Crédits : bientôt la fin de l’argent gratuit ?

Le numéro 2 de la BCE a indiqué que les déficits allaient désormais coûter plus cher. Personne ne semble vraiment s’en préoccuper en France…

Partager sur:
Sauvegarder cet article
Aimer cet article 0

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don

Crédits : bientôt la fin de l’argent gratuit ?

Publié le 12 avril 2017
- A +

Par Simone Wapler.

Comme vous le savez, cher lecteur, nous vivons dans un système monétaire qui est le « créditisme ». L’argent existe majoritairement sous forme de crédit. Les autorités voudraient d’ailleurs que « majoritairement » devienne « exclusivement » et souhaiteraient abolir totalement l’usage des espèces.

Les autorités ont tort car ce système est vicié. Autrefois, lorsque la monnaie représentait la richesse déjà créée, l’économie dans son ensemble était peu dépendante du cycle de crédit.

Maintenant, avec le créditisme, toute contraction du crédit se transforme en contraction de la masse monétaire. Moins de crédit = moins de monnaie. Ce qui veut dire que toute contraction du crédit entraîne, au mieux, une récession ou, au pire, une dépression. Avec plus de 200 000 Mds$ de crédit (trois fois la taille de l’économie mondiale), préparez-vous au pire.

La récession survient quand peu de gens sont concernés par la contraction du crédit. Imaginons, par exemple, que le crédit automobile diminue ; a priori, seul le secteur automobile sera concerné et il y aura récession.

La dépression frappe quand tout le monde est concerné. Imaginons que le crédit automobile, le crédit immobilier, les allocations publiques… se contractent simultanément ; alors, tout le monde est concerné et il y a dépression.

C’est ce que craignent de plus en plus d’observateurs…

Récemment, en Europe, Benoît Coeuré – considéré comme le numéro 2 de la Banque centrale européenne – a averti les gouvernements : les taux bas ne seraient pas éternels. Comprendre : la période des crédits pas chers pour financer les déficits des États est révolue, les déficits deviendront de plus en plus coûteux. Donc les États auront moins d’argent à redistribuer.

Le monde de l’économie réelle se prépare déjà à cette hausse des taux. Ainsi, Le Figaro début avril nous signalait : « première baisse des renégociations des crédits immobiliers… ». Les Français renégociaient leurs vieux prêts pour profiter de la baisse des taux mais ce n’est plus le cas. La hausse des taux est dans l’air, ce qui signifie qu’il y aura moins de crédits et moins d’acheteurs potentiels pour un même bien immobilier.

Par ailleurs, l’emprunt à taux fixe est une « exception française ». Dans l’immense majorité des pays, les dettes privées sont contractées à taux variable. Dès que la banque centrale relève son taux directeur, l’ensemble des crédits déjà contractés devient plus cher. C’est ce qui explique les tensions actuelles sur le crédit automobile aux États-Unis.

La dépression pourrait devenir mondiale.

Baignant et se complaisant dans une bienheureuse ignorance, la plupart de nos candidats à la magistrature suprême prétendent avoir des solutions.

Les souverainistes monétaires pensent que le créditisme est mieux lorsqu’il est national et qu’il suffit d’imprimer son propre argent pour devenir riche. Direction le Venezuela, dont Jean-Luc Mélenchon est un grand admirateur.

D’autres pensent qu’il suffit de transformer la France en Guyane de l’Allemagne. Nous pourrions vivre des subventions, il suffit de « mutualiser les dettes » et l’Allemagne (qui a accès au crédit pas cher) paiera.

Si jamais vous décidez que vous avez du temps de cerveau disponible pour regarder le « débat » télévisé de ce soir… essayez de souffler aux animateurs la question suivante (à poser à chaque candidat qui brandit ses solutions magiques) : pourquoi personne n’y a pensé avant, à votre super bonne idée ?

Voyez-vous, cher lecteur, les très, très, très bonnes idées sont rares. Quand c’est le cas, elles sont très, très, très vite adoptées. Elles deviennent universelles.

Un candidat (Jacques Cheminade, HEC, ENA) a l’ambition de coloniser la planète Mars. Si c’est vraiment le chemin de la prospérité, pourquoi diantre personne n’y a-t-il pensé avant ?

Va pour coloniser Mars à crédit… Tant qu’à faire, embarquons Mélenchon et Chavez dans le vaisseau spatial.

Pour plus d’informations et de conseils de ce genre, c’est ici et c’est gratuit

Voir les commentaires (2)

Laisser un commentaire

Créer un compte Tous les commentaires (2)
  • Créditisme=Crétinisme
    Et le roi des crétins, c’est moi.
    Je me suis endetté jusqu’à la retraite pour me payer ma maison (sale bourgeois) et ma TPE (salaud de capitaliste).
    Et maintenant je suis un esclave de l’état (faut faire payer les riches), un esclave des banques (pas de patrimoine net, que des dettes) assez stupides pour me proposer un crédit à la consommation tous en refusant celui de la trésorerie.
    J’ai gardé le meilleur pour la fin : à chaque élection je vote pour des crétins (il n’y a pas que moi, maigre consolation) qui m’expliquent que le contribuable (vous et moi) doit payer pour sauver les banques de la crise (exceptionnelle comme il se doit, juré craché c’est la der des ders) mais ça a rendu l’état esclave des banques (ben oui, il faut bien emprunter pour sauver les banques).
    Bilan : je suis esclave de l’état et doublement esclaves des banques qui seront esclaves des états lors de la prochaine crise. Tous va bien se passer.
    Dormez sur vos deux oreilles, les technocrates veillent à notre bonheur dans le meilleur des mondes.

  • Bonjour

    Si j’ai bien tout compris ;). la baisse de la masse monétaire entraîne une baisse des prix (alias déflation) et non une récession (toute chose étant égale par ailleurs).
    Certes, une récession entraîne une baisse du flux monétaire, une baisse des quantité de biens et donc secondairement une déflation (M*V=P*Y).

  • Les commentaires sont fermés.

La liberté d’expression n’est pas gratuite!

Mais déductible à 66% des impôts

N’oubliez pas de faire un don !

Faire un don
2
Sauvegarder cet article

Les milieux financiers découvrent tardivement les faiblesses du modèle chinois, pourtant perceptibles depuis une décennie. C’était prévisible pour tout observateur de la démographie, des mécanismes de développement et du communisme.

On peut penser notamment aux dettes souscrites en contrepartie de faux actifs, par exemple pour la construction de logements, alors qu’il y a de moins en moins de jeunes pour les occuper ou d’infrastructures redondantes, faisant momentanément la joie des bâtisseurs. Je me doutais bien que ces dettes sortira... Poursuivre la lecture

Dans une interview récente, Manon Aubry, tête de liste La France insoumise (LFI) pour les élections européennes de 2024 a déclaré :

« L'austérité, le tout-marché et le libre-échange amènent le chaos. [il faut] rompre avec le libre-échange, l’austérité et le tout-marché pour imposer le protectionnisme, la solidarité et les biens communs ».

Elle, et plusieurs Européens, croient que le marché libre est à l'origine des problèmes mondiaux. La solution réside dans plus de concentration de gouvernance fiscale et financière à Bruxelles ... Poursuivre la lecture

Un article de l'IREF.

En janvier dernier, dans un entretien accordé au Journal du Dimanche, le ministre de l’Économie et des Finances, Bruno Le Maire, annonçait la fin du « quoi qu’il en coûte ».

L’examen parlementaire en cours des projets de loi de finances de fin de gestion pour 2023, et de loi de finances pour 2024 montrent à l’inverse que, loin d’être fini, le « quoi qu’il en coûte » se poursuit. Et ce en dépit d’un goulet d’étranglement appelé à se resserrer du fait de l’aggravation de la charge de la dette dans les prochai... Poursuivre la lecture

Voir plus d'articles