeants de la fed sont tous juifs. Lol. C’est vraiment recherché comme argument.
          Expliquez moi en quoi l’article est faux.

  • Déjà le point 1 justifie qu’aucun autre journaliste n’ai relevé votre article: Comment proposez vous une inflation dans un seul pays d’une zone monétaire commune? Les euros français deviendront moins chère que les euros allemands? Est-ce la peine de lire le reste?

  • Avec des raisonnements comme ça, on démontre que si le travail était gratuit, les produits le seraient aussi. Intéressant, en fait ce M. est un communiste!

  • L’approche d’un protectionnisme par rapport au poids en CO2 d’une marchandise ne vous effleure pas? Ah oui, économie pas écologie, pardon…

    •  » L’approche d’un protectionnisme par rapport au poids en CO2 d’une marchandise ne vous effleure pas? Ah oui, économie pas écologie, pardon…  »

      Mais comme le protectionnisme fonctionne des deux côtés. ( mesure de rétorsion des pays visés par le protectionnisme mélenchonien ) vous irez expliquer vos calculs de poids de Co2 et l’écologie  » pour les nuls  » à tout ceux qui travaillaient dans l’exportation et qui sont au chômage faute que leurs entreprises dans lequel ils travaillaient ne peuvent plus à leur tour d’exporter leurs produits à l’étranger.

  • Vous échangez les mots riches pour classe moyenne et classe moyenne pour pauvre. Les vrais riches eux ne payent plus rien depuis longtemps…

    •  » Les vrais riches eux ne payent plus rien depuis longtemps…  »

      Ha bon? Je croyais que c’est en faisant entre autres payer le riche que le Portugal a réduit son déficit à 2%?

  • Ce que vous proposez, c’est un salaire comme au Bangladesh? Plus de fonctionnaire et chacun pour soit? Des emplois précaires de 2h / semaine comme en Angleterre? Ce qui m’étonne, c’est pourquoi la richesse nationale augmente en même temps que la dette et cela, quelque soit les politiques menées? Avec Fillon au gouvernement la dette a augmenté de 600 milliards. Mais vous allez me dire que c’était la crise et qu’il n’a pu mener sa politique. Et qu’est-ce qui a changé maintenant? Des riches de plus en riches? Peut être que si ils partaient comme vous dites, il y aurait une meilleur répartition à faire avec ceux qui restent. Bon vent!

    •  » Ce que vous proposez, c’est un salaire comme au Bangladesh? Plus de fonctionnaire et chacun pour soit? Des emplois précaires de 2h / semaine comme en Angleterre?  »

      Mais comment font les suisses avec beaucoup moins de fonctionnaires que la France, des dépenses publiques aux environs de 35% ( contre 57% pour la France ) une dette publique d’environs 40% ( du double de moins que la France ) et un taux de syndiqués chez les travailleurs parmi les plus bas d’Europe et qui pourtant n’ont pas des salaires comme au Bangladesh, mais des salaires parmi les plus élevés dans le monde et qui se retrouve en tête des pays les plus compétitif de la planète ( la France n’est même pas dans le top 25 ds pays les plus compétitifs ).

  • Et enfin , au Portugal, avec cette politique de gauche, ils ont ramenés le déficit à 2% en taxant les sociétés et les plus riches et en augmentant les salaires. Cela doit être bien choquant pour vous!

    • Vous oubliez un peu où en était le Portugal il y a 10 ans en faisant partie des économie les plus sinistrées d’Europe et certainement pas à cause d’un  » excès  » de libéralisme. A côté des taxes sur les sociétés et les riche ils ont aussi mené une politique d’austérité cet épouvantail socialiste que la gauche portugaise a osé faire.

    • Ignorant, menteur, ou simplement dépassé. Au Portugal, l’ISF n’existe pas, pas de droits de succession, les dépenses sont en gros à 35%/PIB soit bien moins qu’en France et ces couillons de gauchistes sont en train de quasi foutre en l’air les résultats obtenus depuis 2011 en ayant remonté les déficits à 4.4% et maintenant 2.2% suite à un véto de Bruxelles.

  • Les commentaires sont fermés.

Promouvoir la liberté n’est pas gratuit

Mais cela peut aider à réduire vos impôts de 66%

Faites un don dès maintenant

Faire un don
nupes
0
Sauvegarder cet article

Le régime est-il enfin en voie de reparlementarisation ? Avec une Assemblée élue au scrutin majoritaire mais qui donne l’image d’une élection à la proportionnelle, l’absence de majorité absolue du parti présidentiel a sonné comme un coup de tonnerre. Le Rassemblement national sort en position de force en parvenant à faire entrer un nombre de députés inimaginable pour une élection au scrutin majoritaire. Pourtant, c’est désormais vers Les Républicains que tous les regards se tournent. Après 10 ans dans l’opposition, la droite républicaine se r... Poursuivre la lecture

Info du 22 juin 20 h 08 : Emmanuel Macron écarte pour l’instant l’idée d’un gouvernement d’union nationale, pense trouver une « majorité plus large » pour gouverner et s’accroche à un échange positif entre l’exécutif et le législatif pour avancer au service des Français. Hormis l’immense progrès d’avoir bouclé l’affaire en moins de huit minutes, une allocution type soir d’élection qui n’apporte pas grand-chose. 

Emmanuel Macron devrait être content. Le « en même temps » qui a fondé son accession initiale au pouvoir, ce mode d’action qu... Poursuivre la lecture

La première leçon de ces législatives françaises est l’échec patent, cuisant et retentissant de Jean-Luc Mélenchon. Tout de hargne et de fulgurances haineuses, cet étrange apparatchik ajoute un nouvel échec à sa riche collection chamarrée. La gauche façon Mélenchon obtient 24 % des sièges à l’Assemblée nationale, soit l’un de ses pires scores historiques. Le nombre de sièges guignés par l’improbable attelage mélenchonien est risible en comparaison cette majorité absolue dont il professait l’ambition.

Deuxième leçon, l’échec de la press... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles